actualités - Page 3

  • Israël, un des pays les plus arides du monde, déborde d’eau aujourd’hui

    Israël, un des pays les plus arides du monde, déborde d’eau aujourd’hui

    L'usine de dessalement de Sorek. Photo IDE Technologies L'usine de dessalement de Sorek. Photo IDE Technologies

    A une quinzaine kilomètres au sud de Tel Aviv, debout sur une passerelle au-dessus de deux réservoirs en béton grands comme des terrains de football, je regarde l’eau s’y déverser depuis une énorme canalisation émergeant du sable. Le tuyau est si gros que je pourrais y marcher debout, s’il n’était rempli de l’eau de la Méditerranée pompée d’une prise à plus d’un kilomètre au large.

    “Ça c’est une pompe !” me crie en souriant Edo Bar-Zeev par-dessus le vacarme des moteurs, avec un émerveillement non dissimulé devant la scène qui s’offre à nos yeux. Les réservoirs en contrebas contiennent plus d’un mètre de sable, à travers lequel l’eau de mer est filtrée avant d’arriver à un vaste hangar métallique où elle se transforme en eau potable qui suffira à la consommation d’1,5 million de personnes.

    Nous surplombons l’usine de dessalement de Sorek, la plus grande installation de dessalement par osmose inverse au monde, et nous contemplons le sauveur d’Israël. A peine quelques années plus tôt, au milieu de sa pire sécheresse en près de mille ans, Israël était à court d’eau. Désormais le pays est excédentaire. Ce remarquable renversement a été accompli avec des campagnes nationales d’économie et de recyclage des maigres ressources hydriques israéliennes, mais le plus gros impact est venu de la mise en route d’une série d’usines de dessalement.

    Israël tire aujourd’hui 55 % de son eau domestique du dessalement, et cela a contribué à faire d’un des pays les plus arides du monde le plus improbable des géants de l’eau.

    Bar-Zeev, qui a récemment rejoint en Israël l’Institut Zuckerberg (Université Ben Gourion du Néguev) de recherches hydrologiques après avoir terminé son post-doctorat à l’université Yale, est un spécialiste du bio-encrassement, depuis toujours le talon d’Achille du dessalement et l’une des raisons de son utilisation en dernier recours. Le principe du dessalement est de pousser l’eau salée à travers des membranes contenant des pores microscopiques. L’eau passe au-travers et les molécules de sel, plus grandes, restent de l’autre côté. Mais les micro-organismes vivant dans l’eau de mer colonisent rapidement les membranes et bouchent les pores, et leur contrôle nécessite des nettoyages périodiques coûteux à grands coups de produits chimiques. Bar-Zeev et ses collègues ont développé un système sans chimie qui utilise des pierres de lave poreuses piégeant les micro-organismes avant même qu’ils atteignent les membranes. Ce n’est qu’une des nombreuses avancées dans la technologie des membranes, qui ont rendu le dessalement beaucoup plus efficace. Israël tire aujourd’hui 55 % de son eau domestique du dessalement, et cela a contribué à faire d’un des pays les plus arides du monde le plus improbable des géants de l’eau.

    Poussé par la nécessité, Israël apprend à soutirer davantage d’une goutte d’eau que n’importe quel autre pays au monde, et une grande partie de cet apprentissage se fait à l’Institut Zuckerberg, dont les chercheurs ont créé des techniques pionnières dans l’irrigation au goutte-à-goutte, le traitement de l’eau et le dessalement. Ils ont développé des systèmes de puits résilients pour les villages africains et des digesteurs biologiques qui peuvent diviser par deux l’utilisation d’eau dans la plupart des foyers.

    La mission de l’institut était à l’origine d’améliorer la vie dans le désert israélien du Néguev, à la sécheresse extrême, mais les leçons paraissent de plus en plus applicables au Croissant Fertile tout entier. “Le Moyen-Orient s’assèche”, dit Osnat Gillor, un professeur à l’Institut Zuckerberg qui étudie l’utilisation d’eaux usées pour l’agriculture. “Le seul pays qui ne souffre pas de stress hydrique aigu, c’est Israël”.

    Un stress hydrique facteur décisif dans la tourmente qui déchire le Moyen-Orient, mais Bar-Zeev est convaincu que les solutions israéliennes peuvent également aider ses voisins assoiffés — et, dans le processus, rapprocher les vieux ennemis dans une cause commune.

    Bar-Zeev reconnaît que l’eau sera sans doute une source de conflits dans l’avenir au Moyen-orient. “Mais je crois que l’eau peut aider à franchir le fossé, à travers des co-entreprises”,  dit-il. “Et une de ces co-entreprises est le dessalement”.

    Au bord du désespoir

    En 2008, Israël frôlait la catastrophe. Dix ans de sécheresse avaient grillé le Croissant Fertile, et la plus grande source d’eau douce d’Israël, la Mer de Galilée, avait baissé jusqu’à quelques centimètres de la “ligne noire” sous laquelle une infiltration saline irréversible aurait envahi le lac, le détériorant à jamais. Des restrictions d’eau furent imposées, et de nombreux cultivateurs perdirent une année de récoltes.

    Leurs homologues en Syrie s’en tirèrent beaucoup plus mal. Alors que la sécheresse s’intensifiait et que le niveau de l’aquifère chutait, les agriculteurs de Syrie se lançaient à sa poursuite, forant des puits à 100, 200, puis 500 mètres de profondeur dans une course littérale vers le fond. Les puits finirent par s’assécher et les terres agricoles de la Syrie disparurent dans une épique tempête de poussière. Plus d’un million de paysans rejoignirent d’énormes bidonvilles en bordure d’Alep, Homs, Damas et d’autres villes, dans une vaine tentative de trouver un travail et une raison de vivre.

    Et ceci fut, selon les auteurs de “Changement climatique dans le Croissant Fertile et conséquences de la récente sécheresse en Syrie”, un article de 2015 paru dans Proceedings of the National Academy of Sciences, l’allumette qui a réduit en cendres la Syrie. “Les périphéries urbaines de Syrie en croissance rapide”, écrivaient-ils, “marquées par les implantations sauvages, le surpeuplement, les infrastructures insuffisantes, le chômage et la criminalité, ont été négligées par le gouvernement Assad et sont devenues le coeur de l’agitation qui couvait”.

    Des scénarios similaires se déroulent dans tout le Moyen-Orient, où sécheresse et effondrement agricole ont produit une génération perdue sans perspectives et où bouillonnent les rancoeurs. L’Iran, l’Irak et la Jordanie sont tous trois confrontés à des catastrophes hydriques. L’eau mène la région toute entière à des actes désespérés.

    De l’eau plus qu’il n’en faut

    A l’exception d’Israël. Extraordinaire : Israël a plus d’eau qu’il ne lui en faut. La situation a commencé à se renverser en 2007, quand toilettes et pommes de douche à basse consommation d’eau ont été installées dans tous le pays et que le service national des eaux a construit des systèmes innovants de traitement des eaux qui recapturent 86 pour cent de l’eau des égouts et l’utilisent pour l’irrigation — largement plus que le deuxième pays le plus efficace au monde, l’Espagne, qui en recycle 19 pour cent.

    Mais même avec ces dispositions, Israël avait toujours besoin de 1,9 milliard de mètres cubes d’eau douce par an et n’en obtenait que 1,4 milliard depuis les sources naturelles. Ce déficit de 500 millions de mètres cubes expliquait pourquoi la Mer de Galilée se vidait comme une baignoire et que la pays était près de perdre ses paysans.

    Le pays est confronté à une question qu’il n’aurait jamais imaginée auparavant : que faire de cette eau supplémentaire ?

    C’est là qu’intervient le dessalement. L’usine d’Ashkelon, en 2005, a fourni 127 millions de mètres cubes d’eau. Hadera, en 2009, y a ajouté 140 millions de mètres cubes. Et maintenant Sorek, 150 millions de mètres cubes. Au bas mot, les usines de dessalement peuvent donner quelque 600 millions de mètres cubes d’eau par an. D’autres sont en route.

    La Mer de Galilée est plus garnie. Les fermes d’Israël prospèrent. Et le pays est confronté à une question qu’il n’aurait jamais imaginée auparavant : que faire de cette eau supplémentaire ?

    Diplomatie de l’eau

    A l’intérieur de l’usine de Sorek, 50.000 membranes renfermées par des cylindres verticaux blancs, d’1,20 mètre de haut et 40,6 cm de diamètre, vrombissent comme des moteurs d’avion. Toute l’installation fait penser à un vaisseau spatial qui palpite avant le décollage. Les cylindres contiennent des feuilles de membrane plastique enroulées autour d’un tuyau central, et les membranes sont piquetées de pores d’un diamètre cent fois plus petit que celui d’un cheveu humain. L’eau se précipite dans les cylindres à une pression de 70 atmosphères et est poussée à travers les membranes, pendant que l’eau salée restante est rejetée à la mer.

    Le dessalement était considéré comme énergivore, jusqu’à ce que les technologies avancées en usage à Sorek changent la règle du jeu. L’eau produite par dessalement ne coûte que le tiers du prix des années 1990. Sorek arrive à produire mille litres d’eau potable pour 51 cents d’euro. Les ménages israéliens paient environ 30 dollars U.S. (26,50 €) par mois pour leur eau — comme les ménages de la plupart des villes des USA, et bien moins qu’à Las Vegas (47 dollars, 41,50 €) ou Los Angeles (58 dollars, 51 €).

    L’Association Internationale du Dessalement affirme que 300 millions de personnes reçoivent leur eau par dessalement, et que ce nombre croît rapidement. IDE, la société israélienne qui a construit les usines d’Ashkelon, Hadera et Sorek, vient de terminer l’unité de dessalement de Carlsbad en Californie du Sud, une cousine de ses installations israéliennes, et a un carnet de commandes bien rempli. Au niveau mondial, l’équivalent de six nouveaux Sorek sont mis en exploitation chaque année. L’ère du dessalement est arrivée.

    Ce qui enthousiasme le plus Bar-Zeev, c’est l’opportunité d’une diplomatie de l’eau. Israël fournit la Cisjordanie en eau, comme requis par les accords d’Oslo II en 1995, mais malgré cela les Palestiniens continuent à recevoir beaucoup moins que leurs besoins. La question de l’eau s’est empêtrée dans les autres négociations d’un processus de paix embourbé, mais à présent, avec du nouveau à portée de main, de nombreux observateurs voient une possibilité de la dépolitser. Bar-Zeev a des projets ambitieux de conférence Eau Sans Frontières pour 2018, qui fera converger pour une rencontre des esprits.

    Plus ambitieux encore, le projet à à 900 millions de dollars (795 millions d’euros) de canal Mer Rouge – Mer Morte, une co-entreprise entre Israël et la Jordanie de construction d’une grande usine de dessalement sur la Mer Rouge, où les deux pays ont une frontière commune, et de répartition de l’eau entre Israéliens, Jordaniens et Palestiniens. Les rejets salés de l’usine seront acheminés par une canalisation sur 150 kilomètres vers le nord à travers le territoire jordanien pour remplir à nouveau la Mer Morte, dont le niveau baisse d’un mètre par an depuis que les deux pays ont commencé, dans les années 1960, à détourner le seul fleuve qui l’alimente. En 2020, les deux vieux ennemis boiront du même robinet.

    A l’autre bout de l’usine de Sorek, Bar-Zeev et moi nous mettons aussi à partager un robinet. Dérivé de la conduite principale où l’eau de Sorek pénètre dans le réseau israélien se trouve un simple petit robinet, flanqué d’un distributeur de gobelets en carton. J’ouvre le robinet et bois un gobelet après l’autre de ce qui était la Mer Méditerranée 40 minutes avant. Impression ? C’est frais, clair et miraculeux.

    Le contraste ne pourrait être plus saisissant. A quelques kilomètres d’ici, l’eau a disparu et la civilisation s’est effondrée. Ici, une civilisation galvanisée a créé de l’eau à partir de rien. Pendant que nous nous abreuvons, Bar-Zeev et moi, et que le climat grésille, je me demande laquelle de ces histoires sera l’exception, et laquelle, la règle.

    Rowan Jacobsen a reçu le Prix de la Fondation James Beard pour ses ouvrages Fruitless Fall, The Living Shore, Shadows on the Gulf, parmi d’autres livres [aucun n’est traduit en français à ce jour]. Il écrit fréquemment dans Outside, Harper’s, Mother Jones, Orion et d’autres magazines, et son oeuvre est entrée dans les anthologies de Best American Science and Nature Writing et d’autres recueils. Son prochain livre, Apples of Uncommon Character, paraîtra en septembre. Son compte Twitter est @rowanjacobsen.
     
  • Petits rappel de l origine de pessah ou decouverte pour ceux qui ne sont pas juifs

    Dates de Pessa'h

    Pessa'h (ou Pessahh) est prévu aux dates suivantes :

    • du samedi 23 avril au samedi 30 avril 2016

    Pessah (la Pâque en hébreu), est une des trois fêtes de pèlerinage du calendrier juif1. Elle début le 15ème jour du mois de nisan et se poursuit sept jours durant en Israël et huit en Diaspora.

    Origine de Pessah

    ADVERTISEMENT
     

    Pessah commémore l'exode des Hébreux hors d’Égypte et la fin de leur l'esclavage. Elle a aussi une signification agraire qui repose, elle, sur la célébration du printemps, au début de la moisson de l'orge.

    Selon le récit biblique2, les Israélites furent esclaves en Égypte pendant quatre cent trente années (Ex 12, 41) avant d’être libérés.

    Cet esclavage valut aux Égyptiens d’être frappés, en punition, par les plaies d’Égypte. Ces dernières sont une marque de la protection et de la faveur que Dieu manifeste à son peuple.

    Guidés par Moïse, les israélites sortirent d’Égypte en traversant la mer Rouge qui s’assécha pour qu’ils puissent la franchir à pied sec, et se referma sur les troupes du pharaon, qui se noyèrent3.

    Les noms de la fête

    Pessah est désignée par différents noms qui reflètent la pluralité de ses aspects.

    Hag ha-matsot, la “fête des azymes”

    Ce nom tire son origine de l'interdiction de manger du des aliments contenant du levain (hamets) et de l'obligation de manger du pain sans levain (matsah)en commémoration de l'Exode d'Égypte avant lequel les Israélites n'avaient pas eu le temps de préparer du pain au levain.

    Hag ha-Pèsah, la “fête de la Pâque”

    Ce nom provient du récit biblique du “passage” de l'Ange de la mort “par-dessus” les maisons des enfants d'Israël, qui mit à mort tous les premiers-nés égyptiens (Ex 12,27).

    Les Israélites furent épargnés, car, selon le récit biblique, l'ordre divin leur fut donné de sacrifier l'agneau pascal la veille de l'exode et de répandre un peu de son sang sur les portes de leur maison, l'Ange de la mort ne devant pas frapper les maisons portant ce signe distinctif.

    Zeman hérouténou, « l’époque de notre liberté »

    Ce nom est lié à la libération des enfants d’Israël de la servitude d’Égypte et de leur constitution en peuple libre.

    Hag ha-aviv, la “fête du printemps”

    Ce nom renvoie à l'aspect agraire de la fête de Pessah qui marque le début de la moisson de l'orge3.

    Traditions associées à Pessah

    Aucune autre fête juive ne demande une préparation aussi importante.
    Ces traditions ont une valeur hautement symbolique, chacune d'entre elles étant chargée de sens.

    Le pain azyme

    Il est interdit tout au long de la fête de détenir ou de consommer du levain. C'est un interdit très strict et l’utilisation de tout ustensile de cuisine ou vaisselle susceptible d'avoir absorbé des particules de levain doit être évitée pour Pessah. La veille de Pessah, on passe la maison au peigne fin pour éliminer la moindre miette de levain qui pourrait s'y trouver.

    Du fait de l’interdiction de manger du levain, on mange du pain azyme (Matsa), une galette de pain non levé, fait de farine et d’eau. Il est désigné dans la Bible comme le « pain de la misère », celui dont se nourrissaient les pauvres et les esclaves.

    Le pain azyme rappelle la servitude des Hébreux en Égypte et la façon dont ils quittèrent le pays à la hâte, de sorte que le pain qu’ils avaient préparé n’eut pas le temps de lever4.

    Le Séder (“ordre” en Hébreu)

    Il s’agit d’un repas rituel pris en famille, le premier soir de Pessah en Israël et les deux premiers soirs de la fête en Diaspora. Il s’agit d’un des rituels festifs les plus observés au sein du peuple juif et, du point de vue symbolique l’un des plus importants.

    Le plateau de Séder

    Il est composé de 6 éléments qui symbolisent chacun un aspect de l'Exode5 :

    • Zeroa : un os rôti qui évoque l'agneau pascal Betsa, un œuf dur dont la forme arrondie symbolise le cycle de la vie et de la mort ;
    • Maror, une herbe amère qui rappelle l'amertume de la servitude en Égypte ;
    • Harosset : un mélange de noix, de fruits, de vin et d'épices qui caractérise le mortier dont les Israélites firent usage pour construire les villes du Pharaon ;
    • Karpass : du persil ou tout autre légume vert, qui représente l'espoir et le renouveau et dont l'objet est aussi pédagogique (susciter les questions des enfants) ;
    • Mé-mélah : l'eau salée qui symbolise les larmes versées par les Israélites en Égypte.

    La lecture de la Haggada

    La Haggada est le texte utilisé au cours du Séder de Pâque, où figure la liturgie6récitée à la table familiale durant la veillée pascale. Ce texte retrace l’histoire de l’exode, et au cours de cette lecture, le benjamin de l’assistance pose quatre questions relatives à l’Exode au père de famille.

    Portée symbolique de Pessah

    Pessah est une fête à haute portée symbolique pour le peuple juif, dont deux éléments peuvent être soulignés :

    • l'aspect mémoriel : garder à l'esprit l'Exode d'Égypte et la fin de l'esclavage du peuple israélite ;
    • l'aspect pédagogique : un des commandements de Pessah est de discuter l’Exode la veille de Pessah particulièrement avec les enfants.

     

     

  • ATTENTATS A BRUXELLES Je suis juif, je suis Bruxelles je suis libre

    IL EST DÉSOLANT DE VOIR QUE LES DÉFENSEURS DE LEUR PAYS IMAGINAIRE LA PALESTINE NE RESPECTENT PAS UN LIEU DE RECUEILLEMENT .....

    CET HOMME CRIE "PALESTINE" MAIS IL EST HUE PAR LA FOULE ET IL TENTE ENSUITE D'ENLEVER UN DRAPEAU ISRAELIEN LORSQU'UN HOMME LUI DEMANDE DE LE REMETTRE EN DISANT : "C'EST HONTEUX ....C'EST HONTEUX"
    IL S'AGIT D'UN LIEU DE RECUEILLEMENT ..... !!!! ILS NE RESPECTENT PAS LES VICTIMES D'ATTENTATS QU'ILS RECUPERENT POUR LEUR CAUSE TERRORISTE !!!

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  • ATTENTATS A BRUXELLES Je suis juif ,Je suis Belge , je suis Bruxelles , je suis libre...

    ATTENTATS a BRUXELLES : Je suis juif ,Je suis Belge , je suis Bruxelles , je suis libre...

    A toutes et tous terroristes de tout bords qui voulez imposer vos idées rétrogrades et nauséabondes par la peur. A toi le débile qui a salit le drapeau d un nation celui d'Israël nation plus que millénaire pour le remplacer par ton torchon d'étendard terroriste palestinien sur un lieu ( place de la bourse a Bruxelles ) ou une nation pleure les victimes d'attentats fomentés par l...es RATS que tu appelles tes frères regardes et lis ( si tu sais lire abrutis) ce qu'il fait écrit sur mon dos....tu sais le dos l'endroit ou les lâches comme toi aiment attaquer les défenseurs de la démocratie et de la vie...Saches que nous sommes debout et ne te craignons pas et nous sommes prêts tous unis a te faire une vie d'enfer si tu refuses de te plier a nos lois a nos us et coutumes saches que l'Europe ne sera jamais un terre d'islam mais est et restera une civilisation judéo chrétienne

     
    Photo de Salomon Charly.
    Photo de Salomon Charly.
     
     
     
     

  • ATTENTATS A BRUXELLES

    Double explosion à l’aéroport de Zaventem: au moins 26 morts et de nombreux blessés

    Rédaction en ligne 
    Explosions à l'aéroport de Zaventem - Des tirs dans le hall des départs, un cri en…

    L'ESSENTIEL

    Avis à la population bruxelloise : Restez où vous êtes, conseillent les autorités.

     

    CE QUE L'ON SAIT :

    - Au moins 26 morts dans trois explosions, deux à l'aéroport de Zaventem et une à la station du métro bruxellois Maelbeek. Au moins 11 personnes sont mortes et 81 ont été blessées dans deux explosions (dont un attentat-suicide) survenues vers 8h à Zaventem . Au moins 15 personnes sont mortes et 55 ont été blessées dont 10 dans un état grave dans une explosion sur venue dans une rame de métro à la station Maelbeek, près des institutions européennes. 

    - L’ensemble du pays est placé en niveau d'alerte maximum, le niveau 4.

    - Des perquisitions sont en cours, mais le parquet nous demande de ne pas donner d'informations à ce sujet pour ne pas compromettre l'enquête. Requête à laquelle Le Soir a accédé.

    - Le Premier ministre Charles Michel a appelé la population "au calme et à la solidarité", tout en précisant que des préoccupations existaient encore pour d'autres sites et que les forces de l'ordre travaillaient "à leur sécurisation". 

     

    INFOS PRATIQUES

     

    - Ecoles : les élèves de l'enseignement obligatoire sont confinés jusqu'à nouvel ordre. L'UCL a fermé ses deux sites bruxellois. L'ULB est évacuée.

    - Transports en commun : tout le réseau de la Stib est fermé. Toutes les gares de Bruxelles sont fermées. Le métro de Charleroi est fermé. Toutes les lignes des TEC et De Lijn à destination de Bruxelles sont interrompues.

    - Avions : L’aéroport de Zaventem est fermé. Les vols sont déviés vers les aéroports régionaux (Charleroi, Liège, Ostende) et internationaux.

    - Routes : la rue de la Loi est fermée, ainsi que tous les tunnels bruxellois de plus de 300 mètres de long.

    - Les réseaux de téléphonie mobile sont actuellement fortement perturbés. Il est conseillé de communiquer par SMS ou par les réseaux sociaux et d'éviter d'appeler, sauf extrême urgence.

    - Un call center est mis en place: 1771. - Brussels Airport met en place un numéro spécial : 02/753.73.00.

    - La Croix-Rouge a lancé un appel aux dons de sang, mais insiste: ne pas se précipiter dans les hôpitaux.

     

    Le parquet fédéral demande instamment à la presse de s’abstenir de communiquer des informations relatives à l’enquête judiciaire en cours afin de ne pas nuire à l’enquête. Nous ne communiquerons dès lors rien de plus sur les opérations en cours.

  • ATTENTATS A BRUXELLES

    Michel: "Notre pays a été frappé par deux attentats aveugles, violents et lâches"

    BELGA Publié le - Mis à jour le 

    source  infos la D H

     

     

    "Tout porte à croire que nous vivons le jour le plus noir de l'histoire de notre pays depuis la deuxième guerre mondiale", a indiqué mardi le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever à l'ouverture d'un colloque.

    "Notre pays et nos concitoyens ont été frappés par deux attentats aveugles, violents et lâches", a indiqué mardi le Premier ministre Charles Michel, évoquant les "nombreux morts" et "nombreux blessés", victimes de ces actes perpétrés à l'aéroport national et dans le métro de la capitale. M. Michel a fait connaître les premières mesures prises après ces attentats, plus particulièrement le renforcement du déploiement militaire, des contrôles aux frontières et dans les transports en commun. Le niveau de la menace est passé à 4 sur tout le pays, soit le niveau maximum, a confirmé le chef du gouvernement.

    M. Michel a rendu hommage aux victimes et à leurs familles ainsi qu'aux services de sécurité et de secours.

    Il a appelé "la population à faire preuve de calme et solidarité" dans ce qu'il a qualifié d'épreuve.

     

    "Nous sommes déterminés à faire face et gérer la situation", a-t-il conclu.

     

     

     

     

    "Le Roi et la Reine dénoncent des actes odieux et lâches"

     

     

     

     

    Le roi Philippe et la reine Mathilde sont"choqués par les événements survenus ce matin à Bruxelles-National et dans le métro bruxellois", a indiqué le porte-parole du Palais royal mardi en réponse à une question posée par l'agence Belga. Le Roi est depuis ce matin en contact étroit avec le gouvernement et les services concernés.

    Le Roi et la Reine se disent "bouleversés" par les attentats à l’aéroport de Bruxelles-National et dans le métro bruxellois. 

    Le Souverain dénonce "des actes odieux et lâches".

    "Les pensées émues du Roi et de la Reine vont en premier lieu aux victimes et à leurs familles et aux services de secours qui mettent tout en œuvre pour porter assistance aux victimes" souligne un communiqué de Palais royal.

     

     

    De Wever : "Le jour le plus noir de l'histoire de notre pays depuis la 2e guerre mondiale"

     

    "Tout porte à croire que nous vivons le jour le plus noir de l'histoire de notre pays depuis la deuxième guerre mondiale", a indiqué mardi le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever à l'ouverture d'un colloque. M. De Wever a immédiatement quitté les lieux après ce colloque, consacré à la sécurité routière, pour se rendre au quartier général de la police locale d'Anvers, afin d'examiner la situation dans la métropole et envisager d'éventuelles mesures.

    Le gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte était censé introduire ce congrès mais étant donné la situation à Zaventem, il a dû décliner.

     

     

     

     

     

    Les réactions d'indignation et de soutien affluent des quatre coins du monde

     

    Les attentats perpétrés à l'aéroport de Bruxelles-National et dans la station de métro Maelbeek, dans le quartier européen à Bruxelles, ont suscité de nombreuses réactions d'indignation de dirigeants européens et étrangers qui expriment également en nombre leur soutien envers le gouvernement et la population belges. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, qui a eu un entretien téléphonique avec son homologue belge, Didier Reynders, a fait part "de la consternation de la France." "Dans ces moments tragiques, nos pensées vont d'abord à ces victimes, à leur famille et à leurs proches. J'ai exprimé la solidarité de la France à la Belgique et réaffirmé l'unité avec nos amis belges dans cette terrible épreuve", ajoute M. Ayrault, dans un communiqué.

    Les ministres français et belge ont souligné l'urgence de coordonner encore davantage leur action en matière de lutte contre le terrorisme.

    Le Premier ministre français, Manuel Valls, a quant à lui exprimé sa "solidarité" aux Belges et au gouvernement belge, rappelant, un peu plus de quatre mois après les attentats de Paris, que "nous sommes en guerre".

    Le porte-parole de la chancelière allemande, Angela Merkel, a évoqué sur Twitter des "attaques méprisables" qui devraient nous rapprocher. "Solidarité avec les victimes et détermination contre les terroristes".

    Le Premier ministre britannique, David Cameron, s'est dit "choqué et préoccupé" par les évènements à Bruxelles. "Nous ferons tout ce que nous pourrons pour aider".

    "De cœur et d'esprit à Bruxelles, Europe", a tweeté le Premier ministre italien, Matteo Renzi.

    En français, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, exprime sur Twitter "la solidarité profonde de la Grèce avec les peuples belge et européen." "La peur, la rage religieuse et le racisme ne devraient prédominer en Europe", a-t-il ajouté.

    Les explosions à Bruxelles sont le fruit d'"une attaque contre l'Europe démocratique", a encore affirmé le Premier ministre suédois Stefan Löfven, tandis que son homologue danois Lars Løkke Rasmussen dénonçait une "attaque abjecte".

    Le président de la Confédération suisse Johann Schneider-Ammann s'est dit "très touché par les événements de ce jour à Bruxelles". "Nos pensées aux victimes et à leurs familles."

     

    Mogherini : "Un jour très triste pour l'Europe"

    La chef de la diplomatie européenne Federica Moherini a déploré un "jour très triste pour l'Europe" après les attaques de Bruxelles qui ont fait au moins 21 morts, lors d'une conférence de presse mardi à Amman.

    C'est "un jour très triste pour l'Europe, au moment où l'Europe et sa capitale souffrent de la même douleur que cette région (du Moyen-Orient) a connue et connaît chaque jour", a déclaré Mme Mogherini, émue aux larmes, aux côtés du ministre jordanien des Affaires étrangères Nasser Judeh.

    Le président du Conseil européen Donald Tusk exprime sa solidarité avec la Belgique

     Le président du Conseil européen Donald Tusk a exprimé mardi matin sa sympathie envers les proches des victimes des attentats. "Je suis consterné par les explosions ce matin à l'aéroport de Zaventem et dans le quartier européen à Bruxelles, qui ont pris plusieurs vies innocentes et blessé beaucoup d'autres", a indiqué le président du Conseil européen dans une courte déclaration. "J'exprime ma sympathie la plus sincère envers les proches et les amis des victimes. Par ces attaques, les terroristes atteignent un nouveau niveau de médiocrité au service de la haine et de la violence."

    Rappelant que les institutions européennes sont hébergées à Bruxelles "grâce à la générosité du gouvernement et du peuple belges", Donald Tusk assure que "l'Union européenne rend aujourd'hui cette solidarité et remplira son rôle pour aider Bruxelles, la Belgique et l'Europe tout entière à contrer la menace terroriste à laquelle nous sommes tous confrontés".