barack obama

  • L’interdiction de vol vers Israël était-elle un coup tordu de Barack Obama ?

    L’interdiction de vol vers Israël était-elle un coup tordu de Barack Obama ?

    Pour ceux qui se demandent pourquoi la FAA a interdit les vols sur Israël alors que d’autres capitales, Bagdad est un exemple criant, sont infiniment plus dangereuses et toujours ouvertes à l’aviation,

    Pour ceux qui se demandent si cette interdiction n’avait pas une motivation politique cachée, et non sécuritaire,

    SNN2102BB-620_1695554a

     

    Pour ceux qui se demandent si l’interdiction n’a pas été ordonnée par Barack Obama afin d’imposer un blocus économique à Israël,

    Pour ceux qui se demandent, surtout, pourquoi après 24 heures, la FAA a levé son interdiction de vol alors que sur place la situation sécuritaire n’a pas changé, vont trouver ici une piste – provisoire – de réponse qui porte un nom que peu connaissent eu Europe : Ted Cruz.

    Ted Cruz

    Ted Cruz

    Ted Cruz, sénateur américain, républicain qui s’identifie avec le mouvement des Tea Party, a publiquement mis en doute, sur la chaîne de télévision Fox News, le motif sécuritaire de l’interdiction de vol, et a demandé des explications au président américain. Il a menacé – et il a la réputation de mettre à exécution ses menaces.

    Cruz a demandé pourquoi Israël est le seul à avoir ce « traitement de faveur », alors que les compagnies américaines volent au dessus de Afghanistan, du Pakistan, du Yemen et de l’Ukraine — où un avion de Malaysia Airlines a été la cible d’un missile, tuant la totalité des 298 personnes à bord.

    Cruz a demandé à voir toutes les communications entre la FAA, la Maison blanche et le département d’état afin de vérifier si l’interdiction d’atterrir à Tel Aviv n’a pas été décidée pour punir Israël ou le pousser à un cessez-le feu désavantageux.

     

    La Maison blanche a vertement critiqué Cruz en retour, et son porte parole, Marie Harf a déclaré que les propos de Cruz la « rendent perplexe ». « Le fait que nous puissions faire cela n’a aucun sens, » a-t-elle expliqué, ajoutant que l’interdiction « était purement pour la sécurité des Américains, des pilotes, des passagers de ces avions ».

    La veille, Harf avait qualifié les commentaires de Cruz de « ridicules et vexants. »

    Catherine Frazier, la porte parole de Ted Cruz, renvoya une salve immédiate, affirmant que c’était la politique étrangère de Barack Obama qui était en fait « ridicule et vexante ! »

    En réaction, Ted Cruz n’a pas bougé d’un millimètre.

    Il a au contraire indiqué qu’il ne lâchera pas la bride tant que l’administration Obama n’aura pas répondu à ses questions au sujet de cette interdiction de vol.

    Grâce au Freedom of Information Act (liberté donnée à chaque citoyen d’avoir accès à l’information fédérale, donc aux documents), la maison blanche sait que Ted Cruz peut se faire communiquer toutes les communications, échanges d’emails, ordres et réponses qui ont précédé la décision.

    Coïncidence, si l’interdiction a pris effet mardi après qu’un missile soit tombé à deux km de l’aéroport Ben Gurion, la FAA levait l’interdiction le lendemain en fin d’après midi, soit immédiatement après que Cruz accusait Obama de vouloir imposer un boycott économique à Israël tandis qu’il combat les terroristes du Hamas à Gaza et menaçait de faire toute la lumière sur cette étrange interdiction.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix