itamar

  • La tuerie d’Itamar et le double discours palestinien – démonstration

    La tuerie d’Itamar et le double discours palestinien – démonstration

    Assassinat Itamar

    Le double langage est une des grandes spécialités de la propagande musulmane, que les palestiniens maitrisent parfaitement. En voici un nouvel exemple : 

    Suite à l’effroyable assassinat par un palestinien  de 3 enfants juifs et de leur parents pendant leur sommeil (lire), le Hamas fait des déclarations très différentes, en anglais et en Arabe. 

     

    Sur son site officiel en anglaisQassam.ps, le Hamas poste ce court message condamnant les meurtres d’enfants, et dans lequel il nie toute part de responsabilité :  

    Le Hamas nie toute responsabilité pour Itamar

    Ezzat Al-Rashak, un représentant officiel du Mouvement National palestinien Hamas officiel déclare que le mouvement n’est pas responsable de l’assassinat des cinq membres de la famille de la colonie d’Itamar.

    Al-Rashak confirme que faire du mal à des enfants ne fait pas partie de la politique du Hamas, ni la politique des factions de la résistance.

    Il a également précisé que la possibilité que l’incident ait été commis par les colons eux-mêmes pour des motifs criminels ne doivent pas être exclus.

    Mais sur le site en arabe, ici, le meurtrier est glorifié par le Hamas qui lui attribue le titre de “moudjahid” (Combattant d’Allah), et ils qualifient les 5 victimes (dont un bébé de 3 mois)  de “5 sionistes usurpateurs”:

    Cinq sionistes tués à coups de couteau dans la colonie usurpatrice d’Itamar

    Cinq usurpateurs sionistes ont été tué le matin du samedi 12 Mars 2011, à coups de poignard par un Palestinien dans la colonie usurpatrice d’Itamar, à l’est de la ville de Naplouse.

    Notre correspondant à Naplouse a signalé qu’un moudjahid palestinien a réussi à pénétrer dans la colonie usurpatrice d’ “Itamar” au sud de Naplouse dans les territoires occupés de la rive occidentale, et a poignardé cinq usurpateurs sionistes.

     

    De son coté l’Autorité Palestinienne fait la même chose que le Hamas. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu  a dénoncé aujourd’hu le double discours des responsables de l’Autorité Palestinienne :

    “Au monde. à l’extérieur, ils (les responsables palestiniens) parlent de paix, et à leur propre peuple, ils enseignent la haine, ils autorisent l’incitation à la violence contre Israël, dans leurs écoles, dans leurs mosquées et dans les médias qu’ils contrôlent. Ceci doit finir. La communauté internationale doit exiger de l’autorité Palestinienne la fin de ces incitations.

    L’Autorité Palestinienne doit cesser ces incitations, et commencer à éduquer son peuple à la paix. c’est le seul moyen de parvenir à la paix.” 

    Benjamin Netanyahu a également dénoncé l’attitude de la communauté internationale qui s’empresse de condamner Israël pour la construction de logements mais traine des pieds pour condamner le crime barbare palestinien.   

    La vidéo en anglais.

     

     
  • Un poème de Bialik pour une famille assassinée

    Un poème de Bialik pour une famille assassinée

    Merci a Rachel Samoul

    Comme une chape de plomb, aujourd’hui sur Israël. Comment comprendre qu’on puisse égorger un enfant dans son sommeil?  Bialik avait écrit après le pogrom de Kichinev en 1903. Je crois qu’il convient tout à fait aujourd’hui.

     

    Tuerie

    Cieux, implorez grâce pour moi !
    S’il y a en vous un Dieu,
    Et un chemin qui conduit à lui, Un chemin que je n’ai pas trouvé
    Alors, priez vous pour moi !
    Mon cœur est mort;
    Plus de prière sur mes lèvres,
    Plus de force dans les bras, plus d’espoir !

    Jusqu’à quand ? Jusqu’où, Jusqu’à quand ?

    Holà ! Bourreau, voici ma gorge, viens et tue !
    Abats-moi comme un chien ! Toi, tu as un bras et un couteau
    Et, moi, j’ai l’univers pour échafaud.
    Frappe à la tête ! Que le sang du meurtre,
    Le sang de l’enfant et du vieillard,
    Gicle sur ta chemise

    Et que jamais il ne s’efface !

    S’il y a une justice, qu’elle paraisse aussitôt !
    Mais si elle tarde, si elle n’éclate qu’après ma mort,
    Après que, moi, j’aurai été détruit,
    Je veux que son trône s’écroule
    Et que les cieux périssent dans le mal éternel !
    Quant à vous, scélérats, sustentez-vous de sang,
    Allez et vivez de vos ignominies !

    Maudit soit celui qui dira : vengeance !
    Une telle vengeance, la vengeance du sang d’un enfant,
    Satan ne l’a point encore inventé…
    Que le sang se creuse un chemin sous terre,
    Qu’il sape et ronge et mine dans les ténèbres
    Les fondements délabrés de l’univers !

    (Traduction de l’hébreu de J. Milbauer)

    Paru dans l‘Anthologie de la poésie en hébreu moderne (Gallimard, 2001)

    En souvenir de Hadass, 3 mois, Elaad, 4 ans, Yoav, 11 ans, Ruth Fogel, 35 ans, Udi Fogel, 36 ans égorgés à Itamar.