• Tsahal: l'immeuble de Cana s'est effondré sept heures après le raid

    Tsahal: l'immeuble de Cana s'est effondré sept heures après le raid
    Claire Dana Picard
    lundi 31 juillet 2006 -


    bigroshmateiheilaavir.jpgLe bombardement du village de Cana, au Sud Liban, où les activités meurtrières du Hezbollah étaient flagrantes, fait encore couler beaucoup d’encre. En dépit de ses explications, Israël a été condamné de toutes parts à l’étranger pour avoir causé, dimanche matin, la mort d’une soixantaine de civils.

    Le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général de brigade Amir Eshel, a donné dimanche soir des précisions sur cette opération, dans une conférence de presse à Tel Aviv. Lors de son intervention devant les journalistes, il a souligné qu’il n’y avait pas forcément de rapport de cause à effet entre le raid de Tsahal sur Cana et l’écroulement d’un immeuble du village sept heures plus tard. L’officier a laissé entendre que des armes entreposées par le Hezbollah dans l’édifice ont pu exploser quelques heures après le bombardement et provoquer alors l’effondrement du bâtiment.

    Lors du briefing, le général de brigade Eshel a indiqué : "Au cours de notre opération nocturne, nous avons attaqué plusieurs objectifs du village et nos raids se sont poursuivis jusqu’à 7h30 du matin. Ce n’est que vers 8 heures que les autorités libanaises ont annoncé que l’immeuble avait été touché alors que nous l’avons atteint vers 1 heure du matin".

    Quant aux attaques matinales, il a affirmé qu’elles visaient des objectifs précis, parfaitement ciblés, se trouvant à cinq cents mètres de l’immeuble qui s’est écroulé.

    L’officier supérieur a encore souligné que depuis le début des affrontements au Liban, près de 150 roquettes avaient été tirées par les terroristes du Hezbollah à partir de ce secteur. En outre, a-t-il rappelé, Tsahal y a décelé d’autres activités liées directement aux attaques menées régulièrement contre le territoire israélien. "Chaque jour, des Katiouchas sont tirées depuis cette région en direction d’Israël", a-t-il souligné.

    Le général a soulevé le problème complexe posé par les civils libanais qui refusaient de s’éloigner des zones de combat en dépit des nombreuses mises en garde de l’armée israélienne. Il a admis que dans ce cas précis, il était possible que Tsahal ait porté involontairement atteinte à des personnes nullement impliquées dans les activités du Hezbollah.  

    Le chef du département opérationnel de Tsahal, le général Gadi Eisencott, a indiqué pour sa part que ce grave incident n’empêcherait pas l’armée de terre de poursuivre ses opérations contre les bastions du Hezbollah au Sud Liban. Il a estimé que cette action pourrait s’achever d’ici jeudi prochain. Il a rappelé une fois de plus aux citoyens libanais qu’ils devaient s’éloigner des secteurs visés par Tsahal.

  • Olmert : ‘2 semaines de frappes sont encore nécessaires’

    Olmert : ‘2 semaines de frappes sont encore nécessaires’



    olmertnew.jpgMalgré l’incident de Kfar Kana au cours duquel Tsahal aurait tué un grand nombre de civils libanais, Israël pourra poursuivre ses frappes contre l’infrastructure militaire de l’organisation terroriste du Hezbollah.

    A l’issue de la réunion du Conseil des ministres, dimanche après-midi (30 juillet 2006), Ehoud Olmert a en effet souligné la détermination d’Israël à poursuivre ses objectifs militaires au Liban. «Nous n’arrêterons pas maintenant le processus, il s’agit de la bonne chose à faire»,  a affirmé le Premier ministre. «Israël n’est pas pressé d’arriver à un cessez-le-feu tant que nous n’avons pas achevé notre travail», a-t-il ajouté.

    Le chef d’état-major, le général Dan Haloutz, a quant à lui assuré que «les habitants du nord du pays retrouveront le calme et la tranquillité», précisant néanmoins que cela pourrait «encore prendre du temps», mais que cela arriverait.

    Ehoud Olmert,  faisant le compte-rendu de son entretien de la veille avec la Secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice, a indiqué qu’il avait demandé à son interlocutrice de lui assurer une fenêtre d’opportunité de 10 à 15 jours supplémentaires avant d’imposer un cessez-le-feu. «Nous n’avons reçu de la part de Condoleeza Rice aucun message américain exigeant l’arrêt des frappes.»

    Parallèlement, le ministre de la Défense Amir Péretz, s’entretenant avec le ministre des Affaires étrangères italien Massimo D’Alema, a affirmé à son interlocuteur que Tsahal agirait encore pendant «au moins deux semaines» afin de détruire les bunkers du Hezbollah et ses rampes de lancement de missile.

    De plus, Péretz a signifié au ministre italien que le sujet du retour des soldats israéliens pris en otage serait une part intégrale de tout accord international de règlement de la crise actuelle. «Nous sommes obligés de poursuivre nos opérations pour permettre à la force multinationale de remplir sa mission», a expliqué le ministre de la Défense israélien.

    Un haut responsable de l’armée, cité sous couvert d’anonymat par le site Ynet du quotidien Yediot Aharonot, a indiqué selon lui que d’ici mercredi prochain (veille de Ticha Be’Av !), Tsahal aura certainement détruit l’ensemble des positions du Hezbollah le long de la frontière nord. Selon les estimations de cet officier, l’armée israélienne s’emploie actuellement à redessiner la situation dans le secteur et toute trace de présence de l’organisation terroriste chiite sera détruite dans un périmètre de 1 kilomètre et demi au delà de la frontière internationale. L’officier interrogé a également révélé que tout homme armée qui s’approcherait à moins d’un kilomètre de la frontière serait systématiquement abattu.

  • Amir Peretz dénonce les méthodes du Hezbollah

    Amir Peretz dénonce les méthodes du Hezbollah
    Claire Dana Picard
    lundi 31 juillet 2006 - 13:01
    ( Israel )



    bigdiscoursperetz.jpgLa Knesset, en congés parlementaires, s’est réunie exceptionnellement lundi matin, en séance plénière, en raison des graves événements dans le Nord du pays. Le ministre de la Défense Amir Peretz (travailliste), premier orateur de cette session extraordinaire, est monté à la tribune pour prononcer son discours.

    Peretz a évoqué en premier lieu les événements de Cana, soulignant qu’aucun officier israélien ne donnerait jamais l’ordre de porter atteinte aux civils nullement impliqués dans les actions terroristes. Et de préciser: "La guerre que nous menons à l’heure actuelle contre les organisations terroristes, que ce soit au Liban ou dans la bande de Gaza, est une guerre pour notre survie".

    Son allocution a été interrompue à maintes reprises, en particulier par les députés arabes. L’un d’entre eux, Ibrahim Sarsour, n’a pas hésité à qualifier le ministre de la Défense "d'assassins d'enfants". La présidente de la Knesset, la députée Dalia Itsik, lui a immédiatement intimé l’ordre de quitter la salle.

    Par la suite, deux autres députés arabes, Ahmed Tibi et Taleb A-Sana, ont rejoint leur collègue après avoir agressé verbalement l’orateur.

    Amir Peretz a adressé quelques mots chaleureux aux soldats d’unités combattantes venus assister aux débats, leur disant qu’Israël était fier d’eux. Il a ajouté : "Je me suis entretenu avec de nombreux militaires et ils m'ont présenté les mêmes revendications que les civils que j'ai rencontrés, qui sont contraints de rester dans les abris : ils utilisent le même langage, ils veulent que la situation actuelle change, ils veulent que le danger qui pèse sur le Nord du pays soit écarté. Dans cette guerre, le front et l’arrière sont unis". Il a souligné qu’en cette période difficile, le peuple était fort et solidaire et que rien ne pourrait briser cette résistance.

    Peretz a ensuite dénoncé l’attitude du gouvernement libanais, rappelant que pendant six ans, c’est-à-dire depuis le retrait des troupes israéliennes du Sud Liban, Israël avait investi dans le Nord, y développant son tourisme et son industrie, devenus florissants. "Pendant ce temps, a-t-il ajouté, le Premier ministre libanais Fouad Siniora a déployé ses efforts pour construire de nouveaux hôtels à Beyrouth et faire fructifier l’économie de son pays. Mais en même temps, a-t-il précisé, il a laissé le Hezbollah agir à sa guise dans le Sud du pays, lui permettant d'y développer ses infrastructures, de se procurer de nouvelles roquettes de toutes sortes et d’accueillir des milices iraniennes qui opèrent aujourd'hui en  toute liberté sur le terrain". Et de souligner : "Mais il y a encore plus grave : le gouvernement libanais a abandonné la population du Sud entre les mains de Nassrallah".

    Le ministre de la Défense a rappelé que le chef terroriste avait mis au point certaines méthodes faisant de la population civile un bouclier humain protégeant ses propres forces. Et de poursuivre: "Le combat que nous menons contre le Hezbollah nous a permis de découvrir son vrai visage : nous avons trouvé des roquettes et des missiles dissimulés dans des immeubles. Dans certains appartements, des pièces ont été spécialement aménagées pour que des armes y soient cachées. Nous avons découvert des rampes de lancement installées dans les cours des mosquées, dans des églises, dans des écoles. Les missiles étaient lancés à partir de maisons où vivaient des familles qui souhaitaient seulement y élever leurs enfants".  

  • Le crime de Cana

    Le crime de Cana

    Que personne ne joue aux innocents dans la presse!
    1. Cette guerre vient de ce que les terroristes fanatiques garent leurs munitions, tirent et tuent à partir de positions camouflées parmi les habitations civiles. Ils les prennent lâchement en bouclier humain, de même qu'ils envoient leurs jeunes en soi-disant martyrs se faire exploser.
    2. L'armée israélienne, moralement, jette des tracts sur ces zones, demandant aux civils ainsi utilisés, de quitter les lieux car l'attaque va commencer.
    3. Ensuite, elle attaque par l'aviation. Quand la population n'est pas partie car elle a continué à être utilisée en bouclier humain, contrairement à toutes les règles minimales morales et internationales de la guerre, arrivent des catastrophes comme celle de Cana: 54 morts dont 34 enfants.
    4. Ces catastrophes sont également provoquées pour être utilisées médiatiquement.
    5. Si l'émoi saisit subitement les nations, les médias dans le monde, l'ONU, pourquoi jamais quand ce sont des victimes civiles juives (plus de 50 aussi depuis cette guerre, plus de 1000 depuis les actions terroristes aux applaudissements des populations arabes locales). Pourquoi cette moralité à deux visages humains?
    Que le Ciel nous protège des fanatiques dits religieux pour qui D.ieu devient une arme pour tuer. Ils ne représentent ni leur peuple, ni leur culture, ni leurs traditions, ni leurs religions.
    Walid Joumblat, le leader chiite du Liban, vient de le préciser, pourtant pas tendre avec Israël.
    C'est à leur propre peuple et religieux de se défendre de ces tueurs qui dégradent leur héritage.

    Déjà, comme à chaque soi-disant crime d'Israël, l'enquête commence à découvrir que l'immeuble ne se'est pas écroulé lors du bombardement sur les présents, mais plusieurs heures ensuite. Qu'y avait-il sous cet immeuble qui l'a fait s'écrouler? Pourquoi ces gens, en majorité des handicapés ont-ils été placé là en ce lieu connu comme lieu de munitions? Avancez dans cette enquête.

  • Les gens les plus hypocrites de la terre

    Les gens les plus hypocrites de la terre
    Michaël Béhé à Beyrouth



    Par Michaël Béhé à Beyrouth © Metula News Agency

    Les politiques, les journalistes et les intellectuels du Liban ont connu, ces jours, le choc de leur vie. Ils savaient bien que le Hezbollah avait constitué un Etat indépendant dans notre pays, un Etat incluant tous les ministères et les institutions parallèles, en double de ceux du Liban. Ce qu’ils ignoraient, qu’ils découvrent à la faveur de cette guerre, et qui les paralyse de surprise et d’effroi, ce sont les dimensions de cette phagocytose.

    De fait, notre pays était devenu une extension de l’Iran, et notre soi-disant pouvoir politique servait, de surcroît, de paravent politique et militaire aux islamistes de Téhéran. Nous avons découvert soudain que Téhéran avait stocké plus de 12'000 missiles, de tous types et de tous calibres, sur notre territoire et qu’il avait patiemment, systématiquement, organisé une force supplétive, avec le concours des Syriens, qui s’appropriait, davantage jour après jour, toutes les chambres de la Maison-Liban. Figurez-vous que nous hébergeons des missiles sol-sol sur notre territoire, les Zilzal, et que le tir de tels engins à notre insu a le pouvoir de déclencher un conflit stratégique régional et, potentiellement, l’anéantissement du Liban.

    Nous savions que l’Iran, par l’intermédiaire du Hezbollah, construisait une véritable ligne Maginot au Sud mais ce sont les images de Maroun el-Ras et de Bint J’bail qui nous ont révélé l’ampleur de ces travaux. Une dimension qui nous a fait comprendre plusieurs choses d’un seul coup : que nous n’étions plus maîtres de notre sort. Que nous ne possédions pas le commencement des moyens nécessaires à inverser le cours de cet état de fait, et que ceux qui avaient fait de notre pays la base avancée du combat de leur doctrine islamique contre Israël n’avaient pas la moindre intention de renoncer volontairement à leur emprise.

    Les discussions de salut national concernant l’application de la résolution 1559 et réunissant la plupart des courants politiques libanais n’étaient donc que de la poudre aux yeux. L’Iran et la Syrie n’avaient pas investi des milliards de dollars pour militariser le Liban afin d’y mener leur bataille, dans l’objectif d’accéder au désir des Libanais et de la communauté internationale qu’ils prennent leur quincaillerie et qu’ils partent la réinstaller chez eux.

    Et puis l’indécision, la lâcheté, la division et l’irresponsabilité de nos dirigeants sont telles, qu’ils n’ont même pas eu à forcer leur talent. Pas eu besoin d’engager un bras de fer avec les autres composantes politiques du pays des cèdres. Ces dernières se sont montrées et continuent de se montrer inconsistantes.

    Certes, notre armée, réformée durant des années par l’occupant syrien pour ne plus jamais pouvoir remplir son rôle de protectrice de la nation, n’avait pas la capacité à se mesurer aux miliciens du Hezb. Notre armée à qui il est plus dangereux de faire appel, en raison des équilibres explosifs qui constituent chacune de ses brigades, que de l’enfermer à double tour dans ses casernes. Une force encore largement inféodée à ses anciens maîtres étrangers, au point d’être incontrôlable ; au point d’avoir collaboré avec les Iraniens pour mettre NOS radars côtiers à disposition de leurs missiles, qui ont bien failli couler un bâtiment israélien en face de Beyrouth. Les éléments non-Hezbollah du gouvernement ignoraient, quant à eux, et jusqu’à l’existence de missiles sol-mer sur notre territoire… Cela a valu la destruction ultra justifiée de tous NOS radars par l’armée des Hébreux. Et encore nous en tirons-nous à bon compte dans cette embrouille.

    On a beau jeu désormais de pleurnicher et de jouer hypocritement le rôle des victimes. Nous nous y entendons à nous faire plaindre et à prétendre que nous ne sommes jamais responsables des horreurs qui se déroulent à intervalles réguliers sur notre sol. Bien sûr cela n’est que foutaise ! La résolution 1559 du Conseil de Sécurité, exigeant de NOTRE gouvernement qu’il déploie NOTRE armée sur NOTRE territoire souverain, le long de NOTRE frontière internationale avec Israël et qu’il désarme toutes les milices évoluant sur NOTRE sol, a été votée le 2 septembre 2004.

    Nous disposions de deux ans pour mettre en œuvre cette résolution et pour garantir ainsi un avenir paisible à nos enfants et nous n’avons strictement rien fait pour cela. Notre plus grand crime – mais ça n’est pas le seul ! –, encore, n’est pas de ne pas y être parvenus, mais de n’avoir rien tenté ni rien entrepris. Et cela, ce n’est la faute de personne d’autre que celle des minables politiciens libanais.

    Notre gouvernement, même depuis le départ de l’occupant syrien, a laissé les bateaux et les camions d’armes se déverser chez nous. Sans même se préoccuper de regarder leur chargement. Il a hypothéqué les chances de renaissance de ce pays en confondant le Printemps de Beyrouth avec la libération de Beyrouth. En fait, nous venions d’obtenir une occasion, une sorte de moratoire inespéré, pour nous permettre de prendre notre avenir en mains, rien de plus.

    Dire que nous n’avons même pas été capables de nous entendre pour "pendre" Emile Lahoud – le pantin des Al-Assad – sur la Place des Martyrs et qu’il est toujours président de ce que certains s’entêtent à appeler notre république… Il n’y pas à chercher beaucoup plus loin : nous sommes ce que nous sommes, c’est-à-dire pas grand-chose.

    Toutes les personnes assumant des responsabilités publiques et informationnelles dans ce pays sont responsables de la catastrophe. Sauf ceux de mes confrères, journalistes et éditeurs, qui sont morts, assassinés par les barbouzes syriens, parce qu’ils étaient nettement moins lâches que ceux qui ont leur ont survécu. Et Lahoud est resté à Baabdé ! (le palais du président de la République du Liban. Ndlr).

    Et lorsque je parle de catastrophe, je n’entends pas l’action menée par Israël pour répondre à l’agression de ses civils et de son armée, qui s’est produite depuis notre sol et que nous n’avons strictement rien fait pour éviter, et dont nous sommes conséquemment responsables. Toute dérobade à cette responsabilité – certains, ici, n’ont pas les notions du droit des nations minimales nécessaires à le comprendre ! – signifie que le Liban, en sa qualité d’Etat, n’existe pas.

    L’hypocrisie se poursuit : même certains éditorialistes du respectable L’Orient-le-Jour mettent dos à dos la sauvagerie du Hezbollah et celle des Israéliens. Honte ! Veulerie ! Et nous serions qui, dans cette fable ? Les pauvres victimes ad aeternam des ambitions des autres ?

    Les hommes politiques soit soutiennent cette thèse insensée, soit se taisent. Ceux dont on attendait qu’ils parlent, qu’ils sauvent notre image, se taisent comme les autres. Et je fais précisément allusion au général Aoun, qui aurait pu passer l’épaule en clamant la vérité. Même son ennemi, Walid Joumblatt, le chef des Druzes s’est montré moins… vague.

    Victime ? Le Liban ? Quelle plaisanterie !

    Avant l’attaque israélienne, il n’y avait plus de Liban, ce n’était plus qu’un hologramme. A Beyrouth, des citoyens innocents comme moi se voyaient interdire l’accès de certaines zones de leur propre capitale. Mais notre police, notre armée et nos juges aussi en avaient été exclus. C’était le cas, par exemple, du périmètre de commandement du Hezbollah et des Syriens dans le quartier de Haret Hreïk (en rouge sur la carte satellite). Un carré d’un kilomètre de côté, une capitale dans la capitale, gardé en permanence par une armée de Horla [1], possédant ses institutions, ses écoles, ses crèches, ses tribunaux, sa radio, sa télévision et surtout… son gouvernement. Un "gouvernement" qui a décidé seul, à la place des potiches de celui du Liban – dans lequel le Hezbollah a également ses ministères ! – d’agresser un Etat voisin, avec lequel nous n’entretenons aucun différent substantiel ou fondé, et de NOUS plonger ainsi dans un conflit sanglant. Et si attaquer un Etat souverain sur son territoire, assassiner huit de ses soldats, en kidnapper deux autres et, simultanément, lancer des roquettes sur neuf de ses villes ne constitue pas un casus belli, il faudra alors revoir sérieusement la définition de ce principe juridique.

    Alors ils en sont presque tous, ces politiciens lâches, y compris de nombreux leaders et religieux chiites eux-mêmes, à bénir chaque bombe qui se détache d’un F-16 juif et qui vient réduire à l’état lunaire l’insulte à notre souveraineté que constituait Haret Hreïk, en plein cœur de Beyrouth. Sans les Israéliens, comment aurions-nous fait pour recevoir une nouvelle chance – que nous ne méritons en aucune façon ! – de reconstruire notre pays ?

    Chaque fortin irano-syrien que Jérusalem détruit, chaque combattant islamique qu’elle élimine, et c’est le Liban qui se remet proportionnellement à revivre ! Les soldats d’Israël font, une nouvelle fois, notre travail. A nouveau, comme en 82, nous assistons, lâches, terrés, minables et en les insultant, en plus, à leur sacrifice héroïque qui nous permet de conserver l’espoir. De ne pas être engloutis dans les entrailles de la terre. Car, bien évidemment, à force de nous être souciés du Liban-Sud comme de notre dernière chemise, d’avoir laissé l’étranger se saisir des privilèges qui nous appartenaient, nous n’avions plus la capacité de recouvrer notre indépendance et notre souveraineté. Si, à l’issue de cette guerre, l’armée libanaise reprend le contrôle de son territoire et se débarrasse de l’Etat dans son Etat, qui œuvrait à la mort par asphyxie du dernier cité, ce sera uniquement grâce à Tsahal, et cela, tous ces poltrons de politiciens, de l’escroc Fouad Siniora, à Saad Hariri, le fils du pilleur du Liban, et au général Aoun-le-droit, le savent parfaitement.

    Quant aux destructions causées par les Israéliens… que voilà une autre imposture : regardez la carte satellite ! J’ai positionné, tant bien que mal, MAIS DANS DES PROPORTIONS CORRECTES, les parties de ma capitale qui ont été détruites par Israël. Il s’agit de Haret Hreïk – en totalité – et des demeures des chefs du Hezbollah, situées dans la grande banlieue chiite de Dayaa (comme ils l’écrivent) et que j’ai encadrée en bleu.

    En plus de ces deux zones, Tsahal a fait sauter un immeuble de commandement du Hezbollah de 9 étages, dans la city de Beyrouth, plus haut sur la carte que Haret Hreïk et légèrement à gauche (au nord-ouest). Il s’agissait du "perchoir" de Nasrallah à l’intérieur de la cité, par lequel il affirmait sa présence-prédominance sur nous. Un entrepôt d’armes syriennes dans le port, deux radars de l’armée, que des officiers chiites avaient mis à la disposition du Hezb, et un camion suspecté de transporter des armes, dans le quartier chrétien d’Achrafieh.

    De plus, les infrastructures routières et aéroportuaires ont été mises hors d’état de fonctionner : elles servaient à nourrir le Hezbollah en armes et en munitions. Hors ceci, Tsahal n’a rien touché, rien abîmé, et tous ceux qui parlent de la "destruction de Beyrouth" sont soit des menteurs, soit des Iraniens, soit des antisémites, soit des absents. Même les maisons situées à une ruelle des objectifs que j’ai mentionnés n’ont pas été touchées, pas même n’ont-elles subi une égratignure ; c’est, en regardant ce travail, que l’on comprend la signification du concept de "frappes chirurgicales" et que l’on peut s’extasier devant la dextérité des pilotes juifs.


    Le quartier rasé, celui où les demeures appartenant aux huiles de l’organisation terroriste ont été détruites.

    Beyrouth, tout le reste de Beyrouth, 95 % de Beyrouth, vit et respire mieux qu’il y a deux semaines. Tous ceux qui n’ont pas fait cause commune avec le terrorisme savent qu’ils n’ont strictement rien à craindre des avions d’Israël, bien au contraire ! A titre d’exemple, hier soir, le restaurant où je suis allé manger était plein à craquer et j’ai dû attendre 21h 30 pour pouvoir m’attabler. Les gens sont tout sourire, détendus, mais personne ne les filme : drôle de destruction de Beyrouth, n’est-il pas ?

    Bien sûr, il y a les quelques 500'000 réfugiés du Sud, qui vivent une véritable tragédie et qui ne sourient pas, eux. Mais Jean (Tsadik. Ndlr), qui a les yeux rivés sur Kfar Kileh, et dont j’ai appris que l’on pouvait croire chaque parole, m’assure que la quasi-totalité des maisons desdits réfugiés sont intactes. Ils pourront donc y revenir dès que le Hezbollah aura été vaincu.

    La défaite des intégristes chiites d’obédience iranienne est imminente. Les bilans communiqués par les séides de Nasrallah et par la Croix-Rouge libanaise sont trompeurs : premièrement, sur les 400 morts déclarés par le Liban, seuls 150 sont de vraies victimes civiles collatérales de la guerre, les autres étaient des miliciens sans uniforme au service de l’Iran. Le reportage photographique de Stéphane Juffa Les civils des bilans libanais… pour notre agence constitue à ce jour la preuve tangible unique de ce gigantesque bidouillage morbide. Ce qui rend ce document éminemment important.

    De plus, l’organisation de Hassan Nasrallah n’a pas perdu 200 combattants, comme l’affirme Tsahal. Ce chiffre ne concerne que les combats s’étant déroulés à la frontière, encore est-il sous-évalué par les Israéliens, pour une raison que j’ignore, d’une centaine de miliciens éliminés. Le bilan réel des pertes du Hezbollah, celui qui inclut les morts de Beyrouth, de la Bekaa, de Baalbek et de ses autres camps, bases de lancement de roquettes et de missiles et dépôts d’armes et de munitions s’élève à 1'100 Hezbollani supplémentaires qui ont définitivement cessé de terroriser et d’humilier mon pays.

    Comme l’immense majorité des Libanais, je prie pour que personne ne mette fin à l’attaque israélienne avant qu’elle n’ait fini de désosser les terroristes. Je prie pour que les soldats hébreux pénètrent dans tous les recoins du Sud-Liban et en chassent, à notre place, la vermine qui s’y accroche. Comme l’immense majorité des Libanais, j’ai mis le Champagne au frais pour fêter la victoire des Israéliens.

    Mais, au contraire d’eux, je sais admettre, pour paraphraser Michel Sardou, qu’ils combattent également pour notre liberté, une autre bataille "où toi tu n’étais pas" ! Et, au nom de mon peuple, je veux exprimer ma reconnaissance infinie aux parents des victimes israéliennes, civiles et militaires, dont les êtres aimés sont aussi tombés pour que je puisse vivre debout dans mon identité. Qu’ils sachent que je les pleure avec eux.

    Quant à la clique de minables qui fait florès à la tête de mon pays, il est temps qu’ils comprennent qu’après cette guerre, après que nos alliés naturels nous auront débarrassé de ceux qui nous empêchaient de reconstituer un Etat, un cessez-le-feu ou un armistice ne suffiront pas. Pour assurer l’avenir du Liban, il faudra qu’ils comprennent qu’il est temps de faire la paix avec ceux contre qui nous n’avons aucune raison de faire la guerre. Il n’y a, en effet, que la paix qui assure la paix. Il faut bien que quelqu’un le leur dise, car dans ce pays, on n’a pas appris ce qu’étaient les lapalissades…


    Note :

    [1] Michaël Béhé fait allusion au Horla, un livre de Guy de Maupassant [Ndlr]
  • Le Hezbollah nous empêche de partir (Source: L'Orient le Jour - LIBAN)

    Le Hezbollah nous empêche de partir
    L'Orient le Jour - LIBAN
    lundi 31 juillet 2006 -



    Source: L'Orient le Jour - LIBAN

    Les habitants organisent des patrouilles pour empêcher les tirs de Katioucha à partir des zones encore peuplées
    Ibrahim Andraos pleure sa maison détruite à Aïn Ebel, bourgade chrétienne du Liban-Sud : le Hezbollah avait installé une rampe de missiles sur le toit en pleine nuit, et la riposte d’Israël a éte cinglante, rapporte Béatrice Khadige, de l’AFP.
    Pour sauver ce qui peut l’être dans les bourgades proches de Bint Jbeil, le bastion intégriste attaqué sans répit depuis une semaine par l’armée israélienne, les habitants qui n’ont pas fui organisent des patrouilles pour empêcher les combattants intégristes de déployer des armes (à partir des zones peuplées) et attirer sur leurs villages les foudres de Tsahal, souligne l’AFP.
    Pour Ibrahim, un sexagénaire, qui a travaillé des années dans le Golfe et en Afrique avant de rentrer chez lui, cette précaution est arrivée trop tard. Et c’est au plus noir d’une nuit récente que le malheur s’est abattu sur lui. « Il était une heure du matin, mercredi, et nous étions sans électricité. Nous avons entendu des gens parler : c’était les combattants du Hezbollah. Ils ont installé un lance-missiles sur le toit et ils en ont tiré au moins cinq », souligne-t-il.
    Il ne lui restait plus qu’à fuir. « Nous sommes tous sortis pour courir nous abriter au bas du village », raconte Hassan devant les ruines noircies de sa maison. La frappe israélienne a détruit quatre autres habitations: celles de ses frères et de ses cousins, dont il ne reste que des pans de mur écroulés.
    Pris dans le feu croisé d’une guerre qui n’est pas la sienne, Ibrahim, suivi de sa femme et de ses sept enfants, a rejoint la cohorte des déplacés qui, depuis plus de deux semaines, sont les victimes du face-à-face entre Israël et le Hezbollah. Et il a gagné Rmeich, un autre village chrétien du secteur où des milliers d’habitants de la région se sont mis à l’abri. Il y a retrouvé bon nombre de ses voisins d’Aïn Ebel, à qui l’armée israélienne avait ordonné de partir en larguant des tracts les sommant de quitter leur village.
    À Rmeich aussi, les combattants du Hezbollah sont venus tirer des missiles contre les positions de l’armée israélienne et contre le nord de l’État hébreu. Mais ils ne l’ont fait qu’une fois : « La semaine dernière, ils ont installé leurs lance-missiles entre les habitations », affirme un habitant de cette agglomération, qui se présente sous le seul nom de Tony. « Quand les Israéliens ont frappé, il y a eu quatre civils tués. » « Depuis, toutes les nuits, des jeunes gens patrouillent dans les quartiers pour empêcher que le Hezbollah ne vienne provoquer des morts », ajoute-t-il, cité par l’AFP.
    Identifier les combattants n’est pas chose facile, assure l’un de ces jeunes gens : « Ils sont habillés comme nous, en tee-shirt et pantalon, mais d’autres sont en uniforme militaire. » Selon d’autres témoignages, les combattants du Hezbollah tentent également d’empêcher les civils de quitter leurs villages : « Ils veulent nous empêcher de partir d’ici », affirme une femme de la région, qui ne veut pas dire son nom.