nuage de fumée

  • Tout cela est une preuve que les medias internationaux sont au moins anti-israéliens, si pas purement et simplement antisémites

    Israël : Défense au Moyen-Orient

     

    La stratégie du Hamas : la mort

    Il y a 2 heures - Juif.org
     
     
     
     

    Le Hamas gagne la sympathie internationale à la suite des allégations de morts parmi les civils, certaines causées par ses propres roquettes déficientes.

    Les medias traditionnels ont souligné le nombre de morts civils présumés parmi les civils à Gaza ces derniers jours, après avoir cru et mis en avant l'histoire de la visite du premier ministre égyptien embrassant la tête d'un garçon mort, qui aurait été tué par Israël.

    Des sites de surveillance ont exposé le fait que le garçon est mort après qu'une roquette du Hamas ait explosé dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a également déclaré qu'il n'y avait aucune activité militaire dans la région où le garçon est mort.

    CNN a rapporté l'histoire déchirante de cette mort, mais n'a pas corrigé son rapport après la découverte de la réalité entourant la mort du jeune garçon.

    L'armée israélienne a produit une animation sur Youtube illustrant l'utilisation par le Hamas de civils comme boucliers humaines pour leurs activités terroristes, une tactique perfectionnée depuis l'opération Plomb Durci en 2009.

    La vidéo explique que le Hamas utilise des bâtiments privés comme dépôts d'armes, laissant le choix à Israël de les bombarder tout en risquant des morts civils ou de laisser le Hamas lancer des missiles librement sur la population civile israélienne.

    La campagne israélienne pour expliquer la stratégie du Hamas a eu peu d'effet sur les medias étrangers, habituellement anti-israéliens, voir antisémites. Le New York Times, pourtant loin des aberrations qu'on peut lire dans les medias français, titrait lundi qu'Israël bombardait des sites civils, changeant plus tard sa version pour dire sites "gouvernementaux", qui sont utilisés par le Hamas pour ses activités terroristes.

    Définir des responsables du gouvernement du Hamas comme des "civils" élève le nombre de victimes civiles supposées.

    L'Associated Press a cité lundi des médecins du Hamas, donc des terroristes, disant que des "agriculteurs" et un enfant avaient été tués par une frappe aérienne.

    Les medias étrangers ont à plusieurs reprises appelé l'opération antiterroriste "mortelle" et "sans relâche", mentionnant occasionnellement les tirs de roquettes contre les civils israéliens, mais sans faire remarquer que les attaques sur le sud d'Israël durent depuis des années, avec des représailles israéliennes limitées.

    Tout cela est une preuve que les medias internationaux sont au moins anti-israéliens, si pas purement et simplement antisémites, ceux-ci ne donnant jamais la parole aux talibans, a Kadhafi lorsque le monde a détruit son pouvoir, ou à Saddam Hussein lors de l'invasion de l'Irak. Non, mais dans le cas d'Israël, c'est toujours la version terroriste qui devient la version officielle.

    Le Hamas a exprimé son "désir de mort" dans une vidéo encourageant les habitants de Gaza, y compris les femmes et les enfants, à mener des attentats suicides