• les infos d'Israël en images le Jt de guysen TV

    La photo du jour Guysen International News : Négociations -  ben eliezer drapeau syrie palestine
    La photo du jour
    Négociations
    Le Premier ministre Binyamin Netanyahou conduira de '' sérieuses négociations '' avec les Syriens et les Palestiniens annonce Binyamin Ben-Eliezer, le ministre de l'Industrie et du Commerce issu du Parti travailliste, dans une interview au quotidien Haaretz.

  • Souviens toi...30 Avril

    Souviens toi...30 Avril
    Par Claude Bensoussan

    Mémoire... 




     

    1349

    Les persécutions qui accompagnent l'épidémie de peste noire atteignent la petite ville de Radolfszell sur le lac de Constance. Accusée d'avoir empoisonné les puits, la communauté juive est exterminée, sans doute brûlée sur le bûcher.

    1679

    Le troisième autodafé dans une série de cinq en une seule année a lieu à Palma de Majorque. 62 habitants sont accusés d'être des judaïsants (descendants de juifs convertis de force des siècles auparavant, qui pratiquent encore en secret la religion juive). Ils sont condamnés à la prison à vie. Leurs biens sont confisqués par l'Eglise et par la Couronne.

    1940

    Le ghetto de Lodz (Pologne), où 164 000 juifs doivent vivre entassés sur une superficie de 4 kilomètres carrés seulement, est entouré de barrières en bois et de barbelé destinés à l'isoler du reste de la ville. En outre, le ghetto est surveillé par une police spéciale (Schutzpolizei).

  • Le président égyptien Hosni Moubarak a déclaré mercredi qu’il ne tolèrerait pas « ceux qui essaient de violer la sécurité et la stabilité de l’Egypte », visant tacitement le Hezbollah et l’Iran.

    Egypte:
    2009-04-30 09:32:00


    Le président égyptien Hosni Moubarak a déclaré mercredi qu’il ne tolèrerait pas « ceux qui essaient de violer la sécurité et la stabilité de l’Egypte », visant tacitement le Hezbollah et l’Iran.

    L’Egypte a annoncé le 12 avril avoir arrêté 49 membres d’une cellule du Hezbollah libanais, soutenu par l’Iran, sur le point de commettre un attentat sur le sol égyptien.

    « La région arabe traverse une passe délicate et périlleuse… elle affronte les menaces de puissances régionales notoires qui épousent le terrorisme et l’extrémisme, et se vantent de leur hostilité à la paix », a également déclaré Hosni Moubarak.

    Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah a rejeté les accusations selon lesquelles son mouvement planifiait des attentats en Egypte, reconnaissant en revanche une implication dans l’organisation de livraisons d’armes au Hamas dans la bande de Gaza.

  • Joyeux Anniversaire Israël

    Joyeux Anniversaire Israël
    Par Raphaelle Elkrief pour Guysen International News
    Mardi 28 avril 2009 à 15:26

    Les années passent, et le pays ne semble pas avoir pris une ride. 61 ans après la déclaration d'indépendance prononcée par Ben Gourion, les Israéliens s'apprêtent à célébrer leur pays. Alors que le pays entier se vêtit de blanc et de bleu, que l'on hisse les drapeaux aux coins des rues, l’occasion semble toute trouvée de revenir sur les événements marquants qui se sont déroulés depuis le 60 e anniversaire d'Israël. Un rappel non exhaustif évidemment…

    Année politique très dense pour l'État Juif, qui a vu en l’espace de 12 mois, la démission de son Premier ministre, et des élections anticipées.

    Déjà fragilisé par la commission Winograd qui enquêtait sur les erreurs de gestion du gouvernement et de l'état-major pendant la seconde guerre au Liban, Ehoud Olmert est contraint de renoncer à ses fonctions après avoir été inquiété dans des affaires de corruption.

    Le 21 septembre 2008, il annonce sa démission au président Shimon Peres. A la tête de Kadima, lui succède la ministre des Affaires Étrangères Tzipi Livni, qui remporte les primaires du parti centriste.
    Celle-ci étant cependant dans l'incapacité de former une coalition parlementaire, des élections anticipées sont annoncées.
     
    Le 10 février, les israéliens se rendent aux urnes et donnent une légère avance à Kadima.
    Mais c'est une avance trop fragile pour permettre à son leader d'obtenir une majorité stable. Benyamin Netanyahou est désigné comme Premier ministre. Un gouvernement réunissant une palette extrêmement variée de l’échiquier politique voit le jour. Un gouvernement improbable selon certains…
     
    Cette année a aussi été celles des négociations concernant les prisonniers avec le Hezbollah. Le 17 juillet 2008, Israël reçoit les dépouilles de deux de ses soldats tués par les milices chiites en 2006 et Beyrouth accueille en héros 5 prisonniers relâchés par Israël.
    Mais on est toujours sans nouvelles du soldat Shalit. Le 20 mars 2009, on fête tristement les « 1000 jours sans Guilad ».
     
    Pendant que les dispositifs sécuritaires se renforcent près de Gaza, on assiste en Israël a l'émergence d'une toute nouvelle forme d'attaque. Mercredi 4 juillet 2008, un tractopelle conduit par un arabe israélien fonce dans des voitures, rue Yafo à Jérusalem.
    Alors que l'opinion internationale rechigne à qualifier l’événement d’attentat 3 autres attaques de même nature surviendront au cours de l’année. De nouveaux défis s'imposent aux autorités israéliennes : quelle prévention pour ce type d'attentat ? Quelle politique pour les permis de travail ?
     
    La liste des attentats de la 61ème année d'Israël se ferme sur celui du Goush Etsion. Le 2 avril 2009, dans la localité de Bat Ayin, un homme déguisé en religieux orthodoxe frappe et blesse à la hache un enfant de 7 ans, et tue Shlomo Nativ âgé de 16 ans.
     
    Côté sécuritaire, les milliers de roquettes lancées par le Hamas sur le sud du pays depuis la bande de Gaza auront définitivement rythmé cette année. Las d’appeler le Hamas à la raison, Israël lance le 27 décembre 2008, des raids et des bombardements au dessus de la bande de Gaza, avant d’entreprendre des attaques terrestres, le 3 janvier 2009.
     
    L'opération ‘Plomb durci’ vise à mettre fin aux tirs des roquettes Qassam sur Sdérot et au réapprovisionnement en armes du Hamas.
    Le 18 janvier, un cessez-le-feu unilatéral est annoncé côté israélien qui affirme avoir atteint ses objectifs « à moyen terme ». Alors que certains parlent de « crimes de guerre », un rapport est produit par l'armée israélienne. Tsahal y reconnaît certaines erreurs effectuées pendant la guerre, et y déplore la mort de civils innocents, mais assure qu'elle continue d'être une armée « morale ».
     
    A l'international, la menace iranienne gronde toujours. Le président iranien a réaffirmé vouloir poursuivre son programme nucléaire. Et les actes parlent d'eux mêmes: l’installation de centrifugeuses dans l'usine d’enrichissement de Natanz se poursuit à un rythme soutenu.
    Le 17 août, l'année des 30 ans de la révolution islamique, on annonce qu'une fusée capable de mettre un satellite en orbite est mise au point.
     
    L'homme qui a de « sérieux doutes » sur l'existence de l'Holocauste et prédit la « disparition » d'Israël, fait encore parler de lui, et signe le coup de grâce à la conférence des Nations-Unies sur le racisme à Genève…
     
    Israël attendait un nouveau souffle de l'élection du nouveau président des États-Unis. La visite du candidat démocrate Obama en juillet 2008 à Tel-Aviv laissait présager un avenir nouveau pour les relations au Proche-Orient. Dont acte : relations diplomatiques avec l'Iran, possibilité d'une ambassade en Syrie, soutien financier à un gouvernement palestinien d’union nationale qui comprendrait le Hamas, décidément, un changement, mais probablement pas celui que les autorités israéliennes espéraient, est en marche.
     
    Impossible également de ne pas citer le net refroidissement des relations entre l'Europe et Israël depuis que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou a osé déclarer que l’établissement d’un Etat palestinien n’était pas la première priorité de son gouvernement. Un refroidissement auquel, Mirek Topolanek, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, s’est cependant fermement opposé.
     
    Pendant ce temps, le monde entier s'enfonce dans la crise économique. Le pays subit une baisse du salaire moyen, d'environ 0,5% ; le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 3,8%. Le ralentissement de la demande mondiale et locale a contraint les entreprises israéliennes à réduire leurs effectifs.
     
    Cependant 13 entreprises israéliennes sont recensés par le classement 'Forbes' des plus grandes entreprises du monde. Le 19 avril, Shimon Peres annonce que le rapport de la Banque d'Israël « indique que nous gérons la crise économique mondiale relativement bien ».
     
    Pour terminer sur une note plus légère, la visite de quelques peoples au cours de cette 60e année d'Israël : Ainsi pour la visite de la directrice du CNRS et d'une importante délégation de chercheurs dans les universités et laboratoires israéliens qui aura permis la signature d’importants accords de coopération.
    Ou encore celle de l’ex chanteur des Beatles, Paul Mc Cartney à l’occasion d’un concert à Tel-Aviv qui a réunit 50 000 personnes.
    Toujours dans le rayon 'bonnes nouvelles', la découverte d'un important gisement de gaz à Haïfa et aussi l'obtention pour le film 'Valse avec Bashir' du César du meilleur film étranger.
     
     Enfin Israël fête ses 60 ans, mais Tel-Aviv l'a précédée. Le 11 avril, la 1ère ville juive du monde et capitale économique du pays à fêté ses 100 ans.
     
    alors, quelques semaines après avoir honoré la Ville blanche, il ne reste plus qu'à souhaiter un joyeux anniversaire à l'État d'Israël !
  • Israel et sa terre : 35 points sur les i

    Israel et sa terre : 35 points sur les i
     
    Gabriel BENITAH | 27 Avril 2009
    Voici quelques faits parmi tant d'autres, documentés de façon incontestable par l'ensemble des historiens de bonne foi :
    Jérusalem et nation :
     
    1.. Israël est devenue une nation en 1312 avant J.C, soit 2000 ans avant même la naissance de l'Islam.
     
    2.. Jamais aucune entité géographique et politique indépendante, aucun pays, ne s'est intitulée "Palestine" au cours de l'histoire. Par extension aucun peuple ne s'est jamais appelé "palestinien".
     
    3.. Les arabes de la "région" du Moyen Orient dénommée "Palestine" n'ont commencé à s'identifier comme faisant partie d'un peuple "palestinien" que dans la 2eme moitie du 20eme siècle.
     
    4.. Depuis la conquête juive de 1272 avant J.C, les juifs ont établi leur nation sur cette terre et la nation juive y a prospère pendant 1000 ans, avec Jérusalem comme capitale.
     
    5.. La présence juive sur la terre d’Israël a été constante et ininterrompue pendant 3300 ans.
     
    6.. Jérusalem n'a jamais été la capitale d'aucun état arabe ou musulman.
     
    7.. Même lorsque les Jordaniens occupaient Jérusalem, ils n'ont jamais envisagé d'en faire leur capitale.
     
    8.. Durant la souveraineté Jordanienne sur Jérusalem (19 ans), jamais un homme d'état arabe ne l'a visitée.
     
    9.. Jérusalem est mentionnée plus de 700 fois dans le Tana’h, le livre saint du judaïsme.
     
    10.. Jérusalem n'est pas mentionnée une seule fois dans le Coran.
     
    11.. Jérusalem fut fondée par le Roi David.
     
    12.. Jamais Mahomet n'a visité Jérusalem.
     
    13.. Les juifs du monde entier prient en se tournant vers Jérusalem.
     
    14.. Les musulmans pour prier tournent le dos à Jérusalem.
     
    Les refugiés juifs et arabes :
     
    15.. Pendant la guerre Israélo-arabe de 1948, les arabes ont été encouragés à fuir Israël par les leaders arabes et en particulier le grand Mufti de Jérusalem, allié d'Hitler et son hôte a Berlin pendant la guerre 39-45.
     
    16.. Les appels radio du Mufti annonçaient clairement le massacre de tous les juifs se trouvant en Israël lors de l'invasion imminente par les armées arabes, ainsi que celui des Arabes qui auraient refusé de fuir et seraient considérés comme "collaborateurs".
     
    17.. Il est honnête de rappeler que certains arabes, qui en ont eu connaissance, ont également fui suite au massacre de 300 personnes dans le village de Deir Yassine perpétré en représailles par le groupe Stern suite à l'assassinat de plusieurs des leurs par des éléments du village.
     
    18.. 70% des arabes ont ainsi quitte Israël sans avoir jamais vu un soldat juif ou entendu parler de Deir Yassine.
     
    19.. 450 000 arabes sont réputés avoir ainsi fui Israël en 1948.
     
    20.. Subséquemment 650 000 juifs ont été contraints de fuir les pays arabes, à la suite de brutalités, de persécutions, d'exactions et de pogromes, faits largement occultés par les bonnes âmes si promptes à prendre fait et cause pour les réfugiés arabes.
     
    21.. Ce nombre doit être porte à 1 000 000 si on y ajoute les juifs d'Algérie, de Tunisie et du Maroc.
     
    22.. Les juifs vivaient dans ces pays parfois depuis 2000 ans et y possédaient des richesses dont ils ont été intégralement spoliés. Il est largement prouvé que les juifs étaient le véritable moteur économique des pays arabes jusqu'à leur expulsion.
     
    23.. Parler exclusivement du problème des "réfugiés palestiniens" est une distorsion intentionnelle et pernicieuse de l'histoire destinée à masquer le problème des "refugiés" au sens large, qui doit inclure les "réfugiés juifs" et le problème des compensations faramineuses qu'ils sont en droit de réclamer.
     
    24.. Mais un réfugié juif a probablement moins de droits qu'un réfugié arabe, dans l'esprit des bonnes âmes qui vilipendent Israël.
     
    25.. Les réfugiés arabes ont été intentionnellement parqués dans des camps par leurs "frères arabes" dans les pays dans lesquels ils avaient fui, afin de servir d'arme politique.
     
    26.. Ils n'ont jamais été intégrés dans leurs pays d'accueil malgré l'immensité des territoires arabes non utilisés et les fabuleuses richesses dérivées des revenus pétroliers dont ils disposaient et disposent encore.
     
    27.. Sur les 100 000 000 réfugiés dans le monde depuis la 2eme guerre mondiale, le groupe des réfugiés dit "palestinien" est le seul qui n'ait jamais été absorbé par les siens.
     
    28.. Les réfugiés juifs, rescapés des camps de la mort Hitlériens dans un premier temps, puis de plus de cent autres pays ont été intégralement absorbés en Israël, un pays plus petit que l'état du New Jersey, couvrant 0,8% de la région dite du "Moyen Orient" ou dans d'autres pays d'accueil, ou ils se sont intégrés en participant au développement de leur nouvelle nation.
     
    Protection et droits religieux :
     
    29.. Lors de la domination Jordanienne sur Jérusalem, l'intégralité des lieux saints juifs ont été profanés et détruits. 58 synagogues, pour certaines d'une valeur architecturale et sacrée inestimables ont ainsi été anéanties.
     
    30.. Les tombes juives arrachées des cimetières ont été utilisées pour paver les routes et construire les urinoirs publics. (Cimetière du Mont des Oliviers entre autres).
     
    31.. Témoin de cette ignominie, l'ONU est curieusement restée silencieuse, elle si prompte à condamner Israël en toute occasion. La vérité ne fut connue qu'en 1967 après la guerre des 6 jours.
     
    32.. Les juifs ont été interdits d'accès à leurs lieux de culte les plus sacrés en territoire arabe et en particulier à Jérusalem. Politique d'apartheid, largement entérinée par l'ONU présente dans la ville.
     
    33.. Sous la juridiction israélienne, tous les lieux de cultes, musulmans ou chrétiens ont été préservés, protégés et sont totalement libres d'accès pour toutes les religions.
     
    34.. Sur les 175 résolutions votées par le Conseil de Sécurité de l'ONU avant 1990, 97 l'ont été contre Israël...
     
    35.. Sur les 690 résolutions votées par l'Assemblée Générale des Nations Unies avant 1990, 429 l'ont été contre Israël...

  • Mort d'Ilan Halimi: ouverture du procès, Fofana défie les juges

    Mort d'Ilan Halimi: ouverture du procès, Fofana défie les juges

    [ 29/04/09  - 13H28 - AFP  ]

    © AFP - Benoit Peyrucq
    Cliquez ici

    Le procès du "gang des barbares", 27 jeunes accusés du rapt d'un juif de 23 ans Ilan Halimi, assassiné après trois semaines de calvaire début 2006, s'est ouvert mercredi devant la cour d'assises des mineurs de Paris, et leur chef présumé, Youssouf Fofana, a d'emblée défié les juges.

    Une fois les jurés choisis (5 femmes et 4 hommes), la présidente Nadia Ajjan a fait évacuer la salle, prononçant le huis clos puisque des mineurs au moment des faits sont impliqués.

    Derrière les portes closes, la cour devait examiner plusieurs demandes de publicité des débats, notamment celles de la famille de la victime.

    Collier de barbe et crâne rasé, Fofana, 28 ans, d'origine ivoirienne et accusé d'avoir porté les coups fatals à Ilan Halimi, est arrivé tout sourire dans le box, vêtu d'un sweat-shirt blanc et levant un poing vers le ciel en criant "Allah vaincra".

    © AFP - Stephane de Sakutin
    Cliquez ici

    Et dès l'appel des accusés effectué par la présidente, il continue la provocation. En guise de date de naissance, il répond: "le 13 février 2006, à Sainte-Geneviève-des-Bois", donnant ainsi la date et le lieu de la découverte du corps agonisant de Ilan Halimi, qui devait mourir pendant son transfert à l'hôpital.

    Pour nom, il choisit "africaine barbare armée révolte salafiste", tandis que la présidente se contente de lui signaler que ce n'était pas ce qui figurait sur ses documents.

    En face, sur le banc des parties civiles, la mère d'Ilan Halimi, assise à côté de ses deux filles, ne dit rien.

    Pendant plus d'une heure d'attente -le procès n'a débuté que vers 11H00-, Ruth Halimi est restée concentrée, semblant prier en se balançant imperceptiblement d'avant en arrière.

    © AFP - Lionel Bonaventure
    Cliquez ici

    Face à elle, les accusés qui ont longuement attendu le début du procès, sont restés silencieux, s'évitant du regard, ne se parlant pas.

    Lycéens, chômeurs, livreur de pizza, chauffeur de car, étudiant en commerce: presque tous aujourd'hui dans la vingtaine déclinent leur identité et profession au moment des faits.

    Emma, qui a servi d'appât pour attirer Ilan dans un piège, était "lycéenne, en seconde".

    Dans la salle des pas perdus du palais de justice, des dizaines de juifs encadrés par des forces de sécurité insultent des personnes qu'ils supposent être des proches des accusés.

    Avant l'audience, l'avocate de Fofana, Isabelle Coutant-Peyre, explique à la presse que "ce n'est pas le diable" et qu'il a "été maltraité par une campagne de marketing politique et religieux".

    Défendre Fofana qui a déjà épuisé une trentaine d'avocats n'est pas facile: avant l'audience, Mes Coutant-Peyre et Emmanuel Ludot ont indiqué que leur client réclamait la levée du huis clos. Deux heures plus tard, il y renonçait.

    Les avocats demandent cependant que la circonstance aggravante d'antisémitisme soit abandonnée puisqu'elle ne figurait pas dans la procédure d'extradition de Fofana de Côte d'Ivoire.

    Une fois les incidents de procédure réglés, la cour va avoir dix semaines, jusqu'au 10 juillet, pour démêler les responsabilités des accusés.

    C'est à partir de la diffusion du portrait-robot d'une des femmes chargées d'"appâter" des hommes présumés riches "parce que juifs", que la police avait interpellé en février 2006 une trentaine de membres du "gang des barbares", implanté dans une cité HLM de Bagneux (Hauts-de-Seine).

    Neuf projets d'enlèvement ont été attribués à la bande avant celui d'Ilan Halimi, victime de tortures pendant les 24 jours de sa séquestration dans un appartement, puis un sous-sol d'immeuble.