soutien

  • Entre 1.250 et 1.500 personnes participent à une manifestation de soutien à Israël

    Entre 1.250 et 1.500 personnes participent à une manifestation de soutien à Israël

    (25/11/2012) source la D.H

    VIDEO

    Ce rassemblement avait pour objectif de soutenir les villes israéliennes ciblées par les roquettes du Hamas

    BRUXELLES Entre 1.250 et 1.500 personnes ont manifesté dimanche en soutien à Israël sur la place Poelaert à Bruxelles. L'action était notamment organisée par le CCOJB, le Comité de coordination des organisations juives de Belgique et le Congrès juif européen. Son objectif était de soutenir les villes du centre et du sud d'Israël ciblées par les roquettes du Hamas et de réclamer "le respect du droit pour Israël à exister et vivre en paix et en sécurité". "Aucun Etat au monde n'accepterait que sa population vive sous la menace de roquettes et de fusées qui ne lui laisse que quelques secondes pour courir aux abris", a rappelé Maurice Sosnowski, président du CCOJB. "Mais à terme, aucune guerre ne pourra résoudre ce conflit et seul un accord négocié entre les parties concernées et sur le principe de deux peuples, deux Etats, pourra permettre aux Palestiniens d'avoir un état souverain et aux Israéliens de vivre en sécurité" a-t-il ajouté.

    Charlotte Gutman, vice présidente du CCOJB, a pour sa part souligné que "durant des mois, le sud et le centre d'Israël ont essuyé les tirs de 17.000 roquettes tirées depuis la bande de Gaza." Selon elle, le pic des tirs a été atteint le 15 novembre dernier et justifie la réplique israélienne.

    "Nous voulons sensibiliser la population belge à la situation anormale dans laquelle vivent les Israéliens et demandons une couverture médiatique plus juste et équilibrée", a-t-elle conclu.

    © La Dernière Heure 2012

     
  • Obama a exprimé son soutien au "droit d'Israël à la légitime défense

    Obama a exprimé son soutien au "droit d'Israël à la légitime défense au regard des tirs de barrage de roquettes lancées depuis Gaza contre des civils israéliens," selon un communiqué de presse de la Maison Blanche.
    Son porte-parole, Mark Toner, a déclaré : "nous soutenons le droit d'Israël a se défendre, et nous encourageons Israël à continuer à faire tous les efforts pour éviter des victimes civiles."

  • Soutien sans faille d'Obama à Israël devant l'ONU

    Soutien sans faille d'Obama à Israël devant l'ONU
     septembre 2011
    Dans son discours à la tribune des Nations Unies, Barack Obama a réaffirmé le soutien "inébranlable" des Etats-Unis à Israël.

    Précisant au début de son discours que « nous nous situons aujourd’hui à un carrefour de l’histoire », le président américain a tenu à rappeler que « cette année a été marquée par des bouleversements extraordinaire ». Il a ajouté que « la paix est difficile, mais nos peuples l’exigent ».

    Barack Obama s’est longuement exprimé sur le conflit israélo-palestinien. Il a notamment affirmé qu’ « il n’existe pas de raccourci à la fin d’un conflit qui persiste depuis des décennies ». Selon lui, les «déclarations et résolutions à l’ONU » n’amèneront pas la paix.

    « Si c’était aussi facile, cela aurait déjà eu lieu à l’heure actuelle. L’engagement des Etats-Unis à la sécurité d’Israël demeure inébranlable, et notre amitié pour Israël est profonde et durable. Ainsi, nous croyons que toute paix durable doit reconnaître les défis sécuritaires auxquels Israël est confronté chaque jour. Soyons honnêtes: Israël est entouré de voisins qui ont mené des guerres répétées à son encontre », a-t-il dit.

    Le chef d’Etat américain est longuement revenu également sur la situation d’Israël au Proche-Orient :
    « Les citoyens israéliens ont été assassinés par des roquettes tirées contre leurs maisons et par des attentats suicides contre leurs bus. Israël, un petit pays de moins de huit millions d'habitants, doit affronter un monde où les leaders de pays bien plus grands menacent de l'effacer de la carte. Le peuple juif porte le fardeau de siècles d'exil, de persécution, et se souvient des six millions de personnes assassinées simplement à cause de leur identité.

    Ces faits ne peuvent être niés. Le peuple juif a forgé un Etat dans sa patrie historique. Israël mérite une reconnaissance. Il mérite des relations normalisées avec ses voisins. Et les amis des Palestiniens ne leur font aucune faveur en ignorant cette vérité, tout comme les amis d'Israël doivent reconnaître la nécessité de poursuivre vers le voie d'une solution à deux Etats avec un Israël en sécurité à côté d'une Palestine indépendante ».

    Soulignant la nécessité « d’une paix véritable entre Israéliens et Palestiniens», il a rappelé que tout accord devrait prendre en compte la sécurité des citoyens israéliens. Il a également dit que les Palestiniens méritent de connaitre les bases territoriales de leur Etat.

    Le président de la Maison Blanche, a profité de ce discours pour appeler le Conseil de sécurité de l’ONU a sanctionné la Syrie pour la répression sanguinaire des manifestations des opposants au régime.

  • Les électeurs américains réaffirment leur soutien à Israël

    Les électeurs américains réaffirment leur soutien à Israël
    Par Diane Fink -
     

    Une nouvelle enquête menée par Israel Project a démontré que le soutien des Américains à l'Etat d'Israël ne faiblissait pas. 66% des républicains et 48% des démocrates se sont ainsi déclarés contre la déclaration unilatérale d'un Etat palestinien.


    Les résultats du récent sondage d'Israel Project ont révélé que le soutien d'Israël parmi la population américaine était toujours important.

    L'étude nationale, comprenant 800 électeurs inscrits dans les deux principaux partis, a précisé que la marge d'erreur était de 3,46%.

    Selon les chiffres 51% des électeurs américains s'opposent à la déclaration unilatérale d'un Etat palestinien sans passer par un traité signé avec Israël. En outre 54% des Américains estiment qu'en l'absence d'un traité de paix, les Etats-Unis ne devraient pas reconnaître un Etat palestinien.

    Les dirigeants des deux principaux partis, Républicain et Démocrate, ont également exprimé leur opposition à une déclaration unilatérale d'indépendance par l'Autorité palestinienne. L'ambassadrice américaine aux Nations-Unies, Susan Rice, a ainsi déclaré à la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants: "Les questions difficiles entre Israéliens et Palestiniens ne peuvent être résolues que par la voie des négociations directes entre les deux parties, pas à New-York". Mme Rice faisait ici allusion au siège de l'ONU.

    "Je demande que les Etats-Unis fassent tout ce qui leur est possible pour s'assurer que le lobby palestinien ne gagne pas le statut de membre à l'ONU avant d'avoir signé un accord de paix avec Israël, notre allié", a ajouté la présidente du Comité Républicain, Ileana Ros-Lehtinen.

    S'exprimant au sujet de la déclaration théorique d'un Etat palestinien la fondatrice et présidente de d'Israel Project, Jennifer Laszlo Mizrahi, a déclaré que "pour beaucoup d'Américains, le problème n'est pas le territoire, mais plutôt la culture de la haine qui encourage les jeunes palestiniens à perpétrer des actes terroristes contre les civils israéliens. Ils ne voient pas comment une déclaration vide d'un Etat palestinien pourrait amener la paix tant que la haine existe toujours".

    "Les relations israéliennes et palestiniennes sont extrêmement compliquées, avec un partage du pouvoir, de l'eau, de la sécurité et la question des réfugiés affecte les deux parties. Ces questions doivent être réglées avant qu'il y ait la paix. Il est vital de mettre en place toutes ces questions en suspend pour amener la satisfaction des deux côtés avec un respect et une sécurité des deux côtés", a-t-elle ajouté.

    Selon le sondage 61% des électeurs américains ont estimé qu'Israël faisait des efforts pour la paix, tandis qu'ils étaient 53% à déclarer que les Palestiniens ne faisaient "pas trop", voire "aucun" effort en ce sens.

    "Il y a une perception claire que les Palestiniens ne font aucun pas vers des études pour arriver un véritable accord de paix", a affirmé Neil Newhouse, un sympathisant républicain.

    De plus l'étude d'Israel Project a constaté qu'à la lumière des soulèvements arabes, 58% des électeurs américains pensaient qu'il fallait soutenir Israël – soit 7% de plus qu'en janvier.