kadima

  • Israël : élections anticipées en vue, la gauche se renforce, Kadima s’effondre

    Israël : élections anticipées en vue, la gauche se renforce, Kadima s’effondre
    source Guysen news : par Itaï Smadja -

    Après un projet de loi prévoyait la tenue d’élections anticipées annulé au dernier moment en mai lors d’un coup de théâtre dont seule la politique israélienne a le secret, la question est de nouveau d’actualité. En cause : le budget 2013 qui prévoit des coupes budgétaires. Du coup les sondages se multiplient et annoncent toute la même tendance : le Likoud de Netanyahou reste la première force du pays, tandis que la gauche se renforce au détriment du parti centriste Kadima.

    La date de la mi-février 2013 est de plus en plus évoquée en Israël, par les médias et des responsables officiels, pour évoquer la tenue d'élections anticipées, le budget 2013 ayant peu de chances d'être adopté, vu les nouvelles mesures d'austérité qu'il préconise.
     
    Réagissant à ces rumeurs, le rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du parti orthodoxe séfarade Shass, a dit ne pas souhaiter d'élections législatives anticipées, mais n'a pas l'intention non plus d'accepter d'autres mesures d'austérité qui doivent être encore votées.

    Toutefois, sein de la formation Shass, on se dit convaincu que les élections vont bel et bien avoir lieu en février 2013, à cause des dissensions au sein de la coalition. Le président du parti lui-même, Eli Yshaï, qui occupe par ailleurs la fonction de ministre de l’Intérieur, a ainsi estimé mardi, à l'issue d'une entrevue avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le ministre des Finances Youval Steinitz, que les élections pour la 19ème Knesset seraient anticipées.
    Pourtant le chef du gouvernement Binyamin Netanyahou a laissé entendre qu'il sera possible de faire entériner le budget 2013 à la Knesset et d'organiser les élections à la date prévue.
    Lors d'un cocktail offert aux membres de la coalition jeudi 27 septembre à sa résidence à Jérusalem, il a affirmé que tous les dirigeants des groupes parlementaires soutiennent la poursuite du mandat de la coalition. "Pour donner au pays encore une année de stabilité il faut approuver un budget responsable'', a-t-il précisé, soulignant que le monde était confronté à une crise économique la plus grave de ces 83 dernières années, et que le Moyen-Orient est soumis à d'intenses soubresauts. Mardi, il a précisé qu’il prendrait sa décision finale concernant l’éventualité d’élections anticipées d’ici le 15 octobre.
    Les médias eux se projettent déjà dans l’avenir et commencent à sonder la population israélienne afin de savoir à quoi ressemblera la prochaine Knesset. Selon un sondage mené par le Haaretz, journal de gauche, si des élections avaient lieu aujourd’hui, voici comment se répartiraient les principaux sièges au parlement :
    • Likoud, droite, dirigé par Netanyahou : 28 députés – contre 27 dans l’actuelle Knesset.
    • Parti travailliste, gauche, dirigé par Shelly Yehimovich : 20 – 13 actuellement.
    • Yisrael Beitenou, droite, dirigé par Avigdor Lieberman : 14 – 15 aujourd’hui.
    • Shaas, orthodoxe séfarade, dirigé par Eli Yishaï : 11, stable.
    • Kadima, centre, dirigé par Shaoul Mofaz, 8…contre 28 aujourd’hui.
    • Yesh Atid, centre, dirigé par Yair Lapid : 8 – (nouveau parti)
    • Les trois partis arabes restent stables avec 11 élus.
    • Le parti du Judaïsme et de la Thora ainsi que celui de Beit Hayehoudi restent également stable avec un résultat oscillant entre 12 et 13 élus.
    • Le Meretz passerait de 3 à 5 députés, confirmant ainsi une hausse globale des partis de gauche dans la société israélienne.
    Enfin, le parti Atzmaout (Indépendance), créé uniquement autour de la personne d’Ehoud Barak afin de lui permettre de garder son portefeuille de ministre de la Défense, serait la plus petite formation politique du pays avec seulement 2 sièges…c’est-à-dire Ehoud Barak, chef de la liste, accompagné d’un seul autre député…