france 2

  • Sacré Sardou, il ne fait pas dans la dentelle!....

    Sacré Sardou, il ne fait pas dans la dentelle!

    Lettre à Mr Hollande, (cela pourrait venir d un belge et intitulé être aussi lettre a Monsieur Michel  car beaucoup de belges pensent la même chose )

     

    Voici ce qu'il écrit :  

    Je m’en fous… je suis laïque !

    Moi, l’Islam, je m’en tape le coquillard…
    Je me contrefiche des hadiths,des sourates et autres coraneries.

    Ça ne m’intéresse pas de savoir s’il y a des musulmans pas vraiment islamistes, mais un peu islamiques, des islamistes modérés fréquentables, des immodérés franchement
    antisémites, des islamiques plus ou moins pratiquants, etc, etc.

    Ce qui est en jeu aujourd’hui est simple, beaucoup plus simple : La France est colonisée par des gens d’origines diverses, on assiste à une destruction de notre civilisation, par
    une et d' autres cultures qui sont allogènes, contraires à nos mœurs, nos visions du monde et de l’homme, nos valeurs, nos habitudes, notre histoire…

    Quel peuple accepterait ça sans broncher ?
    Donc le message est simple: ces cultures allogènes, on n’en veut pas !

    On ne veut pas de leur religion, on ne veut pas de leurs valeurs, on ne veut pas de leurs mœurs, on ne veut pas de leur vision du monde.

    On ne veut pas que la France devienne un pays du tiers-monde.

    On ne veut pas que ces valeurs importées s’installent en France et change notre vie et notre avenir.

    On n’en veut pas des mafias chinoises qui découpent les récalcitrants au hachoir…

    On n’en veut pas des Africains polygames qui excisent leurs filles, pompent la sécu et les aides sociales, profitent du système sans rien apporter,

    On n’en veut pas des maquereaux roumains, albanais ou africains qui mettent sur le trottoir des gamines et leur cassent les jambes à coup de barre de fer si elles bougent un cil…

    On n’en veut pas des vrais-faux mendiants ou je ne sais pas quoi, qui font chier tout le monde, profitent allègrement du système et pleurnichent dans les jupes des associations à la con…

    On n’en veut pas des types qui sous prétexte qu’ils sont d’origine maghrébine cassent, pillent, violent, brûlent, trafiquent la poudre, les bagnoles, les armes… quand ils ne s’engagent pas dans des groupes terroristes et partent s’entraîner au Pakistan ou ailleurs…

    Qu’ils quittent la France s’ils ne l’aiment pas : on ne les retient pas.

    On en a marre de voir des Blancs, toujours des Blancs, assassinés pour une cigarette refusée, une aile froissée, une querelle de voisinage…

    On en a marre de voir des drapeaux palestiniens ou autre dans les manifs à Paris, et d’entendre des manifestants hurler des slogans anti-sémites et soutenir les pires
    racailles terroristes du Proche-Orient, la dernière fois que nous avons entendu ‘mort aux Juifs’ c’était sous l’occupation Allemandes en 1941…

    On n’en veut pas des mosquées, des imams payés par l’Algérie, le Maroc, L’Arabie Saoudite, qui passent leur temps à organiser le communautarisme, financent des groupes terroristes, planifient la destruction de notre civilisation, tiennent des discours ouvertement racistes, antisémites, anti-blancs, anti-occidentaux, et jouent aux « gentils » biens intégrés.

    On n’en veut pas de pseudo « sans papiers » qui viennent chier dans nos églises et ne savent qu’exiger des droits qu’ils n’ont pas, font semblant de faire une grève de la faim et obtiennent tout et n’importe quoi…

    On n’en veut pas des filles voilées à tous les coins de rue, à l’école, à la piscine, dans le métro.

    On n’en veut pas des cantines scolaires qui bannissent le porc pour ne pas déranger les pauvres élèves musulmans.

    On n’en veut pas des gamins qui exigent qu’on réécrive les cours d’histoire au collège parce que ça ne leur plaît pas qu’on parle de la Shoah !!…

    On en a marre des mensonges permanents sur l’Histoire, l’Église, l’esclavage, la colonisation… qui ne servent qu’à demander toujours plus : plus de droits, plus de pognon, plus d’aides.

    On en a marre de payer des impôts pour ce que devient ce pays, la France...

    On en a marre de faire repentance à tout bout de champ pour tout et son contraire.

    On n’en veut pas des quartiers qui se délabrent et se tiers-mondise au rythme de l’arrivée des étrangers.

    On n’en veut pas du racisme anti-blanc, des vexations, du racket, des marchés louches à même le trottoir, des lois pas appliquées, de l’interdiction de critiquer l’Islam, des associations « anti-racistes »

    On a quand même le droit, non ?
    Alors, l’islam est peut-être une religion super, cool, « world », new age et branchée, mais voilà la vérité :

    ON N’EN VEUT PAS !

    On ne veut pas de l’islam et de la culture Arabo-Musulmane !

    On ne veut pas de la Tiers-Mondialisation en France !
    En matière de culture, de civilisation, de valeurs, de religion, on a déjà ce qu’il faut en magasin, tu vois, et on n’a pas envie de changer. Clair ?

    T’as compris bonhomme Hollande, ou il te faut un dessin ?

    ON EN A ASSEZ !!!

    Sacré Sardou, il ne fait pas dans la dentelle!

Lettre à Mr Hollande, ( cela pourrait venir d un belge et intitulé  être aussi lettre a Monsieur Michel )

Je m’en fous… je suis laïque !

Moi, l’Islam, je m’en tape le coquillard…
Je me contrefiche des hadiths,des sourates et autres coraneries.

Ça ne m’intéresse pas de savoir s’il y a des musulmans pas vraiment islamistes, mais un peu islamiques, des islamistes modérés fréquentables, des immodérés franchement
 antisémites, des islamiques plus ou moins pratiquants, etc, etc.

Ce qui est en jeu aujourd’hui est simple, beaucoup plus simple : La France est colonisée par des gens d’origines diverses, on assiste à une destruction de notre civilisation, par
 une et d' autres cultures qui sont allogènes, contraires à nos mœurs, nos visions du monde et de l’homme, nos valeurs, nos habitudes, notre histoire…

Quel peuple accepterait ça sans broncher ?
 Donc le message est simple: ces cultures allogènes, on n’en veut pas !

On ne veut pas de leur religion, on ne veut pas de leurs valeurs, on ne veut pas de leurs mœurs, on ne veut pas de leur vision du monde.

On ne veut pas que la France devienne un pays du tiers-monde.

On ne veut pas que ces valeurs importées s’installent en France et change notre vie et notre avenir.

On n’en veut pas des mafias chinoises qui découpent les récalcitrants au hachoir…

On n’en veut pas des Africains polygames qui excisent leurs filles, pompent la sécu et les aides sociales, profitent du système sans rien apporter,

On n’en veut pas des maquereaux roumains, albanais ou africains qui mettent sur le trottoir des gamines et leur cassent les jambes à coup de barre de fer si elles bougent un cil…

On n’en veut pas des vrais-faux mendiants ou je ne sais pas quoi, qui font chier tout le monde, profitent allègrement du système et pleurnichent dans les jupes des associations à la con…

On n’en veut pas des types qui sous prétexte qu’ils sont d’origine maghrébine cassent, pillent, violent, brûlent, trafiquent la poudre, les bagnoles, les armes… quand ils ne s’engagent pas dans des groupes terroristes et partent s’entraîner au Pakistan ou ailleurs…

Qu’ils quittent la France s’ils ne l’aiment pas : on ne les retient pas.

On en a marre de voir des Blancs, toujours des Blancs, assassinés pour une cigarette refusée, une aile froissée, une querelle de voisinage…

On en a marre de voir des drapeaux palestiniens ou autre dans les manifs à Paris, et d’entendre des manifestants hurler des slogans anti-sémites et soutenir les pires
 racailles terroristes du Proche-Orient, la dernière fois que nous avons entendu ‘mort aux Juifs’ c’était sous l’occupation Allemandes en 1941…

On n’en veut pas des mosquées, des imams payés par l’Algérie, le Maroc, L’Arabie Saoudite, qui passent leur temps à organiser le communautarisme, financent des groupes terroristes, planifient la destruction de notre civilisation, tiennent des discours ouvertement racistes, antisémites, anti-blancs, anti-occidentaux, et jouent aux « gentils » biens intégrés.

On n’en veut pas de pseudo « sans papiers » qui viennent chier dans nos églises et ne savent qu’exiger des droits qu’ils n’ont pas, font semblant de faire une grève de la faim et obtiennent tout et n’importe quoi…

On n’en veut pas des filles voilées à tous les coins de rue, à l’école, à la piscine, dans le métro.

On n’en veut pas des cantines scolaires qui bannissent le porc pour ne pas déranger les pauvres élèves musulmans.

On n’en veut pas des gamins qui exigent qu’on réécrive les cours d’histoire au collège parce que ça ne leur plaît pas qu’on parle de la Shoah !!…

On en a marre des mensonges permanents sur l’Histoire, l’Église, l’esclavage, la colonisation… qui ne servent qu’à demander toujours plus : plus de droits, plus de pognon, plus d’aides.

On en a marre de payer des impôts pour ce que devient ce pays, la France...

On en a marre de faire repentance à tout bout de champ pour tout et son contraire.

On n’en veut pas des quartiers qui se délabrent et se tiers-mondise au rythme de l’arrivée des étrangers.

On n’en veut pas du racisme anti-blanc, des vexations, du racket, des marchés louches à même le trottoir, des lois pas appliquées, de l’interdiction de critiquer l’Islam, des associations « anti-racistes »

On a quand même le droit, non ?
 Alors, l’islam est peut-être une religion super, cool, « world », new age et branchée, mais voilà la vérité :

ON N’EN VEUT PAS !

On ne veut pas de l’islam et de la culture Arabo-Musulmane !

On ne veut pas de la Tiers-Mondialisation en France !
 En matière de culture, de civilisation, de valeurs, de religion, on a déjà ce qu’il faut en magasin, tu vois, et on n’a pas envie de changer. Clair ?

T’as compris bonhomme Hollande, où il te faut un dessin ?

ON EN A ASSEZ !!!
  • Vidéo exclusive JSSNews / Infolive : “un œil sur la planète”, la contre-émission !

    Vidéo exclusive JSSNews / Infolive : “un œil sur la planète”, la contre-émission !

     Il était une heure du matin, soit juste quelques minutes après la diffusion d’“un œil sur la planète” sur France 2, le 3 octobre dernier, quand je décidais de mettre en ligne une critique justifiée de l’émission sur JSSNews. Quelques secondes après, je faisais parvenir un message aux responsables de la chaînes de télévision en ligne Infolive.tv. Le message fût bref : “On doit tourner en urgence une contre-émission pour démonter autant que possible les mensonges et le parti pris de France 2 dans cette affaire. Urgent. Rappelez moi au plus vite.”

    Au petit matin, nos confrères d’Infolive répondent par l’affirmative : “on s’occupe du studio et de la technique, JSSNews du contenu de l’émission. Carte blanche.”

    Banco !

    C’est donc en moins de 24 heures que JSSNews et Infolive ont créé une émission originale ; “deux yeux sur leur planète”. Un jeu de mot qui rappelle le titre initial de l’émission de France 2, mais qui appelle surtout le spectateur à ouvrir grand les yeux sur les nombreux problèmes de l’émission d’Étienne Leenhardt.

    Bien entendu, nos moyens étaient limités, tout comme notre budget. Ainsi, nous n’avons pas pu traiter de tous les sujets abordés par l’émission de France 2. Mais, en quelques heures, nos rédactions ont réussi à organiser une émission de 53 minutes, avec des prouesses techniques (duplex satellite avec l’ambassade d’Israël en France). Nous avons surtout réalisé le pari fou de mettre en place une équipe technique complète, ainsi que l’accord immédiat de presque 10 invités pour venir parler du reportage.

    Ne nous gargarisons pas : tout n’est pas parfait et de nombreux sujets n’ont pas pu être évoqués. Mais, nous avons essayé de traiter autant que possible de la majorité de ceux falsifiés dans l’émission de France 2, à travers de nombreux points de vue différents.

    Parmi nos invités, on a pu compter sur Sammy Ravel (le numéro 2 de l’ambassade d’Israël à Paris), Olivier Rafowicz (Colonel de Réserve des Forces de Défense d’Israël), Emmanuel Navon (Professeur de Relations Internationales à l’Université de Tel-Aviv), Rafi itzbiki (Guide touristique spécialiste de Jérusalem), Marc Israel Sellem (Photo-reporter au Jerusalem Post), Matthias Inbar et Maxime Perez (correspondant de la presse française en Israël) et de Simon Benchimol (nouvel immigrant israélien et membre de l’équipe de JSSNews).

    Le principe de l’émission est simple : chaque invité doit parler d’une séquence particulière de l’émission d’Etienne Leenharht. Un jeu que chacun a joué parfaitement, démontant, argument après argument, toujours avec des sources historiques, objectives une grande partie de la désinformation mise en scène dans le reportage de France 2.

    Le tournage puis le montage de l’émission ont été éprouvant physiquement et nerveusement tant le sujet proposé par France 2 était réalisé de manière révoltante. Le but de notre émission n’était d’ailleurs pas de “défendre Israël” et, vous vous en apercevrez en écoutant plusieurs intervenants assez modérés sur la question… Notre objectif était simplement de montrer la “naïveté” des journalistes qui n’ont visiblement pas su se poser les bonnes questions. Si Israël n’est pas toujours “blanc-bleu”, dire que ses soldats sont des sauvages qui ne respectent pas les lois internationales, que les Juifs judaïsent Jérusalem, que les “colons” sont des sauvages, etc… n’est pas acceptable parce que c’est pur mensonge.

    Notons que c’est la première fois de l’histoire qu’une telle émission est créée et montée en si peu de temps, pour faire un contre-poids à ce reportage démesuré de France 2. Une fois que vous aurez vu l’émission, nous espérons vivement que vous la partagerez avec un maximum de vos amis, par mail, Facebook et Twitter. En ce qui nous concerne, nous estimons avoir accompli notre mission. A présent, c’est au tour de tous les défenseurs de la justice morale, au nom de la vérité, de jouer leur rôle : autrement dit, nous comptons sur vous pour que cette vidéo soit vue et partagée autant de fois que celle diffusée par la chaîne publique française.

    Jonathan-Simon Sellem – JSSNews

  • Lettre de Richard Prasquier, président du CRIF, à Rémy Pfimlin, président directeur général de France Télévisions

    Lettre ouverte

    Lettre de Richard Prasquier, président du CRIF, à Rémy Pfimlin, président directeur général de France Télévisions
             


    Monsieur le Président,
     
    L'émission de la rédaction de France 2, " Un œil sur la Planète" consacrée, le 3 octobre 2011, au conflit israélo-palestinien a entraîné au sein de la communauté juive une intense émotion et une stupéfaction écœurée.
     
    Ceux qui aiment Israël, qu'ils soient Juifs ou qu'ils ne le soient pas, se sont sentis insultés et humiliés. Je vous exprime ici ma colère.
     
    J'ai été élevé dans l'idée du débat et de la pluralité, éventuellement conflictuelle, des opinions. J'ai toujours pensé que le journalisme jouait dans ce cadre républicain un rôle essentiel, sans lequel il n'y a pas de démocratie. Ce rôle consiste à traquer les faits et à les présenter au public de la façon la plus objective et la plus complète possible, sans mélanger commentaires et documents. Cela impose évidemment de s'interdire à sélectionner les documents qui vont dans le sens d'une thèse donnée en mettant de côté ceux qui vont dans le sens d'une thèse opposée.
     
    Ne pas faire cela, c'est faire un travail de militant et non pas de journaliste. Il est compréhensible que des militants expriment leurs choix et leurs préférences politiques: il y a des journaux et des medias pour cela.
     
    En revanche, et particulièrement dans une chaîne publique de votre importance, la recherche de l'objectivité doit être une obligation absolue.
     
    C'est exactement ce que l'équipe qui a produit cette émission n'a pas fait. Elle a présenté, d'un conflit complexe, une image caricaturale et unilatérale. Elle a diffusé une "narration" en sélectionnant les omissions, en distordant les causalités, en ridiculisant l'adversaire, sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationnistes antisémites (le passage scandaleux sur le lobby sioniste aux Etats Unis) : le florilège de la propagande politique la plus grossière y est passé.
     
    L'affaire Al Dura, que France 2 a toujours refusé d'éclaircir, considérant probablement que la solidarité professionnelle est une valeur supérieure à la recherche de la vérité, nous avait au moins fait espérer que des précautions seraient prises pour que des dérives ne se produisent plus de façon aussi patente. Nous avions tort: les mêmes hommes, sous couvert d'information, continuent de régler leurs comptes politiques personnels dans votre chaîne en utilisant votre organe national et prestigieux à l'exposition unique de leurs thèses sans laisser la parole à ceux qui ne pensent pas comme eux.
     
    Je vous demande par cette lettre une rencontre, où nous pourrions discuter de la façon de rétablir la pluralité des opinions à France 2. Il en va de la sensibilité d'une très large portion d'une communauté juive française qui n'admet pas que ses sentiments soient bafoués d'une telle façon par une télévision supposée représenter l'ensemble des citoyens de notre pays.
     
    Je rends cette lettre publique et j'en envoie une copie au CSA.
     
    Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments très distingués.
     
    Richard Prasquier
    Président du CRIF
     
    Photo : D.R.
  • France 2 et la désinformation : Retour sur un massacre audiovisuel

    France 2 et la désinformation : Retour sur un massacre audiovisuel
    par Mathias Mellul - octobre 2011

    Dans l’émission « Un œil sur la planète », France 2 a diffusé un reportage de plus de deux heures appelé « Un Etat palestinien est-il encore possible ? ». Le constat est affligeant.


    Un reportage faux dès les phrases d’ouverture.
     
    « Un œil sur la planète » est selon les dires de la chaine publique « le magazine de géopolitique de la rédaction de France 2 ». Le slogan est « regarder, questionner, comprendre ». Durant cette longue émission, les informations sont toutes présentées comme étant des faits avérés. Le présentateur, Etienne Leenhardt, se donne un ton impartial. Ce ne fut cependant pas le cas. Le mot « humiliation » est utilisé à multiples reprises pour désigner la politique qu’adopte Israël envers les Palestiniens. Les cinq reportages présentés sont tous totalement tournés d’une manière qui présente les Israéliens comme de véritables bourreaux. A certains moments, cela est implicite et à d’autres totalement explicite. Il est difficile de relater toutes les anomalies journalistiques, tous les mensonges, qui ont été présentés aux téléspectateurs ayant visionné l’émission le 3 octobre en 2e partie de soirée. Guysen va s’attarder sur les plus flagrants.
     
    Tout d’abord, les premières phrases prononcées sont les suivantes : « Y aura-t-il une Palestine libre au coté d’Israël ? Les Nations Unies l’avaient prévue, c’était en 1947 en parallèle de la création de l’Etat Hébreu. Mais le partage n’a pas eu lieu. Chacun porte sa responsabilité dans cet échec »*. Ceci est faux. Premièrement, dans la résolution 181 des Nations Unies, un Etat Juif est prévu d’être créer au coté d’un Etat Arabe et non de la Palestine. Les revendications dites « palestiniennes» ne datent pas de cette époque mais arriveront après avec la médiatisation de Yasser Arafat vers la fin des années 50 et se matérialiseront en avril 1964 avec l’adoption de charte de l’OLP. Auparavant, le statut de réfugiés palestiniens avait été établi par l’ONU. Un véritable nationalisme palestinien comme il est visible aujourd’hui n’existait pas, et était bien moindre par rapport à la force du mouvement sioniste de l’époque.
     
    Ensuite, seuls les dirigeants arabes portent une quelconque responsabilité dans l’échec de la création de leur Etat. Ceux-ci ont rejetés la résolution 181 qui avait été acceptée par David Ben Gourion et ses comparses. La cause de ce rejet était due à la présence d’un Etat juif à leurs côtés. Ils ne voulaient pas partager la Palestine mandataire mais voulaient en avoir la totalité.
     
    Le premier reportage présente le renouveau économique palestinien qui a lieu depuis quelques années. Dans ce reportage les attaques contre Israël sont portées un peu plus subtilement que dans les autres. Par exemple, la restructuration de la police palestinienne est évoquée. Les journalistes expliquent que la nouvelle police palestinienne va s’atteler à respecter les droits de l’homme. Durant cette partie, il sous entendent clairement que les Israéliens, eux, ne respectent rien. Il est inutile de préciser que ceci est encore faux et que le système judiciaire israélien prend totalement en compte le respect des Droits de l’homme. Ce respect est notamment inscrit dans les lois basiques adoptées en 1992 qui fait partie de l’ébauche de Constitution que dispose Israël.

    La Cour suprême veille constamment au respect de ces lois. Dans ce même reportage, alors qu’il pourrait se suffire d’images de courses automobiles à Naplouse, il rappelle que 10 ans avant, les soldats de Tsahal tuaient des palestiniens au même endroit. Le message est clair : malgré la cruauté des forces armées israéliennes la « formidable » société palestinienne a réussi à se forger une économie stable. Il aurait pu, simplement, se contenter d’expliquer en quoi les réformes entreprises par le Premier ministre palestinien Salam Fayyad ont permis de rebooster une économie palestinienne minée par la corruption et le terrorisme.
     
    « Le reportage montre comment les Israéliens ont rasé toutes les terres des gazaouies afin de créer des zones tampons, comment ils ont transformé Gaza en une véritable prison ».
     
    Le reportage « les 1000 visages de Gaza » est surement le plus choquant. France 2 légitimisme les actes terroristes menés par la branche armée du Hamas Ezdin Al Qassam et des groupes salafistes djihadistes encore plus radicaux. Les présentant tout de même comme des terroristes, ceux-ci sont, selon les employés de France Télévisions, les victimes des brutalités israéliennes. Ils ne répondent qu’en représailles des raids israéliens et du blocus en vigueur depuis la prise de pouvoir du Hamas en 2007. Parfois ils attaquent, comme c’est le cas avec les tirs de roquettes où lors de l’enlèvement de Guilad Shalit en 2006 (passage qui dure moins d’une minute), mais la plupart de leurs actions sont défensives.
    Le reportage montre comment les Israéliens ont rasé toutes les terres des gazaouies afin de créer des zones tampons, comment ils ont transformé Gaza en une véritable prison. La faute n’est jamais portée sur le Hamas, et son leader dans la bande de Gaza Ismail Haniyeh, mais toujours sur Israël. Les deux entités, Hamas et Israël, sont totalement mis au même niveau. Le reportage est introduit par un discours d’Ismail Haniyeh à des fidèles musulmans à la fin du Ramadan. Il explique que la volonté du Hamas est de s’étendre sur la Palestine, et de reprendre la totalité de « sa terre » des mains des « forces sionistes ». Aucun commentaire n’est ajouté par France 2 à ce discours. Les reporters précisent que le Hamas est une organisation terroriste, et montre quelques images d’attentats. Ils ne s’étendent pas plus sur le sujet. L’Etat d’Israël est, donc, bien plus responsable de la situation à Gaza que les islamistes du Hamas qui tiennent d’une main de fer le territoire depuis maintenant plus de quatre ans.

    Mahmoud Saad est un membre des plus radicaux du Hamas selon le reportage. Il estime que l’action terroriste contre Israël est nécessaire. France 2 atténue ses propos en expliquant que ses fils, « activistes », sont mort tués par les Israéliens. Ils ajoutent qu’Israël et le Hamas se donnent coup pour coup (Israël=Hamas donc) mais Israël n a pas la même force de frappe. En effet, lors de l’opération Plomb Durci (visant les terroristes du Hamas en réponse aux incessant tirs de roquettes contre des villes israéliennes), la population gazaouie est prise au piège par Tsahal qui utilise des bombes au phosphore contre les civils. Ainsi, les criminels sont de nationalité israélienne.
    Les Gazouis sont présentés comme faisant preuve d’ingéniosité en creusant des tunnels allant de l’Egypte à la bande de Gaza. C’est grâce à la contrebande que la population aurait survécu. Ces tunnels sont, surtout creusés par des terroristes afin de faire passer des armes vers la Bande de Gaza. Ceci est présenté mais très brièvement. La fonction première de ces tunnels serait de faire passer de la marchandise alors qu’en réalité ils sont utilisés par le Hamas afin de combattre « l’ennemi sioniste ».
    Par la suite, les journalistes de « Un œil sur la planète » expliquent comment la « colonisation » mine tout espoir de paix en Israël. Selon eux, il n’y aurait pas de place pour les négociations pour les palestiniens. Ce qui intéresse les Israéliens c’est la conquête de la terre. Israël ne s’approprie pas que la terre des Palestiniens, ils contrôlent aussi l’eau. Les Israéliens boivent l’eau des Palestiniens. C’est ce que veut Israël avec sa politique. Aucune interview d’habitants juifs de Judée-Samarie pour tenter de comprendre leurs positions. Pourtant, les membres des groupes salafistes ainsi que de nombreux membres du Hamas étaient interviewés, certains armes à la main.
     
    « Le reportage explique que des Arabes quittent la ville à cause des persécutions des Juifs ».
     
    La situation dans la ville d’Hébron, terre ou sont enterres les prophètes Abraham, Isaac et Yaakov, est longuement évoquée. D’après le magazine, les Juifs sont arrivés à Hébron en 1968 alors qu’une population juive a toujours été présente jusqu’en 1929. A cette date un pogrom, relaté par Albert Londres, a eu lieu. 67 Juifs ont été tués par des civils et policiers arabes. Les survivants se sont enfuis. Pourtant, France 2 présente le retour d’un groupe de Juifs qui est aujourd’hui dénombré à entre 600 et 900 membres (selon France 2) comme de la pure « colonisation » de terres appartenant uniquement aux arabes. Un groupe d’individus religieux ne peut donc s’établir dans l’une des quatre villes saintes de leur religion. Ceux-ci sont exposés comme étant tous « fanatiques », humiliant constamment la population arabe qui ne peut se rendre sur ses lieux de cultes. « Un œil sur la Planéte » explique que des Arabes quittent la ville à cause des persécutions des Juifs.
     
    Normalement un travail journalistique se doit d’avoir une certaine impartialité. Lors de ces six reportages ce ne fut pas du tout le cas. Pratiquement aucune interview d’Israéliens pour répondre aux déclarations palestiniennes. Par exemple, des habitants arabes d’Hébron ont été interrogés pour démontrer « l’humiliation constante » qu’ils subissent face à la population « colonisatrice israélienne ». La seule intervention israélienne a été effectuée par Uzi Landau, ministre des Infrastructures, membre du parti de la droite nationaliste Israel Beiteinu. Celui-ci ne profère d’ailleurs aucun propos choquant et réaffirme le droit des Palestiniens a disposer d’un Etat. Il reprend plusieurs fois des dires de personnalités de la gauche israélienne (Shimon Peres, actuel président de l’Etat d’Israël, ou Abba Ebban ancien ministre des Affaires étrangères israélien) pour rendre son point de vue plus neutre. Il rappelle notamment les enjeux sécuritaires : frontières de 67 difficilement défendables du à la proximité qu’aurait les principales infrastructures israéliennes des lignes ennemis. Ceci est une généralité qui n’est que peu connu du public français.
    Cette intervention fut la seule, France 2 ne la commente pas, et n’élabore pas les faits évoqués.
    Charles Enderlin procède ensuite à un entretien avec le négociateur palestinien Nabil Sha’ath. Il explique que l’échec de tous les traités signés est du aux Israéliens. Après les accords d’Oslo ils auraient ré-envahit la Judée-Samarie (Cisjordanie), puis également Gaza. Tout le processus qui a conduit à la Seconde intifada et l’échec des accords d’Oslo n’est pas remémoré au téléspectateur, notamment le refus de Yasser Arafat de signer les accords de paix de Camp David en 2000 avec Ehoud Barak en affirmant que les Juifs n’avaient aucun droit à Jérusalem et en préparant un soulèvement violent et armé.
     
    « La désinformation a atteint son paroxysme »
     
    Dans les deux derniers reportages sont exposés la situation des réfugiés palestiniens ainsi que la force du lobby pro-israélien aux Etats Unis. Le ton est le même dans ces deux reportages. Mais alors qu’on pouvait s’attendre à l’évocation de la situation des réfugiés palestiniens, le fait que France 2 s’attarde sur le pouvoir du lobby pro-israélien aux Etats-Unis est inquiétant. Comme Richard Prasquier, le président du Crif, l’a notifié lors d’un entretien avec la rédaction de Guysen, les lobbys sont monnaie courante aux Etats-Unis. De penser qu’un lobby peut dicter tout une politique est un pure « fantasme ». Il rajoute que le lobby des pays du Golfe est largement plus important, et ce au niveau au niveau mondial. Avec l’abondance de leur pétrole, ils ont beaucoup plus de possibilités d’influencer les diplomaties internationales. Ils ont une force de « chantage » qui pèse beaucoup plus, même sur la politique américaine. La crise de 1973 en est le meilleur exemple.
     
    France 2 désinforme fréquemment le public français. Régulièrement, les informations touchant Israël et au conflit israélo-arabe et ne sont pas rapportées de la meilleure des manières. Cela est fait de façon plus ou moins évidente. Hier, le mardi 3 septembre à 22h, cela était évident pour tout téléspectateur un minimum informé sur la région. La désinformation a atteint son paroxysme. Les Juifs de France ainsi que les francophones d’Israël ont véritablement subi une « humiliation » audiovisuelle.
     
     
    *Cette phrase est également le descriptif apporté à la vidéo de France 2