- Page 5

  • Les organisations terroristes cesseront les tirs de Qassam dimanche matin à 6h.

    <font color=red>CESSEZ-LE-FEU</font>
    La photo du jour

  • Pour changer, une petite news de Belgique.Ou alors un compte de Disney, la bête et la bête…

    Ca se passe près de chez vous

    Pour changer, une petite news de Belgique.
    Miss Bruxelles, Halima Chehaïma avait tout pour devenir miss Belgique, beau sourire, arabe, une vrais représentante de la population belge  ;-)
    Seulement voilà, elle a des choix et des idées qui embarrassent le comité belge des miss, encore heureux.
    Elle s’est présentée aux dernières élections municipales sur une liste de Bruxelles, une liste du PTB, le Parti des Travailleurs de Belgique, un parti marxiste léniniste comme il ne devrait en exister que dans les universités. Mais le parti est si marginal qu’elle n’a pas été élue, bon, en plus elle n’a que 18 ans, c’est pour dire le niveau. Jusque la rien de dramatique, on en fait des erreurs à 18 ans.
    Ce qui a commencé à embarrasser le comité des miss, c’est ses déclarations comme quoi Israël devrait être rayé de la carte. Mais vous savez quoi ? Ces déclarations n’ont fait qu’embarrasser le comité, en Belgique c’est finalement assez commun ce genre de réflexions.
    Ce qui a définitivement perdu la petite sotte, c’est le fait qu’elle soit connectée (je suis pudique hein) avec un dangereux criminel, Bilal Ould Haj, inculpe trois fois d’attaques à mains armées. Le plus drôle c’est que la miss est sous interrogatoire de la police, parce qu’il est fort probable qu’elle soit impliquée dans l’évasion du boyfriend. Une véritable histoire belge, les miss qui appellent à la destruction d’Israël, et le petit copain qui s’échappe facilement de prison.
    Ou alors un compte de Disney, la bête et la bête…

  • Enfin quelqu'un qui ose dire à haute voix l'innommable parti pris de l'ONU

    Enfin quelqu'un qui ose dire à haute voix l'innommable parti pris de l'ONU
    pour les arabes, il faut que tu lise les deux articles parus aujourd'hui
    sur Amnesty ou la commissaire de l'ONU qui a faillit être atteinte par un
    missile à Sdérot.

    D'ailleurs, si tout comme moi tu n'as aucune idée de ce que sont ces
    fameuses roquettes soit disant artisanales, une vidéo t'aidera à comprendre
    : http://www.houmous.net/2006/11/19/sderot-le-15-novembre

  • 132 jours de détentions

    132 jours de détentions 

     

     


    Les 3 soldats (Guilad Chalite, Eldad Réguev, Ehoud Goldwasser) kidnappés par l'ennemi

  • Pierre Amine Gemayel, un crime syrien editorial de Guysen Israël News

    Pierre Amine Gemayel, un crime syrien

    Par Guy Senbel pour Guysen Israël News
    Vendredi 24 novembre 2006
    Cette semaine, nous voudrions attirer l’attention de nos lecteurs sur un événement particulièrement grave, l’assassinat de Pierre Amine Gemayel, ministre libanais de l’industrie, chrétien maronite et symbole de l’opposition à l’hégémonie syrienne sur le pays du Cèdre.

    C'est lors d'un déplacement le 21 novembre 2006 dans sa circonscription électorale à Jdeideh, un quartier de la banlieue nord de Beyrouth, que la voiture du ministre est percutée par un autre véhicule, dont sortent trois individus armés. Ils tirent avec des armes automatiques munies de silencieux sur la voiture de Pierre Gemayel. Grièvement blessé à la tête, il décède peu de temps après son admission en urgence à l’hôpital.

    Fils de l’ancien Président de la république Amine Gemayel, neveu de l’ancien Président de la république Béchir Gemayel et petit-fils du fondateur du parti "Kataëb", Pierre Amine Gemayel était un homme tranquille et simple. Il refusait les escortes, et conduisait lui-même sa voiture non blindée.

    Il entre dans la vie politique libanaise en 2000, lors des élections législatives qu’il remporte au Metn. Il s’oppose à la reconduction du mandat du Président Emile Lahoud et prend part à la "Révolution du cèdre" après l’assassinat de Rafiq Hariri en février 2005. Lors des élections de 2005, il est le seul membre de la liste de "l'Alliance du 14 Mars" à gagner un siège au Parlement. En juillet 2005, il était nommé ministre de l’Industrie.

    Les obsèques de Pierre Amine Gemayel se sont transformées en un immense rassemblement anti-syrien. Car le dirigeant druze Walid Joumblatt, chef du parti socialiste progressiste libanais et le chef de la majorité parlementaire Saad Hariri, fils de l'ancien Premier ministre assassiné Rafik Hariri, ne sont pas les seuls libanais à mettre directement en cause la Syrie dans l'assassinat de Pierre Gemayel.
    Quant au peuple libanais, il soupçonne la complicité de son président. Les larmes qu’il versait quand Israël attaquait le Hezbollah ont séché depuis.

    Cela veut-il dire que l’on avait malheureusement raison de se lancer, certes mal préparés, certes désemparés, dans une folle mais inévitable guerre, celle d’attaquer une milice terroriste qui a réussi à pénétrer le système politique libanais dans l’optique de le renverser ? Mais Nasrallah n’a pas gagné la guerre. Les agressions contre Israël n’ont pas suffi à renverser le régime du Liban. La stratégie nouvelle consiste donc à commettre des crimes politiques pour isoler définitivement les acteurs de l’opposition.

    Pour mener à bien ses crimes, de Gaza à Beyrouth, partout Damas s’essaie à la théorie des dominos. Un changement idéologique dans un pays peut provoquer le même changement dans les pays voisins. La propagation de la violence par la contagion d’une idéologie de la haine ne s’apparente plus aux gestes révolutionnaires que l’on accomplit pour une cause. L’idéologie n’est plus une idéologie de la libération, c’est une idéologie de la mort. Que penser dans ces conditions de l’ouverture de l’ambassade syrienne à Bagdad, fermée depuis 26 ans ?

    La Syrie provoque la guerre, elle saurait aussi faire la paix ?

    Israël a autant besoin de diplomatie que de politique étrangère. Dany Shek, ambassadeur d’Israël en France, se devait de rappeler les liens forts qui unissent la France et Israël. Dan Gillermann, ambassadeur d’Israël aux Nations Unies, n’avait pas moins tort de décrier "les fleurs que la France envoie aux terroristes", et de lui reprocher ainsi de précipiter l’Europe entière dans une condamnation de principe de son droit à la sécurité.

    A SDEROT, LA PEUR

    A Sdérot chaque jour, des Israéliens risquent leurs vies. Jeudi 23 novembre, un homme est mort, tué par une roquette, Yaacov Yaacovov (Z.L), il avait 40 ans.

    De Sdérot, sont parties des centaines de familles, invitées par un milliardaire d’origine russe qui compte bien confirmer encore sa popularité pour peut-être s’en servir un jour.

    A Sdérot, sont restés des centaines d’enfants qui continuent de subir les chocs. Depuis six ans que des fusées tombent sur Sdérot, ils sont devenus les enfants de la peur.

    Une équipe de Guysen TV a décidé d’y enregistrer l’émission hebdomadaire "Le Chant de la Vie" ; en témoignage de soutien aux habitants, et en partenariat avec ABSI Keren Or et Sauveteurs Sans Frontières, Guysen a réuni des centaines d’enfants de Sdérot pour leur offrir quelques cadeaux. Un sourire pour un enfant d’Israël.

    Et la mission des Juifs ne s’arrête pas aux frontières de leur pays. Noah Flug, le Président du Centre des organisations de survivants de la Shoah en Israël, a appelé le ministre de la sécurité intérieure Avi Dichter à libérer 200 Soudanais qui s'étaient infiltrés illégalement en Israël pour fuir le Soudan.
    ''Le peuple juif, qui a vécu la Shoah, a le devoir moral d'agir quand plus de deux millions de personnes sont tuées au Darfour en l'espace de 3 ans et que le monde se tait'', a-t-il affirmé.

    Nos pensées cette semaine encore iront vers les personnes endeuillées et les familles qui vivent la détresse de savoir leurs fils retenus en otage. Avec eux, en cette veille de Shabbat, je vous invite avec le rav Arié Lévy, fidèle de toutes les missions de Guysen, à chanter la vie, la Parasha de Toledote, qui retrace la lignée d’Yitzhak et des enfants d’Israël. Toledote, cette semaine encore, et dans le cœur de tous les Juifs, sera la Parasha des enfants de Sdérot et de tout Israël.

  • un dernier hommage au ministre Pierre Gemayel, assassiné mardi.

    Le Liban en deuil


    Des centaines de milliers de Libanais se sont rassemblés jeudi 23 novembre autour de l'église maronite Saint-Georges, au centre de Beyrouth, pour rendre un dernier hommage au ministre Pierre Gemayel, assassiné mardi.

    Ce rassemblement s'est transformé en une démonstration de force contre Damas et ses alliés du Hezbollah. Il a réuni des dizaines de responsables sunnites, druzes et chrétiens.

    La foule a brandi des photos du défunt et de l'ancien Premier ministre assassiné Rafic el Hariri, assassiné voilà un an et demi. Les manifestants ont piétiné des effigies du président syrien Bashar el-Assad et ont scandé : « Nous n'oublierons pas ».

    « Nul ne peut ramener le Liban aux jours sombres du moyen-âge. Nous ne permettrons à personne de nous entraîner vers le culte de la tristesse et de la mort », a affirmé le leader druze Walid Jumblatt.

    De son côté, Amin Gemayel, le père du défunt, a déclaré « Aujourd'hui commence la deuxième guerre d'indépendance du Liban. Nous continuerons à protester jusqu'à ce qu'un nouveau président soit désigné à la place de Emile Lahoud ».