• « Pacifistes » : « Le sang des soldats de Tsahal va couler ! »

    « Pacifistes » : « Le sang des soldats de Tsahal va couler ! »

    [Lundi 27/06/2011 23:12]

    Des informations recueillies sur l’un des bateaux qui s’apprêtent à appareiller pour la Bande de Gaza indiquent que des « braves militants pacifistes » ont acheminé des produits chimiques afin de les déverser sur les soldats de Tsahal en cas de tentative d’arraisonnement. Par ailleurs, lors de « briefings » organisés par les organisateurs ces derniers jours, des responsables djihadistes ont clamé avec joie « que le sang des soldats israéliens allait couler ». Les éléments recueillis sur place indiquent formellement que des activistes musulmans veulent monter à bord des bateaux et se mélanger aux idiots utiles qui veulent manifester leur solidarité avec le Hamas. Parmi eux, le hollandais (!!)Amin Abu Rushd, qui finançait il y quelques années le terrorisme au travers d’un « Fonds de Solidarité avec le Hamas » au Pays-Bas avant que les autorités ne le dissolvent. Un autre est Muhmad Ahmad Hanoun, membre du Hamas et qui dirige toujours un Fonds qui soutient le terrorisme. Jusqu’à lundi, les autorités israéliennes affirmaient « n’avoir aucune information sur des quelconques intentions violentes parmi les passagers des bateaux ».

  • Tsahal ouvre son site en français L'Armée d'Israël est aussi célèbre que méconnue. Son site existe maintenant en français.

    Tsahal ouvre son site en français
    par Anita Varden - Lundi 27 juin 2011
     

    L'Armée d'Israël est aussi célèbre que méconnue. Son site existe à partir de maintenant en français.

     
    Tsahal, l’armée d’Israël, a été fondée quinze jours après la création de l’Etat juif en 1948. Elle est probablement la seule armée au monde désignée par un acronyme (« TSva HAganah Le’Israel » - Force de défense d’Israël) employé tel un nom propre, dans l’usage. Parce que, tous les observateurs le savent, Tsahal et son histoire se confondent avec celle de la jeune nation.
    Admirée, convoitée, jalousée, l’Armée d’Israël est aussi l'une des plus détestées au monde. Ses soldats, du plus haut gradé au jeune en service, dans un cas représentent la jeunesse, l’idéal et la vigueur de la nation juive, heureuse et combattive. Dans l’autre, une sorte d’assemblée d’ogres dévorateurs d’enfants et de démons éradicateurs de pacifistes, tueurs d’Arabes et de militants innocents.

    A Tsahal, il est systématiquement reproché d’assurer la défense des frontières de son pays, et la vie de ses citoyens. D’elle et d’elle seule, on considère qu’elle agit de manière toujours « disproportionnée ».
    Pourtant, dans la réalité de ses sections et de ses troupes, il n’en est rien. Et c’est pour tenter de rétablir un équilibre singulièrement absent dans les discours tant politiques que médiatiques à son égard que Tsahal s’ouvre au public francophone.

    Deux jeunes gens en uniforme, aussi compétents que motivés, ont fait le pari de traduire en français toutes les informations, toutes les archives, toutes les actualités disponibles sur leur armée.

    Nessim B., 26 ans, a fait son Alyah de France en 2009. Il a été affecté dans l’unité du porte-parole des Forces de défense israéliennes, et a traduit le site original de l’hébreu à l’anglais. Interrogé par le porte-parole de Tsahal sur ses besoins éventuels, il a suggéré d’ouvrir un site en français également, lassé que les médias colportent les pires rumeurs sans avoir aucune possibilité d’y répondre.

    L’information existe, certes. Mais, et l’expérience de la première Flottille l’a tristement illustré, elle était jusqu’à présent non seulement monolingue, mais aussi très en retard. Internet, vecteur du meilleur et du pire, est alors devenu une vague géante se faisant l’écho de la propagande des islamistes de l’IHH et de leurs naïfs alliés.

    Pendant plusieurs jours, blogueurs et journalistes qui cherchaient à comprendre ce qui s’était produit sur le Mavi Marmara, écumaient désespérément la Toile, tandis que s’accumulaient les informations très préparées des « pacifistes ». Longtemps, certains ont hésité : était-il possible que les soldats de Tsahal, qui s’enorgueillit d’être l’armée la plus morale du monde, se soient livrés à un massacre pur et simple sur d’innocents militants ?

    Et pour ceux qui n’avaient aucun doute sur la réalité, ils n’avaient tout simplement aucun argument factuel à opposer. Et ce cas n’est pas isolé : les outrances du rapport Goldstone, les délires d’un Donald Böstrom – quoique les deux se sont finalement amendés – n’ont fait que surfer sur une image monstrueuse, celle d’une armée de croque-mitaines sans visage et sans loi, assassins inhumains jouissant d’hyper-puissance.

    Sarah B. était en charge du mouvement de jeunesse juif sioniste Hachomer Hatsaïr à Paris. Immédiatemment après le bac, elle quitte le cocon familial pour immigrer en Israël. Après un an d’apprentissage de l’hébreu à l’Université de Tel Aviv, elle débute son service militaire avec la conviction qu'elle se devait, en tant que nouvelle immigrante et nouvelle citoyenne israélienne, de donner quelques mois de sa vie à l'Etat d'Israël.

    Elle a rapidement rejoint Nissim sur le projet.

    « Nous avons pour ambition de toucher plusieurs publics », explique-t-elle.
    « Nous souhaitons fournir un soutien et aider tous les blogueurs et les sites amis, qui depuis des années sont seuls pour réinformer le public. Ils trouveront là un creuset d’informations qu’ils pourront utiliser et diffuser.

    Nous espérons aussi devenir un outil destiné aux professionnels français et francophones ; nous souhaiterions qu’ils relaient ou simplement mentionnent notre information, qu’ils cherchent à connaître la version de Tsahal.

    Enfin, nous serons heureux d’informer le grand public francophone, juif et non-juif, qui s’intéresse à nos actions et qui souhaiterait en savoir plus sur l’actualité. »

    Très ambitieux, le site est à la hauteur des aspirations : ergonomique, richement illustré, il propose des rubriques d’actualité, mais aussi des informations plus structurelles qui passionneront les visiteurs : sur l’histoire mouvementée de la formation de Tsahal ; sur ses missions ; sur son éthique ; ses divisions et ses soldats ; la diversité de ses membres.

    Des soldats dont on entend moins parler dans leurs missions humanitaires, nombreuses et pas toujours médiatisées, que lors des conflits et des provocations auxquelles ils sont exposés – en témoigne la dernière en date, sur le plateau du Golan pendant les jours dits de la « Naqba » et de la « Naqsa ».

    Tsahal se laisse enfin connaître, forcément sous son meilleur jour, en français. Ces enfants d’Israël à qui Serge Gainsbourg a dédié une magnifique chanson lors de la guerre des Six Jours en 1967 gagnent là, comme on dit, à être connus.
    Pour consulter le site de l'armée israélienne en français : www.idf.il/fr

  • Participation de Josy Dubié à la flotille: mise au point de l'ambassadeur d'Israël

     

    Participation de Josy Dubié à la flotille: mise au point de l'ambassadeur d'Israël

     
    "Cette interview illustre clairement la volonté de l’intéressé [Josy Dubié] de manipuler l’opinion publique à travers les média."

    Mise au point de Mme Tamar Samash, Ambassadeur d’Israël, parue dans Le Soir:
    «La participation de Monsieur Dubié, interviewé par votre rédacteur M. Baudouin Loos, à la flottille pour Gaza, avant-même le départ de ladite flottille, n’a rien de pacifiste. Cette interview illustre clairement la volonté de l’intéressé de manipuler l’opinion publique à travers les média.

    L’Ambassade d’Israël rappelle qu’Israël et le Hamas sont en état de guerre et que par conséquent, le blocus maritime, qui a pour seul objectif d’empêcher l’acheminement par voie de mer d’armes au Hamas, est tout à fait légal et conforme aux règles internationales sur les conflits armés.

    Toute aide humanitaire peut entrer dans la bande de Gaza par voie terrestre, en coordination avec Israël, les Nations Unies et les organisations internationales opérant sur place.

    La flottille en question n’est rien d’autre qu’une pure provocation dans le seul but de jeter le discrédit sur Israël. On est très éloigné de «l’esprit pacifiste», voire d’une «assistance humanitaire». Selon la Croix-Rouge opérant à Gaza, il n’y a pas de crise humanitaire dans ce territoire».

    Contexte: Josy Dubié: Louis Michel se retrouve à califourchon sur Mgr Gaillot à Gaza ... ou la croisière pacifiste s'amuse. En tout cas, Dubié en rit toujours!

    Josy Dubié pourra loger dans cet hôtel cinq étoiles dans la "prison à ciel ouvert" de Gaza:
    Ou dans celui-ci non moins luxueux:

     
    Et son magnifique restaurant ...

  • QUAND DES BELGES FONT LA HONTE A LA DEMOCRATIE ....

    QUAND DES BELGES FONT LA HONTE A LA DEMOCRATIE ....
    vous devez allez marquer votre oposition sur sa page a cet ex ecolo ex presentateur TV , ex senateur... «La participation de Monsieur Dubié, à la flottille pour Gaza, avant-même le départ de ladite flottille, n’a rien de pacifiste. Cette interview illustre clairement la volonté de l’intéressé de manipuler l’opinion publique à travers les média.

    La flottille en question n’est rien d’autre qu’une pure provocation dans le seul but de jeter le discrédit sur Israël. On est très éloigné de «l’esprit pacifiste», voire d’une «assistance humanitaire». Selon la Croix-Rouge opérant à Gaza, il n’y a pas de crise humanitaire dans ce territoire».

    L'ancien sénateur embarquera prochainement.

    L'ancien sénateur embarquera prochainement.

    La seconde "flottille de la liberté" emmènera, fin juin, un millier de passagers vers la Bande de Gaza. Ceux-ci entendent dénoncer le blocus israélien. L'ancien sénateur Josy Dubié et trois autres compatriotes composeront la délégation belge.

    Une délégation de quatre Belges se joindra à la deuxième "flottille de la liberté" qui naviguera, fin juin, en direction de la Bande de Gaza, afin de dénoncer le "blocus israélien illégal imposé à ce territoire", a annoncé lundi la plate-forme Belgium to Gaza, un groupement belge d'associations et d'individus qui dénoncent l'occupation du territoire palestinien. La flottille sera composée de douze navires emportant un millier de passagers originaires de 24 pays.

    Les passagers belges prenant part à ce mouvement "pacifique" et à "but humanitaire" sont : Josy Dubié, journaliste et fonctionnaire des Nations Unies retraité et ancien sénateur, Asmaa Seba, artiste photographe, Yannick Vanonckelen, infirmière, et Guido Gorissen, médecin généraliste.

    La délégation belge embarquera, en Grèce, à bord du bateau "Tahrir" ("Libération"), qui emmènera également des délégations australienne, danoise et canadienne. Elles tenteront d'acheminer des vivres, des médicaments, des fournitures scolaires et du matériel de construction.

    Réaction musclée annoncée

    "L'occupation israélienne reste une pénible réalité" pour le peuple palestinien, confronté à une "situation humanitaire et sanitaire tragique", a ainsi rappelé la plate-forme Belgium to Gaza, lors d'une conférence de presse.

    "La Bande de Gaza est une prison à ciel ouvert où terreur et violence sont monnaie courante", a-t-elle estimé.

    En mai 2010, la première Flottille internationale avait tenté d'arpenter les eaux menant à la Bande de Gaza. L'un des navires de la flottille, un ferry turc, avait été la cible d'un raid militaire israélien, tuant neuf Turcs.

    Les responsables politiques israéliens ont d'ores et déjà annoncé qu'ils empêcheraient, une nouvelle fois cette année, cette flottille d'atteindre Gaza, et ce par la force.

  • n'oublions pas GUILAD CHALIT en ce jour de shabbat tout comme chaque jours qui passent pour lui en detention depuis 5 ans prions pour qu il puisse rejoindre les siens....

  • Souviens toi…24 juin

    DR-GIN


    Mémoire...

    Par Claude Bensoussan pour Guysen International News

     


    L’évêque Hermann III avait envoyé les juifs de Cologne chercher refuge dans d’autre villes de son diocèse. Le 24 juin, les croisés entrent dans la ville de Neuss. Ils égorgent 200 juifs qui s’y trouvent cachés, dont un certain Mar Gedalia et sa famille.

    1298


    25 juifs appartenant à une dizaine de familles sont égorgés à Iphofen (Allemagne) lors des persécutions de Rindfleisch, du nom du chevalier allemand qui en porte la responsabilité.

    1648


    2 000 juifs, hommes, femmes et enfants, sont égorgés quand les hordes cosaques de Bogdan Chmielnicki occupent Homel (Ukraine). Ensuite, les hordes cosaques tuent 2 000 juifs et 600 Polonais catholiques dans la forteresse de Nesterov, près de la ville de Tulczyn.

    1919


    15 juifs sont égorgés et de nombreux autres blessés quand des unités commandées par Zeleny, lié à l’Armée nationale ukrainienne, se livrent à un pogrome à Lukachevka, près de Kiev. A Kopai-Gorod (district de Podolie), 11 juifs sont tués et de nombreux autres blessés par les 7è et 9è régiments de la « division bleue » de l’Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.

    1922


    Walter Rathenau, ministre allemand des Affaires étrangères d’origine juive, est assassiné à Berlin par des précurseurs du nazisme. Ceux des meurtriers qu’on parvient à arrêter sont condamnés à cinq ans de prison.

    1940


    250 jeunes juifs de Checiny (province de Kielce, Pologne) meurent après leur déportation au camp de travail forcé de Ciezanow. Après l’occupation de Checiny par les Allemands, 3 000 juifs avaient été enfermés dans un ghetto.

    1941


    170 juifs sont conduits au village de Patryki et tués après que les troupes allemandes eurent occupé Kobryn (province de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie).
    Après l’occupation de Kobryn par les troupes soviétiques le 20 septembre 1939, de nombreux juifs provenant des provinces polonaises occupées par les Allemands s’y sont réfugiés. Lors de l’invasion allemande, 8 000 juifs y habitent.
    Les Allemands occupent Kaunas (R.S.S. de Lituanie), peuplé de 30 000 juifs. Des nationalistes lituaniens tuent 1 000 d’entre eux, 10 000 autres sont arrêtés et internés au « fort n° 7 ».