missiles

  • Tsahal bombarde des sites terroristes à Gaza

    Tsahal bombarde des sites terroristes à Gaza

    L'armée israélienne réagit aux multiples tirs de missiles depuis l'enclave palestinienne sur le sud d'Israël

    David Buimovitch (AFP)

    Peu avant 3:00 vendredi, heure locale, l'aviation israélienne a procédé à un raid ciblé sur la bande de Gaza en réponse aux multiples tirs de roquettes dans la journée de jeudi, selon un communiqué officiel de Tsahal.

     

    Tsahal a bombardé trois rampes de lancement de missiles dans le nord de l'enclave palestinienne, ainsi que des entrepôts d'armes à l'est de Gaza, a rapporté l'unité porte-parole de l'armée israélienne contactée par i24news.

    "Nous avons plusieurs fois prévenu des conséquences, ceux qui cherchent à mettre en danger la vie de civils innocents", a déclaré le colonel Peter Lerner. "L'efficacité du système de défense israélien (les batteries anti-missiles Dôme de Fer, ndlr) ne change rien au fait que des milliers d'israéliens vivent sous la menace continue des roquettes, et depuis trop longtemps", a-t-il ajouté.

    "Nous continuerons à lutter contre les terroristes qui attentent à la vie des Israéliens", a conclu Lerner.

    Missile intercepté

    Plus tôt jeudi, deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé sur le sud d'Israël sans faire de blessé ni de dégât.

    La première roquette sur s'est abattue un terrain vague dans la région de Shaar HaNegev (sud), la deuxième roquette a été interceptée par le système anti-missile Dôme de Fer au-dessus de la ville d'Ashkelon, qui compte près de 110.000 habitants.

    Le Hamas est accusé par Israël d'être responsable de l'enlèvement de trois jeunes Israéliens à proximité de Hébron. Depuis leur disparition jeudi dernier, les forces de sécurité israéliennes ont lancé une vaste opération en Cisjordanie pour retrouver les otages et ont procédé à l'arrestation de 200 terroristes du Hamas, selon le porte-parole de l'armée.

    Le Hamas a, par ailleurs, menacé de "déclencher une troisième Intifada" et d'ouvrir "les portes de l'enfer" à l'Etat hébreu.

  • Pourquoi le bilan humain est-il moins élevé côté israélien que côté palestinien ?

    Pourquoi le bilan humain est-il moins élevé côté israélien que côté palestinien ?

     

    En 6 jours, plus de 1000 roquettes ont été tirées par les terroristes de Gaza, et plus de 660 ont frappé Israël. On n’avait l’habitude de préciser au sud d’Israël, mais cette fois, les sirènes ont également retenti à Tel Aviv et à Jérusalem. 3,5 millions d’Israéliens sont désormais à portée des tirs. Dans ce contexte, certains continuent de prétendre que les ripostes de Tsahal contre le Hamas sont disproportionnées. Pire, que leurs roquettes ne présentent pas de réel danger. Les trois morts à Kyriat Malachi et les dizaines de blessés sont pourtant la pour le rappeler: chaque roquette et missile peut tuer et blesser des dizaines de civils. Pourquoi la population israélienne est-elle moins touchée ? Quels sont les moyens déployés par Tsahal pour la protéger ?

     

    Les soldats du Dôme de Fer

    En cinq jours, les cinq batteries de Dôme de fer déployées ont intercepté 347 roquettes tirées de Gaza, toutes dirigées contre des grands centres de population en Israël. Autrement dit, 347 catastrophes ont été évitées.

    Le Dôme de fer repère et neutralise le missile en plein air, avant qu’il n’explose en Israël. Une dernière batterie vient d’être déployée dans la région centre du pays et a déjà intercepté des roquettes sur Tel Aviv.

    Dôme de fer en action dans le sud d’Israël

    Les frappes ciblées de l’armée de l’air

    A plusieurs reprises, Tsahal a ciblé des lanceurs des roquettes et/ou leurs rampes de tirs juste avant que les roquettes ne soient effectivement tirées sur Israël. Tsahal déjoue ainsi des tirs de roquettes sur sa population.

     

    La Défense civile

    Le Front Intérieur en charge de la protection des civils est un acteur clé de la défense israélienne. Il dispense des formations dans les écoles et enseigne à la population les consignes de sécurité rudimentaires, mais qui ont déjà sauvé des milliers de vie. Des consignes que les Israéliens connaissent désormais sur le bout des doigts : courir vers l’abri le plus proche quand l’alerte retentit, y rester 10 minutes après la fin de la sirène, privilégier des abris bétonnés… Les centres d’appels d’urgence, en cas de crise comme ces derniers jours, sont pris d’assaut et les abris anti-missiles ne désemplissent pas, de jour comme de nuit.

    Ainsi, la comparaison du nombre de victimes côté israélien et côté palestinien ne permet pas de se faire une idée de la réalité du conflit. L’absence de victime côté israélien n’est pas le résultat de l’absence de menace mais bien celui des efforts de Tsahal à tous les niveaux pour protéger sa population prise pour cible. En contrepartie, Les terroristes de Gaza utilisent leurs civils comme boucliers humains et tirent leurs missiles en pleine zone d’habitations civiles. Les Gazaouis sont ainsi pris au piège par leurs propres leaders. D’ailleurs, 125 roquettes tirées par le Hamas ont atterri…sur Gaza.

    Les Israéliens ont confiance en leur armée et en ses systèmes de protection. Mais leur confiance n’est pas aveugle et ces mesures défensives ne sont pas hermétiques. Jeudi dernier (15 novembre), une roquette s’est abattue sur une maison de Kyriat Malachi et a tué 3 civils israéliens.

    Mardi 20 novembre, roquette a frappé une voiture à Beer Sheva. Une personne a été blessée.

    Voiture frappée par une roquette à Beer Sheva

    Voiture frappée par une roquette à Beer Sheva

    Par ailleurs, chaque fois qu’une roquette est tirée les passagers des bus circulant dans la zone de tir doivent descendre en quelques secondes pour tenter de se mettre à l’abri, ce qui est quasiment impossible lorsque le véhicule est plein.

  • Des terroristes utilisent des véhicules et bâtiments de la presse à Gaza pour leurs activités

    Des terroristes utilisent des véhicules et bâtiments de la presse à Gaza pour leurs activités

     

    Quand les terroristes se déguisent en civils, il y a de fortes chances pour que cela termine en drame pour ces derniers. Le 19 novembre, un responsable du Hamas déguisé en journaliste a été pris pour cible alors qu’il conduisait une voiture arborant les lettres “TV”. En se comportant de cette manière, il met en danger l’ensemble des journalistes présents dans la bande de Gaza.

     

    Muhammed Shamalah, commandant du Hamas dans le sud de la bande de Gaza et chef de programmes d’entrainement du mouvement conduisait une voiture censée appartenir à la presse, abusant de la protection assurée par Tsahal aux journalistes. Le terroriste a été visé par l’armée de l’Air israélienne après que son identité ait été confirmée grâce à des informations précises recueillies par les services de renseignements de l’armée.

    Voiture utilisée par le terroriste Muhammed Shamalah

    Voiture utilisée par le terroriste Muhammed Shamalah

    Cet incident est survenu le jour même où quatre terroristes du Jihad islamique ont pris le contrôle d’un bâtiment de presse à Gaza, mettant ainsi en danger la vie des journalistes se trouvant à l’intérieur.

    Tsahal a ciblé le bâtiment. Seul le 2ème étage a été visé, le reste de l’immeuble est intact.

    Quatre leaders du Jihad islamique se trouvaient dans le bâtiment de presse.

    1. Baha Abu al-Ata, Commandant du Jihad islamique à Gaza, responsable de tirs de missiles/attaques contre Israël et de fabrication d’armes
    2. Tissir Mahmoud Mahmed Jabari, leader du Jihad islamique, chargé de former les terroristes et de valider une attaque contre Israël.
    3. Halil Batini, leader du Jihad islamique responsable des tirs de missiles longue-portée sur Israël et de la sécurité intérieure.
    4. Ramaz Harab, Chef de la propagande du Jihad islamique à Gaza, second de Tissir Jabari, ancien commandant de la division de Sheikh Rajuan.

    Au cours des derniers jours, Tsahal a ciblé de manière précise les sites utilisés par les groupes terroristes, la plupart du temps le Hamas et le Jihad islamique. Les terroristes utilisent de façon systématique les infrastructures civiles pour mener leurs activités.

    La méthode du bouclier humain a contraint l’armée israélienne à viser des cibles qui ne sont pas que militaires, coûtant ainsi parfois la vie à des civils innocents. Cette méthode a par ailleurs mis en danger tous les résidents de la bande de Gaza qui, sans leur consentement, ont été plongés dans un conflit armé.

  • Résumé des évènements de la nuit

    Mardi 20 NOVEMBRE  source info site officiel de Tsahal en francais http://tsahal.fr/

     

    06h50 – Résumé des évènements de la nuit : Tsahal a ciblé environ 100 sites terroristes dont des sites souterrains de lancement de roquettes, des tunnels et des entrepôts de munitions.

    L’armée israélienne a visé plusieurs bâtiments utilisés à des fins terroristes ainsi que dix tunnels qui servaient de caches à des responsables du Hamas.

    Une institution financière mise au service du Hamas pour financer ses activités terroristes a également été prise pour cible dans le nord de la bande de Gaza.

    La Marine israélienne a pour sa part ciblé des sites terroristes situés sur la côte. Des frappes directes ont été identifiées. Par ailleurs, des soldats de l’artillerie ont ouvert le feu contre des zones suspectes au sein de la bande de Gaza

    02h23 – Photo : le Hamas a utilisé un stade de la bande de Gaza pour tirer des roquettes contre Tel Aviv et Jérusalem.

    00h15 – Vidéo : Opération Pilier de Défense, bilan du 6ème jour

     
     
  • Gaza : la Syrie et l'Iran détournent l'attention

    Gaza : la Syrie et l'Iran détournent l'attention
    Lundi 19 novembre 2012 à 13:42
    Selon le journal panarabe Asharq al-Awsatt, l'Iran et la Syrie utilisent la scène gazaouie pour enflammer le Proche-Orient et détourner l'attention de la communauté internationale.

    Alors que le monde arabe condamne à l'unanimité les raids de Tsahal sur Gaza et que l'opération Pilier de défense fait la une des chaînes des informations arabes, la guerre civile entre rebelles et forces fidèles à Bachar al-Assad se poursuit allègrement en Syrie, et ce sans provoquer de vagues depuis 20 mois.

    C'est dans ce contexte que Tariq Alhomayed, le rédacteur en chef e journal panarabe londonien Asharq al-Awsat, très répandu dans le monde arabe, a décidé d'attirer l'attention de ses lecteurs sur une autre tragédie arabe, sur les origines et raisons ayant conduit selon lui à l'escalade au sud d'Israël : les Iraniens et Assad. Un point de vue édifiant.

    Dans sa une intitulée ''La solution de Gaza - le retour en Syrie'', Alhomayed écrit : ''Les guerres dans notre région sont devenues une compétition. Malheureusement, chaque guerre vient mettre de l'ombre sur la précédente, dans une ''fuite en avant''. Ce qui se passe à Gaza est une ''fuite en avant'' dans l'espoir de protéger Assad ou de faire en sorte que le prix de son renversement soit plus lourd pour tous. Les ingénieurs de premier plan de cette fuite sont les Iraniens''.

    Selon lui, les Iraniens ont tenté grâce à leurs agents aux frontières d'Israël de réchauffer le front. Comme ils ont échoué à la frontière syrienne ou libanaise, ils se sont focalisés sur Gaza. ''Depuis l'incursion du drone ennemi (du Hezbollah au sud d'Israël-ndlr) et toutes les tentatives (terroristes-ndlr) dans le Sinaï, et comme le front syrien ne s'est pas autant réchauffé que ne l'espéraient Assad et l'Iran, ils ont utilisé le front de Gaza, qui est le plus explosif. Israël utilise Gaza comme un punching-ball pour s'entraîner et se faire les muscles''.

    Concernant la Syrie, Alhomayed poursuit : ''Maintenant la meilleure solution pour sortir de la guerre à Gaza est d'en revenir à la Syrie, et avec toute la force. Et celui qui a actionné les roquettes à Gaza, l'a fait consciemment en sachant qu'il n'y avait pas d'égalité, en cherchant uniquement à sauver Assad, dont les jours sont comptés, et qui serait plus près que jamais de sa fin''.

    Son message sera-t-il entendu par la communauté internationale ?

  • Opération à Gaza: « voilà le résultat des non-condamnations internationales pour les milliers de tirs depuis Gaza… »

    Opération à Gaza: « voilà le résultat des non-condamnations internationales pour les milliers de tirs depuis Gaza… »

     
    Publié le : 15 novembre 2012
     

    « Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU comprennent qu’Israël à le droit de se défendre » a déclaré l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor. Une déclaration faite en marge d’une session d’urgence tenue par le Conseil de Sécurité à propos de la situation à Gaza.

    « Maintenant, nous attendons que l’Autorité Palestinienne condamne les tirs de roquettes depuis Gaza » a t-il dit.

    « La communauté internationale comprend qu’Israël à le droit de se défendre et que la réalité des roquttes tirées sur Israël ne pouvait pas continuer » a expliqué Prosor.

    Prosor a affirmé qu’il était «du devoir du Conseil de sécurité à remplir le rôle pour lequel elle a été créé et ainsi de condamner le Hamas pour ses tirs de roquettes sur Israël », mais a déclaré que, sur la base des résolutions précédentes, le Conseil devrait simplement appeler à la retenue des deux côtés et à mettre fin à la violence.

    Les deux émissaires israéliens et palestiniens ont été autorisés à assister et à prendre la parole lors de la session d’urgence, qui a été convoquée à la demande de l’Egypte.

     

    Prosor a défendu la décision d’Israël de lancer une offensive sur Gaza suite à 4 jours d’offensives palestiniennes sur les villes du sud.

    « Nous avons démontré la plus grande retenue pendant des années, mais le gouvernement israélien a le droit et le devoir de répondre à ces attaques », a t-il dit. « Israël ne va pas jouer à la roulette russe avec la vie de ses citoyens. »

    Il a souligné qu’aucun pays n’avait condamné les tirs de roquettes qui pleuvaient sur Israël et qu’aucune nation ne saurait tolérer une pareille situation.

    « Le Hamas a transformé Gaza en une décharge de munitions et d’approvisionnements d’armes venues de l’Iran », a t-il dit.

    Jeremyah Albert – JSSNews