energie

  • Le gaz naturel va apporter 10 milliards de dollars à Israel

    Le gaz naturel va apporter 10 milliards de dollars à Israel

    Dimanche 29/01/2012 

     

    Il est bien loin le temps où Golda Meir ironisait sur le fait que Moïse a fait « patienter le peuple juif 40 ans dans le désert pour le conduire dans le seul endroit de la région qui n’a pas de pétrole ».

    A l’approche de la mise sur le marché du gaz naturel découvert sur les côtés israéliennes, le gouvernement est en train de mettre en place un plan pour un fonds d’investissement national qui permettrait de tirer 10 milliards de dollars de l’exploitation du gaz naturel.

    Le fonds souverain proposé par des officiels israéliens en est encore à la phase de planification, mais les responsables se sont dits certains que les recettes seraient investies dans des domaines clés tels que l’éducation ou la santé. Une manne qui tombe à pic à l’heure où les classes moyennes se révoltent pour exiger davantage de justice sociale. Cet apport financier va donner aux prochains gouvernements israéliens une véritable bouffée d’air et permettre de satisfaire ces revendications.

    Le fonds souverain devrait marquer le début d’un nouveau développement stratégique pour l’Etat juif dans une région riche en pétrole, où il a peu d’amis et a dû compter sur sa propre industrie et l’aide extérieure pour booster sa croissance économique. Elle lui permettrait également de devenir le dernier membre du club des pays producteurs d’énergies à base de matière première.

    Un tournant historique mais que Jérusalem n’a toutefois pas attendu pour moderniser son économie. Glenn Yago, directeur du think tank Milken Institute, estime ainsi qu’Israël serait devenu «un modèle pour les économies en développement et qui aspirent à devenir des économies développées ».

    Pour rappel, l’exploitation Leviathan contient environ 450 milliards de mètres cubes de gaz naturel.

    ISRAELVALLEY PLUS
    EDF devrait prendre en main une partie des opérations israéliennes de développement des énergies renouvelables. La filiale d’EDF, EDF Energies Nouvelles devrait développer des petites et moyennes fermes solaires en collaboration avec Veolia Environnement en Israël. Israël est l’un des pionniers en matière d’énergie solaire.

    EDF-EN devrait construire cinq parcs solaires d’une capacité totale de 39,5 mégawatts sur les terres des kibboutz Gvulot, Lahav, Nahal Oz, Miflasim et Samar. La société Dalkia Israel Ltd fournira les services de maintenance et d’opérations pour les sites construits par EDF. Dalkia construira également des centrales privées, des centrales de cogénération et des centrales électriques biomasse.

    EDF-EN a commencé à fonctionner en Israël il y a deux ans. Avec Dalkia, c’est la construction de centrales solaires avec une capacité totale de 150 mégawatts qui est prévue.

    EDF a par ailleurs remis un dossier au ministère de l’énergie pour construire et exploiter la centrale photovoltaïque de 30 mégawatt à Ashelim. La société envisage également de prendre des parts dans les énergies éoliennes et de biomasse en Israël.

    ISRAELVALLEY PLUS
    Econostrum : « En partenariat avec EDF la compagnie israélienne Solaris Synergy va expérimenter des panneaux solaires flottant à la surface de l’eau. Ce nouveau concept sera mis en place sur un plan d’eau situé à proximité d’une installation hydroélectrique, à Cadarache, dans le sud-est de la France. Après avoir été expérimenté pendant une période de neuf mois, le système sera mis en vente dès l’été 2012.

    Ces panneaux solaires sont composés de modules photovoltaïques articulés afin de flotter sur l’eau. Par ailleurs, les plateformes solaires permettent à l’oxygène de passer pour assurer la survie des écosystèmes aquatiques. Et afin de ne pas désavantager les paysages naturels, ces installations sont destinées dans un premier temps seulement aux plans d’eau industriels et agricoles ». (Source : Hélène Machline).

    ISRAELVALLEY PLUS – ENERGIE DANS LE SITE JSS.
    La production d’énergie solaire a deux inconvénients majeurs : la charge du matériau de silicium qui convertit la lumière en électricité et les vastes étendues de terres nécessaires pour les fermes solaires. C’est parce qu’elle propose une solution à ces problèmes que Solaris Synergy a remporté la première place du concours « Israel National Cleantech Open IDEAS » ouvert à Tel Aviv en novembre dernier, et qui vise à trouver, financer et promouvoir des idées d’entreprises qui répondent aux problèmes énergétiques et environnementaux à travers le monde.

    Le siège de Solaris se situe au parc industriel Har Hotzvimau à Jérusalem. Son co-fondateur et PDG, Yossi Fisher, explique que la société utilise peu de silicium, ce qui permet d’investir l’’argent économisé dans les miroirs et autres matériaux de construction, tout en restant rentable. De plus, le fait d’utiliser puisque peu de silicium, connu pour rejeter les polluants dans l’air, est un atout environnemental.

    Solaris a mis au point un système fait pour être posé sur l’eau. Construite à base de plastique léger et de fibres de verre, la grille qui capte l’énergie peut flotter sur la surface d’eau douce ou sur les eaux usées. Cette centrale solaire dressée sur l’eau est également constituée d’un réservoir qui réduit considérablement l’évaporation et élimine la croissance organique et les algues.

    Pour garder les rayons concentrés sur la ligne de matériel de silicium, la grille tourne lentement en suivant le mouvement du soleil tout au long de la journée tandis qu’un petit moteur électrique alimente cette rotation. Un algorithme modère la direction du mouvement et la vitesse du moteur. Une antenne envoie toutes les données à un serveur central et alerte l’équipe technique de problèmes potentiels.

    Chaque grille de modules F-CPV génère 200 kilowatts et peut être configurée pour s’adapter à tout réservoir, un lac ou un étang.
    Il y a une énorme quantité d’eaux intérieures dans le monde, et de nombreux organismes en milieu confiné sont situées dans des zones dépourvues de soleil. Le système fonctionne mieux dans les zones de fort ensoleillement, comme l’Afrique, l’Asie, l’Australie, les pays méditerranéens etc …

    Les grilles Solaris permettraient à Israël de réaliser son objectif en générant 10 à 20% de son énergie d’ici 2020. L’entreprise a deux prototypes dont un fonctionnel sur le toit de son siège. Une deuxième installation pilote est prévue sur un réservoir à proximité de Marseille.