ban ki moon

  • Le conseil de sécurité ne réagit pas, pour une fois

    Le conseil de sécurité ne réagit pas, pour une fois

    Il y a 4 heures - Juif.org
     
     
     

    Le conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence mercredi soir pour discuter des frappes israéliennes contre la bande de Gaza, mais n'a pris aucune mesure, alors qu'Israël menace d'une offensive plus large dans l'enclave islamistes pour endiguer les salves de roquettes tirées par les terroristes du Hamas.

    L'ambassadeur indien, Hardeep Singh Puri, président du conseil de sécurité ce mois-ci, a déclaré aux journalistes après 90 minutes de réunion à huis clos que les membres du conseil avaient seulement accepté de publier une communiqué indiquant qu'une réunion d'urgence a eu lieu.

    Prenant la parole au nom de l'Inde, et pas au nom du conseil, Puri a exprimé l'espoir que le fait que la réunion du conseil ait eu lieu aide à apaiser les tensions au Proche Orient et évite une escalade du conflit.

    "Le message qui doit être retiré de cette réunion est que la violence doit cesser," a-t-il dit, ajoutant que le conseil était prêt à se réunir à nouveau sur la bande de Gaza si nécessaire.

    Le bureau de presse du secrétaire général de l'ONU a déclaré plus tôt qu'il avait parlé au téléphone avec le premier ministre Netanyahou et le président égyptien Morsi dans deux appels séparés.

    "Ban Ki-moon a exprimé son inquiétude (a Netanyahou) au sujet de la détérioration de la situation dans le sud d'Israël et la bande de Gaza, qui comprend une escalade alarmante des tirs de roquettes aveugles sur Israël à partir de Gaza et l'assassinat ciblé par Israël d'un chef militaire (terroriste) du Hamas a Gaza," a déclaré l'ONU.

    Ban a exprimé son espoir que "les réactions israéliennes sont mesurées afin de ne pas provoquer un nouveau cycle d'effusion de sang."

    Il a également discuté avec Morsi de "la nécessité de prévenir toute dégradation supplémentaire," a déclaré l'ONU.

    Netanyahou a remercié mercredi soir le président américain Barack Obama et le vice-président Joe Biden pour leur soutien au droit d'Israël à se défendre après l'élimination ciblée par Tsahal du chef militaire du Hamas, Ahmed Jaabari, à Gaza.

    Obama a exprimé son soutien au "droit d'Israël à la légitime défense au regard des tirs de barrage de roquettes lancées depuis Gaza contre des civils israéliens," selon un communiqué de presse de la Maison Blanche.

    Dans sa conversation avec Morsi, Obama a réitéré le droit d'Israël à la légitime défense et a exprimé l'espoir que l'Egypte joue un rôle stabilisateur dans la région.

    Auparavant, le département d'état américain a publié une déclaration qui condamne les tirs de roquettes du Hamas contre Israël.

    Son porte-parole, Mark Toner, a déclaré : "nous soutenons le droit d'Israël a se défendre, et nous encourageons Israël à continuer à faire tous les efforts pour éviter des victimes civiles."

    Il a ajouté regretter la mort et les blessures de civils israéliens et de palestiniens innocents.

    "Il n'y a aucune justification à la violence a laquelle le Hamas et les autres organisations terroristes ont recours à l'encontre du peuple d'Israël."

    "Nous appelons les responsables à mettre fin à ces actes lâches immédiatement," a déclaré Toner.