haifa

  • incendies criminels dévastateurs sur la terre juive d'Israel

    Israël en alerte face à des incendies dévastateurs

     
     
     

    - Des dizaines de milliers d'habitants ont reçu l'ordre jeudi d'évacuer Haïfa, la troisième ville du pays, en raison des incendies qui ont atteint le cœur de l'agglomération. Selon les autorités, la moitié des départs de feu seraient d'origine criminelle.

     

    Quatre-vingt mille résidents de Haïfa ont dû être évacués jeudi alors que des feux de forêts et de broussailles, favorisés par la sécheresse et attisés par des vents violents, se sont propagés à plusieurs quartiers résidentiels. «Nous sommes confrontés à de nombreux foyers d'incendie que nous avons le plus grand mal à contrôler», a déclaré en milieu d'après-midi Yona Yahav, le maire de cette ville portuaire d'environ 270 000 habitants située au nord d'Israel.

    Les images spectaculaires de plusieurs tours dévorées par les flammes et de collines baignées par des fumées rougeâtres tournent en boucle sur les principales chaînes de télévision. Une prison située sur les hauteurs de la ville a été évacuée, plusieurs routes ont été coupées pour permettre l'évolution des secours et plus d'une centaine de personnes ont été hospitalisées - essentiellement pour des problèmes respiratoires.

    Les pompiers israéliens semblent pris de vitesse par les dizaines de départs de feu recensés au cours des trois derniers jours, principalement dans le nord du pays ainsi qu'aux alentours de Jérusalem et dans la plaine côtière. Cette crise, d'une ampleur sans précédent depuis le grand incendie qui avait fait plus de quarante morts et dévasté la forêt du Carmel en décembre 2010, a contraint le gouvernement à solliciter l'aide de plusieurs pays.

    La Turquie, la Grèce, la Croatie, l'Italie et Chypre se sont engagés à acheminer au plus vite une dizaine de canadairs.

    La France a annoncé jeudi soir dans un communiqué qu'elle envoyait trois avions de la sécurité civile. Benyamin Nétanyahou s'est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine, qui a promis de mobiliser sur le champ deux bombardiers d'eau Beriev BE-200.

    Le gouvernement a enfin réclamé l'engagement d'un Boeing 747 «supertanker» américain qui devrait être déployé dans les vingt-quatre heures. Plusieurs unités de la défense civile ont été mobilisées et l'état-major a annulé les permissions prévues ce week-end.

    Plusieurs suspects arrêtés

    Surprises par la multiplication des foyers, les autorités croient pouvoir affirmer qu'une moitié d'entre eux est d'origine criminelle et accusent à mots à peine couverts des mains arabes de les avoir déclenchés.

    Plusieurs suspects ont été arrêtés, mais on ignore pour l'heure tout de leur profil ou de leurs motivations. «Il est probable qu'un mobile nationaliste soit à l'origine de certains incendies», a déclaré Roni Alsheich, le patron de la police, tout en précisant qu'un grand nombre des foyers a aussi démarré de façon accidentelle. «Tout incendie qui est le résultat d'une incitation à la haine sera considéré comme un acte terroriste», a prévenu Benyamin Nétanyahou, en visite à Haïfa. Naftali Bennett, le chef de file de la droite religieuse, avait accusé peu auparavant: «seule une personne à qui cette terre n'appartient pas est capable d'y mettre le feu.»

    Plusieurs parlementaires arabes israéliens ont dénoncé jeudi ces accusations. «À mon grand regret, certains cherchent à exploiter une situation dramatique pour monter l'opinion contre notre communauté», a affirmé le député Ayman Odeh, tandis que les habitants de plusieurs localités arabes ont offert d'héberger des habitants de Haïfa. L'Autorité palestinienne, de son côté, a proposé d'apporter son concours aux soldats du feu israéliens. Le gouvernement israélien n'avait pas officiellement répondu en début de soirée.

  • Israël, Des femmes palestiniennes et israéliennes se rencontrent à Haifa

    Israël, Des femmes palestiniennes et israéliennes se rencontrent à

    Haïfa.

    rencontres_femmes_israeliennes_et_palestiniennes

    Une rencontre de femmes israéliennes et palestiniennes s'est tenue à Haïfa. Ces femmes palestiniennes ont compris qu'elles étaient les victimes de groupes violents qui ne veulent pas la paix avec Israël. Une femme nous relate cette rencontre, cette "réunion d'espoir".

     

    Réunion d'espoir:

    par Edna Angelica Calo Livne Ph.D.

    "Aujourd’hui, j’ai participé à une réunion avec des femmes palestiniennes sur le Mont Carmel à Haïfa. Elle était organisée par le Centre de Formation International Golda Meir du Mont Carmel.

    Josh Mendes de New York a donné un cours à 40 femmes juives et arabes sur la Médiation des Conflits.
    Nous avons parlé de la peur, la douleur et la lute, tous les aspects négatifs, mais aussi parfois positifs, que le conflit engendre.

    Il nous a parlé des 5 manières de résoudre un conflit selon les théories du Dr. Kraybill : se mettre en compétition, collaborer, passer un compromis, le refuser (déni), s’accorder. L’objectif était d’aider les participants au conflit à aller où ils veulent aller ! Si vous venez à une médiation vous devez savoir l’histoire de chacun et pour être un bon médiateur vous devez aimer les gens.

    J’aime les gens, je voudrais collaborer afin de s’accorder…mais, parfois, c’est trop difficile ! Parfois, vous sentez dans ce pays que tout est si fragile, les relations, votre sécurité et celle de votre famille, votre maison, votre vie.

    Le cours fut intéressant, et se déroula dans une bonne atmosphère, calme, entre les femmes. Nous nous assîmes ensemble pour déjeuner et nous échangeâmes sur notre travail, nos familles, nos maisons. Nous découvrîmes que nous avions beaucoup en commun, l’importance de l’éducation, un amour des arts, et de la paix.

    Femmes juives et arabes

    Après déjeuner, Martina Quick, Conseillère à l’Ambassade de Suède à Tel-Aviv, vint nous rendre visite.
    En deux minutes ce fut comme si ce beau rêve d’harmonie avait disparu. Quand la Conseillère demanda aux femmes palestiniennes ce qu’elles ressentaient, elles commencèrent immédiatement à blâmer Israël, les soldats, les check points et elle nous jetèrent à la figure toutes leurs frustrations, comme une gifle douloureuse.

    J’eu un moment de désespoir, je ressentis que la paix entre nous n’adviendrait jamais. Mais je compris que c’était exactement la raison de notre réunion. Parler de notre douleur, montrer l’autre aspect du conflit : celui des mères, des éducateurs qui essaient de trouver une autre voie. J’ai demandé à prendre la parole : "Mes amies, aujourd’hui nous sommes ensemble ici et c’est déjà un miracle !

    Les animateurs du Centre Golda Meir ont travaillé dur pour nous faire nous rencontrer ici ! Ils ont obtenu les autorisations, organisé le transport, obtenu les lieux, financé le tout. Tous ces efforts pour que nous soyons ensemble, alors, s’il-vous-plait, arrêtez de vous plaindre !!!!

    C’est à nous de construire, d’aller de l’avant, de créer, ensemble, de donner un autre future à nos enfants. J’ai 4 fils, trois d’entre eux sont à l’armée, deux d’entre eux de garde à des check points entre Israël et l’Autorité palestinienne. Que pensez-vous ? Que je n’ai pas peur ? Vous pensez que je suis heureuse de cette situation ? Comment pensez-vous que je les ai éduqués ? A haïr ? A combattre ? Non !

    Ils ont grandi avec de la musique, de la poésie, l’espoir, la joie. Nous voulons partager avec vous et votre sagesse, nous voulons que commence l’ère des mères, des femmes ! Nous voulons que la douleur cesse pour tous.

    Les Palestiniennes commencèrent alors à s’ouvrir à nous sur l’opposition de leurs communautés arabes, sur leur sentiment d’injustice parce qu’elles sont les victimes de groupes violents qui ne veulent pas la paix avec Israël.

    Nous ressentions toutes, juives et arabes, que nous sommes les otages de groupes extrémistes de terroristes que veulent que nous continuions à nous tuer les uns les autres.

    Une femme palestinienne m’embrassa chaleureusement et me dit : "Aujourd’hui j’ai senti votre douleur … j’ai compris que la douleur est aussi dans votre cœur !"

    Notre excellente réunion se termina sur la promesse de se rencontrer à nouveau, de créer quelque chose ensemble, d’arrêter de se plaindre et de commencer à construire : pour nos familles, notre futur, pour une meilleure vie, la vie que toutes et tous nous méritons !"

    © Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source



    Lire la suite: http://www.europe-israel.org/2011/09/israel-des-femmes-palestiniennes-et-israeliennes-se-rencontrent-a-haifa/#ixzz1Y5w6V8yd

  • Plus de cent milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz découverts en Israël

    Plus de cent milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz découverts en Israël

          Sept  2011

     

    Oui, vous avez bien lu, c’est bien, selon le réputé site web Globes.co.il, 127 milliards de mètres cubes de gaz (4.54 trillions de ft³) qui viennent d’être découverts devant les côtes israéliennes, dans 2 gisements dénommés Gabriella (270 km²) et Itzhak (127.7 km²) (1). Ceux-ci, situés à 10 kilomètres des côtes, entre Ashdod et Netanya, se trouvent donc sans la moindre contestation dans la zone économique exclusive israélienne.

    Ces 2 gisements contiendraient de plus, selon les résultats des prospections sismiques pratiquées par les 2 compagnies qui en possèdent la licence d’exploitation (Adira Energy Corporation, canadienne, et Modiin Energy, israélienne), plus de 300 millions de barils de pétrole. Ces gisements sont de plus situés dans une zone où la profondeur maritime n’est que de 60 à 250 mètres.

    Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, nous apprenons ce jour que, suite aux difficultés israéliennes pour se faire approvisionner en gaz par l’Égypte (et après que l’Égypte ait réclamé une hausse du prix du gaz a la livraison), le gouvernement de Jérusalem a finalement accéléré les travaux d’acheminement du gaz découvert a 90 km de Haïfa, dans les eaux territoriales israéliennes. Il y aurait dans le puits de Tamar au moins 180 milliard de mètres cube de gaz naturel, soit pour 30 milliard de dollars d’exploitation.

    Ainsi, le ministère de l’Intérieur a finalement émis une licence pour la pose d’une canalisation sous-marine, un gazoduc dernière génération, qui reliera la plateforme de forage au port d’Ashdod. La livraison était prévue à Hadera, mais la licence n’a pu être donnée a la ville pour plusieurs raisons non dévoilées par le gouvernement.

    Le début des travaux du gazoduc, prévu le 15 septembre, impliquera 14 navires et pas moins de 2.509 ouvriers et ingénieurs. Les premiers mètres cubes devraient circuler des février 2013.

    A ce rythme là, en ajoutant les gisements terrestres de pétroles présents sur ses terres, il est permis de se demander si Israël ne va pas devenir le premier producteur mondial d’hydrocarbures planétaire du siècle à venir !

     

    (1) D’autres sources parlent quant à elles, le lendemain de l’article de Globes, de 1318 (!!) milliards de mètres cubes.