http:tsahal.fr

  • L’ennemi en 2015 : imprévisible et en quête de notoriété

    L’ennemi en 2015 : imprévisible et en quête de notoriété

     
     

    Banner sodlats

    La récente vague d’attaques terroristes en Europe a souligné le danger des nouveaux ennemis de 2015, qui cherchent par des actes meurtriers à créer ce que l’on appelle un “buzz médiatique”. Dans un exercice très spécial simulant un scénario de la vie réelle, les combattants de l’unité d’élite Duvdevan se sont préparés à cet ennemi imprévisible et avide de notoriété.

    Les aboiements des chiens errants interrompent le silence que les soldats tentaient de maintenir jusque-là. Ils essaient de les calmer, en vain. Les chiens sentent que quelque chose ne va pas. Un cri terrifiant confirme ces suspicions.

    Un premier rapport indique qu’entre six et sept terroristes ont infiltré un village israélien en Samarie. Les soldats fouillent chaque maison dans la région. Soudain, ils sont alertés : personne n’arrive à joindre la famille Cohen. Lorsqu’ils atteignent la résidence des Cohen, ils découvrent que toute la famille a été brutalement assassinée. Les forces comprennent rapidement que cette attaque est un stratagème mis en place par les terroriste pour distraire les soldats de la principale attaque ayant lieu dans l’école du village. Lorsqu’ils arrivent à l’école, l’un des otages court vers les soldats et leur transmet un message des terroristes : “Reculez ou ils vont tuer tout le monde”.

    duvdevan

    Ce scénario fait partie de l’entraînement de l’unité d’élite Duvdevan et est d’autant plus pertinent que ce type de scénario s’est récemment produit en Europe. “Nous n’avons jamais imaginé que ces scénarios que nous simulons arriveraient dans la vraie vie”, explique le sergent-chef I., l’un des soldats. “Les récents événements nous ont fait comprendre que nous nous préparons à des menaces concretes et actuelles.”

    Un nouvel ennemi en 2015 : qui est-il et que veut-il ?

    Au cours des dernières semaines, une vague terroriste terrifiante a traversé Israël et l’Europe. Le 7 janvier dernier, 12 personnes ont été tuées par des terroristes dans les bureaux du célèbre journal Charlie Hebdo à Paris. Les tueurs se sont identifiés comme affiliés à la branche Al-Qaeda au Yémen, qui a endossé la responsabilité de l’attaque. Deux jours plus tard, un autre terroriste islamiste armé a pris plusieurs personnes en otages dans le supermarché “Hyper Casher” à Paris. Il a assassiné 4 des otages. Le 14 février, un homme armé a mené deux fusillades au Danemark. Deux personnes sont tuées au cours des attaques : l’une lors d’un débat ouvert dans un café, et l’autre visant une synagogue.

    duvdevan

    “Tout le monde a été submergé par les récents événements terroristes qui sont devenus une préoccupation mondiale”, affirme le capitaine A., un commandant de compagnie dans l’École de Lutte Anti-terroriste de Tsahal. “Le nouvel ennemi de 2015 veut créer un “buzz médiatique”. Il cherche à intriguer les médias, puis mourir en martyr. Comment pensez-vous que les forces de police à Paris ont réussi à identifier les terroristes lors de la fusillade à Charlie Hebdo ? Ils ont laissé leurs cartes d’identité à l’intérieur du véhicule qu’ils ont utilisé pour fuire. Pourquoi les ont-ils laissées là ? C’était intentionnel ! C’est ça le vrai visage du nouvel ennemi de 2015. Il veut que le monde entier sache qui il est.”

    Comment faire face à un ennemi sans scrupules

    Faire face à un ennemi en quête de notoriété place les soldats dans une position délicate qui leur demande d’avoir contrôle sur le déroulement des événements mais aussi d’empêcher le terroriste de les manipuler. “Il existe un aspect psychologique complexe que nous, commandants, avons besoin de prendre en considération”, dit le capitaine A. “Par exemple, un terroriste peut négocier avec nous et poser un ultimatum, puis changer d’avis même si nous avions accepté de coopérer. Il peut ne pas vouloir négocier du tout. Cela dépend de la personnalité du terroriste et de son objectif. Quoiqu’il en soit, les commandants ont besoin d’avoir les compétences qui leur permettront de faire face à toutes ces situations”.

    Soldats de Duvdevan

    Des soldats de l’unité d’élite Duvdevan

    Lorsque des vies humaines sont en jeu et que chaque seconde compte, il faut savoir fixer les priorités. L’attention doit être partagée entre les otages, les terroristes, et la coopération avec d’autres forces. “C’est important de garder en tête que le but est de minimiser les dommages et de trouver la solution la plus efficace avec le personnel et les moyens disponibles. Tout au long de notre service, nous sommes formés et préparés à de multiples scénarios. Nous ne voulons pas qu’il arrive quelque chose, mais quand c’est le cas, nous restons concentrés sur notre mission. Nous faisons tout notre possible pour protéger la vie des civils”.