• Pensez donc messieurs, pensez donc, pendant que vos frères qui se battent pour le seul pays qui vous servira bientôt de refuge, pansent eux aussi… leurs plaies.

    L'Arche de Noé

    Parmi ceux qui n'accordent aucun crédit au récit du déluge, certains avancent comme argument qu'il est difficile d'imaginer qu'un homme puisse à lui seul réunir dans un même bateau toutes sortes de bêtes féroces, dangereuses, venimeuses et pour certaines répugnantes.

    Pourtant, grâce aux organisateurs de la flottille de la haine, on a pu tous constater comment un seul terroriste peut mener dans un même bateau près de 7 milliards d'habitants et de surcroit, leur faire croire que les bêtes humaines assoiffées de sang qui constituent l'équipage sont tout droit venues de "La croisière s'amuse"!

    Certes, nous autres n'avions pas besoin d'une telle mascarade médiatique et populiste pour confirmer les écrits de notre sainte Torah, mais disons que cela aura au moins eu comme effet positif (a part le fait de nous prouver que les soldats de Tsahal sont les seuls au monde à être humains avant d'être soldats) de nous renforcer dans nos convictions.

    S’il y a un reproche que l'on peut faire à l'état major Israélien, ce serait de ne pas être assez conscient du degré de haine qui anime ces soit disant pacifistes, gauchistes, communistes (appelez les comme vous voulez), à tel point que les soldats du commando eux-mêmes ont été surpris par la sauvagerie de ces pirates des mers, or on sait très bien que l'effet de surprise est déterminant dans une bataille. Autrement dit, si les Israéliens étaient plus à même de comprendre que la haine anti-israélienne ne vient que dissimuler une haine anti-juive profonde que la Shoah a rendu politiquement incorrecte, jamais les hommes du commando n'auraient été livré un a un dans cette fosse aux lions ambulante qu'était le Marmara turc.

    Il est frappant de constater que des personnes qui se disent détentrices de la vérité suprême concernant l'histoire du peuple Juif, la véracité de la Shoa, la morale Juive et son pan philosophique, soient eux même parti pris du dénigrement planétaire de la politique Israélienne dont le seul but est d'assurer au mieux sa survie.

    Vous aurez compris que je désigne des dix doigts les co-signataires du « J-Collabo », tels que BHL et Finkielkraut pour ne citer que les plus "éminents" penseurs gauchisante européenne.

    Pensez donc messieurs, pensez donc, pendant que vos frères qui se battent pour le seul pays qui vous servira bientôt de refuge, pansent eux aussi… leurs plaies.

  • un immense Bravo pour les courageux commandos de Tsahal et un avertissement pour les politiques : surtout …pas d’excuses.

    SURTOUT…PAS D’EXCUSES.(source jforum.fr)

    La flottille de bateaux qui prétendait arriver à Gaza et briser le "blocus" a été stoppée. Bien sur, le prix est élevé. Des soldats israéliens ont été blessés car ils n’ont tiré sur leurs agresseurs que lorsque leur vie fut mise en danger. Les instructions devraient être de tirer avant qu’un danger mortel ne se profile et éviter ainsi tout risque inconsidéré pour nos combattants.

    La seule erreur de notre prise de contrôle de cette flotte a été l’influence des analystes de gauche qui ont déclaré à nos soldats qu’ils auront à faire face à des activistes "humanitaires" et des militants "de la paix". Là où se rassemblent des arabes et des musulmans, il faut s’attendre à la violence, à l’incitation à la haine et au combat.

    La prochaine flottille des "briseurs de blocus" doit être arrêtée avec tous les moyens militaires qui ne mettront en danger ni la vie ni la santé de nos soldats. Il faut l’annoncer clairement aujourd’hui pour donner à réfléchir aux terroristes et pour ne pas avoir à s’expliquer demain.

    Les passagers de ces navires ne sont pas des civils innocents et les députés qui les accompagnent ne sont pas de simples spectateurs. Ils sont soit des "idiots utiles" pour le terrorisme musulman et arabe soit des antisémites forcenés.

    Le mythe stupide d’un besoin humanitaire pour Gaza a décidément la vie dure. Les chômeurs et SDF de France sont bien plus mal lotis que les arabes de Gaza à qui le monde entier envoie des fortunes considérables qui auraient permis à tout autre peuple, non parasite, de sortir de la misère en Afrique ou en Asie. Gaza n’est que le centre d’un horrible racket qui fait trembler les gouvernants européens et exploite la connivence d’Obama avec un Islam djihadiste.

    LA TURQUIE

    Le navire "amiral" de cette armada antisémite venait de Turquie. Cette Turquie qu’Ata Turc avait sorti de l’illettrisme et de l’inculture, a replongé dans l’Islam. Force est de constater que là où prolifère l’Islam, pousse la barbarie, la lutte contre la civilisation et les libertés. La Turquie d’Erdogan ou l’Iran des mollahs ou le Liban du Hezbollah plongent dans les ténèbres barbares qu’y a engendré l’idéologie politique de l’Islam. Ces pays qui étaient proches de l’Occident de la culture européenne sont tombés sous la coupe de dictatures islamiques étouffant toutes lumières.

    La Turquie, postulante à l’entrée dans l’Union Européenne, est l’alliée affichée de l’Iran et l’ennemi déterminé d’Israël. Erdogan, le premier ministre turc, s’affiche volontiers avec un Chavez et avec tout ce que l’Occident compte d’ennemis. La télévision turque a projeté des feuilletons antisémites qui dépeignent les soldats israéliens comme des assassins d’enfants. L’exemple vient d’Erdogan lui-même qui répète à qui veut l’entendre qu’Israël est un Etat terroriste sans nulle légitimité. C’est d’ailleurs ce même individu qui déclarait que le Mont du Temple à Jérusalem et le Tombeau des Patriarches à Hébron n’avaient aucun rapport avec le peuple juif !

    Les navires de cette flottille transportaient des personnes peu intéressées par l’aide humanitaire. Ils ont refusé à maintes reprises l’offre généreuse, beaucoup trop généreuse, des autorités israéliennes de transférer à partir d’un port israélien les denrées vers Gaza.

    Il est également évident pour tout cerveau normalement constitué qu’Israël ne doit pas lever le blocus de Gaza. Les tunnels servent déjà à accumuler des armes, des missiles, des explosifs et des éléments d’infrastructure militaire. La fin du blocus permettrait aux navires affrétés par l’Iran, le Hezbollah ou la Turquie de venir impunément livrer des armes les plus sophistiquées aux assassins du Hamas.

    Il est vrai qu’en Europe, les musulmans n’ont nul besoin de prendre le pouvoir par les armes puisque la démocratie européenne et l’esprit de Munich leur permettent de marquer des points incessants.

    UNE PROVOCATION

    Sachant qu’ils ne parviendraient pas à débarquer à Gaza et sachant que leur "aide humanitaire" pouvait être acheminée légalement par Israël, les passagers de ces navires ne visaient pas une action de paix mais simplement une provocation à retentissement mondial.

    Il suffit d’ailleurs de regarder les images de ces "pacifistes humanitaires" chanter avec hystérie des chants islamiques célébrant le massacre par Mahomet des derniers juifs vivant en Arabie pour s’en convaincre. Ces "humanitaires" promettaient le même sort à tous les Juifs et se vantaient d’être victorieux en mourant en martyrs au combat. Ce ne serait pas "humanitaire" de les priver de la réalisation de ce rêve !

    L’agression contre les soldats israéliens avait été programmée et préméditée. Les armes trouvées sur le bateau correspondent parfaitement à la notion "humanitaire" en vigueur chez les arabes. L’accueil des soldats de la marine juive était destiné à tuer et à lyncher.

    Ce n’est qu’une bataille dans la guerre que nous livrons et il faut la conclure par la victoire de l’armée. L’opération militaire est un succès et les commandos israéliens ont parfaitement rempli leur mission. La terreur doit changer de camp et ce sont les suppôts islamiques de la Turquie et du Hamas qui doivent désormais craindre de se retrouver face à un uniforme de Tsahal.

    La crainte est de voir les "politiques" gaspiller cette victoire militaire obtenue dans des conditions difficiles et redoubler de mièvrerie mielleuse pour déplorer les "tragiques" pertes de vie chez l’ennemi. Un agresseur ne doit bénéficier d’aucune pitié et ne pas pouvoir jouer sur le complexe chronique de culpabilité que développe la classe intellectuelle israélienne.

    BRAVO TSAHAL

    Les manifestations des milliers de musulmans à travers le monde et de leurs acolytes rouges et verts ne doivent pas nous impressionner. Ils doivent surtout inquiéter le dernier carré d’européens lucides qui souhaiteraient défendre les fondements d’une société occidentale judéo-chrétienne. Ce déferlement des hordes arabes et musulmanes dans le centre des grandes villes européennes présage ce qui attend les européens, futurs dhimmi de la colonisation arabe.

    Israël et le peuple juif sont les premières cibles car ils sont le seul rempart face à la déferlante musulmane. Ces responsables politiques qui se sont empressé de condamner Israël sans attendre de connaître les faits seront les premiers à payer le prix de leur lâcheté et de leur bêtise.

    Confronté à des régimes munichois dans le monde dit "libre", notre gouvernement israélien a pris la bonne décision pour la défense de la souveraineté juive.

    Alors un immense Bravo pour les courageux commandos de Tsahal et un avertissement pour les politiques : surtout …pas d’excuses.

    Jacques KUPFER

  • la Turquie a tout fait pour que cette opération ait un retentissement mondial et discrédite ainsi Israël.

    vendredi 4 juin 2010, par Israël-conflit-Gaza-flottille-raid,

    L’histoire démontrera que la Turquie a tout fait pour que cette opération ait un retentissement mondial et discrédite ainsi Israël. Cette relation est arrivée à son terme, et rien ne justifie de la préserver.

    Depuis longtemps, nous diffusons des articles en ce sens, en montrant qu’il existe un axe Iran Turquie Brésil Venezuela. Ce quartet de la haine anti-israélienne est en train de prendre l’ascendant sur les Européens, paralysés par leur population musulmane.

    Ce n’est pas le voile (intégral ou pas) qui pose problème. C’est bien la totale tétanisation, et l’alignement de l’Europe qui semble avoir déjà capitulé, et qui est incapable de défendre ses valeurs.

    Que de jeunes illuminés ne voient pas le piège tendu par le maquillage humanitaire de la cause du Hamas et du Hezbollah, c’est une chose, mais que des ministres se sentent obligés de condamner Israël alors qu’ils connaissent la réalité, c’en est une autre.

    Benjamin Netanyahou a raison de dénoncer l’hypocrisie générale, et on se souvient de la condamnation générale du raid israélien contre les réacteurs atomiques irakiens. A l’époque Israël avait fait le sale boulot à la place des Français qui eux avaient construit ces réacteurs.

    Certes, un scénario neutralisant purement et simplement le bateau en s’en prenant à son mode de propulsion aurait été plus adéquat. Mais de grâce arrêtons de faire la critique de la forme, afin d’évacuer le fond.

    Israël peut aujourd’hui apprécier à sa juste valeur, les amis d’Israël. Ce qui est sûr, c’est qu’une fois de plus les biens pensants de la gauche israélienne hurlent avec les loups, pire certains sont devenus des loups, et aimeraient participer au lynchage d’Israël. Le fait d’être juif ou israélien leur donnerait toute légitimité pour se répandre dans les médias, pour justement délégitimer les juifs et israël.

    Heureusement que ce sont des « intellectuels », car s’ils étaient de simples juifs, ils se seraient contentés de comprendre qu’Israël est notre « assurance-vie ».

    NDLR MCS

    JERUSALEM, 4 juin 2010 (AFP)

    Les quotidiens israéliens reviennent vendredi avec force et détails sur le raid meurtrier mené lundi contre la flottille humanitaire internationale, sur les préparatifs de l’opération, son déroulement et les suites du "fiasco".

    Des préparatifs au plus haut niveau de l’opération —baptisée "Sea Breeze" (Vent de Mer)— ont commencé dès le mois de février, révèle le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot. Le chef de la marine de guerre, l’amiral Eliezer Marom, a monté deux cellules opérationnelles, l’une composée de militaires et l’autre comprenant des juristes, des représentants des Affaires étrangères, d’agents du renseignement.

    Dans un premier temps, les autorités israéliennes ont tenté d’empêcher le départ du convoi maritime pour Gaza par des voies diplomatiques, en multipliant les démarches auprès de la Turquie, mais en vain, souligne le Yediot. Israël a également contacté l’Egypte qui a proposé de débarquer l’aide humanitaire au port d’El-Arish pour la transférer à Gaza, mais s’est heurté à un refus des organisateurs du convoi, selon le quotidien. Seule Chypre a accepté de coopérer avec Israël, refusant aux navires du convoi d’accoster dans ses ports.

    En vue de l’abordage, des informations ont été recueillies sur l’ONG islamiste turque IHH, qui a affrété le ferry Mavi Marmara, le plus grand des six navires de la "flottille de la liberté" pour Gaza. C’est dans ce navire que se sont produits les affrontements sanglants qui ont fait neuf morts civils, 8 Turcs et un Américain, tués par des tirs de l’armée israélienne.

    La décision ayant été prise au plus haut niveau d’intercepter le convoi et de l’acheminer au port israélien d’Ashdod (sud d’Israël), les commandos de la marine ont subi un entraînement spécial et ont été équipés d’armes anti-émeutes, en plus de leurs armes individuelles. La décision d’aborder la flottille dans les eaux internationales a été prise par le chef des commandos de marine pour surprendre les militants pro-palestiniens avant la levée du jour, en dépit du risque qu’Israël puisse être accusé d’"acte de piraterie", selon le Yediot Aharonot.

    L’amiral Marom aurait assisté lui-même à l’opération sur un bâtiment de guerre à proximité et a tiré en l’air des coups de semonce quand les violences ont éclaté. Dès que les commandos israéliens ont été hélitreuillés sur le pont du Mavi Marmara, ils ont été assaillis à coups de barre de fer et de couteaux par des dizaines de militants, selon des témoignages des soldats.

    Selon le quotidien Haaretz, les militants auraient réussi à capturer brièvement trois soldats israéliens et à s’emparer d’une ou plusieurs de leurs armes. Selon le Yediot Aharonot, des films pris par les passagers et confisqués par l’armée montre que des militants pacifistes ont protégé des soldats menacés d’être lynchés.

    Après l’opération, qualifié de "fiasco", la décision de relâcher tous les passagers détenus, a été prise par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense sous pression de la Turquie, selon la presse, alors que l’armée espérait se servir des interrogatoires pour étayer la thèse israélienne d’une "provocation" délibérée.

  • Les medias europeens mentent et cachent la verite

    Le Fatah refuse la levée du blocus israélo-égyptien
    (source juif.org)



    Azzam al-Ahmed, un officiel du Fatah, vient de déclarer qu’il est totalement opposé à la levée du blocus de Gaza tant que le Hamas refuse la réconciliation. Il a insisté sur le fait qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, car l’autorité palestinienne envoi de l’aide à Gaza par Israël.

    Cette mise au point hallucinante mais fondamentale pour la bonne compréhension sera, n’en doutons pas, totalement occultée par les médias, car elle est non seulement très humiliante pour les journalistes et politiques qui décrivent le conflit proche oriental de façon binaire : israéliens = bourreaux, palestiniens = victimes, mais elle est surtout insoutenable à s’en étrangler pour les « défenseurs des droits de l’homme » qui réclament la levée immédiate et sans condition du blocus de Gaza par Israël. Sur quelle base réclamer la fin du blocus, si les palestiniens eux mêmes la refusent ?



    La levée du blocus de Gaza par l’Egypte la semaine dernière (il était temps, car ce cruel blocus de Gaza par l’Egypte n’avait aucune raison d’exister, contrairement à celui imposé par Israël, suite à la prise violente du pouvoir par le Hamas, pour se protéger de nouvelles attaques terroristes), intervenue après l’attaque contre Israël par la mer, montée par une pseudo organisation humanitaire soutenue par le gouvernement turc, et qui s’occupe en fait de financer le terrorisme, représente un danger énorme et imminent, explique l’Autorité Palestinienne.

    La direction de l’autorité Palestinienne a déclaré être très mécontente que la Turquie ait apporté son soutien au Hamas, spécialement dans une tentative de levée du blocus de Gaza qu’elle ne veut pas. « Les choix de la Turquie renforcent le Hamas et minent l’Autorité Palestinienne » a déclaré un cadre du Fatah au journaliste palestinien KHALED ABU TOAMEH dans le Jérusalem Post1 du 8 juin 2010.

    « Nous voulons rappeler aux gouvernements Turc et Egyptien qu’avant la prise de pouvoir par le coup du Hamas en 2007, la frontière était contrôlée par l’Autorité Palestinienne » indique l’officiel du Fatah. « Si le point de passage de Rafah (avec l’Egypte) doit rouvrir, cela doit se faire en coordination avec nous. Pas avec le Hamas »


    Le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, s’est rendu d’urgence hier lundi 8 juin à Istanbul pour rencontrer le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Il lui a fait par de son inquiétude du rapprochement entre la Turquie et le Hamas.

    Je le dis et le répète, et je le martèlerai longtemps encore : si les médias européens n’étaient pas là pour cacher la réalité, masquer les bassesses et les crimes des Palestiniens contre Israël mais aussi et surtout contre leur propre peuple, mentir sur la situation, inverser les rôles en présentant les palestiniens comme les victimes des israéliens, ces derniers profiteraient depuis longtemps d’une paix confortable, d’une économie fleurissante, et d’une relation normale avec leur voisin juif. A qui profite le crime ? A qui profitent les mensonges des médias ?