• l'info d'ISRAEL en images(guysen.com)

    Guilad Shalit : 1 an
    La photo du jour
    Guilad Shalit : 1 an
    ''Guilad Shalit est vivant et bien traité'', affirment les Comités de résistance populaire. Dans une interview spéciale à l'occasion du premier anniversaire de la capture du caporal israélien, le porte-parole de l'organisation terroriste Abou Moujahad a souligné que les ravisseurs campaient sur leurs positions et ''ne rendraient pas Guilad sur un plateau d'argent''.

  • Guilad Shalit est en vie ?

    Guilad Shalit est en vie ?
    par la rédaction de Guysen Israël News
    Lundi 25 juin 2007
    Pour la première fois depuis un an de captivité, le Hamas a publié ce lundi 25 juin une cassette où l’on entend le soldat israélien dire ce que ses ravisseurs lui demandent de répéter.

    " Papa, maman, mon frère et ma sœur, mes camarades soldats de Tsahal, je vous languis, mon état de santé s’aggrave et j’ai besoin d’être hospitalisé… Tout comme mes parents, il y a des parents de détenus à Gaza qui attendent la libération de leur fils…
    Je suis déçu par le manque d’intérêt du gouvernement et de Tsahal sur mon sort.
    Le gouvernement doit répondre aux exigences pour que je sois libéré, d’autant plus que je remplissais une mission militaire et que je ne trempais pas dans un trafic de drogue (N.D.L.R. — allusion à Elhanan Tennenbaum échangé en 2004 dans le cadre d’une transaction avec le Hezbollah).
    J’espère fortement que le gouvernement se penchera sur mon sort et acceptera les exigences du Hamas'' peut-on entendre sur la cassette publiée sur le site Internet de la branche armée du Fatah, Izzadin El-Kassam

    Interrogé sur les ondes de Kol Israël (la radio israélienne), le père de Guilad Shalit, Noam, a confirmé qu’il s’agissait bien de la voix de son fils mais il s’est déclaré persuadé que les propos prononcés par Guilad n’étaient spontanés et lui ont été dictés mot à mot.

    Le département des ressources humaines de Tsahal, chargé de repérer les soldats disparus, devrait examiner plus profondément la cassette audio afin de tirer les conclusions sur l’état de santé Guilad Shalit.

    Selon des responsables sécuritaires israéliens, on ignore encore à quel moment la cassette audio de Guilad Shalit a été enregistrée.

    Pour sa part le porte-parole du Hamas, Abou Moudjihad, a fait savoir que " si les revendications des factions palestiniennes n’étaient pas acceptées", Guilad Shalit resterait entre leurs mains.

    Outre la publication de la cassette audio, 'les brigades Izzadin el-Kassam' ont également publié une liste d’exigences pour la libération du caporal israélien. Elle demande la libération de toutes les femmes et de tous les mineurs détenus en Israël, ainsi que la libération de mille terroristes hommes.

    Réagissant à la publication par le Hamas de la cassette de Guilad Shalit, le député Ouri Ariel (PNR/Union nationale) a estimé que cette publication avait uniquement pour but d’obtenir la reconnaissance de la communauté internationale.

    Pour O.Ariel, le Hamas n’a aucune intention de relâcher le soldat israélien.

    Selon un haut responsable du ministère israélien des Affaires étrangères, la publication de la cassette audio de Guilad Shalit par le Hamas prouve que le mouvement islamiste a adopté les méthodes du Hezbollah.

    La date choisie pour cette publication (le premier anniversaire de sa captivité) et la teneur des propos sont une façon d'exploiter la détresse de la famille pour parvenir à ses fins, a-t-il précisé.

    Le 23 juin dernier, le ministre français des Affaires étrangères et européennes, M. Bernard Kouchner faisait la déclaration suivante au sujet de la libération de Guilad Shalit :

    "Le 25 juin 2007, Guilad Shalit aura passé un an en détention.
    Cette détention, que nous avons condamnée, n’a que trop duré.
    Ceux qui détiennent Guilad Shalit doivent immédiatement le libérer. Je saisirai toutes les occasions en vue d’obtenir cette libération.

    Je rappelle que la France a condamné les arrestations de parlementaires et de ministres palestiniens.

    La France est favorable à un échange de prisonniers, qui permettrait à Guilad Shalit, comme à de nombreux Palestiniens, de recouvrer la liberté.

    Je remercie les autorités égyptiennes des efforts qu’elles déploient pour permettre la libération de notre compatriote.

    Mes pensées vont à la famille de Guilad Shalit dont chacun connaît le courage et la dignité.
    Je formule des vœux aussi pour tous les parents, Israéliens et Palestiniens, qui sont depuis trop longtemps dans la peine".

    Dimanche 24 juin, la chaîne israélienne numéro 2 déclarait que Guilad Shalit était détenu dans deux pièces souterraines d'un immeuble du sud de la bande de Gaza.

    Précisant que cette information provenait de sources proches du Hamas, la chaîne a affirmé que Guilad Shalit était traité correctement et qu'il était surveillé par deux gardiens avec lesquels il entretenait une relation "cordiale".

    Les autorités israéliennes ont refusé de commenter ces informations.

  • Souviens toi…25 juin

    Souviens toi…25 juin
    Par Claude Bensoussan

     






    1096

    Des participants à la première croisade, commandés par le comte de Leiningen, massacrent à Wevlinhofen (Allemagne) les juifs qui avaient fui Cologne. Beaucoup d’entre eux se suicident avant l’arrivée des croisés.

    1298


    57 juifs sont tués à Rothenburg ober der Tauber (Allemagne) lors des persécutions de Rindfleisch (du nom du chevalier responsable des massacres de juifs en Allemagne méridionale et centrale).

    1940


    Les nazis créent un ghetto à Bilgoraj (district de Lublin, Pologne) et commencent à déporter les juifs.

    1941


    Après le déclenchement du conflit germano-soviétique, les troupes allemandes occupent Slonim (province de Grodno, R.S.S. de Biélorussie) où vivent 15 000 juifs. Les nazis édictent des ordonnances antijuives puis en viennent aux déportations. Des juifs s’installèrent au XVIe siècle à Slonim, qui connut une vie communautaire très active.

    Des pogromes éclatent à Jassy (Roumanie). Les Allemands entrent à Pflunge (R.S.S. de Lituanie) où vivent 2 000 juifs. Arnoldo Pebrescha, un célèbre tueur lituanien, accompagne les troupes allemandes et participe personnellement au massacre qui détruit toute la communauté.

    L’armée allemande occupe Radochkowitz (R.S.S. de Biélorussie) exécutant de nombreux juifs accusés d’être communistes.

    Les Allemands entrent à Dubno (province de Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) où vivent 12 000 juifs. La population ukrainienne est autorisée à s’en prendre aux juifs et à leurs biens, ce qui donne lieu à des meurtres, à des viols et à des pillages.

    L’armée allemandes occupe Vladimir-Volynskiy (R.S.S. d’Ukraine). Les juifs appelaient la ville Ludmir. Les forces soviétiques l’avaient occupée le 17 septembre 1939 et avaient déporté en Sibérie des personnalités juives connues pour être sionistes. Des juifs, sans doute descendants de Khazars, se sont installés à Ludmir dès le XIIe siècle.

    Des fascistes lituaniens égorgent 800 juifs à Kaunas (R.S.S. de Lituanie) sous la protection des Allemands, entrés dans la ville un jour plus tôt.

    Les nazis occupent la ville d’Ozmiana (R.S.S. de Biélorussie), tuant de nombreux juifs.

  • Estocade ou escalade ?

    Estocade ou escalade ?
    Par Albert Bellaïche

    Après la prise en main du Hamas dans la bande de Gaza, après les massacres qui s’y sont produits entre les deux factions palestiniennes, aujourd’hui il est incontestable que la violence, la terreur et la guerre sont aux portes d’Israël !
    Les Israéliens peuvent-ils, doivent-ils rester les bras croisés ?

    L’avantage incontestable que les dirigeants totalitaires possèdent sur les démocrates c’est qu’ils n’ont pas à gérer l’opinion publique…Qu’ils n’ont cure des actions illicites ou interdites par les lois de la guerre, même si celle-ci par essence est déjà meurtrière.
    En revanche, lorsque le monde démocratique veut faire face aux Sarrasins islamiques, il a des précautions à prendre, des dispositions à envisager, des mesures à adopter pour se trouver en phase avec l’autorité internationale qui prend souvent son temps pour décider, agir ou sanctionner.
    Par exemple aux Nations Unies on échange beaucoup.
    Aux Etats Unis le congrès conteste.
    En Europe, une ligne d’apaisement proche de la soumission populiste est préconisée.
    En Israël on hésite, on tergiverse, on attend !
    Et tout cela donne au Hamas, qui a vaincu le Fatah, le temps pour réfléchir et pour acquérir des armes et des munitions…

    D’ailleurs l’un de ses dirigeants, proche d’ Isamïl Hannieh le chef du gouvernement palestinien destitué, le Cheick Abou Saka, un « Abou » de plus, ne vient-il pas de déclarer : « Que le Hamas va créer dans la bande de Gaza un Etat Islamique à l’image de Téhéran où l’alcool sera défendu, où toutes les femmes devront sortir voilées même si elles ne sont pas musulmanes et où les cafés, l’Internet, les piscines et les clubs seraient interdits. Alors si les catholiques souhaitent vivre en toute sécurité ils devront accepter la Loi et cesser leurs activités missionnaires… »

    Et comme pour mettre en harmonie les dires et les faits, il y a quelques jours à peine, une église orthodoxe a été attaquée à Gaza par des membres du Hamas…
    Voilà où en sont à l’heure actuelle les évènements qui ont permis à ce dernier d’annihiler, de museler et de réduire à néant le pouvoir à Gaza de Mahmoud Abbas, le président sans présidence de l’Autorité Palestinienne et de mettre en déroute le Fatah.

    Une République Islamique aux frontières de l’Etat Hébreu, le tout mijoté à la sauce iranienne et au parfum syrien, est inacceptable pour les Israéliens et constituerait un sujet de réflexion pour Ehud Olmert qui pourrait, avec l’arrivée de Ehud Barak récemment nommé Ministre de la défense, décider rapidement des dispositions à arrêter face à la situation créée avec la prise du pouvoir par la force, du Hamas à Gaza.
    D’autre part, est-il encore possible de sauver le Fatah et dans ce cas, par qui, comment, et quand ?
    Par l’armée israélienne qui recouvrirait toutes ses capacités et sa volonté d’agir ?

    En envahissant Gaza, avec les risques diplomatiques et stratégiques encourus, ou en aidant le Fatah à conserver le pouvoir dans la partie palestinienne de Judée-Samarie ?
    Par les Nations Unies qui décideraient de l’envoi sur place d’une compagnie de casques bleus ?
    En tout état de cause, le plus vite possible serait le mieux car le Hamas menace déjà d’agir au dé-là des limites de Gaza et surtout en Judée Samarie.

    La récente nomination par le chef de l’Autorité palestinienne de Salem Fayad à la tête du gouvernement qui ne peut s’exercer effectivement son pouvoir qu’en Judée-samarie, n'est-elle pas le signe d’un scission annoncée ?
    Ne peut-elle engendrer la naissance de deux nouveaux Etats Arabes dans la région, l’un à Gaza le Hamasistan qui ne cacherait pas ses sympathies pour Ben Laden et l’autre en Judée Samarie le Fatahistan, qui serait plus modéré ?
    Malgré le soutien des occidentaux et du Roi du Maroc, du déblocage de 22 millions d’euros par l’Union Européenne et de l’aide des Israéliens qui se disent « Prêts à fournir tout ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins humanitaires » ( Ehud Olmert ), peut-on encore sauver le Fatah, face à un adversaire dont les succès sur le terrain lui sont montés à la tête ?
    Rien n’est moins sûr !

    Est-il encore possible d’éviter l’escalade entre le Hamas et le Fatah et aussi avec Israël si les tirs de roquettes et les provocations se poursuivaient sous l’instigation d’extrémistes de tous bords qui, tous les jours se donneraient des noms d’alouettes pour opérer dans une sorte de faux anonymat irresponsable?

    Rien n’est moins sûr aussi !

    Et pour verser dans un « optimisme » fataliste, Leila Shahid la charismatique représentante palestinienne, ne vient-elle pas de déclarer que : « Si Olmert obtenait de Bush le feu vert pour négocier avec Mahmoud Abbas et d’autre part pour laisser à Ehud Barak le soin de nettoyer Gaza, il faudrait craindre le pire… »
    Certes, lorsque le matador décide de porter l’estocade, à son taureau blessé, meurtri et affaibli, à la faveur d’un coup d’estoc définitif, il est sûr de ne courir aucun risque.
    A Gaza, le taureau qui se dresse avec vigueur et arrogance avec dans sa besace une dose non négligeable de soutien Syro-iranien, menace d’ enflammer le débat et de multiplier les risques. Et pendant ce temps-là à Ramat-Gan l’équipe de football du Réal de Madrid a écrasé par 8 à 0 l’équipe israélo-palestinienne pour la paix

    Signe ou prémonition ?

    Et pendant ce temps-là aussi, la Russie livre des Migs-31 à la Syrie.
    Et pendant ce temps-là encore, on indique de source bien informée qu’un sommet Omert-Abbas-Abadallah de Jordanie se tiendrait dans quelques jours sur les bords de la Mer Rouge en Egypte à l’instigation de Osni Moubarak. …
    Alors, estocade ou escalade, la marge est étroite qui enjoint à la communauté internationale de prendre ses responsabilités en organisant une conférence pour l’adoption de mesures susceptibles de restaurer une crédibilité du processus de paix général qui s’est évanoui dans le champ aux orties…

  • L actualité d'ISRAEL en images (guysen.com)

    GAY PRIDE
    La photo du jour
    GAY PRIDE
    Près de 400 policiers de Tel-Aviv viendront en renfort de leurs collègues de Jérusalem afin de contrôler le bon déroulement de cette manifestation vivement controversée et désapprouvée par la communauté juive orthodoxe .

  • Souviens toi… 21 juin

    Souviens toi… 21 juin
    Par Claude Bensoussan

     





    1649

    Les cosaques de Bogdan Chmielnicki prennent Basilei (Ukraine) et massacrent plusieurs centaines de familles juives.

    1919

    30 juifs sont massacrés lors d’un pogrome auquel se livrent des troupes commandées par Ogorodnikov et Mordalevitch, alliés de l’Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, à Brussilov (province de Kiev).

    1943


    Création d’un ghetto à Lwow (Galicie, R.S.S. d’Ukraine). Il sera liquidé à peine une semaine plus tard : 13 000 juifs sont assassinés par les SS dans les sablières de Piaski au camp de Janovska ou dans le cimetière juif.

    300 artisans juifs, employés par les autorités allemandes, sont assassinés par les SS à Lwow (province de Galicie, R.S.S. d’Ukraine).

    300 juifs sont brûlés vifs par les nazis dans le ghetto de Grodek (province de Galicie, R.S..S. d’Ukraine).

    73 juifs et 30 juives sont sélectionnés par le Dr Berger au camp d’extermination d’Auschwitz et envoyés au camp de Natzweiler (Alsace), où ils sont mis à mort. Leurs squelettes viennent enrichir les collections d’anatomie de l’université de Strasbourg.