jerusalem capitale juive

  • mardi 25 octobre 2016 ...Shim'hat Torah (aussi écrit Simhat Torah)

    Shim'hat Torah (aussi écrit Simhat Torah)

    mardi 25 octobre 2016
     

    simha-tora.jpg

    Simhat Torah, littéralement « Joie de la Torah », est célébrée le 23 Tichri dans le calendrier hébreu, c’est une fête joyeuse qui marque la fin du cycle annuel des lectures hebdomadaires de la Torah et son recommencement.

    Origine historique de Simhat Torah

    ADVERTISEMENT
     

    En Israël, les fêtes de Simhat Torah et de Chemini atsèret sont observées le même jour alors que dans les communautés de la diaspora, Simhat Torah est célébrée le lendemain de Chemini atsèret.

    La distinction entre les deux fêtes n’a aucun fondement biblique ou talmudique mais daterait de l’époque des geonim (sages des académies babyloniennes au IXème siècle).

    Ce sont ces sages qui introduisirent le cycle annuel de lecture de la Torah qui était jusque là un cycle triennal1. C’est pour célébrer la clôture et le recommencement de ce cycle que la fête de Simhat Torah a été instituée.

    Célébrations de Simhat Torah

     

     

    La célébration de la fête de Simhat Torah tourne exclusivement autour de la joie de la lecture de la Torah.

    Les joyeuses processions

    A l’office du soir, tous les rouleaux de la Torah sont sortis de l’arche sainte et portés par les fidèles qui tournent sept fois autour de la bimah (estrade de lecture) dans de joyeuses processions. Chacune des sept processions est séparée de la suivante par des chants et danses au cours desquels les porteurs des rouleaux de la Torah sont rejoints par les autres fidèles. Les enfants prennent part aux processions en agitant des petits drapeaux ou des rouleaux miniatures de la Torah.

    Les fiancés

    Au cours de l’office, deux fidèles que la communauté souhaite honorer sont choisis pour jouer le rôle de hatanim (fiancés), le hatan Torah (fiancé de la Torah), qui lit la dernière section de la Torah, et le hatan Béréchit (fiancé du commencement), qui lit la première section de la Torah.

    Cette coutume signifie qu’il ne doit pas y avoir d’interruption entre la fin du cycle de lecture et le début du nouveau cycle, que les deux cycles doivent s’enchaîner, cela afin de prouver que les fidèles ne se lassent jamais de lire la Torah2.

  • Hommage aux victimes juives de ce weekend

    Bonjour à toutes et tous
    Hommage aux victimes de ce weekend
    Il y a le jour… il y a la nuit…
    Il y a l’amour qui dans chaque cœur fleurit
    Il y a la vie … il y a la mort…..
    Ce weekend devait être un jour de vie,
    Un jour d’amour un jour comme il
    Devrait en être ainsi toujours…….
    Mais la cruauté humaine a frappé tuant
    Des parents sous les yeux de leurs enfants,
    Tuant hommes et femmes à plusieurs reprises
    Enlevant la vie à la guise d’un dirigeant dément
    Qui se prend pour un « grand » avec le sang
    Des innocents qui coulent sur ces mains ….
    Hier des parents souriaient
    Ils parlaient de demain avec leurs enfants
    Et leurs tenaient la main…en pensant aux meilleurs lendemains
    Hier.. C’était hier et tout s’est arrêté juste là.. là au bord du chemin Ils ne verront plus de demain
    Laissant enfants et familles avec leurs chagrins tout cela
    A cause de « cretins » qui préfèrent donner la mort
    Sans scrupules, sans regrets des animaux qui n’ont rien d’humain
    Alors aujourd’hui si il y a le jour.. il y aura la nuit…
    S’il y a l’amour ne sombrons pas dans l’oubli
    Ayons foi en la vie qui est si courte
    Et disons a ceux que nous aimons que nous serons
    Toujours la pour les aimer… les protéger …
    Car demain …. Quel sera notre destin
    Golda Meir a dit un jour les mots suivants :
    « Nous n’aurons la paix avec les arabes que lorsqu’ils
    Aimeront plus leurs enfants qu’ils ne nous détestent »

    (Charly 05/10/2015)

     
    Photo de Salomon Charly.

     

  • Fete de Roch Hachana le nouvel an juif lundi 14 et mardi 15 septembre 2015

    Dates de Roch Hachana

    Rosh Hashana (ou Roch Ha-Chanah) est prévu aux dates suivantes :

    • Paris, début le dimanche à 19h51 et fin le mardi à 20h53.

    Littéralement, Roch Ha-Chanah signifie, « tête de l’année » et est donc considérée comme le Nouvel An juif et le jour anniversaire de la création du monde. Roch Ha-Chanah dure deux jours et est célébré le 1er et le 2 du mois de Tichri dans le calendrier hébreu.

    ADVERTISEMENT
     

    Elle marque le début des dix jours de pénitence, au cours desquels l’on se doit de penser aux fautes commises tout au long de l’année écoulée, et d’en demander pardon à Dieu. Cette période d’introspection et de repentance se conclut par le Grand Pardon, Yom Kippour1.

    Origine et dénominations de Roch Ha-Chanah

    L’expression Roch Ha-Chanah n’apparaît qu’une fois dans la Bible (Ez 40,1) et désigne apparemment le début de l’année, bien que sa signification ne soit pas très claire.

    Cette fête apparaît dans la Torah sous trois noms différents :

    • Chabbaton : jour de repos solennel qui devait être observé au premier jour du septième mois
    • Zikhron terouah : jour du Souvenir proclamé par la sonnerie du chofar (corne de bélier)
    • Yom Terouah : jour où l’on sonne du chofar

    Les sages donnèrent plus tard à cette fête deux autres noms :

    • Yom ha-Din : jour du jugement
    • Yom ha-Zikkaron : jour du Souvenir, où Dieu se souvient de ses créatures

    La notion de « jour du jugement » est rabbinique. Elle est largement développée dans le traité Roch Ha-Chanah de la Michnah2.

    Selon ce traité, toute l’humanité défilerait devant Dieu ce jour-là, tel un troupeau de moutons. Cette idée est en outre commentée dans le Talmud qui insiste sur le fait que le Nouvel an est une occasion pour chacun de faire un examen de conscience à la lumière des valeurs du judaïsme3.

    Les traditions associées à Roch Ha-Chanah

    Il est de mise de s’habiller en blanc pour aller à la synagogue, ce qui symbolise le désir que devraient avoir les hommes de se rapprocher de Dieu en se purifiant de leurs péchés.

    Le repas de Roch Ha-Chanah

    Ce repas familial ouvre la fête le premier soir, au début duquel on fait un kiddoush (bénédiction du vin, effectuée au début du repas), puis la coutume veut que chacun trempe un quartier de pomme dans du miel (pour que la nouvelle année soit douce)1.

    Il est aussi appelé Yehi Ratson de Roch ha-chanah. On y mange certains aliments précis : courge, fenouil, poireau, blette, dattes, figues, grenade, pomme et miel, tête d’agneau et poisson4 tout en récitant de brèves formules. L’expression qui revient dans toutes celles-ci est yehi ratson (que soit ta volonté). Il s’agit d’une série d’invocations à Dieu, d’appels à sa bienveillance.

    L’obligation d’écouter la sonnerie du chofar :

    Le chofar est une corne de bélier, en souvenir du sacrifice d’Abraham5. La sonnerie du chofar est liée à la fois au passé, au présent et au futur, et rappelle à chaque Juif qu’il est lui-même, en premier lieu, l’artisan de son futur.

    Selon Maïmonide5, la sonnerie du chofar a pour but de sortir les hommes de leur assoupissement, de leur rappeler la souveraineté du Créateur et de les ramener à la techouvah (repentir)6.

    La cérémonie du Tachlickh

    L’après-midi du premier jour de Roch ha-chanah, la tradition veut que l’on se rende au bord d’une rivière, d’un lac ou de la mer pour accomplir la cérémonie du Tachlikh, qui consiste à jeter symboliquement tous ses péchés dans l’eau.

    Roch Hachana dans le monde

    • En Éthiopie, les Beta Israël appellent traditionnellement le premier jour du 7ème mois tazkara Abraham ou berhan saraqa, et plus récemment re’essa awda amat. Pendant cette journée particulière, ce sont des kessim qui chantent les liturgies.
    • Dans la tradition du karaïsme, c'est sous le nom de Yom Teroua qu'est considérée la fête du premier jour du 7ème mois. Le nouvel an est quant-à lui fêté le premier jour du mois de l'aviv. Yom Teroua est donc uniquement l'occasion de prières publiques et de sonneries de la teroua.
    • Dans la culture du samaritanisme, c'est avec un jour de bons repas et de prières qu'est fêté le premier jour du 7ème mois. Ce jour marque l'arrivée des israélites dans le pays de Canaan.

    Références

    1. Dictionnaire pratique et commenté du judaïsme, Étienne Gotschaux, ed. du Palio, octobre 2011, p. 450 et 451
    2. Michna : ensemble de textes normatifs du judaïsme, constitutifs de la loi orale (halakha) élaboré entre le 1er et 3ème s. è. c.
    3. Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, ed. Cerf, Paris, 1993, p. 978 à 980
    4. Le judaïsme, Sonia Brunetti Luzzati et Roberto Della Rocca, ed. Hazan, 2007, p. 252 à 254
    5. Père du peuple juif auquel Dieu demanda d’offrir son fils en sacrifice. Alors qu’Abraham était sur le point d’obéir, un ange intervint et remplaça le fils par un bélier
    6. Homme de loi et philosophe, grand penseur du judaïsme médiéval, auteur de la Michneh Torah, seconde Torah, principale compilation de la loi juive.

    Photos de Roch Hachana

    Quelques photos pour illustrer le Roch Hachana.

    Souffleur de shofar au mur des lamentations Souffleur de shofar au mur des lamentationsGovernment Press Office (GPO) / CC-by-sa

     

    Coran et fruits pour Roch Hachana Tanakh et fruits pour Roch Hachanaralokz / CC-by-sa
  • Lettre d'un Jérusalémite.

    379162_393267487411945_1142482017_n.jpgLettre d'un Jérusalémite.

    Je ne suis pas un extraterrestre, comme vous semblez le croire. Je suis un jérusalémite, un homme en chair et en os, comme vous. Je suis un citoyen de ma ville, une partie intégrante de mon peuple.
    J'ai certaines choses sur le cœur dont je dois me débarrasser. N'étant pas diplomate de mon état, je n'ai pas à peser mes mots. Je ne vois pas la nécessité ni de vous être agréable, ni de vous persuader.
    Je ne vous dois rien. Vous n'avez pas construit cette ville. Vous n'y habitez pas et vous n'étiez pas présent pour la défendre lorsqu'elle était entourée d'ennemis qui voulaient l'anéantir.

    Et nous serons perdus si nous vous permettons de nous la reprendre. Longtemps avant que New York existât, Jérusalem fut. Au temps ou Berlin , Moscou, Londres et Paris n'étaient encore que des forêts et régions marécageuses et malsaines, vivait à Jérusalem une communauté juive jeune et florissante.

    Cette communauté dota le monde -ce qu'en tant que nations solidement établies sur cette terre vous rejetez - d'un vieux code de morale humaine.
    C'est ici que marchèrent les prophètes dont les paroles illuminèrent le pays comme des éclairs. Ici demeurait un peuple qui ne demandait qu'à vivre en paix et qui dut se défendre contre les vagues successives d'attaquants, un peuple qui saigna et mourut sur les champs de bataille, un peuple qui se jeta dans son temple en flammes plutôt que de se rendre; et lorsque finalement, submergé par le nombre, il fut vaincu et emmené en captivité, il jura :" Si je t'oublie, Jérusalem, que ma main droite m'oublie ! que ma langue s'attache à mon palais si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie !" (Psaume 137)

    Pendant 2000 ans empreints de souffrances, alors que nous vivions parmi vous comme des hôtes indésirables, nous intercédions journellement pour un retour dans cette ville.
    Trois fois par jour, nous présentions cette requête devant le Tout Puissant :"Rassemble-nous des quatre coins de la terre, dirige-nous sur le chemin montant qui conduit dans notre pays, dans ta miséricorde reviens à Jérusalem, dans la ville et habite dans ses murs comme tu l'as promis !".
    Chaque année, au jour du grand pardon et à chaque fête de la Pâque, nous avons élevé nos voix dans l'espérance que nous nous retrouverons l'an prochain à Jérusalem.

    Vos inquisitions, pogroms, expulsions et ghettos dans lesquels vous nous avez parqués, vos contraintes au baptême, votre système de contingentement, votre subtil antisémitisme et finalement l'inexprimable règne de terreur, l'holocauste -et ce qui est plus terrible encore, votre incroyable indifférence - tout cela ne nous a pas brisés.
    Il est possible que ces méfaits vous aient enlevé votre dernière force morale. Quant à nous, ils nous ont forgés comme du fer.

    > Croyez-vous vraiment qu'après avoir du passer par toutes ces terribles étapes, nous puissions maintenant être brisés ?

    Pensez-vous qu'après Dachau et Auschwitz , vos menaces, vos blocages et autres mesures puissent nous effrayer ? Nous étions en enfer - nous en sommes revenus - un enfer que vous nous aviez préparé.
    Que pourriez vous encore trouver dans votre arsenal qui serait susceptible de nous infliger la terreur ? Deux fois, j'ai vu la ville souffrir sous une grêle de bombes propulsées par des nations qui se disent civilisées.

    En 1948, alors que vous étiez des spectateurs non concernés, j'ai vu des femmes et des enfants déchiquetés par des éclats d'obus, ceci après que nous avons souscrit à votre désir d'internationaliser" la ville. Ce fut une alliance porteuse de mort : officiers britanniques, canonniers arabes utilisant des canons américains.
    Et peu après, le pillage et la destruction sauvage de la vieille ville.
    Les massacres sciemment organisés, la cynique dévastation des synagogues et des écoles religieuses, la profanation des cimetières juifs et la vente par le gouvernement des pierres tombales pour la construction de poulaillers et d'entrepôts militaires et même, tenez-vous bien, de lieux d'aisance publics.

    Et vous n'avez jamais élevé la voix pour dénoncer ces abominations.
    Vous n'avez jamais élevé la moindre protestation lorsque les Jordaniens, au mépris des promesses faites après la guerre, guerre qu'ils firent malgré une décision de l'ONU à ce sujet, verrouillèrent le lieu le plus saint de nos lieux saints, le Mur des Lamentations.

    Aucune voix ne se fit entendre parmi vous lorsque les mercenaires coiffés de leur casque à pointe, à l'abri dans leurs positions derrière les murs, ouvrirent le feu sur nos citoyens.

    Vos cœurs saignèrent lorsque Berlin fut bloquée.
    Vous vous êtes empressés d'organiser un pont aérien pour venir en aide aux courageux berlinois, mais vous n'avez pas envoyé une once de nourriture dans la Jérusalem assiégée et affamée.

    Vous avez tempêté lors de la construction par les Allemands de l'est d'un mur au travers de Berlin mais il n'y eut pas le moindre piaillement de votre part à cause de l'autre mur qui divisait le cœur de Jérusalem.

    Puis, lorsque vingt ans plus tard, de semblables évènements se reproduisirent, alors que les Arabes, sans aucune provocation, bombardèrent sauvagement la Ville Sainte, lequel d'entre vous a entrepris quelque chose ?

    Ce n'est qu'au moment où la ville fut enfin et définitivement unifiée que vous vous êtes réveillés.

    > Alors, en vous tordant les mains, vous avez prononcé de pompeuses paroles sur le droit et la morale, particulièrement sur le fait de tendre l'autre joue. Préfériez vous voir la ville détruite plutôt que de la savoir entre les mains juives ?

    Malgré la tournure toujours très diplomatique de vos phrases, les préjugés établis depuis fort longtemps percent dans chacune de vos paroles. Au cas ou le retour de la ville au peuple juif provoquerait un noyau de difficultés dans votre théologie, il serait temps pour vous de réviser votre catéchisme.
    Après tout ce que nous avons souffert, nous ne nous conformerons pas passivement à vos fausses idées selon lesquelles nous devons accepter d'être éternellement apatrides.

    Pour la première fois depuis l'an 70 après J.C., il y a la liberté religieuse dans tout Jérusalem. Pour la première fois depuis que les romains jetèrent leurs torches incendiaires sur le Temple , il y a, en terre d'Israël les mêmes droits pour chacun.

    Nous avons en horreur l'usage de l'épée mais vous nous avez contraints à la prendre dans les mains. Nous désirons ardemment la Paix mais nous ne reviendrons pas à l'état de paix de 1948, comme vous l'exigez de nous.

    Nous sommes enfin chez nous, dans notre pays.
    C'est pour nous une merveilleuse certitude en tant que nation, nous qui fûmes contraints par vous de voyager sur toute la surface du globe.
    Nous ne partirons pas. Nous avons retiré le gage déposé par nos ancêtres. Jérusalem sera construite. L'an prochain, et l'an prochain et l'an prochain, ceci jusqu'à la fin des temps, "à Jérusalem".

    > Ce texte, diffusé par Primo en Janvier 2003, est toujours d'actualité

  • Souviens toi… 27 janvier

    Souviens toi… 27 janvier


    Par Claude Bensoussan( Z''L) pour Guysen International News - Dimanche 27 janvier 2013

     
     
     
     
    DR GIN

    Mémoire...

    Rubrique quotidienne

    Une exclusivité Guysen International News


    1942

    Les fascistes hongrois exécutent un raid sur Stari Becej, un village situé près de Novi Sad (Voïvodine, Yougoslavie), au cours duquel ils massacrent plus de 100 juifs.

    Après l'occupation de Benghazi (Libye) par les Britanniques, ce port est bientôt repris par les Germano-Italiens. La communauté juive est aussitôt attaquée, les magasins sont systématiquement pillés, puis, à la suite d'un ordre de déportation, pratiquement tous les juifs de Benghazi sont envoyés à Giadi, un camp dans le désert à 240 kilomètres au sud de Tripoli, où ils se trouvent soumis au travail forcé dans des conditions inhumaines, en plus d'une épidémie de fièvre typhoïde. 562 juifs périssent.

    1943

    1 300 juifs du ghetto de Grodek Jagiellonski (province de Galicie, R.S.S. d'Ukraine) sont fusillés par les SS.

    Création d'un mouvement de résistance juif clandestin dans le ghetto de Pruzana (district de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie). Les nazis apprennent son existence et décident de liquider le ghetto. Le 27 janvier commence la déportation des juifs, dont 2 500 sont envoyés au camp d'extermination d'Auschwitz. Certains d'entre eux résistent vaillamment.

    1945

    Le camp d'extermination d'Auschwitz est libéré par l'armée soviétique. Il n'y reste qu'un très petit nombre de survivants.
  • Les mouvements terroristes de la bande de Gaza ont multiplié les attaques.

    Des dizaines de roquettes frappent Israël
    Mardi 9 octobre 2012 ( source guysen news)
    Les mouvements terroristes de la bande de Gaza ont multiplié les attaques.

    Ce matin, plus de 20 roquettes ont été tirées de Gaza sur le sud d’Israël. En réponse, Tsahal a ciblé des sites utilisés par le Hamas pour ses activités terroristes et les cellules responsables des tirs de roquettes. L’une des caches d’armes ciblées avait été déguisée par les terroristes en mosquée.

    Les autorités précisent que l'opération visait Mohammed Makaoui, un terroriste de 25 ans soupçonné d'appartenir à un mouvement armé à l'origine d'une récente attaque transfrontalière qui a coûté la vie à un Israélien dans le Sinaï. Blessé la veille dans un autre raid israélien, Makaoui a succombé à ses blessures.

    Le Jihad islamique et le Hamas sont à l'origine de ces tirs, bien que ce dernier affirme ne pas vouloir entrer dans un nouveau cycle de violence qui lui serait, de toute évidence, néfaste.