• Une fois n’est pas coutume, le fait est si rare qu’il mérite d’être signalé

    « Des héros de l’enfer »
    Par Albert Bellaïche pour Guysen International News -
     
    Une fois n’est pas coutume, le fait est si rare qu’il mérite d’être signalé, le dire est historique  et il faut le diffuser,  la nouvelle est exceptionnelle et peut faire tâche d’huile dans le monde arabe, bref les bonnes nouvelles, si elles ne sont pas encore en cascades, elles s’accumulent et font du bien à l’horizon du firmament israélien et de tous les démocrates du monde !

     

     

    Par exemple le Président du Panama  Ricardo Martinelli,  vient de déclarer à Shimon Peres à l’occasion de leur récente rencontre son  « éternel soutien à l’Etat hébreu » et « qu’il était  fier de compter au sein de son gouvernement trois ministres juifs. »

    La Municipalité de Liège va présenter ses excuses pour la déportation de 700 juifs au cours de la deuxième guerre mondiale.

    Au Canada la Fédération Canadienne des Etudiants Juifs organise une campagne pro-israélienne qui vient contrecarrer une récente campagne pro-palestinienne. Un exemple à suivre partout et chaque fois que nécessaire

    Le Hamas par la bouche de l’un de ses membres Mohamad Nasser déclare  que : «   Mahmoud Al-Mabhouh assassiné récemment à Dubaï se serait occupé du transfert  d’armes vers la bande de Gaza. »

    Et aussi que le Hamas « soupçonne les forces de sécurité d’un pays arabe d’être responsables de la mort du terroriste ci-dessus cité. »

    La Jordanie et l’Egypte seraient particulièrement visées.

    Mais la nouvelle des nouvelles,  l’exception exceptionnelle, l’incroyable incroyablement vrai, nous vient  d’un éminent érudit musulman d’origine pakistanaise, Muhammad Tahar ul-Qadri qui vient de publier  une « Fatwa » (Avis juridique donné par un spécialiste de loi islamique) qu’il a rendu publique à Londres, dans laquelle il indique que : «  Les terroristes islamiques d’El Qaida sont considérés comme des ennemis de l’Islam et qu’ils n’avaient aucune justification à faire valoir au nom de l’Islam. »

    Et d’ajouter que : « Les terroristes suicidaires sont des Héros de l’Enfer. »

    Est-ce  enfin qu’en terre d’Islam les consciences commencent à s’éveiller  à la véracité de la justice immanente ?

    Que demain des hommes et des femmes d’origine musulmane vont  faire leur, l’objectivité,  le réalisme, la vérité et l’amour de son prochain ?

    Ne rêvons pas trop  vite et raison gardée disons avec une franchise non atténuée, qu’un petit wagon vient d’être atteler au grand train du monde libre, républicain et démocratique !

    Certes, dans le monde musulman il y a et il a toujours existé des hommes et des femmes de cet acabit, mais disons-le tout net, rares sont ceux qui osent  dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas,  de crainte d’encourir des risques «  fatwaesque » pour leur vie et celle des leurs 

    Leur prudence et leur retenue sont humaines et fort légitimes.

    Car, des Salman Rusdhi, qui a été frappé d’une Fatwa de mort pour écrits « pas très catholiques » envers l’Islam,   ne sont pas légion , mais la tendance pourrait s’inverser et rééquilibrer  les données internationales du problème .

    L’Iran et la Syrie pourraient être les premiers de liste à en subir les effets à la faveur du réveil des oppositions qui sont fort énergiquement muselées …

    Et alors, le monde changera,  et les fouilles sur les passerelles  cesseront, et les murs de protection tomberont, et les guerres et les menaces  ne sonneront plus le rappel comme le clairon le matin dans les casernes, et les hommes et encore moins les femmes et les enfants ne  sauteront plus dans les foules comme des « fouchiques » de carnaval …

  • Quand un dictateur veut museler l'opposition.....

    Mohammad-Amin Vialan va mourir
    Editorial de la semaine du 06/03/2010
    Par Guy Senbel pour Guysen International News -
     

     

    Mohammad-Amin Vialan va mourir. La condamnation à mort de cet étudiant iranien âgé de 20 ans arrêté lors des manifestations antigouvernementales de décembre 2009 a été confirmée en appel. Pour avoir jeté des pierres contre les forces de sécurité, le jeune homme a été reconnu coupable d’être en "guerre contre Dieu", d'atteintes à la sécurité de l'Etat et d'injures aux autorités.


    Vialan étudiait à l’université de Damghan, à l'est de Téhéran. On lui reproche d’être membre de l'équipe de campagne de Moussavi, leader de l’opposition… L’Iran est un pays totalitaire. La démocratie n’existe plus dans ce pays où la justice est au service du régime dictatorial. Trait politique commun aux Etats totalitaires : la recherche d’un ennemi intérieur, Cinquième colonne en cheville avec des ennemis de l’étranger.

     Jamais, le principe de "volonté du peuple", si cher aux Iraniens en quête de liberté, n’a été autant bafoué. En Iran, le rêve de créer un Etat de droit dure depuis un siècle. Toutes les tentatives ont échoué. La révolution de 1979 devait renverser le Shah et son pouvoir autocratique, mais les Mollahs coupèrent les ailes des révolutionnaires authentiques. Trente ans plus tard, les revendications n’ont pas changé, et ce même mépris de ceux qui croient à une dynamique démocratique reste inquiétant, tant pour les Iraniens, que pour la communauté internationale qui peine toujours autant à voter des sanctions fermes pour empêcher qu’un pays dangereux finisse par se doter de l’arme nucléaire.

     Vialan va mourir, et avec lui, neuf autres manifestants antigouvernementaux ont été condamnés à mort et attendent une décision de la Cour d'appel. Tous ont été accusés d'avoir tenté de renverser le régime de Mahmoud Ahmadinejad. Le 28 janvier, deux militants de la liberté avaient été pendus.

     La politique répressive d’Ahmadinejad ne s’arrête pas là. Le 23 février dernier, Abdolmalek Righi, chef du mouvement sunnite Joundallah, accusé par le régime iranien de comploter avec le Pakistan et les Etats-Unis contre Téhéran, était arrêté grâce à l’interception d’un avion à destination de Dubaï…

     Qu’est devenu le célèbre réalisateur Jafar Panahi, arrêté à son domicile avec sa famille et des amis mardi 2 mars ? Cinéaste de la nouvelle vague iranienne, qui  reçut le Lion d’Or à la Mostra de Venise et l’Ours d’argent à Berlin, il paye le prix d’un soutien inconditionnel à l’opposition gouvernementale.

     Quant au principal quotidien réformateur iranien, Etemad, ainsi qu'un hebdomadaire contrôlé par la famille de l'opposant Mehdi Karoubi, ils ont été interdits de publication par les autorités iraniennes lundi 1er mars.

     Malgré cette folie répressive, la "vague verte" s’étend. L’image de l’opposition a changé ces six derniers mois : les pro Moussavi ne sont plus des casseurs manipulés par les Sionistes… Au contraire, l’immédiateté, la brutalité de la répression font aujourd’hui douter ceux qui ne pouvaient croire à l’organisation d’une fraude électorale.

     Les forces de l’ordre chargent les foules, tuent et jettent en prison des intellectuels responsables qu’il est difficile de classer parmi les "voyous" du régime. Miliciens bassidjis et forces anti émeutes organisent la chasse aux "antennes paraboliques", écoutent les téléphones portables ou surveillent les messageries sur Internet ; ceux qui traquent les responsables d’une "désobéissance civile" inventée inquiètent les populations et creusent davantage le fossé entre le régime et les Iraniens.

     Les revendications de cette opposition ne sont pas anti-islamiques et la répression qui condamne les hommes à mort au nom de Dieu est injuste et révoltante. Car l’Iran bat tous les records criminels : 86 pendaisons publiques en 2005, 346 en 2008. Entre les dernières élections et l’investiture d’Ahmadinejad, 115 personnes ont été exécutées.

     Pourtant, sur les murs des capitales du monde libre, les affiches dénonçant la dictature criminelle de l’Iran ne sont toujours pas collées. Les tracts dénonçant la répression des minorités arabes, balouches ou kurdes en Iran ne sont pas distribués.

     Il y a urgence à dénoncer l’Iran, ses crimes et ses dangers. Il y a urgence à se mobiliser pour éviter le pire.

     A 20 ans, Vialan sera peut-être pendu par un régime qui aime la mort. Mais il ne peut mourir seul. 

  • Quand un malade mental veut refaire l'histoire

    Pour Ahmadinejad, le "11 septembre" est une grosse invention
    par Israel Infos Redaction
    Les déclarations tonitruantes et les provocations du dictateur iranien, sont pour lui les dernières manœuvres possibles pour détourner...

    son opinion publique de la violente répression qui s''abat sur l'opposition, et des sanctions qui frapperont, sans doute bientôt, le pays au "portefeuille", en raison de son programme nucléaire.

    Après l'appel à rayer Israël de la carte et la négation de la Shoah, le dictateur iranien s'en prend aux Etats Unis, qui avaient été jusqu'à présent à peine égratignés –sans doute la réponse à la main tendue d'Obama.

    Selon l’agence de presse nationale iranienne (IRNA) le président iranien Mahmoud Ahmadinejad aurait en effet qualifié les attaques du 11 septembre de “grande invention servant de prétexte à la campagne américaine contre le terrorisme, et de prétexte pour organiser l’invasion de l’Afghanistan"; cette déclaration aurait été faite au cours d’une rencontre avec le personnel du ministère des Renseignements - en charge notamment de réprimer les manifestations de l'opposition.

    Selon le président iranien, l'effondrement des "Twins" serait le résultat d' " un scénario et un acte complexe des Renseignements" (en janvier dernier, il avait déjà qualifié l'attaque du 11 septembre de "suspicieuse et accusé l’Occident de vouloir “dominer le Moyen-Orient“).

  • Le Hamas interdit aux hommes de coiffer les femmes ou quand des retrogrades pensent etre au sommet

    Le Hamas interdit aux hommes de coiffer les femmes
    par Simon Saadoun
    L’interdiction faite aux hommes de travailler comme coiffeurs, dans les salons pour femmes de la bande de Gaza, est ...



    la dernière mesure prise dans la cadre de la « campagne de la vertu ».
    L'organisation islamiste se retrouve de plus en plus souvent sous la pression que groupes plus radicaux, en particulier salafistes, qui lui reprochent sa "modération, et visent toujours l'instauration d'un "émirat islamique".
    Ils étaient déjà très peu nombreux à avoir pu continuer à travailler dans des salons pour femmes.

    Les islamistes ont estimé que leur présence n’était pas conforme à l’interdit religieux fait aux femmes de montrer leurs cheveux.
    Les femmes se sont vues récemment interdire de monter à l’arrière d’une moto, et le Hamas a du renoncer à imposer le port du voile dans les lycées et aux avocates dans les tribunaux, face aux protestations.

    Au cours des derniers mois, des salons de coiffure et des cybercafés internet ont été l’objet d’attentats à la bombe. Une mesure qui traduit l’islamisation de plus en plus marquée du pouvoir à Gaza.

  • Souviens toi… 4 mars

    Souviens toi… 4 mars

    Par Claude Bensoussan pour Guysen International News
     
     

     

     

    Mémoire...




    1649

    Après l'élection d'un nouveau roi de Pologne à Varsovie, au cours de laquelle le chef cosaque Bogdan Khmielnicki joue un rôle décisif, ses hordes regagnent l'Ukraine, où elles continuent à massacrer les juifs. Dans la ville d'Ostrog, les cosaques en tuent plus de 600.

    1942

    Les 400 juifs restant à Donetsk (R.S.S. d'Ukraine) sont assassinés par les SS.

    3 000 juifs de la ville de Baranovitchi (R.S.S. de Biélorussie) et de ses environs sont tués par les nazis.

    1943

    Un convoi de déportés quitte le camp de regroupement de Drancy. 1 003 hommes et femmes sont envoyés au camp d'extermination de Maïdanek (Pologne). 950 déportés sont gazés dès leur arrivée. 3 juifs seulement survivent lors de la libération du camp, en 1945, par l'armée soviétique.
  • Facebook, un danger pour Tsahal?

     
     
     
    Facebook, un danger pour Tsahal?
     

    Par Michaël Bloch pour Guysen International News - Mercredi 3 mars 2010
     
     
     
    Archives AP Photo/IDF's Spokesman's Office/HO

     
     
    Les Israéliens dans leur totalité passent plus d'un milliard (!) de minutes par mois sur Facebook. Ce chiffre ahurissant a été révélé mardi 2 mars par le chef de la stratégie de Facebook pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Trévor Johnson au journal économique The Marker. Or, cette addiction des citoyens de l'Etat hébreu à Facebook peut parfois avoir des conséquences inattendues…


    Les Israéliens passent plus de temps sur Facebook que sur Google, Walla (site israélien très apprécié) et Youtube réunis rappelle Trevor Johnson. Ils se connectent, en général, via leur ordinateur, leur téléphone mobile ou leur Iphone. Gageons que l'arrivée récente en Israël du bijou d'Apple boostera encore plus les statistiques de Facebook dans les années à venir.
     
    Le directeur stratégique de Facebook pour la région a raison de se satisfaire de telles données, extrêmement positives pour le groupe. Même si contrairement à Google, Facebook n'a jamais réussi à monnayer l'audience extraordinaire transitant par ce réseau social. Du coté de Tsahal, la popularité de Facebook est vue d'un œil un peu moins bienveillant.
     
    "Mercredi, on va nettoyer le village de Qatana (près de Ramallah) et jeudi, si Dieu veut, on rentre à la maison".

    L'armée israélienne a dû, ces derniers jours, annuler une opération en Judée-Samarie parce qu'un soldat israélien avait annoncé sur son statut Facebook un certain nombre de détails confidentiels. "Mercredi, on va nettoyer le village de Qatana (près de Ramallah) et jeudi, si Dieu veut, on rentre à la maison". Le soldat israélien ne s'était pas arrêté là. Il avait également révélé le nom de son unité de combat et l'heure de l'opération.
     
    Ses camarades, apparemment plus responsables que leur compère, ont, dès qu'ils ont vu ce message, prévenu leurs supérieurs qui ont dû suspendre l'opération.
     
    Ce n'est pas la première fois que Tsahal est confronté à cet enjeu à double tranchant des nouvelles technologies. Tsahal utilise, bien entendu, ces nouveaux réseaux sociaux pour communiquer. Plus de 30 000 personnes sont par exemple "fans de Tsahal" sur Facebook.
     
    Durant la dernière guerre à Gaza, pour prouver qu'Israël ne s'attaquait pas délibérément aux civils, l'armée israélienne postait également régulièrement des vidéos sur une chaîne de Youtube. Dans une de ces vidéos, on voit une attaque aérienne sur Gaza annulée au dernier moment parce que des officiers ont réalisé que des civils se trouvaient dans la zone visée.

    Contrôler les images

    C'est aussi une manière pour Tsahal de contrôler les photos ou les vidéos diffusées par les médias du monde entier.
     
    En effet, ces derniers mois, l'armée israélienne a dû faire face à une recrudescence d'informations classifiées exposées à la vue de tous sur Internet. On ne compte plus les photos de soldats d'unités secrètes souriant sur Facebook avec en arrière plan leurs bases d'entrainements censées être confidentielles.
     
    Un document avait été même préparé en avril 2008 par le ministère de la Défense pour rappeler aux soldats les règles de sécurité élémentaires sur le net.
     
    L'exemple de Munich

    Comment gérer des opérations, secrètes, compliquées, face à la toute puissance des nouveaux médias? La question n'est pas nouvelle. Rappelez vous des JO de Munich de 1972. Une dizaines d'athlètes israéliens sont tenus en otage par un groupe de terroristes palestiniens. Les chaines du monde entier ont interrompu leur programme et suivent en direct le déroulé de la prise d'otages.
     
    Problème: dans la petite chambre du village olympique, les terroristes ont aussi allumé leur petit écran. Par conséquent, quand la police allemande lance l'assaut en se déployant autour du bâtiment, les premiers informés sont les terroristes! La police allemande a perdu tout effet de surprise. L'opération de sauvetage est un fiasco.
     
    Un mauvais usage des médias par les forces militaires peut avoir des conséquences funestes pour les familles. L'armée israélienne l'a bien compris. Le militaire, auteur de la fuite sur Facebook a immédiatement été jugé puis incarcéré...