infos

  • Les 3 enfants-otages juifs enlevés par le hamas retrouvés morts

    Alerte info: Les corps des 3 enfants-otages juifs retrouvés par Israël (mis à jour)

    Publié le : 30 juin 2014

    C’est désormais officiel, même si JSSNews et une poignée de journalistes israéliens avaient l’information depuis un certain temps. Les 3 enfants otages israéliens, Naftali, Gilad et Elad, ont été retrouvés morts par les Forces de Défense d’Israël.

    Leurs corps étaient dans le village de Halhoul dans le nord de Hévron. A la découverte des corps, des palestiniens du village, des sauvages, ont caillassés les soldats et secouristes.

    Halhoul est un fief du Hamas, de nombreux terroristes y vivent. Les corps étaient enterrés dans un champs. Il se pourrait que les 3 enfants aient été tués dès le jour de leur enlèvement.

    PALA

    Ces 3 civils de 16 et 19 ans, qui contrairement à ce qu’affirment les médias français ne sont pas non plus des « colons », ont été enlevé en raison de leur appartenance à la religion juive uniquement. Le Hamas, partie intégrante du gouvernement d’union palestinien est tenu pour responsable de ces actes barbares.

    Depuis le 12 juin, date du kidnapping, Israël a mené de très nombreuses opérations spéciales visant à retrouver les adolescents.Toute la Judée-Samarie a été fouillée. Les soldats israéliens ont visité plus de 3.000 habitats, ils ont découverts des tunnels secrets, des caches d’armes, des faux-plafonds. Plus de 500 responsables du Hamas ont été arrêté.

    Mais l’annonce de la découverte des trois corps sans vie devrait mettre un coup de frein aux opérations, bien qu’Israël cherche toujours à mettre un coup sérieux au Hamas.

    Sans avoir trop d’information pour l’instant, il se pourrait fortement que les 3 enfants-otages aient été exécutés quelques heures seulement après leur enlèvement.

    La Knesset a annulé toutes ses sessions de la soirée. A Eilad, la ville du jeune Gilad, les rideaux de fer sont baissés.

    Israël devrait raser plusieurs infrastructures du Hamas dans la nuit. Naftali Bennett demande au Premier Ministre d’envoyer des troupes à Gaza, afin d’en prendre le contrôle. Mais c’est une option peu probable.

    L’ambassadeur de France en Israël se dit être « en état de choc. Je condamne ce meurtre, cet acte de barbarie. Mes condoléances aux familles des trois adolescents et à tout le peuple d’Israël. J’ai l’espoir que les auteurs de ce crime barbare, ignoble, soient arrêtés et jugés. Les français sont avec vous ce soir. J’appel à la retenue contre toute forme de vengeance et je fais confiance à l’Etat d’Israël pour que justice soit rendue. »

    Indéniablement, dès cet instant et pour les prochains jours, tout Israël va pleurer la mort de ses fils.

    Am Israël Haï !

    Par Jeremyah Albert - JSSNews 

  • Tsahal arrête 50 terroristes libérés dans l'affaire Shalit

    Tsahal arrête 50 terroristes libérés dans l'affaire Shalit

    Il y a 2 heures -  source : Juif.org
     
     
    Tsahal arrête 50 terroristes libérés dans l'affaire Shalit - © Juif.org

    Le porte-parole de Tsahal a déclaré mercredi matin que dans le cadre des activités de renseignement et durant l'opération à grande échelle pour retrouver les trois adolescents enlevés, Tsahal et le Shin Bet ont arrêté 65 hommes recherchés. Parmi ceux-ci, environ 50 avaient été libérés durant l'affaire Shalit, qui a vu la libération de plus de 1000 terroristes arabes en échange de Gilad Shalit, retenu otage du Hamas pendant plus de cinq ans.

    Les hommes arrêtés ont été emmenés pour interrogatoire.

    Depuis le début de l'opération, a déclaré l'armée israélienne, environ 240 hommes recherchés ont été arrêtés. Environ 800 maisons ont été fouillées, et environ 10 actions ont été prises contre des cibles faisant partie des "daawa", l'infrastructure civile du Hamas.

    Le fait que 50 des 65 hommes arrêtés aient été libérés dans l'accord Shalit semble être un message intentionnel au Hamas, pour que sa stratégie d'enlever des juifs pour obtenir la libération de ses terroristes réalise en fait le contraire.

    Le premier ministre Benyamin Netanyahou a salué l'opération de Tsahal et du Shin Bet. "Les activités de cette nuit, durant lesquelles des terroristes du Hamas, y compris des terroristes libérés dans l'affaire Shalit, ont été arrêtés, est un élément avec un important message, dans une série de nombreuses actions qui se poursuivront, et dont le but est de ramener nos jeunes enlevés, et blesser le Hamas en Judée Samarie."

    La député Orit Struk (Bayit Yéhoudi) a salué l'arrestation des terroristes libérés.

    "L'arrestation des terroristes libérés dans l'affaire Shalit est la meilleure réponse à l'enlèvement des garçons," a-t-elle dit. "De cette façon, Israël dit clairement aux ravisseurs et à leurs partisans que l'enlèvement d'israéliens ne conduira pas à la libération de terroristes, mais au contraire, cela mettra beaucoup plus de terroristes en prison en Israël. Israël ne sera pas l'otage du terrorisme palestinien."

    Le chef du parti Yesh Atid, le ministre des finances Yair Lapid, a également exprimé sa satisfaction suite aux arrestations. "Ca ne s'arrêtera pas ici," a-t-il dit. "Le Hamas va apprendre, à la dure, que même si cela prend du temps, nous allons les rattraper, où qu'ils se trouvent. Les activités de lutte contre le Hamas vont continuer, jour et nuit, au moment où ils s'y attendent le moins. Jusqu'à ce que les garçons nous soient retournés."

    Un haut responsable de l'armée israélienne a déclaré mardi soir que l'opération "Gardien de nos Frères" est "un combat permanent qui ne finira pas en une semaine." "Une partie de notre force, c'est notre capacité à maintenir cette campagne pendant une période de temps prolongée. Nous visons leurs entreprises, les infrastructures financières, politiques, et plus encore. Même si cela ne parvient pas à empêcher la prochaine attaque, cela aura un effet à long terme."

    "Le Hamas a commis une erreur stratégique, et maintenant il sera également touché au niveau stratégique, car il sera isolé," a poursuivi le responsable.

  • Belgique : le criminel du musée juif n’a pas agi isolément

    Belgique : le criminel n’a pas agi isolément


    Belgique : le criminel n’a pas agi isolément

     
     
     
     
     

    Le journaliste Philippe Michiels  était sur la scène du crime très rapidement après la commission des faits. Il nous raconte ce qu’il a vu et entendu. Enfin un article de presse qui parle franc et qui n’est pas écrit de façon biaisée !

    Au-delà de ce que vous en ont déjà dit les médias, que pourrais-je dire de plus à propos de l’attentat contre le Musée juif de Bruxelles ? Celui-ci, vous le savez, a fait quatre victimes directes, dont un couple d’Israéliens en visite. Dans l’état actuel de l’enquête et, selon ce que veut bien révéler le Parquet, un homme serait descendu de voiture face à ce bâtiment culturel, a abattu deux personne sur le seuil et a ensuite pénétré à l’intérieur pour tirer sur deux autres. Il a fait feu à six reprises, visant froidement le visage et la gorge, puis est reparti à pied. Bien que deux d’entre elles soient de nationalité israélienne, on ignore encore l’identité des victimes, la police souhaitant d’abord prévenir les familles.

    A mon arrivée, plusieurs médias nationaux et internationaux étaient présents, ainsi que des responsables d’organisations juives et de nombreux représentants des grands partis politiques… Si les élus libéraux paraissaient sincèrement effondrés – tels Alain Destexhe, dont l’amitié pour la communauté juive n’a jamais été prise en défaut, Viviane Teitelbaum, elle-même membre de cette communauté, ou Didier Reynders, présent par hasard dans le quartier, qui a été un des premiers à accourir sur les lieux et à prévenir les secours – je me suis demandé ce que faisaient sur place les représentants du cdH, du P.S. et d’Ecolo, ces partis qui – On le sait ! – espèrent tirer leur score électoral de l’hostilité envers Israël qu’ils affichent… dans l’espoir de grappiller des voix au sein des populations musulmanes de Belgique !

    Car – Que l’on ne s’y trompe pas ! – dans l’esprit de l’Islam, l’Etat et le Peuple d’Israël (Entendez : « les Juifs » !) ne font qu’un. Aussi, quand la Ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (cdH), était présente en tête de cortège, lors de la manifestation anti-israélienne du 11 janvier 2009, et qu’elle y est restée alors que des cris antisémites étaient lancés, des étendards du H’ezbollah et du H’amas brandis, des drapeaux israéliens incendiés, des calicots métamorphosant l’Etoile de David en Croix gammée levés, elle faisait le lit de la haine des Juifs et la voir s’amener, la bouche en cœur, se pavaner devant les caméras pour se dire « horrifiée » par un attentat « qui pourrait être antisémite » tenait plus du cynisme que de l’inconscience ! De même, lorsque Simone Susskind (P.S.) est arrivée sur les lieux – flanquée de Jamal Ikazban (élu P.S. également !) responsable de la publication d’une dessin antisémite et ayant traité Claude Moniquet, expert (non-Juif) en lutte anti-terroriste, « d’ordure sioniste » – en déclarant urbi et orbi (afin de laver d’avance ses « amis » de leur responsabilité éventuelle) que « cet attentat est peut-être le fait de l’extrême-droite fasciste », cela relevait plus de la provocation que de l’expression d’une sympathie envers les victimes ! Quant à Ecolo, qui « bouffe du Juif » à chaque petit déjeuner tout en cachant ce mets « politiquement incorrect » sous le nappage d’une sauce « anti-sioniste », les larmes de crocodiles versées par ses représentants me faisaient penser à l’un de ces sauriens regrettant qu’un de ses congénères ait avalé d’un coup le repas qu’il s’apprêtait pour sa part à déguster morceau par morceau ! Car les déclarations, partiales et enflammées, pro-arabes de ces gens incitent des individus à l’esprit fanatique – dont le cerveau malade fond dans un même moule Juifs, sionistes et Israéliens – aux pires horreurs. Le criminel du Musée juif, même s’il a été seul à agir, n’a donc pas agit isolément !

    Il en va de même pour la plupart des rédactions des médias subventionnés qui, par leurs reportages anti-israéliens biaisés, attisent le feu qui couve au sein de la société multi-culturelle belge. Faut-il rappeler que des propos antisémites (Entre autres : « Tuer le Christ ne leur a pas suffit ! ») sont restés plus de six mois sur le Forum de la Radio-Télévision Belge Francophone, et ce, avec l’accord écrit de la Ministre de l’Audio-Visuel (Fadila Laanan, P.S.), avant que la page ne soit effacée ? Que la presse « aux ordres » compare régulièrement (l’entité terroriste de) Gaza à un camp de concentration et qualifie les détenus arabes en Israël, condamnés par une Justice impartiale pour meurtres, de « prisonniers politiques » ? Que des éditoriaux comparent, aussi faussement que régulièrement, le système démocratique israélien aux pires heures de l’apartheid Sud-Africain ? Celui qui arme le bras d’un fou dangereux, tout en lui désignant une cible innocente, n’est-il pas encore plus coupable que le simple d’esprit ?

    Car ces gens, qui poussent des cris d’orfraies à l’évocation des partis néo-nazis, ne pratiquent-ils pas eux-mêmes, au profit de leur idéologie électoraliste de gauche, les mêmes méthodes que le Docteur Goebbels : flatter les bas instincts d’une populace qui ne peut réfléchir par elle-même, désigner Israël comme le bouc émissaire de tous les maux, afin de se hisser en écrasant celui-ci sous le poids de l’appareil du Parti ?!

    On sait combien a coûté au Peuple juif, et aux peuples libres, cette folie menée à son terme !

    Philippe Michiels source

    http://www.israel-flash.com/2014/05/belgique-le-criminel-na-pas-agi-isolement/

  • Vidéo: Décryptage d un mensonge ou 2 jeunes adolescents auraient été tués le jour de la Nakba

    QUAND LES MEDIAS EUROPEENS AUX INFOS DIFUSENT DES MENSONGES ......VOICI LA VERITE

    Vidéo: Décryptage 2 jeunes adolescents auraient été tués le jour de la Nakba


    Vidéo: Décryptage 2 jeunes adolescents auraient été tués le jour de la Nakba

     
       
             
     
       

    « Le 15 mai, jour de manifestation de la Nakba, deux ados palestiniens sont tués par l’armée israélienne à Beituna près de Ramallah. »

    C’est en ces termes que les médias ont accusé Israël sans s’encombrer de l’élémentaire éthique du métier de vérification de faits aussi grave, sans s’embarrasser de les corroborer par des sources indépendantes, à la simple vue d’une vidéo plus que douteuse.

    Voici la vidéo qu’ils diffusèrent :

    Plusieurs choses sautent aux yeux : les ados « assassinés » tombent au sol en amortissant leur chute avec leurs avant bras tendus. L’instant d’après, les témoins reprennent leurs activités au lieu de s’abriter, et l’on ne voit aucune trace de sang, ni au sol, ni sur les vêtements.

    Grâce aux caméras de surveillance de la gare on peut voir que toute cette histoire est une pure mise en scène de la propagande palestinienne, rappelant l’affaire Al Dura…
    Le drame est que toutes les télévisions européennes gobent et diffusent n’importent qu’elle fausse information en provenance des palestiniens sans jamais prendre le temps et de vérifier !

    Nous avons décortiqué au ralenti les rush des caméras de surveillance :

     

    Reproduction autorisée avec la mention:

    © Christian De Lablatinière pour Europe Israël

  • Iran : son « Plan B » pour préparer des têtes nucléaires

    Iran : son « Plan B » pour préparer des têtes nucléaires

    2013-03-12_111028

    Commentant les images prises par satellite le 9 février dernier au-dessus de l’Iran, le quotidien britannique a confirmé que l’Iran disposait à présent dans sa centrale « secrète » d’Arak des stocks d’ « eau lourde » lui permettant de préparer activement le plutonium indispensable à la fabrication de bombes nucléaires.

     Photo centrale d’Arak

    Par Richard Darmon, - hamodia


    Commentant les images prises par satellite le 9 février dernier au-dessus de l’Iran, le quotidien britannique a confirmé que l’Iran disposait à présent dans sa centrale « secrète » d’Arak des stocks d’ « eau lourde » lui permettant de préparer activement le plutonium indispensable à la fabrication de bombes nucléaires. Une centrale que l’AIEA n’a pas pu visiter depuis 2011 et que dont ces mêmes photos montrent qu’elle est massivement protégée par des missiles anti-aériens et par des batteries d’artillerie DCA en tous genres disposées à l’ouest de ce site.
    En fait, d’après ce journal, la centrale d’Arak sert aux mollahs à développer leur « Plan B » de production de plutonium, lui aussi utilisable pour la fabrication de bombes nucléaires.
    Rappelons que le 21 février dernier, l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) a confirmé, après de nombreux documents antérieurs allant dans le même sens, que « l’Iran est plus proche que jamais de produire de matériel enrichi pour fabriquer une bombe atomique ». En fait, parallèlement au développement de cet arsenal nucléaire, l’Iran a mis au point – avec l’aide de la Corée du Nord, de la Chine et de la Russie des missiles Shahab-3, Shahab-4, Safir 1 et Safir 2 : ils sont placés sous le commandement direct des Gardiens de la Révolution islamique – et peuvent transporter des ogives atomiques de 700 à 1 200 kilos avec une portée de 5 000 à 10 000 kilomètres, en faisant exploser leur charge à 700 mètres au-dessus de leurs cibles, une caractéristique exclusivement réservée aux bombes nucléaires. Téhéran a aussi développé et testé des détonateurs explosifs de « jonction filaire » déclenchant une implosion de type nucléaire.
    Face au danger nucléaire iranien, l’équation géostratégique au Moyen-Orient est la suivante : si Israël ne se résout pas à exercer – y compris tout seul… – des frappes préventives contre les infrastructures nucléaires des mollahs, on risque fort de voir sous peu les deux pays sunnites que sont l’Arabie Saoudite et l’Égypte s’équiper en armes nucléaires auprès du Pakistan ; et ce, afin de contrebalancer la puissance nucléaire chiite iranienne. À l’inverse, si Israël détruit – même partiellement – le programme nucléaire de Téhéran, il est probable que les pays sunnites ne s’équiperont pas tout de suite en armes nucléaires.

    Quand Nétanyaou utilise « la carte iranienne » pour tenter de construire sa coalition gouvernementale…

    En appelant, lors du Conseil des ministres du 3 mars, les différents partis politiques à le rejoindre pour former « une vaste coalition capable de faire face aux défis massifs se dressant contre notre pays », Nétanyaou a en quelque sorte joué sa « carte iranienne » afin de tenter de sortir de l’impasse des négociations politiques qui stagnent depuis un mois…
    Faisant à nouveau référence aux négociations internationales sans résultat de la semaine dernière au Kazakhstan avec l’Iran, il a notamment déclaré : « en gagnant ainsi encore plus de temps grâce à ces pourparlers sans cesse reconduits, les Iraniens accélèrent leur production d’uranium afin de fabriquer plusieurs engins nucléaires. Je dois aussi ajouter qu’en ces moments où tous nos ennemis sont en train d’unir leurs efforts- pas seulement pour fabriquer des armes atomiques pouvant être utilisées contre Israël, mais aussi en accumulant des armes mortelles stockées autour de notre pays -, il faudrait plutôt que nous unissions toutes nos forces pour éradiquer tous ces dangers. (…) Or, je regrette vivement que cela ne se fasse pas… Toutefois, je redoublerai d’efforts dans les prochains jours pour y parvenir afin d’en faire une priorité nationale et internationale. Surtout compte tenu des terribles menaces en jeu pour la sécurité de la région et du monde entier ! »

    Israël désappointé par « l’inutilité » du dialogue des grandes puissances avec l’Iran…

         par Richard Darmon  
     

    Même si elle n’a débouché sur rien de concret, la reprise des discussions amorcée la semaine dernière à Almaty, au Kazakhstan, entre l’Iran et les pays du G 5 + 1 inquiète Jérusalem sur le laxisme des Occidentaux, et particulièrement de l’administration Obama, face à l’accélération du programme nucléaire des mollahs.


    Seul résultat tangible du premier round qui a eu lieu les 25 et 26 février derniers au Kazakhstan : le groupe du G 5 + 1 – à savoir les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU : États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine, plus l’Allemagne – s’est mis d’accord avec l’Iran pour de nouvelles discussions sur son programme nucléaire qui devraient avoir lieu à la mi-mars… Une énième répétition des pourparlers sans cesse relancés de 2012 ainsi que des années précédentes, dont la seule conséquence concrète consiste à donner encore plus de temps aux mollahs pour parachever leurs préparatifs nucléaires entrés désormais dans leur dernière « ligne droite ».
    « On n’a pas constaté de rapprochement particulier entre les points de vue et l’atmosphère générale n’était pas très bonne », devait ainsi préciser l’agence russe Interfax en citant une source ayant participé aux pourparlers tenus à Almaty. Et ce, malgré le fait que le G5 + 1 avait proposé antérieurement à l’Iran de lever certaines sanctions internationales (notamment celles du boycott pétrolier) si Téhéran acceptait de geler ses activités nucléaires, entre autres celles de la centrale d’enrichissement d’uranium à Fordow. Or la position iranienne a encore consisté à affirmer que c’est l’arsenal nucléaire d’Israël – et non ses tranquilles préparatifs prétendument « civils » – qui « menace la paix dans la région ». Ce qui hypothèque grandement les chances d’arriver à un quelconque accord avant les élections iraniennes de juin prochain, comme le souhaitent les Occidentaux.

    « Les Iraniens ne cherchent qu’à gagner du temps… »

    « Il est évident que les délégués iraniens rient sous cape, a commenté Sima Shine, la responsable israélienne du Département ‘Iran’ au ministère des Affaires stratégiques. Ils assistent calmement aux négociations, s’expriment avec emphase en tentant de justifier leurs ‘droits’ à pouvoir enrichir de l’uranium. Et pendant ce temps, leurs experts disposent d’encore plus de temps et progressent chaque jour dans la fabrication de bombes nucléaires ! »
    Dénonçant quant à lui la poursuite obstinée par l’Iran de son programme nucléaire, le Premier ministre Binyamin Nétanyaou, qui a relevé que les sanctions ne semblaient pas suffire à faire fléchir Téhéran, a demandé à la communauté internationale de menacer les mollahs d’une opération militaire contre leurs installations : « Tout comme la Corée du Nord, l’Iran continue de bafouer les normes de la communauté internationale et ne semble pas vouloir stopper son programme nucléaire militaire, a-t-il dit le 26 février. La communauté internationale doit renforcer ses sanctions contre l’Iran et prévenir qu’en cas de poursuite de ce programme, il y aura des sanctions militaires ».
    On se souvient que, quelques jours plus tôt, le Premier ministre avait qualifié de « grave » le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui estimait que l’Iran était « plus proche que jamais d’obtenir du matériel enrichi pour une bombe atomique ». Rappelons aussi que dans son fameux discours prononcé en septembre 2012 devant l’Assemblée générale de l’ONU en septembre, Nétanyaou avait demandé qu’« une ligne rouge nette et claire » soit fixée pour le programme nucléaire iranien.

    Un sujet « prioritaire » à discuter avec Obama

    Or il est évident que ce sera là le sujet prioritaire qu’il abordera avec le président américain Barack Obama, lors de sa visite programmée en Israël pour la seconde quinzaine de mars. D’autant que malgré la fermeté verbale réitérée par Obama – qui répète sans cesse qu’il ne laissera pas les Iraniens se doter de la bombe atomique -, Jérusalem se sent en fait de plus en plus désappointé par le laxisme des Occidentaux – et principalement des Américains – en la matière : « Après que notre délégué à la Sécurité nationale dépêché aux USA, Yaacov Amidror, m’a briefé sur ce qui s’est passé au Kazakhstan, j’estime que l’Iran se trouve plus prêt que jamais de son but ! », a prévenu Nétanyaou lors du Conseil des ministres du 3 mars.



     

  • Regarde qui te pleure, cela en dira long sur ce que tu as été

    Regarde qui te pleure, cela en dira long sur ce que tu as été 

    par Gil Taïeb  Israel Infos Redaction

    Quelques jours après la disparition du vieil indigné, quelques langues se délient, soulignant l'indécence des éloges démesurés rendus par la Nation.

    L'unanimité autour de l'icône se fissure et certains hommes et femmes libres ont commencé à parler et à écrire sur les mensonges et légendes véhiculés sans réserve.
    La demande de Panthéonisation et l'hommage de la Nation ont été pour certains les gouttes qui ont fait déborder le vase.

    Osons espérer qu'après ces quelques vérités révélées par des êtres éclairés, la décence reviendra et que le vieil homme ne rejoindra pas le temple des véritables Grands Hommes.

    Dans cette même semaine, un dictateur a rejoint le monde de la Vérité. Hugo Chavez, le président vénézuélien est mort.
    A côté de la tristesse légitime et respectable d'un peuple bercé par ses discours et endoctriné par son populisme, certaines vérités, là encore, sont bonnes à rappeler :
    - la situation économique du Venezuela est dramatique, résultat d'une gestion lamentable
    - les libertés sont sous contrôle et Internet régulé
    - l'agriculture est exsangue et la dilapidation des richesses pétrolières font du Venezuela un état dépendant.

    A côté de ces considérations économiques, nous ne pouvons ignorer les prises de position et les amitiés du Président Chavez.
    Sa proximité avec tous les dictateurs de la planète est un signe qui ne trompe pas. Leur présence aux obsèques est un témoignage incontestable de l'idéologie prônée par Chavez.

    Hier, beaucoup de larmes emplissaient les yeux d'un peuple pauvre qui s'est laissé séduire par ce dictateur et ses discours populistes, fleuves et enflammés.
    Chavez en digne héritier des Fidel Castro et Bolivar, a conquis le cœur d'un peuple qui se trouve aujourd'hui orphelin et qui risque de se réveiller dans une réalité qui le plongera dans une crise économique et sociale inévitable.

    La présence d'Ahmadinejad au premier rang des invités signe bien un aspect évident que nombre de bienpensants ont cherché à occulter.
    L'antisémitisme du dirigeant venezuelien n'a jamais été cachée et sa haine d'Israël a été en permanence rappelée.

    Pour mémoire, le 24 décembre 2005, Chavez, dans un discours sur les inégalités sociales, scandait : "Il y a dans le monde de quoi satisfaire les besoins de tout le monde, mais dans les faits des minorités, les descendants de ceux qui ont crucifié le Christ, les descendants de ceux-là même qui ont expulsé Bolivar d'ici et qui l'ont crucifié à sa manière à Santa Marta en Colombie.

    Une minorité s'est approprié les richesses du monde, une minorité s'est emparé de l'or de la planète, de l'argent, des minerais, des eaux, des bonnes terres, du pétrole, des richesses et ils ont concentré les richesses en peu de mains : moins de dix pour cent de la population du monde est maîtresse de la moitié de la richesse de tout le monde."

    Ces mots doivent résonner dans nos mémoires et nous obligent à questionner son fils spirituel en France, Jean-Luc Mélenchon, pour lequel Chavez a été un véritable héros.

    Nous devons questionner le Ministre Victorin Lurel qui représentait la France et qui a osé déclarer que le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Chavez, allant jusqu'à le comparer à un mélange du Général de Gaulle et Léon Blum.
    Une comparaison insultante qui provoque l'indignation et pour laquelle, il serait bon d'entendre le Chef de Gouvernement.
    Le dicton "Regarde qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es" peut aussi être complété en
    "Regarde qui te pleure, cela en dit long sur ce que tu as été".