• Les infos d'Israel et d'ailleurs en images le Jt de Guysen TV


    ISRAEL / TURQUIE
    Selon une enquête parue, lundi dans le journal, Le Monde, 53% des Turcs ne voudrait pas d'un voisin juif. Le quotidien français suggère que le Premier ministre turc Recep Tayip Erdogan exploite l'hostilité croissante de son peuple vis à vis Israël.

  • Se dire fidèle à l’identité d’Israël, en quoi cela consiste-t-il aujourd’hui? (Méir Ben-Hayoun)

    Se dire fidèle à l’identité d’Israël, en quoi cela consiste-t-il aujourd’hui?  Tout d’abord, les réponses sont aussi vastes et multiples que l’éventail de sensibilités juives que cette question interpelle. Mais il y a certaines lignes que notre époque houleuse et extraordinaire ne nous laisse point le loisir d’occulter.

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous vivons une actualité que nous n’osions même plus rêver et qui pourtant formait l’objet même de nos espoirs et l’axe constitutif du canon de nos prières et de nos célébrations: l’an prochain à Jérusalem, le Retour des exilés, le Retour à Jérusalem, le Retour au Mont du Temple, nos ennemis vaincus.

    Tout cela s’est réalisé dans la difficulté certes, mais c’était bien de cela dont il s’agissait. Ce processus a été enclenché depuis 1948 et reconfirmé de façon encore plus éclatante en 1967 et lors de la victoire de la Guerre de Yom Kippour. Mais serions-nous encore trop endormis pour ne pas nous en rendre compte? Les Rabbins, heureusement pas tous, parlent de tout sauf de l’essentiel. Ils parlent de cacherout, d’élévation spirituelle, de kif à pratiquer la religion etc. C’est très bien, même très bien d’éveiller à la pratique des mitsvot. Mais Dieu, à travers ses prophètes nous a parlé surtout d’autre chose.

    Qu’est ce qu’ont fait les Enfants d’Israël sous la direction de Josué? Ont-ils récité les Tehilim (Psaumes)? Probablement pas! Il n’y avait d’ailleurs pas encore de livre de Tehilim à cette époque. (Personnellement, je lis souvent les Tehilim, c’est même très recommandé). Les Enfants d’Israël avec Josué à leur tête se sont introduits dans le pays d’Israël et se sont engagés dans des guerres terribles de conquête. Une génération avant cela, il y en a qui n’ont pas voulu de ces guerres de conquête de la Terre d’Israël et ils ont entraîné le peuple avec eux. C’était pour des motivations (faussement) pieuses lors d’une certaine journée du 9 du mois de Av que ceux que la Torah nomme les « Explorateurs » ont engendré ce qui s’avèrera être l’archétype du malheur d’Israël, non pas la faute, mais la souillure des Explorateurs telle que cela est désigné par certains sages d’Israël. Qui étaient ces Explorateurs? Les princes de chacune des douze tribus d’Israël. C’est à dire les Sages, les Grands Rabbins dirait-on aujourd’hui. Sur douze de ces Explorateurs, seulement deux se sont prononcés en faveur de l’intrusion militaire immédiate en Terre d’Israël.

    Josué fils de Noun et Caleb fils de Yéfouné en phase avec l’injonction divine émise dans la Torah déclarèrent publiquement: « même si l’ennemi est plus fort, nous devons investir la Terre que Dieu nous a donnée et nous le vaincrons ». La Tora et l’Histoire d’Israël on donné raison à Josué et à Caleb tandis que les dix autres Explorateurs sont tombés dans l’oubli et dans l’opprobre éternelle.

    Quand on se sert du Shoulkhan Aroukh (code juif des préceptes de comportement), qui est très très important certes, pour occulter ou pour mettre de côté ces aspects territoriaux et nationaux de la parole divine à l’heure où, après 2000 ans d’exil, Dieu nous a ramenés à Sion et a livré nos ennemis entre nos mains, on ment aux Juifs par omission! C’est de l’hérésie, même si elle est émise par des gens qui se réclament de la Torah et de la religion juive et s’ornent de la parure de la sagesse.

    Et ceux qui, dans une attitude ambiguë, veulent bien nous concéder que la Terre d’Israël est un pays juif possible, mais que l’essentiel ne réside pas à y résider ou à s’y attacher outre mesure, que l’essentiel réside dans un effort d’élévation spirituelle frisant l’abstraction et le folklore et dénué de la dimension collective et territoriale d’Israël, ceux-là mentent également et déforment la Torah et leurs grands chapeaux et leurs grandes barbes ne peuvent camoufler cela.

    Alors il y en a qui vont parfois en Ukraine, à New York, à Paris ou à Djerba comme si là-bas c’était Sion, comme si là-bas c’était la Terre sainte que Dieu nous avait promise par l’entremise de tel ou tel illustre sage, et comme ce n’était pas le Bet Hamikdash à Jérusalem que Dieu nous avait demandé de construire et à y renouveler le sacerdoce des Cohen. Ou alors, en allant rechercher les racines juives en Pologne, à Alger, à Fez, à Meknès, à Vilna ou de façon morbide parfois à Auschwitz comme si nos racines, ce n’était pas ici en Israel qu’elles étaient. Et pour cause, tous les grands sages d’Israël en Pologne, à Alger, à Fez, à Meknès, à Djerba, à Vilna, à Krakow, à Presbourg au travers des siècles, ne voyaient-ils pas leurs racines à Sion? N’ont-ils pas pleuré de chaudes larmes du fait d’être prisonniers dans l’abime ténébreux de l’exil, éloignés de Jérusalem à des époques où il était pratiquement impossible de s’y rendre? N’auraient-ils pas tout donné pour pouvoir échanger avec nous toutes leurs années de vie pour vivre ne serait-ce que cinq minutes de la possibilité que nous avons d’embrasser la poussière de la Terre d’Israël?

    En 1948 et en 1967, Dieu nous a redonné la Terre d’Israël par des miracles inouïs en seulement quelques jours! Sans oublier de mentionner les braves Juifs et Juives qui ont donné leur vie pour cela et ceux qui ont combattu et sont restés en bonne santé. Ce ne serait pas Dieu qui aurait fait cela comme l’affirment certains qui se targuent de la stricte observance sous le prétexte que les Juifs d’Israël ne sont pas tous des Juifs pratiquants. Diatribes indignes qui ressemblent sur nombres points à l’argumentaire des incroyants ou même à l’intox de nos pires ennemis. Alors si ce n’est pas Dieu qui a fait cela, c’est qui? Il faut être mystique au sens péjoratif du terme pour croire que notre force et notre savoir faire seuls nous auraient permis de tels succès incroyables aux vues de l’Histoire universelle, à moins que nous nous imaginions être des super-héros de bande dessinée.

    Il faut être conscient des évènements incroyables que nous vivons. Au lieu de cela, nous mettons le genou à terre et nous supplions les nations de nous comprendre et que nous leur répétons à usure que ce que nous faisons c’est pour la paix tellement nous sommes un peuple humaniste, démocratique et tout cette eau de rose que personne ne veut plus avaler, et avec raison d’ailleurs. Nous sommes là parce que nous sommes Israël, tout simplement!

    Où alors, on ne fait que de la fausse piété avec tout un accoutrement exotique pour faire plus vrai, en se disant qu’on ne peut rien faire de bon en Israël si ce n’est prier tellement nous serions impies.

    Des religieux s’occupent de religion comme si Dieu n’avait pas dit à Moise, avant même de lui parler de Torah – c’est d’ailleurs la Torah elle-même qui le dit: (Exode III, 7 et 8)  » L’Éternel poursuivit: « J’ai vu, j’ai vu l’humiliation de mon peuple qui est en Égypte; j’ai accueilli sa plainte contre ses oppresseurs, car je connais ses souffrances. 8 Je suis donc intervenu pour le délivrer de la puissance égyptienne et pour le faire passer de cette contrée-là dans une contrée fertile et spacieuse, dans une terre ruisselante de lait et de miel, où habitent le Cananéen, le Héthéen, l’Amorréen, le Phérézéen, le Hévéen et le Jébuséen. »

    Nous savons d’autre part que le Rassemblement des exilés et la reconstruction de souveraineté de la Nation d’Israël est la première phase de ce qui est appelé le processus messianique. En gros, c’est cela le sionisme peu ou prou: reconstruire la Nation d’Israël et y rassembler les Juifs de Diaspora. Il suffit d’allumer la télévision ou la radio pour savoir que ces initiatives sionistes suscitent une fièvre quasi universelle. En cela, ce que nous vivons aujourd’hui avec la réprobation pavlovienne d’Israël par les nations, cela doit nous réconforter. C’est un signe supplémentaire que c’est bien de la Nation d’Israel dont a parlé la Torah qu’il s’agit. C’est donc par là que passe notre Histoire, histoire commencée par Adam et reprise par Abraham l’Hébreu pour arriver jusqu’à son terme, l’avènement messianique.

    Par conséquent, nous pouvons en toute sérénité nous engager dans la guerre pour anéantir nos ennemis proches et éloignés et extraire l’envahisseur des contrées de notre Terre sur lesquelles nous avons abdiqué pour des chimères de paix. Quarante deux ans après notre Retour sur le Mont du Temple, nous pouvons sérieusement envisager de reconstruire la Maison de Sainteté, le Bet Hamikdash tel que nous y adjoint le Tout puissant dès notre Retour à Sion. En cela, il faut reconnaitre la vérité même si elle a été dite cette semaine pas nos pires ennemis, les fondamentalistes nazislamistes, dans une tentative d’embraser une fois de plus la région: « les Juifs veulent construire leur IIIème Temple de Jérusalem. » Ceci est vrai!

    Quand l’objet même de nos articles de foi se réalise de façon aussi éclatante, il faut ouvrir les yeux et en prendre acte. Il faut orienter nos vies en fonction de cela et sauter dans le train en marche tant qu’il est encore temps et qu’il n’est pas trop éloigné. C’est cela l’identité d’Israël, s’insérer dans ces évènements, y participer et les vivre pour nous-mêmes et pour notre descendance, avec beaucoup d’autres choses également, mais certainement pas se confiner dans une petitesse de piété superstitieuse.

     

    source www.actu.co.il

  • Coup de froid entre Israël et la Turquie.......

    Coup de froid entre Israël et la Turquie
    Par Cécile Cailliez pour Guysen International News

    La bonne entente israélo-turque mise à mal ? C’est ce que laisse présager la dernière décision d’Ankara qui a retiré hier Israël de la liste des participants à des manœuvres aériennes. Une décision qui traduit la dégradation des relations entre les deux pays depuis l’opération "Plomb durci".

    "L’Aigle d’Anatolie" ne s’est pas envolé ce lundi. Ces manœuvres militaires, qui devaient débuter lundi 12 octobre, ont été reportées à la suite de la décision d’Ankara d’en exclure Israël. Les aviations américaines, italiennes et les forces de l’Otan devaient aussi y participer.

    L’exercice n’est pourtant pas exceptionnel. L’Etat hébreu a en effet besoin de l’espace aérien turc pour nombre de ses manœuvres militaires et les deux pays collaborent étroitement en matière de défense. Ce lundi, étaient prévus des exercices d'attaques dans l'espace aérien turc près des frontières avec la Syrie, l'Irak et l'Iran, ainsi que des exercices d'attaque de système terrestre de défense aérienne et de ravitaillement en vol.  
     
     
    Crise à Davos
     
    Cette décision tombe dans un climat déjà pesant entre les deux pays, les signes de tension se multipliant depuis quelques mois. La Turquie est traditionnellement un allié d’Israël dans la région et le premier pays musulman à avoir reconnu l’Etat hébreu. Cependant, l’opération de Gaza en décembre et janvier dernier, a refroidi cette bonne entente.
     
    La Turquie entretient en effet des liens étroits avec les Palestiniens, dont la cause bénéficie d'un large capital de sympathie dans le pays. Lors du Forum économique de Davos de janvier dernier, une vive altercation avait opposée le Premier ministre turc au Président israélien Shimon Peres. Recep Erdogan avait comparé la bande de Gaza à "une prison à ciel ouvert" et quitté précipitamment la salle des débats devant un prestigieux parterre de chefs d’Etats, sidérés.
     
    Les deux dirigeants avaient par la suite tenté de donner le change en médiatisant les "discussions amicales" qui avaient suivi cet épisode. Sans réellement persuader les observateurs.
     
     
    Rupture diplomatique ?
     
    Plus récemment, un autre incident a, une nouvelle fois, entaché les relations diplomatiques. Début septembre, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a ainsi annulé une visite qu'il devait effectuer en octobre en Israël. Selon la presse, l’Etat hébreu lui refusait de visiter la bande de Gaza pendant ce déplacement.
     
    Cependant, si le climat n’est à l’évidence pas au beau fixe, l’amitié est stratégique et devrait éviter la rupture diplomatique entre les deux pays. Outre l’utilisation de l’espace aérien turc, l’Etat hébreu compte aussi sur la médiation de son allié auprès de ses voisins arabes. On se souvient notamment que la Turquie a servi d'intermédiaire pour les discussions secrètes entre Israël et la Syrie en 2008. Elle a également voulu jouer un rôle dans le cessez-le-feu de l'opération "Plomb durci".
     
    La Turquie a pour sa part besoin d’Israël sur de nombreux plans, notamment militaire. Les services de renseignements des deux pays entretiennent ainsi des relations très étroites d’échanges, voir d’actions communes et Israël fournit pour plus de 100 millions de dollars d’armes par an à la Turquie.
  • Le plaidoyer de Genève du Colonel Kemp

    Le plaidoyer de Genève du Colonel Kemp
    Par Michaël Bloch pour Guysen International News

    Et si Israël parvenait enfin à discréditer le rapport Goldstone? Lundi 19 octobre, les Etats arabes ont échoué à faire adopter une énième résolution devant l'Union interparlementaire à Genève condamnant l'action à Gaza des Israéliens. Plus surprenant, le Colonel Kemp, ancien commandant des forces britanniques, s'était spécialement rendu, vendredi 16 octobre, devant le Conseil des droits de l'Homme pour défendre l'action d'Israël durant la guerre de Gaza (décembre 2008-janvier 2009).
     

    La voix de ce héro militaire n'aura néanmoins pas porté. Par 25 voix pour, 11 abstentions et 6 contre, le Conseil a approuvé le rapport Goldstone.

    Si l'organisation onusienne n'a pas souhaité donné raison à cet officier chevronné ayant commandé des troupes en Irlande du nord, Bosnie, Macédoine, et en Afghanistan, il nous parait, pour notre part très important de retranscrire la pensée de cet homme courageux.
     
     
    "L'armée israélienne fait plus pour sauvegarder les
    droits des civils dans les zones de combats que n'importe
    quelles autres armées dans toute l'histoire des guerres. "
     
    "Monsieur le Président, d’après mes connaissances et mon expérience , je peux dire ce qui suit : durant l’opération Plomb durci , l'armée israélienne a fait plus pour sauvegarder les droits des civils dans les zones de combats que n'importe quelles autres armées dans toute l'histoire des guerres.
     
    Israël a pris ces mesures alors qu’elle devait faire face à un ennemi qui a délibérément lancé ses attaques à partir de zones civiles utilisant les habitants en tant que boucliers humains. Le Hamas comme le Hezbollah sont des experts de la manipulation médiatique. Ces deux mouvements trouveront toujours des personnes prêtes à témoigner pour affirmer qu'Israël commet des crimes de guerre. Ces deux organisations sont très douées dans l’art de la mise en scène et de la distorsion des faits.
     
    L'armée israélienne fait face à un défi d'une ampleur que nous (les britanniques) ne pouvons même pas imaginer.
     
    La vérité est que les forces de défense d’Israël ont pris des mesures extraordinaires pour informer les Gazaouis des espaces militaire visés en larguant deux millions de tracts sur la ville et en passant plus de 100 000 coups de fils pour prévenir les habitants de Gaza du danger.
     
     
    "Plus que tout, les pertes civiles étaient la conséquence
    de la manière dont le Hamas menait la guerre. Le Hamas
    a délibérément essayé de sacrifier ses propres civils."
     
    Durant toute la guerre, Israël a permis l’entrée de nombreux convois humanitaires. Fournir à ces ennemis une tel assistance est, en général, impensable pour un tacticien militaire mais Israël en a pris le risque.
     
    Malgré toutes ces précautions, des civils ont été tués. La guerre est un chaos, pleine d’erreurs. Des erreurs ont été commises par les Britanniques, les Américains et les forces alliées en Afghanistan et en Irak. Mais les erreurs ne sont pas des crimes de guerre.
     
    Plus que tout, les pertes civiles étaient la conséquence de la manière dont le Hamas menait la guerre. Le Hamas a délibérément essayé de sacrifier ses propres civils.
     
    Monsieur le président, Israël n’avait pas d’autre choix que de protéger ses citoyens afin de stopper les attaques incessantes du Hamas.
     
    Je le répète encore une fois: l'armée israélienne a fait plus pour sauvegarder les droits des civils dans les zones de combats que n'importe quelles autres armées dans toute l'histoire des guerres."
     
    Cette intervention montre que les pays occidentaux commencent peu à peu à prendre conscience de la dangerosité des conclusions de la mission Goldstone. Comme l'a expliqué à Guysen le président de la Knesset Reuven Rivlin, "le rapport Goldstone lie les mains des gouvernements qui veulent lutter contre le terrorisme". Ce qui est, en ce moment, le cas de la majorité des puissances mondiales.
  • Souviens toi… 20 octobre

    Souviens toi… 20 octobre
    Par Claude Bensoussan

    Mémoire...



    1905

    Des pogromes antijuifs éclatent dans plusieurs districts de la Russie, organisés par les autorités, avec la participation de l'armée, de la police locale et des voyous. Ils durent trois jours. Les boutiques et les maisons juives sont pillées et détruites.
    A Alexandrovsk, 7 juifs sont égorgés, 46 blessés.
    A Marioupol, 22 juifs sont égorgés.
    A Yusovka, 12 juifs sont massacrés, une centaine blessés ou mutilés. A Uman, 3 juifs sont massacrés, de nombreux autres blessés.
    Dans les villages voisins, Bogopol, Golta et Olviopol, 13 juifs sont massacrés, un grand nombre est blessé et beaucoup de femmes sont violées.
    A Tomsck, plusieurs juifs sont massacrés, beaucoup mutilés ou blessés.

    1939

    Un premier convoi quitte Vienne (Autriche) avec 912 juifs à destination des marais de Nisko (Pologne).

    A Lublin, création d'une administration spéciale du travail forcé, qui peut réquisitionner les juifs.

    1941

    3 500 juifs de Turek (district de Lodz, Pologne) sont déportés à Kovale Panskie, destinés au travail forcé.

    Au cours d'une Aktion qui se prolonge cinq jours, 7 000 juifs du ghetto de Vitebsk (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés par les SS dans la tranchée antitank d'Ilovski, près de la rivière Vitba.

    Les 8 000 juifs de Borissov (R.S.S. de Biélorussie) sont conduits hors du ghetto et assassinés par les SS.

    Par ordre du commandant du ghetto de Kovno (Kaunas, R.S.S. de Lituanie), Helmut Rauca, les juifs doivent se rassembler place de la Démocratie, munis de leurs papiers d'identité. Ainsi débute une Aktion de grande envergure contre les internés du ghetto.

    100 prisonniers d guerre juifs sont sélectionnés dans le camp de prisonniers de Darnica, près de Kiev (R.S.S. d'Ukraine), et fusillés par les SS dans une forêt au nord du camp.

    La section spéciale D, commandée par Otto Ohlendorf, assassine 8 000 juifs à Odessa (R.S.S. d'Ukraine).

    1944

    Des Aktionen systématiques contre les derniers juifs de Hongrie commencent à 5 heures du matin. Tous les hommes entre seize et soixante ans doivent se tenir prêt au départ dans l'heure qui suit. On les regroupe à la hâte en compagnies de travail. Certains succombent déjà en cours de route, d'autres sont torturés à mort par les unités de Croix fléchées.

  • Il y a 84 ans d'écart entre la première publication de Mein Kampf et les discours du président Iranien

    ( source Israelfr.com)

    Il y a 84 ans d'écart entre la première publication de Mein Kampf et les discours du président Iranien, soutenu par le Conseil de la Révolution Islamique d'Iran, où il propose SA solution au "problème Juif" ! L'éradication d'Israël qui ouvrira la voie, qu'il n'y ait aucun doute, à l'éradication (que ce soit par les armes ou par l'assimilation) des 14/16 millions de Juifs sur la planète.



    Lorsqu'Hitler prit le pouvoir il été là aussi, question de propagande, de simples mots qui allaient être modéré par la réalité et la Société des Nations (descendant direct de l'ONU) ! La suite, nous la connaissons tous et nous avons payé le prix fort pour la naïveté, la complicité ou le silence coupable des Nations dites modernes et démocratiques.



    La destruction programmée, orchestrée et industrialisée du peuple Juif a presque été mené à son terme et ce n'est que grâce à la démesure des actions d'un dictateur que le monde y a mis fin. Non pas pour les Juifs, mais pour protéger ses propres intérêts !


    Aujourd'hui nous voila encore une fois face à un Amalek qui ne cache pas ses intentions ni ses motivations. Comment ne pas voire la réalité en face ? L'Iran d'un coté ne cesse de répéter qu'Israël doit être annihilée et de l'autre elle s'est lancée dans une course à l'armement qui ne peut se cacher derrière aucun projet pacifique. Quel crétinisme que de penser ou même de prêter oreille à la théorie qui voudrait que l'Iran, ce pays qui détient 60% des réserves de pétrole dans le monde, ait besoin de l'énergie nucléaire pour assurer sa futur consommation énergétique. Quelle stupidité que de s'enfoncer dans ce mensonge lorsque mois après mois l'armée iranienne améliore ses missiles à longue portée (Les cotes américaines sont désormais à portée des missiles Shihab 5 et 6) pour les rendre capable de transporter des têtes nucléaires !

    Que dire alors lorsque de nouvelles révélations confirmée par l'Iran et son agence pour le développement de l'énergie atomique dévoilent la construction d'une centrale d'enrichissement d'uranium jusque la restée secrète et qui racontent les contacts pris par l'Iran pour acheter du combustible nucléaire ! J’oublierai presque de dire un mot sur les démonstrations militaires et des discours récents Ahmadinejad à la tribune même de l'ONU à New York. Cet homme, main gantée d'une bande de fous de Dieu, ne cache pas son jeu. Il ne cache pas ses cartes et il attend, devant l'incapacité des nations à lui barrer la route de maniere ferme, son heure avec patience.

    Israël est un pays qui ne pourra pas attendre en silence que lui soit attribué dans cette comédie un sort pire à celui de la Tchécoslovaquie de 1939 pour que les “vainqueurs de Munich » tendent avec sourire des accords qui n'auront que de valeur que celle du papier sur lequelle les mensonges et hypocrisie des nations éclairées auront été inscrite à jamais dans l'histoire. Il n’est pas question de “peut-être » ou de calcul sur les probalités et statistiques de l’explosion d’une ou plusieurs charges nucléaires sur le centre d’Israël. Des morts, des blessés, des retombés nucléaires, des réserves d’eau potable, de la saturation des services sanitaires etc., etc.

    Israël est dans une situation binaire. 0 ou 1 et donc il n’y a pas de place aux doutes et au « il est possible que… ». Si une charge nucléaire explose sur Israël c’est la fin d’Israël. Il restera peut-être une entité Juive soutenu et entouré de soldats américains mais rien de plus et certainement pas viable à long terme. Israël est fatalement poussé vers la seule solution qui assurera sa survie. L’Iran? (ou tout autre ennemi de l’Etat Hébreux) ne doit pas accéder a l’arme nucléaire un point c’est tout. Et, il n’est plus questions d’années et de mois, mais de semaines. Ce n’est pas un hasard si notre gouvernement fait tout d’un coup le forcing pour récupérer Gilaad Shalit.

    Il faut être un peu fou pour se lancer dans le jeu des prédictions, mais il est probable que les pressions Russes et Chinoises n'arrêteront pas la marche de l'Iran vers la bombe nucléaire Chiite ! Il est également peu probable, à moins d'un évènement de l'ampleur de l'attaque des tours du World Trade Center, que les Etats-Unis d'Amérique de Barak Ozama même avec une coalition des pays européens (désormais sous le feu destructeur du terrorisme iranien) ou des pays sunnites du Golfe liées plus que jamais a leurs protecteurs tente un coup de force pour faire rendre raison a l'Iran.

    Israël de maniere volontaire est mis au pied du mur par tous pour qu'elle assume seule la destruction de la capacité nucléaire iranienne et du coup qu'elle en assume les conséquences. Les mois à venir vont être décisifs et vont peut-être conduire au premier conflit ou l'arme nucléaire sera un élément concret du conflit et non plus une menace lointaine. Toutes les stratégies vont être étudies de part et d'autre mais nous, israéliens et Juifs dans le monde sommes confiant dans la capacité de notre armée de défense a remplir son rôle de bouclier de notre peuple avec astuce et avec une main de fer.

    Nous ne pouvons que prier pour que du jour au lendemain le peuple perse, la nation iranienne se réveille et sorte de ce cauchemar, cette dictature religieuse, mis en place par le vieillard de Neauphle-le-Château (l'ayatollah Khomeiny) et prenne son destin en main. Un renversement de cette dictature par les iraniens reste hélas un vœux pieux et les derniers évènements lors des élections iraniennes sont la pour le rappeler. Nous pouvons aussi rêver que les nations démocratiques prennent enfin leur rôle a cœur et imposent a l'Iran l’arrêt de sa course vers l’arme atomique. Reste qu'à la fin du jour, il est probable qu'Israël sera poussée (et sans doute secrètement soutenu) par l'inaction de tous ces beaux chanteurs à agir de manière décisive et rapide. Cette action aura de lourdes conséquences, non seulement sur Israël avec les positions du Hezbollah au Sud Liban et les ouvertures d'un front sur Gaza, mais également sur le Moyen-Orient et l'Asie du Sud Ouest.

    Une surprise toutefois est possible… On parle désormais de la possibilité, selon le New York Daily News et le London Daily Telegraph, que le président iranien des origines juives !... Un monde de fou disait le chanteur…