• Mardochée et Esther ou comment le peuple d’Israël fut sauvé. La chanson de Pourim (Vidéo)

    Mardochée et Esther ou comment le peuple d’Israël fut sauvé. La chanson de Pourim (Vidéo)

    source Europe Israël news


    Mardochée et Esther ou comment le peuple d’Israël fut sauvé. La chanson de Pourim (Vidéo)

     
     
     

    REPORTONS-NOUS à quelques années avant le voyage d’Esdras à Jérusalem, à l’époque où Esther était reine du royaume de Perse et son cousin Mardochée l’homme le plus puissant après le roi. Voyons comment ces deux Israélites sont parvenus à ce haut rang.

    Devenue orpheline de bonne heure, Esther avait été élevée par Mardochée. Assuérus, roi de Perse, avait un palais à Suse et Mardochée était du nombre de ses serviteurs. Or, un jour, la reine refusa d’obéir au roi. Assuérus se choisit alors une autre reine et épouse. Savez-vous sur qui se porta son choix? Sur la jeune Esther, qui était très belle.

    Voyez-vous ce personnage plein de morgue devant qui l’on s’incline? C’est Haman, un des grands du royaume de Perse. Haman attend que Mardochée se lève et s’incline lui aussi. Mais celui-ci reste assis: il refuse de rendre aucun honneur à un homme réputé pour sa méchanceté. Haman est furieux. Il conçoit un plan meurtrier.

    esther4

    Haman calomnia les Israélites auprès d’Assuérus. ‘Il y a un peuple qui n’observe pas tes lois’, affirma-t-il au roi. ‘Il faut l’anéantir.’ Assuérus ignorait que sa femme Esther était Israélite. Il écouta donc Haman et fit établir une loi autorisant l’extermination des Israélites à un jour fixe.

    Alors Mardochée fit parvenir un message à Esther. ‘Va chez le roi’, lui disait-il, ‘et supplie-le de nous sauver.’ Or, selon la loi des Perses, on ne pouvait pénétrer chez le roi sans convocation. Qui allait près de lui sans avoir été appelé s’exposait à la mort. Ce que fit pourtant Esther. À sa vue, le roi lui tendit son sceptre, signe qu’elle avait la vie sauve. Esther invita le roi et Haman à un banquet. À cette réception, le roi lui demanda quelle était sa requête. Il ne le sut qu’au banquet du lendemain.

    À ce second banquet, Esther dit au roi: ‘Mon peuple et moi allons être exterminés.’ Le roi demanda: ‘Qui a l’audace d’agir ainsi?’

    ‘C’est ce méchant Haman, notre ennemi!’ répondit Esther.

    Alors le roi ordonna que Haman fût mis à mort. Puis il fit de Mardochée l’homme le plus puissant après lui. Mardochée fit établir une nouvelle loi qui accordait aux Israélites le droit de se défendre au jour fixé pour leur extermination. Voyant combien Mardochée était devenu important, beaucoup de gens soutinrent les Israélites, qui furent délivrés de leurs ennemis.

    Livre d’Esther.

    http://www.jw.org/fr/publications/livres/recueil-dhistoires-bibliques/

     

    esther2

     

    Récit  LUDIQUE pour les enfants petits et grands…..!!!!! 

     Une interprétation enfantine du livre d’Esther. (Vidéo ci-dessous)

    Avec Bubu Bricole (Haman), Louise (Esther) et le petit Chouchou (Mardochée)

    Musique et réalisation : Michel Lascault

    Il était une fois un vieux roi
    Qui avait fait un grand festin 
    Il demanda à sa mousmé
    De venir montrer lbout dson nez

    Oui mais la beauté en question 
    Avait une éruption dboutons
    Elle voulut pas pointer l menton
    Et senferma dans son salon

    Le roi furieux la répudia
    Et proclama de par le monde
    Que la plus belle ici-bas
    Srait son amour srait sa Joconde

    Or il y avait un beau minois
    Qui sappelait Esther Hadassah
    Elle était si belle que les oies 
    Faisaient moins les fières quand elle passoit

    Le roi quand il la rencontra 
    fut conquis immédiatement
    Il lui dit Je taime mon enfant
    Et au même instant lépousa 

    Or il y avait dans le royaume
    Un chambellan nommé Haman (hou)
    Une pourriture un sale bonhomme
    Un saligaud une vieille carne

    Il était imbu de lui-même 
    Et voulait que sur son passage
    Tous les citoyens se prosternent
    Et quils regardent pas son visage

    Or il y avait dans les parages
    Un juif qui sappelait Mardochée
    Quétait pas du genre Je écrase
    Quétait pas du style Jbaisse le nez

    Quand Haman (hou) passait devant lui
    Mardochée baissait pas les yeux
    Il crachait par terre de mépris
    Et lautre se sentait tout loqueteux

    Mardochée sdisait en lui même : 
    Si D.ieu nous fit sortir dEgypte
    Cest pas pour quon ait des problèmes
    Dès quun mec se prend pour un type

    Or haman quétait rancunier
    Alla voir le roi et lui dit
    Ces juifs il faudrait les tuer
    Comme ça on aurait moins de soucis

    Le roi lui dit : Pour ce que jen pense 
    Moi jmen balance fais comme ça tplait
    Flingue-les pends-les à la potence
    Et prends leur fric pendant quty es

    Alors Haman fit un édit 
    Stipulant qule 14 adar
    On tuerait les juifs du pays
    Et que ce serait le grand panard

    Mardochée apprit la nouvelle
    De ce massacre planifié
    Il protesta mais rien ny faisait 
    Haman avait la partie belle

    Or Mardochée il faut savoir 
    Nétait pourtant pas nimporte qui
    Je vais vous raconter lhistoire
    De qui cétait de cétait qui

    Dabord y a longtemps il avait
    Déjoué un complot contre le roi
    Il avait rien demandé pour ça
    Cétait pas du genre à demander

    En plus il était le cousin
    De la belle et fameuse Esther
    Il lui dit cest entre tes mains
    Que repose le sort de tes frères

    Esther tu ne peux plus te taire 
    Ou lhorrible Haman nous tuera
    Il faut que tailles voir le roi
    Et que tu plaides notre affaire

    Esther lui dit Jvais essayer
    Mais le roi nest pas dans ma poche
    Il pourrait bien me trucider
    Sil sest levé par le pied gauche

    Or le roi avait mal dormi
    Il sétait levé en pleine nuit
    Avait pris lhistoire du royaume
    Pour cultiver un peu sa pomme

    Il tomba sur lhistoire d Mardochée
    Qui lui avait sauvé la mise
    Tiens, je lai pas récompensé
    Sdit-il jlui ai même pas fait la bise

    Le lendemain il dit à haman
    Chambellan quest-ce quon pourrait faire
    A un type vraiment remarquable
    Un mec qui m a sorti daffaire

    Croyant qule roi parlait de lui
    Et quil voulait lrécompenser
    Haman eut le cœur chaviré
    Et tout joyeux il répondit

    Pour faire honneur à un brave type
    Il faut lui donner un cheval
    Il faut lui donner un manteau
    Il faut lui donner une couronne

    Faut demander à un dignitaire
    De le promener dans les rues
    En proclamant aux prolétaires
    Vla un mec qui vaut dêtre connu

    Haman se fourrait ldoigt dans lœil
    Lhonneur cétait pas pour sa pomme
    Le roi lui dit cest Mardochée
    Mardochée que je veux honorer

    Tu vas lui donner un cheval
    Tu vas lui donner un manteau
    Tu vas lui donner une couronne
    Et tu seras son serviteur

    Oui tu seras son serviteur 
    Tu le promèneras dans les rues
    En proclamant de tout ton cœur
    Vlà un mec qui vaut dêtr connu

    Après cela Esther convia 
    Le roi et Haman à un repas
    Elle lui dit toute la vérité
    Que Haman voulait la tuer

    Te tuer mon cœur lui dit le roi
    Mais pour qui se prend-il celui-là
    On pendit Haman par la nuque 
    Sous le regard froid des eunuques

    On abolit lméchant décret
    Et tous les juifs furent sauvés
    Et Mardochée fut honoré
    Et Esther eut plusieurs bébés

     
     
  • Bientot pourrim .... Rappel de la fete pour les uns ou decouverte pour les autres

    Bientôt Pourim ... petit rappel de la fête pour ceux qui ont oubliés... ou découverte pour ceux qui ne sont pas juifs sur le groupe..;

    La fête de Pourim (פּוּרים les hasards), le 14 Adar, est la célébration du miracle qui a sauvé les juifs en Perse, vers l'an 480 avant l'ère courante. C'est aussi le symbole de la prise de conscience par le peuple juif que c'est toujours D.ieu qui dirige l'Histoire même s'Il semble dissimulé, et que les Israélites ne peuvent percevoir Sa présence qu'en suivant Sa Torah.
    L'histoire de Pourim est racontée dans le Livre d'Esther[74] (Méguila).

    jeûne d'Esther le mercredi 4 mars, fête de Pourim le jeudi 5 mars.


    Histoire de Pourim
    Peu de temps après la permission donnée aux juifs par Cyrus de retourner à Jérusalem, il restait une forte population juive en Perse, dont Suse était la capitale.
    Le roi Assuérus (485 à 465 avant l'ère courante), petit-fils de Cyrus, après avoir répudié son épouse Vashti, choisit pour nouvelle reine la belle Esther. Mais Esther n'avait pas révélé au roi qu'elle était juive, sur les conseils de son oncle Mordékhaï.

    Ce même Mordékhaï, dans ce temps-là, avait sauvé la vie du roi en ayant déjoué le complot de ses gardes contre le souverain. Le fait fut inscrit dans les annales du royaume.

    Haman l'amalécite, un homme orgueilleux et cruel, était le conseiller du roi ; et il haïssait Mordékhaï, car ce dernier avait refusé de se prosterner devant lui, les Juifs ne se prosternant que devant D.ieu. Il en conçut une haine pour le peuple juif entier, et complota pour le détruire en un discours malheureusement trop connu [37] ; et le roi lui confia le soin de faire ce que bon lui semblerait. Haman, muni du sceau du roi, envoya dans toutes les provinces l'ordre de massacrer les Juifs le 13 Adar, date qu'il avait tirée au hasard.

    Mordékhaï persuada Esther de parler au roi au nom du peuple juif. Pour s'apprêter à risquer sa vie en allant voir le roi sans avoir été convoquée, Esther passa trois jours en prière et en jeûne et avait demandé à tous les Juifs d'en faire autant. Le roi la reçut avec bienveillance, elle demanda à parler lors d'un festin qu'il organiserait le lendemain.

    Ne pouvant dormir, le roi se fit lire les annales du royaume, où on lui rappela comment Mordékhaï avait déjoué la conspiration contre lui, et qu'il n'avait été fait aucune récompense à cet homme. Au matin, il demanda à son conseiller Haman quel traitement il se devait de réserver à un homme qu'il souhaitait honorer. Haman donna son avis en croyant que le roi pensait à lui : une parade en ville sur le cheval du roi. Assuérus lui ordonna alors de faire ce qu'il avait dit pour Mordékhaï.

    Le soir, lors du festin, le roi demanda à Esther quelle était sa requête, qu'il promettait de lui accorder d'avance. Esther lui demanda la survie ainsi que celle de son peuple, que Haman avait condamnées. C'est ainsi qu'Assuérus publia un nouvel édit pour annuler celui de Haman, qui fut pendu sur la potence qu'il avait lui-même dressée pour Mordékhaï.

    Le peuple juif, sauvé, passa du deuil à la réjouissance ; on célébra des fêtes. C'est ainsi que fut instaurée, le 14 Adar, la fête de Pourim.
    Pourim dans le judaïsme
    La fête de Pourim a une signification fondamentale dans le judaïsme.

    Contrairement à Hhanouka où la religion et la pratique juives étaient en danger, Pourim raconte la menace physique sur le peuple juif. Nombreux furent les exemples dans l'histoire, où les Juifs furent pourchassés non pas en raison de leur croyance, mais uniquement par haine gratuite.
    Le miracle de Pourim représente l'espoir que les Juifs gardent toujours dans ces épreuves.

    Il est un fait particulièrement marquant au sujet du Livre d'Esther : il s'agit du seul texte de la littérature juive sacrée dans lequel pas une fois il n'est fait mention de D.ieu. Plus exactement, D.ieu n'est pas cité explicitement, mais par de nombreuses allusions subtiles dans le récit. C'est que, si Pessahh est l'histoire de la libération du peuple juif par de grands miracles surnaturels, Pourim est la délivrance invisible, l'action cachée de D.ieu à l'intérieur des lois de la nature. Par leur seule prière, les juifs du temps d'Esther furent sauvés ; aujourd'hui seul le croyant qui place toute sa confiance en D.ieu, peut reconnaître la vraie grandeur du miracle.

    C'est même le sens de nom de la fête. Pourim, la fête des "hasards", exprime l'idée que précisément, rien n'est laissé au hasard par D.ieu. Ce qui semble être, à première vue, une conséquence de l'histoire, un enchaînement d'événements fortuits, n'est en fait que le moyen choisi par D.ieu pour déployer Son Œuvre de Bien.

    En effet, le déroulement de l'Histoire ne se limite pas à la mise en place des pièces du puzzle juste au bon moment en faisant apparaître au roi Assuérus le vrai visage de Haman et la grandeur d'âme de Mordékhaï. En remontant plus loin dans le temps, on prend toute la mesure de l'action permanente de D.ieu dans le monde. Haman est un descendant du roi Agag, lui-même issu de Amaleq, le méchant qui avait attaqué lâchement et sans raison les Israélites dans le désert, par l'arrière, à leur sortie de l'esclavage d'Egypte, alors qu'ils étaient faibles et fatigués. Amaleq représente l'incarnation de la méchanceté gratuite, qui est le principe diamétralement opposé à la nature même de D.ieu. Des générations plus tard, lorsque le Shaoul, roi d'Israël, vengea son peuple et combattit Amaleq, alors gouverné par Agag, il eut pitié de ce dernier et ne le tua pas. Tandis que Agag eut pour descendance Haman, qui voulut lui aussi perpétrer à son tour le crime d'Amaleq, les générations de la famille de Shaoul comptèrent Mordékhaï et Esther.
    Ce qui ressemble à un hasard est bel et bien l'œuvre de D.ieu.
    La fête de Pourim aujourd'hui
    Le 13 Adar est un jour de jeûne et de repentir, en souvenir du jeûne d'Esther, qui avait elle-même jeuné trois jours et avait demandé au peuple d'observer une journée de privation. S'il s'agit d'un samedi, le jeûne est avancé au jeudi pour ne pas gêner la célébration de Shabbat (noter que, du fait des dehhyiot, le 13 Adar ne peut jamais tomber un vendredi). Le jeûne est diurne uniquement ; il s'adresse à tous, mais comme d'habitude les personnes faibles ou malades en sont dispensées. Le 14 Adar est une journée de réjouissances.

    Quatre particularités s'appliquent au jour de Pourim, 14 Adar, toutes issues du Livre d'Esther :
    •On écoute la lecture publique de la méguila (rouleau) d'Esther à la synagogue, deux fois : la veille au soir, et le matin du 14 ;
    •on envoie des cadeaux comestibles aux amis et aux pauvres, en symbole de solidarité dans l'épreuve ;
    •en souvenir du demi-shéquel que l'on donnait pour le Temple, l'usage est de donner une contribution pour les œuvres d'Israël ;
    •on fait un banquet, dans l'après-midi, à l'image du festin d'Esther.
    La coutume est également de se déguiser, car la vraie nature des personnages s'est révélée et leurs masques sont tombés.

    ‎Bientôt Pourim ... petit rappel de la fête pour ceux qui ont oubliés... ou découverte pour ceux qui ne sont pas juifs sur le groupe..;
 
La fête de Pourim (פּוּרים les hasards), le 14 Adar, est la célébration du miracle qui a sauvé les juifs en Perse, vers l'an 480 avant l'ère courante. C'est aussi le symbole de la prise de conscience par le peuple juif que c'est toujours D.ieu qui dirige l'Histoire même s'Il semble dissimulé, et que les Israélites ne peuvent percevoir Sa présence qu'en suivant Sa Torah.
 L'histoire de Pourim est racontée dans le Livre d'Esther[74] (Méguila). 

jeûne d'Esther le mercredi 4 mars, fête de Pourim le jeudi 5 mars. 

 
Histoire de Pourim 
Peu de temps après la permission donnée aux juifs par Cyrus de retourner à Jérusalem, il restait une forte population juive en Perse, dont Suse était la capitale.
 Le roi Assuérus (485 à 465 avant l'ère courante), petit-fils de Cyrus, après avoir répudié son épouse Vashti, choisit pour nouvelle reine la belle Esther. Mais Esther n'avait pas révélé au roi qu'elle était juive, sur les conseils de son oncle Mordékhaï. 

 Ce même Mordékhaï, dans ce temps-là, avait sauvé la vie du roi en ayant déjoué le complot de ses gardes contre le souverain. Le fait fut inscrit dans les annales du royaume. 

 Haman l'amalécite, un homme orgueilleux et cruel, était le conseiller du roi ; et il haïssait Mordékhaï, car ce dernier avait refusé de se prosterner devant lui, les Juifs ne se prosternant que devant D.ieu. Il en conçut une haine pour le peuple juif entier, et complota pour le détruire en un discours malheureusement trop connu [37] ; et le roi lui confia le soin de faire ce que bon lui semblerait. Haman, muni du sceau du roi, envoya dans toutes les provinces l'ordre de massacrer les Juifs le 13 Adar, date qu'il avait tirée au hasard. 

 Mordékhaï persuada Esther de parler au roi au nom du peuple juif. Pour s'apprêter à risquer sa vie en allant voir le roi sans avoir été convoquée, Esther passa trois jours en prière et en jeûne et avait demandé à tous les Juifs d'en faire autant. Le roi la reçut avec bienveillance, elle demanda à parler lors d'un festin qu'il organiserait le lendemain. 

 Ne pouvant dormir, le roi se fit lire les annales du royaume, où on lui rappela comment Mordékhaï avait déjoué la conspiration contre lui, et qu'il n'avait été fait aucune récompense à cet homme. Au matin, il demanda à son conseiller Haman quel traitement il se devait de réserver à un homme qu'il souhaitait honorer. Haman donna son avis en croyant que le roi pensait à lui : une parade en ville sur le cheval du roi. Assuérus lui ordonna alors de faire ce qu'il avait dit pour Mordékhaï. 

 Le soir, lors du festin, le roi demanda à Esther quelle était sa requête, qu'il promettait de lui accorder d'avance. Esther lui demanda la survie ainsi que celle de son peuple, que Haman avait condamnées. C'est ainsi qu'Assuérus publia un nouvel édit pour annuler celui de Haman, qui fut pendu sur la potence qu'il avait lui-même dressée pour Mordékhaï. 

 Le peuple juif, sauvé, passa du deuil à la réjouissance ; on célébra des fêtes. C'est ainsi que fut instaurée, le 14 Adar, la fête de Pourim. 
Pourim dans le judaïsme 
La fête de Pourim a une signification fondamentale dans le judaïsme. 

 Contrairement à Hhanouka où la religion et la pratique juives étaient en danger, Pourim raconte la menace physique sur le peuple juif. Nombreux furent les exemples dans l'histoire, où les Juifs furent pourchassés non pas en raison de leur croyance, mais uniquement par haine gratuite.
 Le miracle de Pourim représente l'espoir que les Juifs gardent toujours dans ces épreuves. 

 Il est un fait particulièrement marquant au sujet du Livre d'Esther : il s'agit du seul texte de la littérature juive sacrée dans lequel pas une fois il n'est fait mention de D.ieu. Plus exactement, D.ieu n'est pas cité explicitement, mais par de nombreuses allusions subtiles dans le récit. C'est que, si Pessahh est l'histoire de la libération du peuple juif par de grands miracles surnaturels, Pourim est la délivrance invisible, l'action cachée de D.ieu à l'intérieur des lois de la nature. Par leur seule prière, les juifs du temps d'Esther furent sauvés ; aujourd'hui seul le croyant qui place toute sa confiance en D.ieu, peut reconnaître la vraie grandeur du miracle. 

 C'est même le sens de nom de la fête. Pourim, la fête des "hasards", exprime l'idée que précisément, rien n'est laissé au hasard par D.ieu. Ce qui semble être, à première vue, une conséquence de l'histoire, un enchaînement d'événements fortuits, n'est en fait que le moyen choisi par D.ieu pour déployer Son Œuvre de Bien. 

 En effet, le déroulement de l'Histoire ne se limite pas à la mise en place des pièces du puzzle juste au bon moment en faisant apparaître au roi Assuérus le vrai visage de Haman et la grandeur d'âme de Mordékhaï. En remontant plus loin dans le temps, on prend toute la mesure de l'action permanente de D.ieu dans le monde. Haman est un descendant du roi Agag, lui-même issu de Amaleq, le méchant qui avait attaqué lâchement et sans raison les Israélites dans le désert, par l'arrière, à leur sortie de l'esclavage d'Egypte, alors qu'ils étaient faibles et fatigués. Amaleq représente l'incarnation de la méchanceté gratuite, qui est le principe diamétralement opposé à la nature même de D.ieu. Des générations plus tard, lorsque le Shaoul, roi d'Israël, vengea son peuple et combattit Amaleq, alors gouverné par Agag, il eut pitié de ce dernier et ne le tua pas. Tandis que Agag eut pour descendance Haman, qui voulut lui aussi perpétrer à son tour le crime d'Amaleq, les générations de la famille de Shaoul comptèrent Mordékhaï et Esther. 
 Ce qui ressemble à un hasard est bel et bien l'œuvre de D.ieu. 
La fête de Pourim aujourd'hui 
Le 13 Adar est un jour de jeûne et de repentir, en souvenir du jeûne d'Esther, qui avait elle-même jeuné trois jours et avait demandé au peuple d'observer une journée de privation. S'il s'agit d'un samedi, le jeûne est avancé au jeudi pour ne pas gêner la célébration de Shabbat (noter que, du fait des dehhyiot, le 13 Adar ne peut jamais tomber un vendredi). Le jeûne est diurne uniquement ; il s'adresse à tous, mais comme d'habitude les personnes faibles ou malades en sont dispensées. Le 14 Adar est une journée de réjouissances. 

 Quatre particularités s'appliquent au jour de Pourim, 14 Adar, toutes issues du Livre d'Esther : 
•On écoute la lecture publique de la méguila (rouleau) d'Esther à la synagogue, deux fois : la veille au soir, et le matin du 14 ;
•on envoie des cadeaux comestibles aux amis et aux pauvres, en symbole de solidarité dans l'épreuve ;
•en souvenir du demi-shéquel que l'on donnait pour le Temple, l'usage est de donner une contribution pour les œuvres d'Israël ;
•on fait un banquet, dans l'après-midi, à l'image du festin d'Esther.
La coutume est également de se déguiser, car la vraie nature des personnages s'est révélée et leurs masques sont tombés.‎
  • L’ennemi en 2015 : imprévisible et en quête de notoriété

    L’ennemi en 2015 : imprévisible et en quête de notoriété

     
     

    Banner sodlats

    La récente vague d’attaques terroristes en Europe a souligné le danger des nouveaux ennemis de 2015, qui cherchent par des actes meurtriers à créer ce que l’on appelle un “buzz médiatique”. Dans un exercice très spécial simulant un scénario de la vie réelle, les combattants de l’unité d’élite Duvdevan se sont préparés à cet ennemi imprévisible et avide de notoriété.

    Les aboiements des chiens errants interrompent le silence que les soldats tentaient de maintenir jusque-là. Ils essaient de les calmer, en vain. Les chiens sentent que quelque chose ne va pas. Un cri terrifiant confirme ces suspicions.

    Un premier rapport indique qu’entre six et sept terroristes ont infiltré un village israélien en Samarie. Les soldats fouillent chaque maison dans la région. Soudain, ils sont alertés : personne n’arrive à joindre la famille Cohen. Lorsqu’ils atteignent la résidence des Cohen, ils découvrent que toute la famille a été brutalement assassinée. Les forces comprennent rapidement que cette attaque est un stratagème mis en place par les terroriste pour distraire les soldats de la principale attaque ayant lieu dans l’école du village. Lorsqu’ils arrivent à l’école, l’un des otages court vers les soldats et leur transmet un message des terroristes : “Reculez ou ils vont tuer tout le monde”.

    duvdevan

    Ce scénario fait partie de l’entraînement de l’unité d’élite Duvdevan et est d’autant plus pertinent que ce type de scénario s’est récemment produit en Europe. “Nous n’avons jamais imaginé que ces scénarios que nous simulons arriveraient dans la vraie vie”, explique le sergent-chef I., l’un des soldats. “Les récents événements nous ont fait comprendre que nous nous préparons à des menaces concretes et actuelles.”

    Un nouvel ennemi en 2015 : qui est-il et que veut-il ?

    Au cours des dernières semaines, une vague terroriste terrifiante a traversé Israël et l’Europe. Le 7 janvier dernier, 12 personnes ont été tuées par des terroristes dans les bureaux du célèbre journal Charlie Hebdo à Paris. Les tueurs se sont identifiés comme affiliés à la branche Al-Qaeda au Yémen, qui a endossé la responsabilité de l’attaque. Deux jours plus tard, un autre terroriste islamiste armé a pris plusieurs personnes en otages dans le supermarché “Hyper Casher” à Paris. Il a assassiné 4 des otages. Le 14 février, un homme armé a mené deux fusillades au Danemark. Deux personnes sont tuées au cours des attaques : l’une lors d’un débat ouvert dans un café, et l’autre visant une synagogue.

    duvdevan

    “Tout le monde a été submergé par les récents événements terroristes qui sont devenus une préoccupation mondiale”, affirme le capitaine A., un commandant de compagnie dans l’École de Lutte Anti-terroriste de Tsahal. “Le nouvel ennemi de 2015 veut créer un “buzz médiatique”. Il cherche à intriguer les médias, puis mourir en martyr. Comment pensez-vous que les forces de police à Paris ont réussi à identifier les terroristes lors de la fusillade à Charlie Hebdo ? Ils ont laissé leurs cartes d’identité à l’intérieur du véhicule qu’ils ont utilisé pour fuire. Pourquoi les ont-ils laissées là ? C’était intentionnel ! C’est ça le vrai visage du nouvel ennemi de 2015. Il veut que le monde entier sache qui il est.”

    Comment faire face à un ennemi sans scrupules

    Faire face à un ennemi en quête de notoriété place les soldats dans une position délicate qui leur demande d’avoir contrôle sur le déroulement des événements mais aussi d’empêcher le terroriste de les manipuler. “Il existe un aspect psychologique complexe que nous, commandants, avons besoin de prendre en considération”, dit le capitaine A. “Par exemple, un terroriste peut négocier avec nous et poser un ultimatum, puis changer d’avis même si nous avions accepté de coopérer. Il peut ne pas vouloir négocier du tout. Cela dépend de la personnalité du terroriste et de son objectif. Quoiqu’il en soit, les commandants ont besoin d’avoir les compétences qui leur permettront de faire face à toutes ces situations”.

    Soldats de Duvdevan

    Des soldats de l’unité d’élite Duvdevan

    Lorsque des vies humaines sont en jeu et que chaque seconde compte, il faut savoir fixer les priorités. L’attention doit être partagée entre les otages, les terroristes, et la coopération avec d’autres forces. “C’est important de garder en tête que le but est de minimiser les dommages et de trouver la solution la plus efficace avec le personnel et les moyens disponibles. Tout au long de notre service, nous sommes formés et préparés à de multiples scénarios. Nous ne voulons pas qu’il arrive quelque chose, mais quand c’est le cas, nous restons concentrés sur notre mission. Nous faisons tout notre possible pour protéger la vie des civils”.

     

     

  • Au cœur de la menace du Hezbollah

    Au cœur de la menace du Hezbollah

     
     

    banner-HezbollahL’une des organisations terroristes les plus dangereuses de notre époque, le Hezbollah, maintient un vaste réseau de terreur qui s’étend à travers le globe. Avec l’aide financière et logistique de l’Iran et de la Syrie, le Hezbollah est devenu au fil du temps une organisation quasi-militaire au Liban. Depuis la fin du dernier conflit entre Israël et le Hezbollah en 2006, cette organisation terroriste a développé ses capacités technologiques, et est aujourd’hui plus puissante que de nombreuses d’armées dans le monde.

    Lorsque le Hezbollah a été crée au début des années 80, il s’est tout de suite distingué en employant des nouvelles méthodes de guérilla, en particulier les attentats-suicides. Cette technique a prouvé son effet dévastateur et meurtrier lorsque deux hommes avec leurs camionnettes chargées d’explosifs ont détruit les quartiers généraux de la Force Multinationale et la caserne des Marines américains lors d’un double attentat à Beyrouth en 1983. 299 personnes sont mortes, dont 58 parachutistes français et 240 Marines.

    Le Hezbollah s’est beaucoup agrandi depuis, avec l’aide financière de l’Iran et la complicité logistique de Syrie. Cette organisation terroriste est devenue une force paramilitaire bien équipée et bien entraînée, au point qu’elle est aujourd’hui considérée comme étant plus puissante que l’Armée libanaise.

    Des terroristes du Hezbollah déflient à Beyrouth

    Des terroristes du Hezbollah défilent à Beyrouth

    En changeant son mode opératoire, le Hezbollah a mis l’accent sur la discipline, l’armement et les infrastructures militaires. Depuis la fin de la Deuxième Guerre du Liban en 2006, l’organisation terroriste a fait l’acquisition de nombreux systèmes d’armes de haute-technologie.

    En tant que force paramilitaire ultra-moderne, le Hezbollah a développé des capacités technologiques qui en font une menace pour la population civile israélienne, et pour la stabilité du Moyen-Orient. Grâce à l’aide apportée par l’Iran, le Hezbollah est maintenant en possession de 100000 missiles d’origines syriennes et iraniennes, et dont la charge explosive va de 60 kg à 1 tonne de TNT. Ces roquettes peuvent atteindre n’importe quel point sur la carte d’Israël.

    hezbollah 3

    Avec la Guerre civile syrienne, la frontière déjà poreuse entre le Liban et la Syrie a permis aux armes de circuler presque librement entre les deux pays. Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah a récemment déclaré “Israël n’a même pas idée de la taille de notre stock d’armes”.

    HezbollahDay-1fr

    Une autre technologie que le Hezbollah a développé depuis la fin de la deuxième guerre du Liban est celle des drones. Le Hezbollah possède à présent un nombre très important de ces engins qui lui sont fournis par l’Iran. Les drones sont fabriqués par la société aéronautique iranienne “Ghods Industry” et peuvent mener à la fois des missions de reconnaissances et des missions d’attaque au sol. Le Hezbollah fait appel très régulièrement à cette technologie sur le champ de bataille syrien dans son combat pour soutenir le régime de Bachar el-Assad.

    Depuis sa création, le Hezbollah a utilisé tous les moyens possible pour développer ses capacités offensives. Du petit groupe terroriste à la force paramilitaire la plus puissante du Moyen-Orient, le Hezbollah n’est pas seulement une menace locale, mais mondiale, grâce au soutien de l’Iran et de la Syrie, qui ne cesse de fournir des missiles à leur allié. Cette organisation terroriste possède à présent un armement à la pointe de la technologie qu’elle dirige directement contre les civils israéliens.

  • Google Glass” Le système d’information de Tsahal

    Google Glass” Le système d’information de Tsahal


    “Google Glass” Le système d’information de Tsahal

     
     
     
     

    Tsahal présente son combattant du futur

              

     
     

    banner google glass

    Imaginez-vous au plus vif de la bataille. Vous êtes à bout de force, et vous continuez à avancer que grâce à l’adrénaline du combat. Quelques secondes avant qu’un terroriste n’ouvre le feu, votre commandant vous dit à la radio de vous mettre à couvert et de vous préparez à riposter. Voici à quoi ressemblera le champ de bataille de demain, grâce à une technologie militaire similaire à celle des “Google Glass” qui fournira des informations en temps réel aux soldats et commandants sur le terrain.

    Tsahal poursuit son ambition de développer et de mettre en service les technologies de pointe du XXIème siècle avec pour objectif de fournir une protection supplémentaire aux soldats. La Branche de Développement Technologique de Tsahal, qui a pour mission de développer les technologies futures de l’armée, a été à l’avant-garde de la technologie, comme avec les “Google Glass” de Tsahal. Tout récemment, la Branche s’est inspirée des opérations précédentes afin de mettre en service un système d’information en temps réel sur le champ de bataille afin de mieux protéger nos combattants.

    “Après l’Opération Bordure Protectrice, nous avons compris que la mobilité est la clé de la victoire dans la guerre asymétrique.” explique le capitaine Rotem, qui commande la Branche de Développement Technologique de l’Armée israélienne. “Une des choses sur laquelle nous travaillons est le changement de notre compréhension du facteur mobilité au sein de notre unité. L’année prochaine, nous allons apprendre à développer et à utiliser des applications Android, afin d’entrer dans le monde de la technologie multi-plateforme.”

    google glass 2

    Un de ces projets sur  laquelle la Branche travaille est celui des “Google Glass” pour les combattants. Les soldats pourront alors fournir des informations en temps réel qui parviendront jusqu’aux postes de commandement, ce qui permettra aux officiers supérieurs faire un point sur la situation et de donner des ordres aux soldats sur le terrain. “Bien sûr, notre objectif n’est pas de rendre la situation confuse, mais d’obtenir des informations qui pourront aider les soldats à prendre les bonnes décisions, afin d’éviter les incidents de tirs amis par exemple,” explique la capitaine Rotem.

    Les “Google Glass”, actuellement en cours de transformation d’une technologie civile à une technologie militaire, vont pouvoir être utilisées dans d’autres domaines d’importances vitales, comme les transports, la navigation et l’identification de troupes ami/ennemi. Ces concepts seront introduit au fur et à mesure que cette technologie sera développée.

    “Nous avons complété notre première application a fonctionner sur plate-forme mobile – la logistique mobile,” explique le capitaine Rotem. “Une carte s’affiche sur l’écran, montrant la route qu’emprunte le convoi de ravitaillement et de munitions. Cela permettra aux commandants de savoir quand est-ce qu’ils seront ravitaillés avec précision pendant le combat.”

    google glass

    Les applications développées, comme l’application de logistique mobile, formeront la base pour créer en créer de nombreuses autres d’ici la fin de l’année 2015. Il y a de nombreuses possibilités, aussi bien pour les combattants que pour les unités de logistique opérationnelle. Les applications permettront notamment aux combattants d’identifier des positions ennemies, et d’identifier les soldats tombés au combat grâce à une composante biométrique.

    Une plus grande mobilité et des interactions en temps réel entre les soldats et les commandants sont les objectifs à atteindre pour la Branche de Développement Technologique de Tsahal. L’avancée considérable que représente l’application militaire des “Google Glass” est la première étape pour mieux relier le commandement aux unités combattantes, tout en cherchant à protéger les soldats en leur fournissant une vision à 360 degrés du champ de bataille afin de se tenir prêt à affronter toutes les menaces.

     

  • Vidéo] Un prédicateur saoudien nie que la Terre tourne autour du Soleil et tente de le démontrer. Une nouvelle « contribution » scientifique

    [Vidéo] Un prédicateur saoudien nie que la Terre tourne autour du Soleil et tente de le démontrer. Une nouvelle « contribution » scientifique de l’Islam


    [Vidéo] Un prédicateur saoudien nie que la Terre tourne autour du Soleil et tente de le démontrer. Une nouvelle « contribution » scientifique de l’Islam
     
     
     
     

    Le cheikh Al-Bandar Khaibari tente de démontrer à un étudiant que la Terre est statique, « sinon les avions n’arriveraient pas à destination ». Voici certainement une nouvelle contribution scientifique de l’Islam, dont certains occidentaux soumis essayent de vanter les mérites…

    L’Islam n’a apporté aucune contribution scientifique à l’Humanité rappelons le.

    L’Islam et le Monde Arabe furent les premiers et les plus grands esclavagistes de tous les temps. Bien plus grand que les européens, contrairement à ce que tentent de faire croire quelques incultes comme Dieudonné…

    Doit-on considérer l’esclavagisme, la traite des blanches et le terrorisme sanglant comme des « apports » à l’Humanité ?

    Selon ce « scientifique », prédicateur saoudien, la Terre ne tourne pas autour du Soleil

    La Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil. Cette constatation qui fait l’objet d’un consensus scientifique depuis plusieurs siècles est rejetée par un religieux saoudien, cheikh Al-Bandar Khaibari. Il tente d’en faire la démonstration devant un auditoire, dans une vidéo récente relayée sur le site d’Al-Arabiya (en anglais). Pour lui, la Terre ne peut tout simplement pas tourner sur elle-même.

    Un verre dans les mains, le cheikh explique que la Terre est « stationnaire et ne bouge pas ». Il prend l’exemple d’un avion partant d’Arabie saoudite pour rejoindre la Chine. « Si l’avion restait immobile dans le ciel et que la Terre tournait dans un sens, la Chine finirait par arriver en-dessous de lui. Si la Terre tournait dans l’autre sens, l’avion ne pourrait jamais atteindre la Chine, car la Chine tournerait elle aussi », développe-t-il.

    L’homme sur la Lune, c’est du cinéma

    Toujours selon Al-Arabiya, le cheikh a fait d’autres déclatations selon lesquelles les missions lunaires de la Nasa ont été fabriquées par Hollywood. On attend avec impatience la réponse des scientifiques de l’Agence spatiale européenne et de la Nasa.

    © Christian De lablatinière pour Europe Israël