tel aviv - Page 2

  • Petits rappel de l origine de pessah ou decouverte pour ceux qui ne sont pas juifs

    Dates de Pessa'h

    Pessa'h (ou Pessahh) est prévu aux dates suivantes :

    • du samedi 23 avril au samedi 30 avril 2016

    Pessah (la Pâque en hébreu), est une des trois fêtes de pèlerinage du calendrier juif1. Elle début le 15ème jour du mois de nisan et se poursuit sept jours durant en Israël et huit en Diaspora.

    Origine de Pessah

    ADVERTISEMENT
     

    Pessah commémore l'exode des Hébreux hors d’Égypte et la fin de leur l'esclavage. Elle a aussi une signification agraire qui repose, elle, sur la célébration du printemps, au début de la moisson de l'orge.

    Selon le récit biblique2, les Israélites furent esclaves en Égypte pendant quatre cent trente années (Ex 12, 41) avant d’être libérés.

    Cet esclavage valut aux Égyptiens d’être frappés, en punition, par les plaies d’Égypte. Ces dernières sont une marque de la protection et de la faveur que Dieu manifeste à son peuple.

    Guidés par Moïse, les israélites sortirent d’Égypte en traversant la mer Rouge qui s’assécha pour qu’ils puissent la franchir à pied sec, et se referma sur les troupes du pharaon, qui se noyèrent3.

    Les noms de la fête

    Pessah est désignée par différents noms qui reflètent la pluralité de ses aspects.

    Hag ha-matsot, la “fête des azymes”

    Ce nom tire son origine de l'interdiction de manger du des aliments contenant du levain (hamets) et de l'obligation de manger du pain sans levain (matsah)en commémoration de l'Exode d'Égypte avant lequel les Israélites n'avaient pas eu le temps de préparer du pain au levain.

    Hag ha-Pèsah, la “fête de la Pâque”

    Ce nom provient du récit biblique du “passage” de l'Ange de la mort “par-dessus” les maisons des enfants d'Israël, qui mit à mort tous les premiers-nés égyptiens (Ex 12,27).

    Les Israélites furent épargnés, car, selon le récit biblique, l'ordre divin leur fut donné de sacrifier l'agneau pascal la veille de l'exode et de répandre un peu de son sang sur les portes de leur maison, l'Ange de la mort ne devant pas frapper les maisons portant ce signe distinctif.

    Zeman hérouténou, « l’époque de notre liberté »

    Ce nom est lié à la libération des enfants d’Israël de la servitude d’Égypte et de leur constitution en peuple libre.

    Hag ha-aviv, la “fête du printemps”

    Ce nom renvoie à l'aspect agraire de la fête de Pessah qui marque le début de la moisson de l'orge3.

    Traditions associées à Pessah

    Aucune autre fête juive ne demande une préparation aussi importante.
    Ces traditions ont une valeur hautement symbolique, chacune d'entre elles étant chargée de sens.

    Le pain azyme

    Il est interdit tout au long de la fête de détenir ou de consommer du levain. C'est un interdit très strict et l’utilisation de tout ustensile de cuisine ou vaisselle susceptible d'avoir absorbé des particules de levain doit être évitée pour Pessah. La veille de Pessah, on passe la maison au peigne fin pour éliminer la moindre miette de levain qui pourrait s'y trouver.

    Du fait de l’interdiction de manger du levain, on mange du pain azyme (Matsa), une galette de pain non levé, fait de farine et d’eau. Il est désigné dans la Bible comme le « pain de la misère », celui dont se nourrissaient les pauvres et les esclaves.

    Le pain azyme rappelle la servitude des Hébreux en Égypte et la façon dont ils quittèrent le pays à la hâte, de sorte que le pain qu’ils avaient préparé n’eut pas le temps de lever4.

    Le Séder (“ordre” en Hébreu)

    Il s’agit d’un repas rituel pris en famille, le premier soir de Pessah en Israël et les deux premiers soirs de la fête en Diaspora. Il s’agit d’un des rituels festifs les plus observés au sein du peuple juif et, du point de vue symbolique l’un des plus importants.

    Le plateau de Séder

    Il est composé de 6 éléments qui symbolisent chacun un aspect de l'Exode5 :

    • Zeroa : un os rôti qui évoque l'agneau pascal Betsa, un œuf dur dont la forme arrondie symbolise le cycle de la vie et de la mort ;
    • Maror, une herbe amère qui rappelle l'amertume de la servitude en Égypte ;
    • Harosset : un mélange de noix, de fruits, de vin et d'épices qui caractérise le mortier dont les Israélites firent usage pour construire les villes du Pharaon ;
    • Karpass : du persil ou tout autre légume vert, qui représente l'espoir et le renouveau et dont l'objet est aussi pédagogique (susciter les questions des enfants) ;
    • Mé-mélah : l'eau salée qui symbolise les larmes versées par les Israélites en Égypte.

    La lecture de la Haggada

    La Haggada est le texte utilisé au cours du Séder de Pâque, où figure la liturgie6récitée à la table familiale durant la veillée pascale. Ce texte retrace l’histoire de l’exode, et au cours de cette lecture, le benjamin de l’assistance pose quatre questions relatives à l’Exode au père de famille.

    Portée symbolique de Pessah

    Pessah est une fête à haute portée symbolique pour le peuple juif, dont deux éléments peuvent être soulignés :

    • l'aspect mémoriel : garder à l'esprit l'Exode d'Égypte et la fin de l'esclavage du peuple israélite ;
    • l'aspect pédagogique : un des commandements de Pessah est de discuter l’Exode la veille de Pessah particulièrement avec les enfants.

     

     

  • Hommage aux victimes juives de ce weekend

    Bonjour à toutes et tous
    Hommage aux victimes de ce weekend
    Il y a le jour… il y a la nuit…
    Il y a l’amour qui dans chaque cœur fleurit
    Il y a la vie … il y a la mort…..
    Ce weekend devait être un jour de vie,
    Un jour d’amour un jour comme il
    Devrait en être ainsi toujours…….
    Mais la cruauté humaine a frappé tuant
    Des parents sous les yeux de leurs enfants,
    Tuant hommes et femmes à plusieurs reprises
    Enlevant la vie à la guise d’un dirigeant dément
    Qui se prend pour un « grand » avec le sang
    Des innocents qui coulent sur ces mains ….
    Hier des parents souriaient
    Ils parlaient de demain avec leurs enfants
    Et leurs tenaient la main…en pensant aux meilleurs lendemains
    Hier.. C’était hier et tout s’est arrêté juste là.. là au bord du chemin Ils ne verront plus de demain
    Laissant enfants et familles avec leurs chagrins tout cela
    A cause de « cretins » qui préfèrent donner la mort
    Sans scrupules, sans regrets des animaux qui n’ont rien d’humain
    Alors aujourd’hui si il y a le jour.. il y aura la nuit…
    S’il y a l’amour ne sombrons pas dans l’oubli
    Ayons foi en la vie qui est si courte
    Et disons a ceux que nous aimons que nous serons
    Toujours la pour les aimer… les protéger …
    Car demain …. Quel sera notre destin
    Golda Meir a dit un jour les mots suivants :
    « Nous n’aurons la paix avec les arabes que lorsqu’ils
    Aimeront plus leurs enfants qu’ils ne nous détestent »

    (Charly 05/10/2015)

     
    Photo de Salomon Charly.

     

  • Aujourd’hui dire shabbat shalom me fait réfléchir

    Aujourd’hui dire shabbat shalom me fait réfléchir
    Définitions Shalom est un mot qu'on rend le plus souvent en français par paix. Il peut s'agir de la paix entre deux individus ou entités, ou à la paix intérieure, le calme, la sûreté d'un individu. ...

    Shabbat shalom…. Shalom pour qui ? … shalom pourquoi ?
    Hier soir une famille a été de nouveau touchée par un attentat…...
    Hier soir, des meurtriers sanguinaires ont pris la vie
    à une mère et un père, laissant leurs jeunes enfants orphelins.
    Un père et une mère sont morts assassinés par ces rats que le
    Monde appelle « palestiniens »… Comble de tout ce monde
    De plus en plus antisémites a laissé monter à l’Onu le drapeau d’un peuple
    N’existant même pas.. Le drapeau de trop car le drapeau de la honte,
    Le drapeau couvert de sang juif.. Pendant que bibi demandait un retour
    A la négociation aux dirigeants terroristes « palestiniens » pendant que bibi
    Tendait la main. ces chiens en guises d’apaisement tuaient deux des nôtres
    Voilà le visage de l’ONU approuver le meurtre de juifs en plaçant un chiffon sur
    Un mat
    Apres ce drame laissant des enfants seuls le ministre israélien de l’Education Naftali Bennett dans un communiqué a déclaré au sujet de ce peuple fantôme
    « Un peuple dont les dirigeants soutiennent le meurtre n’aura jamais d’Etat »
    Ajoutant aussi « Le temps des discussions (avec les Palestiniens) est terminé »,
    Et pendant ce temps les medias Européens pourris diront encore en parlant de cette famille que des habitants de territoires « occupés » ont agressés une famille de « colons »… Colons la honte à ces medias et a ces dirigeants européens d’employer ce terme en parlant d’un peuple le peuple juif vivant sur ce terres…Alors français reconnaissez que vous êtes les colons de la Bretagne, de la Corse… alors belges vous êtes les colons de la Flandre des Fourons, et des cantons de l’est partie de territoire prise à l’Allemagne …
    Nul n’est un colon en vivant sur le territoire de son pays…En Israël il n’y a pas et il n’y aura jamais de colons car là où le peuple d’Israël vit des juifs y vivaient et y ont toujours vécus…Jérusalem est et restera juive et capitale éternelle de l’état juif d’Israël… et ce furoncle de mosquée disparaitra un jour comme ces rats l’éternel les détruira..
    Alors mon shalom aujourd’hui sera dirigé vers cette famille en pleurs et en souffrances, mon shalom sera pour la paix des âmes de ces deux parents puissent ils reposer en paix.. mon shalom sera pour ces enfants qui seuls devront continuer à avancer …mon shalom sera pour les juifs d’Israël et du monde entier… mais ma haine sera pour ces assassins et leurs dirigeants maudits…
    (Charly le 02/10/2015)

     
    Photo de Salomon Charly.
  • CE SOIR J AI LA HAINE .....

    Ce soir j ai la haine puissent ils reposer en paix...

    une famille a encore été la victime de ces lâches .. des enfants sont aujourd'hui orphelins pas la stupidité des nations a soutenir ce peuple de rats que vous appelez " palestiniens" ..

    Vous avez accepté que le drapeau de la haine soit hissé a l'ONU.. parlons en de l ONU cette associations d antisémites ne voulant que la disparition et de la nation Israël...

    Ce soir j ai la haine en pensant a ces quatre enfants, âgés de 4... mois, 4, 7 et 9 ans ,qui devront continuer leurs chemins sans leurs parents...

    Ce soir j ai la haine et mon coeur crie vengeance .. Mais bien sur vous les pays d Europe et vos medias pourris par les petro- dollars allez encore appelez " colons" cette famille dans le deuil ...

    Vous allez encore accusez le peuple d Israël et ces dirigeants d être les responsables..

    Vous medias pourris d Europe allez surement trouver une relation de cause a effet en détournant l information .. j en ai marre de vos salamalec et de vos courbettes devant des assassins .. mais sachez que la 5 eme colonne est la a vos portes sous l'appellation de "refugiés".. demain vous subirez ce que le peuple d'Israël subit et est seul pour se défendre. Debout défenseurs d'Israël levons nous devant ces lâches montrons notre force...
    (charly 01/10/2015)

     

    Photo de ‎(הצל) the shadow‎.
     
     

  • yom kippour...

    Poème de Kippour
    Je viens vers toi our te demander pardon ....
    Tu es mon épouse, tu es mon enfant, tu es mon frère,
    tu es ma sœur tu es mon amie tu es mon ami,
    je t’aime et mon cœur saigne de t’avoir blessé(e)...
    Pardon, pour mes mots qui ont dépassé ma raison
    Pardon pour la colère qui est mauvaise maitresse
    au pays de l’amitié , comme au cœur d'une famille
    Un conflit ou une dispute ne sont rien en terre d’amitié
    Familles Amie, amis , je te demande pardon
    que ta confiance et ta fidélité me soient renouvelées
    Je t’offre ce court poème pour me faire pardonner de mes erreurs
    Mon message de pardon te rappelle que je te porte dans mon cœur
    En amour , les tensions sont l’expression des sentiments
    En amitié, les tensions sont d’intenses et douloureux moments
    Je te demande pardon ....
    (charly 21/09/2015)

     
    Photo de Salomon Charly.
     
     

    Mehila
    Aux malades que je n’ai pas visités, aux parents qui m’attendaient,
    A ceux à qui j’ai refusé un geste de justice, un don ou une offrande,
    A ceux que j’ai laissés seuls, sans secours, sans affection.

    Mehila
    Aux amis que j’ai déçus, à ceux qui espéraient de moi plus qu’une consolation,
    A ceux qui cherchaient ma présence, à ceux qui me guettaient du regard,
    A ceux qui dans le silence découvraient l’absence et la prière insatisfaite.

     
  • Date et origine de Yom Kippour petit rappel pour ceux qui "auraient"oublié et decouverte pour les non juifs qui veulent connaitre nos fetes

    Dates de Yom Kippour

    Le Yom Kippour est prévu aux dates suivantes :

    mardi 22 et mercredi 23 septembre 2015
    À Paris, début le mardi à 19h32 et fin le mercredi à 20h35.

    Yom Kippour (le jour du grand pardon) a lieu chaque année le 10 du mois de Tichri dans le calendrier Hébreu. C'est le jour de la rédemption, du pardon et de l'indulgence. En effet, le mot yom signifie jour, et celui de kippour signifie expiation.

    ADVERTISEMENT
     

    Yom kippour a lieu 10 jours après Roch Ha-chanah, ces 10 jours sont des jours de pénitence destinés à l'examen des fautes commises lors de l'année passée.

    C'est la fête la plus observée par les Juifs, quel que soit leur niveau d'implication dans la religion juive, ou leur degré de croyance. En Israël, à cette occasion, les restaurants, lieux de divertissements, magasins, bureaux, usines et même radio et télévisions sont fermés pour plus de 24h.

    Origine de Yom Kippour

    Yom Kippour est une fête d'origine biblique, qui tire sa source du Pentateuque (les cinq premiers livres de la bible), et plus précisément du Lévithique. On l'y trouve désigné sous l'appelation Yom (ha-) Kippourim, " le jour des Pardons", et chabbat chabbaton, "chabbat des chabbat" ou "chabbat de repos solennel".

    La Bible commande au fidèle de "faire propritiation", c'est à dire reconnaître ses péchés, les confesser, puis faire expiation devant Dieu, et de "s'humilier", c'est à dire de jeûner. Les lois fondamentales relatives à Yom Kippour sont exposées dans le traité de la Michnah1intitulé Yoma2.

    La célébration de Yom Kippour

    Yom Kippour étant le "chabbat des chabbat", c'est un jour chomé consacré à la prière collective et au cours duquel les fidèles doivent faire techouvah (se repentir).

    Le jeûne de Kippour

    Celui ci débute la veille au soir du 10 du mois de Tichri et dure 25 heures. Il est obligatoire pour tous à partir de treize ans pour les hommes et douze ans pour les femmes, à condition que leur santé le leur permette.

    Ce jêune comporte un certain nombre d'obligations :

    • abstention de nourriture et de boisson ;
    • abstention de relations sexuelles ;
    • interdiction de porter des chaussures de cuir ;
    • interdiction d'user de cosmétiques et de lotions ;
    • interdiction de se laver aucune partie du corps en dehors des yeux et des mains.

    Le jeûne s'achève à l'apparition des étoiles ou à la sonnerie du chofar (corne de bélier)2.

    La tenue de Yom Kippour

    Le jour de Yom Kippour, rabbins et fidèles sont habillés de blanc, en particulier d'une tunique blanche (kittel), en signe de pureté et d'humilité3.

    Symbolique de Yom Kippour

    Yom Kippour est l'occasion pour le fidèle de demander à Dieu le pardon pour les péchés commis contre lui. En revanche pour les fautes commises à l'égard de ses semblables, un pardon de la victime est indispensable avant tout pardon divin.

    De ce fait une coûtume s'est instaurée de chercher, le soir de Yom Kippour la réconciliation avec toute personne que l'on aurait offensée. Ce jour est donc un jour ou chacun espère recevoir le pardon divin et la réconciliation avec, soi-même, les autres et le créateur4.

    Références

    1. Ensemble de textes normatifs du judaïsme, constitutifs de la loi orale (halakha) élaboré entre le 1er et 3ème s.
    2. Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, ed. Cerf, Paris, 1993, p. 1212 à 1216
    3. Dictionnaire pratique et commenté du judaïsme, Etienne Gotschaux, ed. du Palio, octobre 2011, p. 564 et 565
    4. Le judaïsme, Sonia Brunetti Luzzati et Roberto Della Rocca, ed. Hazan, 2007, p. 256

    Photos de Yom Kippour

    Ces photos illustrent Yom Kippour et ses prières.

    Tableau de juifs priant pour Yom Kippour  

     

    Prieur slichot  

     

    Mur des lamentations