• Souviens toi…31 juillet

    Souviens toi…31 juillet
    Par Claude Bensoussan

    Mémoire... 




    1905

    Un pogrome de deux jours éclate à Kertch (gouvernement de Crimée, Russie) : les maisons et les magasins juifs sont pillés et un membre de l'autodéfense juive est tué par balles.

    1919

    500 juifs sont égorgés, 36 grièvement blessés et mutilés, de nombreuses femmes et jeunes filles juives violées quand des unités commandées par Liachovitch, lié à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, se livrent à un pogrome de deux jours à Tulczyn (Podolie).

    1941

    Göring confie à Heydrich l'évacuation de tous les juifs d'Europe.

    1942

    1 007 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 049 hommes et femmes du camp de regroupement de Pithiviers (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

    1 000 juifs arrivant à Minsk (R.S.S. de Biélorussie) du camp de concentration de Theresienstadt sont déviés sur Baranovitch, où ils sont entassés dans des wagons puis gazés.

    1943

    1 000 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz, où 727 d'entre eux sont aussitôt gazés. 28 hommes et 18 femmes survivront.

    1 563 juifs, dont 20 enfants, sont déportés du camp de regroupement de Malines (Belgique) au camp d'extermination d'Auschwitz. Seuls 40 déportés de ce vingt et unième transport survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

    1944

    178 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.

    300 orphelins juifs sont déportés de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz, où ils sont gazés.

  • Chanteur oui ! Antisémite pourquoi ?

    Chanteur oui ! Antisémite pourquoi ?
    Par Albert Bellaïche

    Il était une fois un petit chanteur de province, sans croix ni bois qui, à peine « monté » à Paris, suscita l’attention et provoqua l’intérêt sur son nom à la faveur d’une voix de velours et d’un physique enfantin qui inspira immédiatement confiance et assurance… Les producteurs, les managers voire les affairistes se saisirent du sujet et en quelques temps ils en firent une étoile montante de la chanson d ’un style nouveau, beaucoup plus proche du rythme oriental moderne que du fox-trot d’antan…

    En attendant, une jeune et jolie fille photographe de son état, très intéressée par ce chanteur à la voix de cristal, rapporta par images interposées, le parcours prometteur de ce sujet à l’avenir tout tracé. Et avec le temps elle en tomba amoureuse et vécut avec lui une aventure banale et sans encombre, quand un jour où le soleil était plus brillant que de coutume, elle annonça à son jeune et talentueux amant qu’elle attendait un heureux événement.

    Mal lui en prit car la nouvelle étoile de la chanson française orientalisée, n’apprécia pas la nouvelle, mais alors pas du tout. A telle enseigne qu’il enjoignit à sa compagne engrossée de se débarrasser de l’enfant qu’elle portait, faute de quoi elle n’entendrait plus parler de lui…

    N’importe, la jeune femme décida de poursuivre sa grossesse et au besoin d’élever son enfant toute seule… Ce qui, il faut bien en convenir, est une situation qui a bien dû se produire déjà deux ou trois fois en France et ailleurs…

    Mais le géniteur présumé ne l’entendit pas de cette oreille et alors commença pour Christiane sa gentille « amie », un véritable chemin de croix…

    Tombée dans un innommable guet-apens, commandité par son petit ami, elle se retrouva sans savoir ni comment ni pourquoi dans une sordide chambre d’hôtel entourée de deux mégères -venues d’un de ces bouges mal famés- qui n’avaient en tête qu’une seule et unique mission : « débarrasser » la jeune femme de l’enfant qu’elle portait.

    A peine le temps à la victime de réaliser sa triste et funeste situation que les deux « avorteuses » se jetèrent sur elle comme la vérole sur le clergé, de sorte que d’hémorragies en déjections sanglantes et en salissures souillées, la pauvre femme fut laissée là pour morte ou à tout le moins bien avortée. Les miracles, venant parfois au secours des malheureux ou des déshérités, ont fait que la pauvre Christiane s’en est sortie certes blessée, meurtrie et humiliée mais vivante et avec son enfant intact dans les entrailles…

    A peine libre et toute titubant elle alla de ce pas déposer plainte pour « violence volontaire, menaces et séquestration » à la police de son quartier et le quidam, chanteur de talent, séducteur d’occasion et délinquant inattendu, se fit rapidement arrêter par les forces de l’ordre qui le mirent sous scellés…en cellule…

    Mais, allons savoir la cause, il se retrouva très vite dehors, libre de ses mouvements.

    Aujourd’hui, il est recherché par toutes les polices de France et de Navarre même un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui. De sorte que de l‘étoile montante qu’il fut, de la star qu’il devint et de la vedette qu’il a été, il n’est plus désormais qu’un délinquant ordinaire obligé de vivre en reclus camouflé, en évadé aux abois et en fugitif apeuré !

    Certains journalistes d’investigation auraient retrouver sa trace et lui aurait entendu dire:
    « qu’il est victime de l’acharnement d’une justice française à deux vitesses qui souhaite le détruire… Et que par ailleurs il n’a pas su résister aux mauvais conseils de son manager juif et qu’il était tombé dans le piège d’une photographe, une Française d’origine juive, qui ne voulait pas de l’Arabe ni au présumé enfant de l’Arabe, car ce qui intéressait cette femme c’était l’argent de l’Arabe. »

    Voilà les déclarations qu’aurait fait cet enfant de province, chanteur sans croix ni bois, qui s’étant pris pour un prince devenu roi, croyait que tout désormais lui appartenait …

    Cette histoire est banale et de peu d’intérêt par rapport aux misères du monde, mais elle soulève l’écœurement plus que de coutume, car elle ressemble étrangement à celle remise à l’ordre du jour par un grand hebdomadaire français qui a relaté, il y a quelques jours à peine, la mésaventure d’un « raï man » de bonne réputation, d’un crooner bien connu, d’un célèbre et adulé chanteur dont le nom n’est autre que Cheb Mami !

    Oui ! le prince du raï en personne, que diable !

    Alors cher ami Mami, si cet homme c’est toi, si cette histoire est la tienne, de grâce, toi qui est l’ami de Enrico, de Gad et de Jean-Jacques et même de Michel Lévy ton imprésario, tous juifs gentils qui t’ont aidé et soutenu, dis-nous donc, si ce n'est point vrai, pourquoi t’es-tu ainsi répandu dans un antisémitisme primaire qui ne te ressemble guère ?

    Dis-nous si tu as subi des pressions, des influences voire des menaces et dans ce cas de qui ?

    Ou alors avoue que soudain tu es devenu antisémite, anti-juif et raciste, d’un seul coup d’un seul ! Et par surcroît un délinquant!
    Et si vraiment tu as rejoint la meute, dès lors tu auras pris le pire chemin qui soit ici bas, celui des fascistes, des nazis ou des islamistes qui exècrent tout ce qui -de près ou de loin- approche tous les juifs de la terre.

    Dis-nous! Car chanteur tu es, chanteur tu resteras.

    Mais antisémite tu n’étais pas et antisémite tu sembles être devenu.
    De toute façon ton histoire - quelle que soit sa nature et le sens qui lui sera donné- par avance nous attriste et nous déçoit…

  • L’image du jour : retardé, mais dangereux

    L’image du jour : retardé, mais dangereux

    (source Houmous.net)

     

    Photo d’un des chefs talibans, libéré de Guantanamo, qui s’est ensuite attaché à s’attaquer aux troupes américaines et afghanes, et qui est mort il y a trois jours en se faisant exploser avec quelques amis, pris au piège par les troupes pakistanaises… Il parait qu’il avait un petit ‘’retard mental’’…

    taliban-lol.jpg

    Question : est-ce que son compagnon se demande comme nous comment pareil type, avec pareille dégaine, a pu devenir un chef taliban ?

  • Goldwasser / Reguev

    Goldwasser / Reguev


    Dans son édition de samedi 28 juillet, le quotidien libanais 'An Nahar' a laissé entendre que seul un des deux soldats israéliens kidnappés (Ehoud Goldwasser et Eldad Reguev) par le Hezbollah juste avant la 2e guerre du Liban serait encore vivant.

    Citant des sources diplomatiques allemandes anonymes, le quotidien a fait allusion au décès d'un des deux soldats.

    Pour Israël, ces informations sont sans fondement et ne reposent sur aucune base solide.

    Du point de vue d'Israël en effet, les soldats kidnappés au Liban sont encore en vie.
    C'est ce qu'a affirmé le président Shimon Pérès lors d'une visite à la base de recrutement militaire de Tel-Hachomer, lors de laquelle il n'a pas hésité à qualifier de ''commerçants méchants'' les auteurs de la rumeur selon laquelle seul un des deux militaires était encore en vie.

    De son côté, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a clairement fait allusion à la libération des deux soldats ce samedi 28 juillet, lors d'un discours prononcé devant plusieurs milliers de Libanais rassemblés à Bint Jbeil (sud Liban).

    Qualifiant la seconde guerre du Liban comme un "échec du projet américain balayé par la victoire de la Résistance islamique", ce dernier a en effet affirmé que les deux soldats israéliens capturés par sa milice le 12 juillet 2006 à la frontière libano-israélienne devaient être échangés contre les Libanais détenus par Israël.

    "Le monde entier ne pourra pas obtenir la libération des deux prisonniers israéliens. La seule voie est une négociation indirecte qui donne la liberté aux Libanais détenus par Israël", a-t-il précisé.

    Lors d'un entretien accordé le 24 juillet à Al-Jazira, H. Nasrallah avait évasivement indiqué que des négociations concernant un échange de prisonniers se poursuivaient avec Israël par le biais de l'Onu.

    Il s'était cependant refusé à livrer davantages d'informations sur l'état de santé des israéliens "gratuitement et sans contrepartie".

  • l'actualité d'Israel en images Guysen.com

    Qui parle de paix?
    Qui parle de paix?
    Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a qualifié le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah de ''soldat du messie''. ''L'éclatante victoire du peuple libanais sur l'occupant sioniste est le résultat de l'unité et de la foi des combattants du Hezbollah'', a-t-il ajouté.

  • Souviens toi… 30 juillet

    Souviens toi… 30 juillet
    Par Claude Bensoussan

    Mémoire...





    1467

    Après l’échec d’un colloque tenu dans la cathédrale de Tolède entre des « nouveaux chrétiens », qui descendent de juifs convertis de force en 1391, et des « vieux chrétiens », une querelle éclate entre les deux groupes. Les chefs des « nouveaux chrétiens », Fernando de la Torre et son frère, sont arrêtés et pendus. Leurs magasins sont incendiés.

    1905


    Plusieurs juifs sont tués et de nombreux autres blessés quand une bombe explose dans le quartier juif, pauvre, de Bialystok (Russie). Des patrouilles militaires tirent alors systématiquement sur les maisons juives avant ‘y perquisitionner, tuant tous les juifs qu’ils trouvent. 40 juifs sont tués et beaucoup d’autres grièvement blessés.

    1941


    1 200 juifs de Czernovitz (Bukovine, R.S.S. d’Ukraine) sont arrêtés avec l’aide de la police roumaine, et 682 hommes sont fusillés.

    Début de la marche vers la mort des juifs de Secureni jusqu’au petit village de Skazinets (Bessarabie). Elle dure un mois.

    350 juifs sont tués dans le ghetto de Vileyka (R.S.S. de Biélorussie).

    1 000 juifs du ghetto de Dünaburg (Dvinsk, R.S.S. de Lettonie) sont fusillés près de la gare par les SS.

    1942


    Des juifs sont fusillés dans le camp d’internement de la police à Nis (Serbie, Yougoslavie), situé sur la colline voisine de Bubanj.

    Les SS déportent 2 000 juifs du ghetto de Rava Ruska (R.S.S. d’Ukraine) au camp d’extermination de Belzec (Pologne).

    100 jeunes filles juives du ghetto de Javorov sont déportées au camp de travail forcé de Janovska (R.S.S. d’Ukraine).

    25 000 juifs de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) sont massacrés au cours d’une Aktion de trois jours entreprise sur une grande échelle par les SS et des unités de collaborateurs biélorusses. 1943

    Les derniers 500 juifs de Sasov (district de Lvov, R.S.S. d’Ukraine), qui avaient été internés dans un camp de travail forcé, sont fusillés par les SS dans une forêt voisine. Plusieurs dizaines de prisonniers se défendent jusqu’au bout.

    1944


    166 juifs sont déportés de Toulouse au camp d’extermination d’Auschwitz.