• Shimon Peres, nous abattrons une main de fer sur les terroristes

    Shimon Peres, nous abattrons une main de fer sur les terroristes

       

     

     

    shimon per

    -

    Le président Shimon Peres s’est exprimé après  la découverte par l’armée israélienne des corps des trois garçons: «Outre le deuil, nous demeurons déterminés à faire tomber une main de fer sur les terroristes criminels. Notre guerre contre le terrorisme ne fera que croître et ne s’affaiblira pas jusqu’à que les terroristes meurtriers n’osent pas à relever la tête.

    Il a ajouté: « A cette heure difficile, je vous embrasse chaleureusement et fortifient les mains des mères, des pères merveilleux et membres de la famille de Naftali, Gil-Ad et Eyal »

  • DECLARATION DE NATANYAOU A L INSTANT : LE HAMAS EST LE RESPONSABLE LE HAMAS PAIERA LE PRIX DU SANG DE NOS ENFANTS

     
    DECLARATION DE NATANYAOU A L INSTANT : LE HAMAS EST LE RESPONSABLE LE HAMAS PAIERA LE PRIX DU SANG DE NOS ENFANTS .
     

    Photo de Yves Hay Meyer Krief.
     
     
     
     
     

  • Les 3 enfants-otages juifs enlevés par le hamas retrouvés morts

    Alerte info: Les corps des 3 enfants-otages juifs retrouvés par Israël (mis à jour)

    Publié le : 30 juin 2014

    C’est désormais officiel, même si JSSNews et une poignée de journalistes israéliens avaient l’information depuis un certain temps. Les 3 enfants otages israéliens, Naftali, Gilad et Elad, ont été retrouvés morts par les Forces de Défense d’Israël.

    Leurs corps étaient dans le village de Halhoul dans le nord de Hévron. A la découverte des corps, des palestiniens du village, des sauvages, ont caillassés les soldats et secouristes.

    Halhoul est un fief du Hamas, de nombreux terroristes y vivent. Les corps étaient enterrés dans un champs. Il se pourrait que les 3 enfants aient été tués dès le jour de leur enlèvement.

    PALA

    Ces 3 civils de 16 et 19 ans, qui contrairement à ce qu’affirment les médias français ne sont pas non plus des « colons », ont été enlevé en raison de leur appartenance à la religion juive uniquement. Le Hamas, partie intégrante du gouvernement d’union palestinien est tenu pour responsable de ces actes barbares.

    Depuis le 12 juin, date du kidnapping, Israël a mené de très nombreuses opérations spéciales visant à retrouver les adolescents.Toute la Judée-Samarie a été fouillée. Les soldats israéliens ont visité plus de 3.000 habitats, ils ont découverts des tunnels secrets, des caches d’armes, des faux-plafonds. Plus de 500 responsables du Hamas ont été arrêté.

    Mais l’annonce de la découverte des trois corps sans vie devrait mettre un coup de frein aux opérations, bien qu’Israël cherche toujours à mettre un coup sérieux au Hamas.

    Sans avoir trop d’information pour l’instant, il se pourrait fortement que les 3 enfants-otages aient été exécutés quelques heures seulement après leur enlèvement.

    La Knesset a annulé toutes ses sessions de la soirée. A Eilad, la ville du jeune Gilad, les rideaux de fer sont baissés.

    Israël devrait raser plusieurs infrastructures du Hamas dans la nuit. Naftali Bennett demande au Premier Ministre d’envoyer des troupes à Gaza, afin d’en prendre le contrôle. Mais c’est une option peu probable.

    L’ambassadeur de France en Israël se dit être « en état de choc. Je condamne ce meurtre, cet acte de barbarie. Mes condoléances aux familles des trois adolescents et à tout le peuple d’Israël. J’ai l’espoir que les auteurs de ce crime barbare, ignoble, soient arrêtés et jugés. Les français sont avec vous ce soir. J’appel à la retenue contre toute forme de vengeance et je fais confiance à l’Etat d’Israël pour que justice soit rendue. »

    Indéniablement, dès cet instant et pour les prochains jours, tout Israël va pleurer la mort de ses fils.

    Am Israël Haï !

    Par Jeremyah Albert - JSSNews 

  • Rapt: le père d'un suspect interviewé par i24news

    Rapt: le père d'un suspect interviewé par i24news

    "Jeudi, moi et mon fils sommes allés à un mariage à 20h (...) Vendredi, impossible de le retrouver"

     
    Hazem Bader (AFP)Le 23 juin 2014, dans la bande de Gaza, près d'Hébron, une famille palestinienne observe les forces de sécurité israéliennes qui participent à une opération dans le cadre de la recherche de trois adolescents israéliens peut-être victimes d'un rapt

    Au 13e jour de l'enquête visant à retrouver les trois adolescents israéliens enlevés près de Jérusalem, i24news s'est entretenu avec le père d'un membre du Hamas dont le fils n'a pas donné signe de vie depuis le kidnapping et figurerait ainsi sur la liste des suspects.

     

    L'organisation islamiste est tenue pour responsable par Israël de l'enlèvement des trois jeunes et plus de 350 Palestiniens, pour la plupart membres du Hamas, ont été interpellés depuis le début de l'enquête.

    Parmi les suspects recherchés activement par l'armée israélienne figurent deux Palestiniens introuvables depuis le moment du rapt, dont l'un est issu d'une puissante famille de Hébron liée au Hamas.

    "Jeudi, moi et mon fils sommes allés à un mariage à 8 heures du soir (...) Vendredi, le lendemain, impossible de le retrouver", explique le père du suspect interrogé par i24news dans sa maison de Hébron, inspectée plusieurs fois par l'armée israélienne.

    Cet homme, dont le fils a déjà été emprisonné en Israël, a également passé 22 mois derrière les barreaux dans les années 1990 et dément l'implication de son fils dans l'enlèvement.

    "Qu'il ait été arrêté par des soldats ou qu'il devienne un martyr, ce sera de toute façon la faute des Israéliens. Maintenant, c'est entre les mains de Dieu. Moi en attendant je ne peux que prier", a-t-il confié à i24news.

    Un de ses autres fils, qui fabriquait des explosifs pour le compte du Hamas, avait trouvé la mort lors d'affontements avec l'armée israélienne en 2005.

    Crainte pour leur vie

    Le chef d'Etat-major israélien Benny Gantz a fait part de son inquiétude croissante sur le sort des 3 adolescents mercredi.

    "Plus le temps passe, plus je m'inquiète du sort de nos garçons (...) mais mon travail est toujours basé sur l'hypothèse qu'ils sont encore en vie", a déclaré Benny Gantz à l'issue d'une réunion sur la réévaluation de l'opération "Gardiens de nos Frères".

    Jack Guez  (AFP)Israeli Defence Minister Moshe Yaalon (L), Israel’s Chief of Staff Lieutenant General Benjamin Gantz (C back), and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu (R), leaves after delivering a statement on June 14, 2014

     

    Gantz a également tenu à féliciter les militaires de Tsahal pour avoir été "à la hauteur" et "porté un coup au Hamas" avant de souligner qu'"Israël continuera à faire tout ce qu'il faut pour ramener les trois adolescents à la maison".

    "Le Shin Bet (les services de sécurité intérieurs israéliens, ndlr), la police et Tsahal continueront à combattre la présence du Hamas en Cisjordanie en arrêtant ses agents et en fouillant ses bureaux", a ajouté le général en chef de l'armée israélienne.

    Les mères des trois jeunes Israéliens se sont rendues mardi au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies à Genève pour demander le soutien de l'organisation internationale afin d'aider à la libération de leurs fils.

  • Tuerie/Bruxelles: Nemmouche extradé en Belgique

    Tuerie/Bruxelles: Nemmouche extradé en Belgique

    Israël, qui a adhéré à une convention de l'UE sur les extraditions, peut réclamer à Bruxelles le tueur présumé

    Le suspect de la tuerie du Musée juif de Bruxelles était toujours en garde à vue lundi et les enquêteurs tentaient de le faire parler. ( - (Police fédérale belge/Belga/AFP/Archives) )Le suspect de la tuerie du Musée juif de Bruxelles était toujours en garde à vue lundi et les enquêteurs tentaient de le faire parler. ( - (Police fédérale belge/Belga/AFP/Archives) )

     

    La justice française a ordonné jeudi l'extradition du Franco-Algérien Mehdi Nemmouche, délinquant tombé dans l'islam radical et soupçonné d'avoir tué quatre personnes il y a un mois au Musée juif de Bruxelles, vers la Belgique, alors qu'il craint d'être extradé par ce pays vers Israël.

    L'accusé a annoncé quelques minutes après sa demande de pourvoi en cassation contre son extradition.

    Mehdi Nemmouche, 29 ans, est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen pour "assassinats" émis le 31 mai par la Belgique. Il est suspecté d'avoir ouvert le feu le 24 mai au Musée juif de Bruxelles, touchant mortellement deux personnes de nationalité israélienne, une retraitée française et un employé belge décédé des suites de ses blessures.

    "Je ne m'opposerai pas à une remise" aux autorités belges "si la Belgique me certifie qu'elle ne m'extradera pas vers un pays tiers", avait déclaré, déterminé, Mehdi Nemmouche, lors d'une audience le 12 juin sous étroite surveillance policière devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles, près de Paris.

    Son avocat, Me Apolin Pepiezep, avait lui évoqué "un risque de transfert" de la Belgique vers un autre pays, faisant allusion à la présence de deux ressortissants israéliens parmi les victimes.

    Mehdi Nemmouche "doit être jugé en France ou en Belgique, mais pas ailleurs", a répété à l'AFP Me Pepiezep. En théorie, Israël, qui a adhéré à une convention européenne sur les extraditions, peut réclamer à la Belgique le tueur présumé.

    L'avocate générale avait demandé que Mehdi Nemmouche, actuellement en détention provisoire, soit transféré en Belgique pour y être jugé, soulignant que "la compétence naturelle liée aux lieux des faits devait être privilégiée".

    Lors de sa garde à vue, Nemmouche, par la voix de son avocat, avait d'abord dit qu'il ne s'opposerait pas à sa remise aux autorités belges avant de la refuser catégoriquement lors d'une première audience le 5 juin à la cour d'appel, qui avait été renvoyée à la demande de sa défense.

    - Un juge l'attend -

     

    Croquis d'audience de Mehdi Nemmouche le 5 juin 2014 au tribunal de Versailles ( Benoît Peyrucq  (AFP) )Croquis d'audience de Mehdi Nemmouche le 5 juin 2014 au tribunal de Versailles ( Benoît Peyrucq (AFP) )

     

    Nemmouche a maintenant la possibilité de former un pourvoi en cassation dans les trois prochains jours . La haute juridiction aurait alors 40 jours pour statuer.

    En l'absence de recours, la remise du suspect devrait intervenir rapidement, le temps d'organiser son transfèrement vers la Belgique. Il ne s'agit pas d'une extradition au sens juridique du terme: elle relève d'un mandat d'arrêt européen qui permet depuis 2002 à des Etats membres de remettre leurs nationaux à leurs partenaires de l'UE.

    Une fois en Belgique, il serait présenté à un juge d'instruction qui pourrait ordonner une reconstitution sur les lieux du drame, toujours fermés au public. Si l'enquête devait confirmer les soupçons d'assassinats, le tueur présumé serait renvoyé devant une cour d'assises où il encourt la réclusion à perpétuité.

    Mehdi Nemmouche avait été arrêté le 30 mai à Marseille, dans un autocar arrivant de Bruxelles. Des armes similaires à celles de la tuerie avaient été retrouvées dans ses bagages, ainsi qu'une caméra embarquée. Durant sa garde à vue, d'une durée exceptionnelle de cinq jours, il était resté muet sur ces faits.

    Avant de rejoindre les rangs d'un groupe jihadiste en Syrie, fin 2012 au sortir de cinq années de prison, il avait été condamné à sept reprises en France, notamment pour braquage.

  • 8 ans après Gilad Shalit, le même Hamas kidnappe Eyal Gilad et Naftali

    8 ans après Gilad Shalit, le même Hamas kidnappe #EyalGiladNaftali

     
     
     

    bannerfr

    Le 12 juin 2014, il y a déjà 12 jours, trois jeunes Israéliens ont été kidnappés par le Hamas, en Judée-Samarie. Eyal YifrachGilad Shaar et Naftali Fraenkel sont depuis maintenus en captivité par les terroristes de cette organisation. Ce n’est malheureusement pas la première fois que les enlèvements mettent en danger la vie des citoyens d’Israël. En 8 ans, depuis l’enlèvement de Gilad Shalit, rien n’a changé, la preuve.

     

    8 ans plus tard…

    … les enlèvements menacent toujours les habitants d’Israël

    Depuis janvier 2013, Tsahal et l’Agence de Sécurité Israélienne (plus communément appelée Shin Bet) ont déjoué 64 tentatives d’enlèvement dont la grande majorité ont été mises en œuvre par le Hamas  Il y a 8 ans jour pour jour, c’était le soldat Gilad Shalit qui tombait entre les mains de ravisseurs. Le Hamas l’a retenu captif pendant cinq longues années jusqu’à sa libération en 2011 en échange de 1027 terroristes emprisonnés en Israël. Il y a quelques jours, c’était Eyal, Gilad et Naftali.

    266-2014 fr

    8 ans plus tard…

    … le Hamas tient les mêmes discours

    Si en 2006, le Hamas se vantait de l’enlèvement de Gilad Shalit, les représentants de l’organisation terroriste se sont également félicités de l’enlèvement récent des trois jeunes Israéliens.

    “La courageuse résistance, qui a kidnappé et détenu des Israéliens…peut, avec l’aide d’Allah, recommencer”. Tels sont les mots du Premier ministre du Hamas Ismail Haniyeh. Les intentions de cette organisation sont claires, hier comme aujourd’hui: kidnapper des citoyens israéliens pour semer la terreur.

    8 ans plus tard…

    … les célébrations des enlèvements atteignent les rues palestiniennes

    Fêtes de fin d’études dans les universités, distribution de bonbons, campagne de trois doigts levés pour représenter les trois kidnappés… Un vent de joie a traversé les rues de Judée-Samarie et a parcouru les réseaux sociaux depuis le kidnapping de Eyal, Gilad et Naftali. Les Palestiniens l’associent à celui du soldat Shalit en 2006 et suggèrent que les 3 kidnappés permettront la libération de 3 fois plus de terroristes.

    1 Shalit = 1027 prisonniers, 3 Shalit = 3081 prisonniers

    8 ans plus tard…

    … la convention de Genève sur les prisonniers est à nouveau violée

    La Convention de Genève prévoit que la Croix Rouge puisse avoir accès aux soldats ou civils faits prisonniers en tant de conflit. Alors qu’il y a 8 ans Gilad Shalit n’avait déjà pas eu accès aux visites d’une quelconque organisation humanitaire, EyalGiladNaftali ont à nouveau été enlevé et sont retenus en violation du droit international. Il ne peuvent rencontrer ni instances internationales (exemple Croix Rouge) ni visiteurs qui pourraient confirmer qu’ils sont toujours en vie.

    8 ans plus tard…

    … les roquettes de Gaza frappent toujours Israël

    Depuis janvier 2014, près de 230 roquettes ont été tirées sur Israël   

    depuis la bande de Gaza et plus de 10 000 en 8 ans. Suite à l’Opération Pilier de Défense lancée par Israël en novembre 2012 afin de mettre fin aux tirs incessants de roquettes depuis la bande de Gaza, le nombre d’attaques avait significativement diminué mais depuis la récente Opération Gardien de nos Frères visant à retrouver les trois kidnappés, les terroristes de Gaza tirs quasi quotidiennement des roquettes en direction du territoire israélien.

    8 ans plus tard…

    … les terroristes construisent encore des tunnels terroristes

    Le Hamas  a amplifié sa stratégie terroriste de construction de tunnels dans la but d’introduire des armes dans la bande de Gaza et enlever des soldats. Depuis 4 ans, 4 tunnels ont été découverts et neutralisés par les forces de Tsahal. C’est grâce à cette méthode des tunnels qu’il y a 8 ans, des terroristes ont enlevé Gilad Shalit aux abords de la bande de Gaza. Depuis le kidnapping de Eyal, Gilad et Naftali, l’Opération Gardien de nos Frères mené par Tsahal pour les retrouvé, à permis de découvrir des tunnels entre certains bâtiments et des caches d’armes souterraines au cœur de la Judée-Samarie.

    Mais 8 ans plus tard…

    … la détermination de Tsahal ne faiblit pas

    Depuis l’annonce de l’enlèvement de Eyal, Gilad et Naftali, les soldats de Tsahal n’ont pas cessé de les rechercher partout en Judée-Samarie, fouillant chaque maison, chaque bâtiment. Une valeur était et restera inscrite dans l’esprit de chacun des soldats de l’armée israélienne : tout est fait pour protéger les habitants du pays quelques soient les menaces terroristes et aucun effort ne sera épargné pour ramener, sains et saufs, les trois jeunes à la maison, le plus vite possible.