• 274 jours de détentions

    274 jours de détentions 

     

     


    Les 3 soldats (Guilad Chalite, Eldad Réguev, Ehoud Goldwasser) kidnappés par

  • Souviens toi…30 mars

    Souviens toi…30 mars
    Par Claude Bensoussan
    Jeudi 29 mars 2007 à 21:57
     






    1942

    200 détenus juifs du camp de travail de Trawniki (district de Lublin, Pologne) sont assassinés par les SS.

    1 000 juifs du ghetto de Kalusz (district de Stanislavov, R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec.

    1943

    Un transport quitte Vienne (Autriche avec 101 juifs déportés au camp de concentration de Theresienstadt.

    1 255 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) sont déportés au camp d’extermination de Sobibor (Pologne).

    1945

    9 juives s’évadent du camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne). Elles sont reprises par les nazis et tuées le jour même.

  • Le sommet arabe s'est officiellement ouvert les menaces indirectes contre Israël se sont faites plus précises.

    Sommet de Ryad :


    Le sommet arabe s'est officiellement ouvert et déjà les menaces indirectes contre Israël se sont faites plus précises.

    Ryad a ainsi appelé Jérusalem à accepter l'initiative de paix arabe de 2002 telle quelle.

    Interviewé par le Daily Telegraph, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Fayçal a déclaré que si Israël n'accepte pas cette initiative de paix, il mettra son sort entre les mains de ''chefs de gangs et de milices''.

    De son côté le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a une nouvelle fois fait preuve de sa fantaisie habituelle en se disant favorable à la création d'un Etat binational qui serait appelé ''Isratin'' et qui permettra de sauver les Juifs des risques de disparition dans un environnement arabe majoritaire. Il a rajouté que si l'Etat d'Israël n'avait pas été créé, il aurait protégé les juifs harcelés par le monde entier sauf par les Arabes...

    L'autorité palestinienne a, quand à elle, fait savoir par la voix de son ministre palestinien des Affaires étrangères, Ziad Abou Amro, que le gouvernement israélien était faible et incapable de prendre une décision qui pourrait conduire à la paix.

    Le Premier ministre, Ismaïl Hanyeh, a pour sa part déclaré aux pays arabes réunis en Arabie saoudite, que ''le Hamas ne s'opposera pas à une initiative de paix arabe, mais ne fera aucun compromis quant au droit de retour des Palestiniens et leur réinstallation dans leurs maisons en Israël''.

    Seule bonne nouvelle, l'annonce par Ismaïl Haniyeh de ''grands progrès'' dans le dossier Shalit. ''Tous ceux qui ont rencontré nos représentants, y compris les Russes et les Norvégiens, ont insisté sur la libération de Guilad Shalit, et nous répondons à leur demande'' a en effet indiqué le Premier ministre Hamas. Il a également confirmé le fait que des contacts avaient établis entre les ''Frères musulmans'' d'Egypte et les factions détenant le caporal israélien, sans toutefois donner davantage de précisions.

  • Ehoud, Eldad et Guilad : Un Pessah sous les géoles.

    Ehoud, Eldad et Guilad : Un Pessah sous les géoles.
    Par Caroll Azoulay
    La fête de Pessah, symbole de la libération d’un peuple esclave devenu peuple élu, ne pourra cette année se célébrer sans une pensée pour trois jeunes hommes israéliens brutalement tombés sous la domination d’odieux terroristes. Une pensée que l’Agence Juive et le grand rabbinat d’Israël demande d’exprimer très concrètement le soir du Seder.

    Trois otages juifs qui ne pourront proclamer le soir du 2 avril, et conformément à la tradition : "Nous étions esclaves et nous sommes devenus libres !". Car esclaves ils le seront toujours le matin du 3 avril, eux qui se battaient pour garantir la liberté et la sécurité de leur nation.

    Devant l’ambassade de France à Tel Aviv, c’est d’une voix brisée que Noam Shalit confiait à Guysen Israël News l’espoir de voir Guilad s’asseoir à la traditionnelle table du Seder.
    Dominant ses sanglots, il expliquait que ce Pessah serait particulièrement cruel pour sa famille privée de ce fils tant aimé dont on ne savait rien.

    Comme Noam et Aviva Shalit, comme Miki et Schlomo Goldwasser ainsi que sa femme Karnit, et comme Tova et Tsvi Regev, les familles juives du monde entier penseront à ces trois fils prisonniers du bon vouloir de fanatiques pour qui les valeurs démocratiques ne veulent plus rien dire.

    C’est dans ce contexte que nous rendons hommage à une campagne lancée par l’Agence Juive et l’association "Banim" ("fils") appelant chaque famille juive à travers le monde à ajouter un paragraphe à la Hagada qui sera lue le soir du Seder pour la libération et le retour rapide des trois militaires dans leur foyer.

    Le paragraphe, rédigé par le grand rabbin d’Israël, Shlomo Amar est accompagné d’instructions à suivre afin d’être inséré dans la Hagada.
    Traduit dans différentes langues, il se trouve sur le site internet de l’Agence Juive (www.jewishagency.org) et sur le site internet de l’association "Banim" (www.habanim.org/) afin d’être utilisé par tous les juifs en Israël, et à travers le monde.

    "Je vous appelle à encourager les membres de vos familles, vos cercles d’amis et les membres de vos communautés à se mobiliser en faveur de cet appel juif placé sous le signe de la devise "Tous les membres d’Israël sont garants les uns des autres". Comme il est dit : "Au mois de Nissan nous avons été libérés et au mois de Nissan nous serons libérés" a indiqué le président de l’Agence Juive, Zeev Bielsky.

    Voici ci-après l’appel solennel lancé par le Grand rabbin Shlomo Amar, suivi du passage à insérer dans la Haggada.

    Parce que le peuple juif est un peuple de miracles, parce que le peuple juif a toujours été convaincu que le meilleur restait à venir et qu’il était formellement interdit de ne pas espérer, l’ajout de ce passage dans la Haggada prend une dimension à laquelle il serait triste de ne pas s’associer.

    Pessah casher ve sameah !

    Alors que nous nous préparons à fêter la "Fête de la Liberté"
    Prêts à vivre cet événement dans toute sa Sainteté et selon toutes ses coutumes,
    Tout en buvant les 4 coupes du Seder, symbolisant les 4 étapes de la libération
    Et en mangeant la matsa et le maror (les herbes amères)
    Souvenons-nous de nos fils détenus prisonniers par nos cruels ennemis.
    Avec tout le Peuple Juif, unis dans cette soirée du seder,
    Du fond de nos cœurs, prions pour leur libération,
    Leur retour sain et sauf au sein de leur famille et que D. leur accorde joie, paix et santé parmi nous tous.
    Cette tefilah doit être introduite juste après le passage de : « Avadim hayinou » (Nous étions esclaves en Égypte…)
    Que Hachem exauce notre prière
    Et que nous soyons comblés de bonnes nouvelles.
    Dans l’espoir que D. accorde Son Salut avec miséricorde,
    Shlomo Moshe Amar
    Rishon LeZion — Grand Rabbin d’Israël
    Prière pour la libération des soldats prisonniers
    Lire le Psaume 121 et le Psaume 124
    Qu’il soit ta volonté notre D. et D. de nos pères, que ces psaumes que nous avons lus aujourd’hui soient comme sortant de la bouche de ton serviteur le roi David.
    Agis en fonction des noms saints inscrits et gravés en eux et reçois avec pitié et bienveillance notre prière et notre demande.
    Que notre supplication se tienne devant toi, que tu aies pitié de nos prisonniers :
    Ehoud (fils de Malka) Goldwasser
    Eldad (fils de Tova) Reguev
    Guilad (fils d’Aviva) Chalit
    Guy (fils de Rina) H’ever
    Zéh’aria Shlomo (fils de Myriam) Baumel
    Yékoutiel Yéhouda Nah’man (fils de Sarah) Katz
    Tsvi (fils de Pnina) Feldman
    Ron (fils de Batia) Arad
    Sauve-les avec miséricorde ainsi que tous les prisonniers de ton peuple d’Israël.
    Sors les prisonniers de leurs prisons, sauve-les de leur captivité et mène-les de l’esclavage à la liberté, de la servitude à la rédemption, de l’obscurité à la lumière.
    Guéris-les d’une guérison complète, une guérison de l’âme et une guérison du corps. Adopte-les et donne-leur joie et allégresse. Ainsi ils se renforceront, guériront et ils seront joyeux à jamais.
    Que le mérite de cette prière collective, des cris et des supplications récités pour eux dans chaque endroit, leur serve de bouclier et déchire leurs décrets par le mérite du saint nom.
    Que s’accomplisse pour eux le verset :
    "Et les captifs de D. reviendront et iront à Sion dans l’allégresse, leurs têtes ornées d’une joie éternelle. Qu’ils atteignent la joie et l’allégresse et qu’ils repoussent le malheur et le désespoir".
    Tout ceci aujourd’hui même, Amen.

  • Pessah 2007 : Quinze Anglais au mitard irannien

    Pessah 2007 : Quinze Anglais au mitard irannien
    Editorial de la semaine du 31/03/2007

    Par Guy Senbel pour Guysen Israël News

    Cette semaine, nous voudrions attirer l’attention de nos lecteurs sur l'enlèvement des quinze marins britanniques par les forces iraniennes et de leur détention par la volonté de l'arrogant Ahmadinejad.
    Cette semaine est également très spéciale pour tous les foyers juifs. C'est l'effervescence qui est de mise car chacun s'affaire aux préparatifs de la fête de Pessah et participe au grand nettoyage annuel afin de chasser le ‘’Hamets’’ (matières et aliments interdits à la consommation durant les huit jours de fête ). Même les foyers non pratiquant adhèrent à cette tradition qui leur permet de faire entrer du renouveau dans la maison.


    Mais revenons aux marins britanniques...
    Jeudi 29 mars 2007, au cours d'une séance de consultation du conseil de sécurité de l'ONU, Jones Parry, l'ambassadeur de Grande-Bretagne aux Nations Unies a affirmé : ''L'Iran a modifié les paramètres de l'endroit où il a capturé quinze marins britanniques dans le Golfe (à l'embouchure du Chatt al-Arab), pour pouvoir affirmer qu'ils étaient dans les eaux territoriales iraniennes alors qu'ils étaient dans les eaux irakiennes''
    A la presse M. Parry a déclaré :''Quand nous avons publié les coordonnées GPS de l'endroit où se trouvaient ces deux bateaux, les coordonnées fournies par l'Iran étaient différentes mais correspondaient quand même aux eaux irakiennes, " puis il a ajouté : "Ce n'est que lorsque nous avons souligné que la détention (des marins) était inappropriée et à nos yeux illégale, que ces coordonnées ont été modifiées par le gouvernement iranien et sont devenues des coordonnées correspondant aux eaux iraniennes".

    A l'évidence, le gouvernement iranien a l'intention de ''secouer'' la diplomatie britannique.

    Cependant ce n'est pas le premier incident de ce genre dans ce secteur entre l'Iran et la Grande-Bretagne. En effet, en juin 2004, six soldats et deux marins britanniques avaient été capturés, détenus pendant trois jours par les iraniens. Ils avaient été forcés de s'excuser pour être entrés, selon l'Iran, du côté iranien du fleuve Chatt al-Arab, qui marque la frontière entre l'Iran et l'Irak.
    Mais cette fois-ci les enjeux sont différents, pour l'heure, Ahmadinejad teste la détermination occidentale et toutes les bassesses lui permettant de mener à bien son entreprise seront, au besoin, misent en application.

    Le président iranien a d'ores et déjà pu constater une semaine après l'enlèvement des marins que les occidentaux sont particulièrement ''discrets'' dans la solidarité qu'ils témoignent à leurs ''frères'' britanniques.
    Il ne manquera pas de s'en rappeler lorsqu'il les ''testera'' à nouveau.

    Nous ne pouvons pas feindre d'ignorer la similitude qu'il existe entre cette situation et celles que nous vivons depuis trop longtemps en Israël.
    Nous connaissons trop ce genre de provocations, pour ne pas éprouver de la tristesse lorsque d'autres que nous en sont les victimes.

    Comment ne pas penser aux familles de ces soldats anglais qui ressentent les mêmes inquiétudes qu'éprouvent celles de nos trois soldats?
    Comment ne pas faire de comparaisons entre le comportement des Iraniens et celui du Hezbollah avant le déclenchement de la deuxième guerre du Liban?

    Les nations, à travers cette nouvelle agression extrémiste, ouvriront-elles les yeux sur ce qu'endure Israël?
    Il est permis d'en douter...

    Ce soir, nos pensées vont vers les trois soldats d’Israël retenus en otage, et vers leurs parents désespérés, mais aussi vers ces quinze britanniques qui partagent pour le moment le même sort.

    Cet éditorial touche à sa fin mais auparavant, toute la rédaction se joint à moi pour vous souhaiter d’Israël :

    PESSAH CACHER VE SAMEAH

    Dans la joie et la sérénité .

  • 273 jours de détentions

    273 jours de détentions 

     

     


    Les 3 soldats (Guilad Chalite, Eldad Réguev, Ehoud Goldwasser) kidnappés par l'ennemi