• Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page 7)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 7)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

    © Copyright Dufour
    Reprenons le plan

     

    Nous sommes encore sur la façade Sud, tout à fait à droite, là où il y a une sorte de grille sur le plan.
    Cela symbolise les échafaudages.

    On voit nettement sur cette photo les dégâts des énormes fuites d'eau venant de l'intérieur de la zone sous responsabilité musulmane du Ouakf. Le mur a gonflé, s'est déplacé jusqu'au risque de tomber, et, face à ce préjudice, le gouvernement n'a pris aucune mesure par... crainte. Finalement, il a abdiqué sa responsabilité en demandant à des ingénieurs... jordaniens de faire le diagnostic et le traitement. Abandon total de souveraineté. Sans commentaires.



    Mais l'image prise au zoom depuis la route montre les véritables dégâts
    et le type lamentable de "réparation" de ce qui est le patrimoine juif du Mont du Temple.

    Un véritable saccage, et manque de responsabilité dans la réparation et l'esthétique.
    N'importe quoi, et on ne s'en soucie pas.


    Triste génération de responsables du peuple. Cela nous fait très mal.

    Continuons jusqu'à l'angle de la muraille vers le côté Est.
    Nous venons de le franchir. Vous voyez nettement le décalage d'un étage de pierre sur l'autre
    pour assurer la stabilité. D'autant que nous sommes dans une zone sismique où il y a eu déjà
    dans l'histoire des tremblements de terre importants qui ont occasionné des dégâts considérables.


    Voici, immédiatement, les restes d'une arche d'accès au sommet du Temple.
    N'oublions pas que, de l'autre côté, étaient les zones de hangar pour tout ce qui était nécessaire pour le Temple,
    et aussi les réunions préalables des garnisons de Cohanim et Léviim.


    Voyons de plus près. Et vous distinguez également très bien la découpe verticale des pierres
    qui indiquent une porte.


    Voici des décorations dans la muraille qui permettent aussi d'accrocher des symboles
    spécialement les boucliers des princes victorieux comme il est dit dans le Cantique des Cantiques.


    Nous arrivons à la Porte d'or, murée également comme il se doit.
    Mais il y a plus ici comme mesure antijuive. La tradition musulmane a appris que le
    Machiah entrerait par l'Est. Et comme ils ont confondu Machiah et Cohen, ils ont
    décidé de placer un cimetière devant la Porte d'or de façon à ce que ce soit-disant
    Machia'h-Cohen ne puisse pas entrer et, donc, que la libération promise par les Juifs
    ne se réalise jamais!!
    Comme à toutes les guerres, l'imagination des Arabes les a déservi, ils prennent leurs
    rêves pour la réalité et agissent en conséquence et, à chaque fois, grâce à D.ieu, Israël
    est sauvé. Mais cela montre jusqu'à quel degré l'antisémitisme peut imprégner la religion,
    des être croyants, moraux et sages.




    Encore une fois, ils ont bouché à droite, bouché à gauche mais ont oublié le haut!

    Voici le détail de cette porte.

    La décoration centrale en haut.


    Et le pot de fleurs placé là, probablement pour tomber sur la tête du Machia'h s'il s'obstinait quand même à passer!

    Heureusement, nous savons que Ismaël se réconciliera avec Yaâqov finalement.
    Tandis que nos textes disent qu'il n'y a pas de réconciliation à attendre de la part de la civilisation
    occidentale descendante d'Esaü (Esav). En effet, nous avons vu de quoi elle est
    capable de siècles en siècles envers les Juifs. Et le problème recommence continuellement
    malgré tous les pseudos repentirs.

    Bref, cette zone de l'angle Est et du côté Est est très problématique.
    Nous sommes loin de la Chékhina du Mur Ouest et des escaliers et fleurs et miqvaotes
    et de la Cité de David du côté Sud.

    Espérons que tous les Sages qui sont enterrés de ce côté dans le cimetière de Har hazéitim
    veillent sur nous comment l'indiquent les textes du début de Traité Bérakhote du Talmud.

    Voici quelques images de ce cimetière plein de grands Sages.












    Et voici les habitations dans le rocher du village arabe proche, telles qu'on les voit
    de la muraille. Ces habitations juives au départ, sont pleines de symboles archéologiques juifs
    importants taillés dans le rocher. Mais, là encore, par idéologie politique antireligieuse,
    comme le fait d'avoir abandonné le sommet du Mont et de l'avoir remis aux Arabes
    à leur stupéfaction, après la libération, ici on n'a pas voulu accorder d'importance à ce patrimoine
    qui est maintenant en péril. On voit tout ce qui a été construi dessus depuis lors.
    .

    Et voici les bases très nombreuses dont nous ne voyons que quelques unes ici:


    La solution n'est que dans la présence des Juifs sur leur terre
    et dans leur vie sociale et personnelle et officielle selon la Torah
    dans la fraternité.
    Alors nous serons respectés. Et la crainte du Ciel sera chez nos voisins, amis ou ennemis.
    Amen.

  • Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page 6)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 6)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

    © Copyright Dufour
    Reprenons le plan

     

    Nous allons nous rapprocher du mur de gauche (en noir sur le plan)
    dont la base date de Salomon qui l'a fait monter depuis la Cité de David (derrière nous sur le plan),
    jusqu'à la citadelle qu'il a probablement bâtie en haut de l'image.
    Au dessus, sur le sol, nous avons les pierres de l'époque des Hasmonéens.
    Et, ensuite, le mur de Soliman.



    Mais commençons par la zone qui est tout en bas près de la route, le plus près de la Cité de David.
    Ces maisons dateraient de l'époque du Roi Salomon, (8e-9e siècles). Il y a près de nous un reste de portail
    entre la Cité de David et cette nouvelle zone.



    Nous touchons la période du rédacteur du Cantique des Cantiques.
    Celui pour qui le roi David avait préparé tout le matériel nécessaire pour réaliser le Temple
    et qui la réalisé exactement comme son père l'avait prescrit.
    C'est ici que se situe ce portail. Le roi Salomon a dû passer ici.
    Nos fidélités et nos appartenances ne se décident pas aux Nations Unies, ni aux Etats Unis,
    ni à Rome, ni en Turquie. Mais avec Celui qui est la racine et Le Lieu dans lequel le monde existe.


    Voici le mur de gauche qui monte de la route près de la Cité de David jusqu'au Mont du Temple.

    Vous connaissez bien les pierres hérodiennes comme au Kotel,
    mais ici ce sont les pierres à face centrale proéminente et brute de l'époque
    des 'Hachmonaïm, les Hachmonéens qui ont gouverné au temps de 'Hanouca. Ils ont libéré des Grecs
    mais n'ont pas su bien transmettre car ils avaient cumulé les fonctions de Cohanim et de rois alors qu'elles doivent être séparées. Le judaïsme est une dynamique précise dans laquelle il est impossible de modifier car c'est la vie.


    Nous sommes arrivés à l'angle et vous voyez ces pierres au ventre rayonnant.

    Il n'en resque que la base.


    Voici ce type de pierre, de plus près:

    La grille sépare de la route. Le mur devait se prolonger jusqu'à la Cité de David.

    Ici le mur se prolonge de la même manière le long de la route pour aller vers la porte d'entrée d'où nous avons commencé cette visite.


    Maintenant, nous allons retourner à l'exprémité du mur à droite de la Triple porte, là où il ya a
    le risque d'écroulement du mur, puis nous continuerons de l'autre côté du mur sur la muraille Est,
    là où nous attendent des surprises qui concernent le Machia'h!

  • Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page 5)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 5)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

    © Copyright Dufour
    Reprenons le plan

     

    Nous allons explorer la zone centrale depuis le mikvé carré jusqu'au habitations de l'époque des Hasmonéens.
    Nous nous éloignons un peu du mur, mais tout cela n'est pas très vaste.

    Voici le miqvé carré, très original et qui laisse supposer que lors des grands pélerinages, il fallait que beaucoup de personnes puissent l'utiliser rapidement, donc il n'y a pas une descente unique, ni même une montée et une descente mais la possiblité d'accès de tous côtés. Un bel embouteillage en perspective. Vous devinez les 8 marches qui arrivent jusqu'au bord de la cuve centrale.


    Voici un autre miqvé, évidemment il n'est pas en usage.


    Celui-ci non plus, mais ils ont été le lieu de purifications de générations près du Temple.

    et voici les fleurs qui se penchent dans le bassin


    Elles nous rappellent la pureté qui a régné en ce lieu.

    Ce bassin servait peut-être à recueillir l'huile sortant de la meule.


    C'est une zone où la beauté éclate, sans bruit mais fabuleusement


    Qui peut rester insensible et ne pas comprendre que c'est le lieu de la délicatesse et de la beauté?

    Les structures du monde montrent ici leur beauté.
    Ah, si les humains vivaient ainsi, chacun paisible et reconnaissant le plan du Créateur sur autrui.


    On pourrait être différents et s'entendre.


    N'oublions pas que nous sommes près du Temple. On pourrait être fragiles et vivre ensemble.
    Ici je comprends les psaumes si fragiles du puissant roi David qui éclatent en louanges.

    Il est en chacun des profondeurs si lointaines mais il faut écouter et laisser monter la sève
    jusqu'à la fleur. C'est ce que fait avec nous le Créateur.


    Il est des gens si clairs et transparents qu'il est facile et gai de vivre ensemble. Tout est soleil.


    Il est d'autres complexes à l'infini, difficiles à comprendre. Il leur faut bien vivre avec eux-mêmes pourtant.
    Avec eux, tout est aussi important.

    Et d'autres sont la petite fleur près de la pierre à droite, aussi importante!

    Et la vie est encore plus difficile quand on est si belle. Chacun pense à vous prendre.
    Qui pourra vivre avec sans faire tomber ce reflet des beautés célestes?


    Difficile pour vous de comprendre que, dedans, je suis profonde et intelligente
    et que je sais ce que je veux tout le temps. Vous ne comprenez pas et m'accusez.
    Réfléchissez avant de me manger. Allez étudier.

    Ici, tout est si matériel depuis tant de siècles, immobile,
    et pourtant La présence de ce qui meut les êtres et les textes
    est toute l'ambiance. Pourtant, pourtant, encore la guerre?

    David était cela, mais le monde autour n'est pas de la même lumière.
    En si peu d'espace, ici, tant de différences, de types, d'ères,
    et tout cela cohabite aisément, simplement, il y a une Présence égale
    qui donne la vie à chaque être.

  • Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page4)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 4)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
    © Copyright Dufour

      Continuons la visite. Reprenons le plan pour nous situer. Nous sommes en bas face à la muraille côté Sud, à la Triple Porte. Comme on le voit par la présence des créneaux tout près, nous sommes donc à la hauteur du sol de la plateforme du Mont. C'est donc bien le niveau d'arrivée des pélerins. Voici les deux portes de droite.



    Et voici la porte de gauche, la 3e.

    Ils peuvent tout boucher, ils ne réussissent pas à boucher l'entrée du Ciel. Jérusalem est le Chaâr hachamayim, le portail du Ciel. Les autres religions s'élèvent des hauts clochers et minarets qu'elles placent sur les collines qui dominent comme elles veulent le faire sur le monde. Jérusalem est une colline modeste dominée par d'autres collines, cela suffit. L'exemple en est l'immense Créateur qui ne fait pas de bruit ni de monstrance avec insignes et fanfares. Ainsi des Sages juifs, et du peuple juif. On n'utilise pas l'espace pour les mêmes valeurs que les autres religions. Et nos prières ne sont pas arrêtées par ces pierres qui manifestent le ridicule des humains et des religions de substitution.

    A droite des portes, le mur continue et le trottoir cesse là bientôt.

    Sur le côté, des traces d'habitations enfoncées dans la pierre du rocher du Mont du Temple.
    On y voit la jonction du mur et du rocher, alors qu'au Kotel, le rocher est atteint seulement
    après de nombreux mètres.
    Ici, la voute des maisons est encore visible depuis 2000 ans, c'est dire leur ancienneté et elles n'ont aps résisté à la chute des grosses pierre hérodiennes sur leur toit, comme on en voit une ici.

    Dans d'autres endroits, cette teinte noire est identifiée par les cendres encore sur place comme étant
    les traces d'un incendie intense lors de la destruction.


    Voilà une autre maison sous voute naturelle sous la muraille même.
    On peut comprendre par cette image la solidité du sol de Jérusalem.

    Reculons un peu de la muraille, les fleurs reprennent le pouvoir.
    Elles ont raison, elles manifestent parfaitement ce qui se vit sur le sol ici.
    Et elles embellissent auprès de la Triple porte le désastre des pierres des guerres
    et des meurtres, ainsi dans les vies de tant de Juifs. Nous avons la dignité
    des fleurs mais nous savons le reste dans notre chair et dans nos coeurs.


    Nous descendons l'escalier, passons devant le Beit dine, et arrivons à la zone des habitations.
    Cela depuis le temps de Salomon; ici se sont succédées des générations pendant les siècles.
    Il a fallu placer des canalisations, véritables réseaux dans la pierre.


    Aujourd'hui la lumière s'y infiltre et joue dans ces tunnels.

    On imagine bien l'eau claire coulant sur ce fond.


    Le dessus de ces canaux est recouvert de pierres qui ont à peine joué depuis des siècles.
    Elles permettaient une surveillance facile.


    Nous voyons ce canal recouvert qui passait sous les maisons et les ruelles.

    Cette maison-ci nous montre bien ce qui pouvait être l'emplacement des jarres de conserves
    et les plans de table.

    Différents ustensiles de travail, avec une sortie du liquide.

    Revenons vers le premier escalier, une zone de colonnes qui pouvait être une promenade.

  • Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page 3)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 3)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

    © Copyright Dufour
    Reprenons le plan

      Nous contournons la muraille et le bâtiment des Croisés que vous avons vus dans la page précédente
    et nous arrivons dans la partie qui n'est plus close par une muraille.
    Sur le mur, à notre gauche, une belle pierre insérée dans la muraille.


    Nous découvrons la muraille surmontée de la mosquée Al Aqsa;
    au début du mur il y a une porte bouchée surmontée d'un fronton.
    On l'appelle la double porte car elle est complétée derrière le batiment.


    Nous longeons maintenant la muraille vers la droite et nous y montons par un superbe escalier dont il faut parler.
    Nous sommes émus aux larmes, autour de nous des centaines de Juifs qui montent par ces marches vers le Temple
    exactement sur ces marches. Elles sont là comme à l'époque, usées un peu, et par endroits on a posé dessus des
    plaques nouvelles et que l'on ne peut pas confondre (afin de respecter l'authentique) pour que l'on ne glisse pas.


    Pensez à tous les psaumes de montée et les derniers pas que faisaient les pélerins épuisés venant à pied de tout le pays. et quel bonheur ils ressentaient d'être à deux pas de La Présence et tous ensemble.
    Voici ces marches, ce qui les caractérise, c'est que leur hauteur est identique mais que leur largeur diffère
    afin que l'on soit amenés à rester attentifs et conscient dans notre avancée sur tous les plans en entrant
    dans le sanctuaire. Aujourd'hui encore, chacun peut s'il le veut vivre cette expérience, livres d'études et psaumes en mains.
    Quand on pense que c'est la base aujourd'hui dans l'islam de dénier toute existence au judaïsme historique dans Jérusalem.
    Alors ils ont fermé et bouché les portes dans l'histoire, mais cela ne sert à rien, le sol existe. Alors ils le démolisent, entreprise vaine. Ils ne pourront pas enlever la Présence divine et son choix. Très étrange chez des personnes qui veulent justement se référer en croyants envers cette paroles. Le dernier artifice, c'est de dire que les Juifs ont falsifié la Torah.
    Ils ne peuvent cependant pas changer la géographie. Un jour, ils reconnaitront la vérité puisqu'ils disent y être soumis.



    Ayant monté les marches, nous arrivons près de la Double porte bouchée et surmontée de son fronton ou linteau décoré. Nous apercevons vaguement, de très loin, des lettres sur une pierre à droite et au-dessus de l'angle du fronton.
    Je l'ai marquée d'un cercle noir.

    Approchons-nous par le zoon. Etonnant: c'est une inscription romaine utilisée et inversée.


    Retournons-là. Elle dit : que la ville romaine à Jérusalem nommée Aélia (offre à l'empereur) Antonin Auguste le Pieux (qui a régné de 138 à 161) Père de la Patrie, prêtre des augures, un décrêt des décurions. Signification peu claire à mes yeux.

    TITO AEL HADRIANO
    ANTONINO AUG PIO
    P P PONTI AUGUR
    D D

    Revenons au fronton. Il est en pierres bien abimées, refuge des pigeons.

    et très décolé de la muraille


    Nous sommes sur la face Sud, et nous longeons maintenant la muraille vers la droite.
    Voici des pierres que ne connaissent pas ceux qui vont seulement au Kotel.
    Celle-ci fait plus de 5 mètres de long, me semble-t-il.

    Et celles-ci sont aimables aussi par leur personnalité très particulière.


    Voici des pierres marquées peut-être par des traces d'habitation ou de prises pour les porter.

    Ici encore

    Et nous avions vu cela, peut-être près des boutiques.


    Qui cherche trouve. Je suis à l'affût d'inscriptions sécularies, visibles seulement par le coeur attentif qui les pressent sous l'usure du temps. En voici une. Il est écrit Bérakhia bar Guédalia sur la ligne du haut.
    En dessous, difficile à lire.


    Nous arrivons ainsi à la Triple porte, elle même bouchée (c'est une obsession de boucher le présent, le passé et l'avenir chez eux). Elle se trouve face à une autre série de marches (voyez le plan)..
     

  • Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem (page 2)


    Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
    (page 2)

    Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

    © Copyright Dufour

    Continuons, nous baissons les yeux depuis l'arche de Robinson et depuis cette pierre que nous avons lue.
    Dessous, les boutiques qui ont été écrasées par la chute des pierres de l'arche et du sommet du Temple.
    Nous voyons ici les murs perpendiculaires à la muraille, de 3 boutiques. Dans la première une énorme pierre typique du style hérodian comme on en voit sur le mur et elle a écrasé le toit de cette boutique.
    Nous voyons aussi la rue défoncée par ces chutes de pierres, maintenant enlevées.


    Changeons d'angle.

      Nous voyons encore plus la force du poids qui a tout détruit. Et, sur la muraille, la trace du gris de la poussiere ou des cendres qui sont restés.
    Ici, nous voyos encore la grosse pierre dans le centre mais nous distinguons bien les pierres supérieures qui commençaient la voute de ces petites boutiques orientales. Vous voyez aussi une ligne sombre au-dessus, sur la muraille. Nous allons découvrir que c'était une petite rue qui passait au dessus, le long de la muraille.


    J'aime vous faire découvrir des détails qui passeraient inaperçus et qui nous font rencontrer la réalité.
    A l'intérieur de ces boutiques, il y a chaque fois des pierres creusées. Je ne connais pas leur usage, ou un lavabo, ou une caisse de sécurité?


    Juste en face, de l'autre côté de la petite rue, à 5 mètres, quatre boutiques plus luxueuses ou qui n'ont pas reçues la mêmùe violence des pierres tombant de cinquante mètres de haut.

    Elles sont construites en pierres hérodiennes. et surmontées de cet arc.
    Voici l'intérieur. On imagine bien le vendeur avec sa marchandise interpellant les passants.


    Revenons en face, près de l'angle de la muraille, nous découvrons les marches qui donnaient accès la ruelle qui se trouvait au-dessus des boutiques.

    La pierre d'angle du sonneur était tombée ici, juste à droite.Les destructeurs pensaient en avoir fini avec les rites juives, comme beaucoup aujourd'hui. Hier, j'ai encore entendu un "éminent intellectuel israélien" déclarer fièrement: "moi, cela ne me dérangerait pas de marcher partout sur le Mont du Temple, car je sais très bien qu'il ne m'arrivera rien" (ô quelle intelligence des choses pour quelqu'un qui fait profession de réfléchir. Comme si les rites étaient si stupides.).

    Retournons au-delà de l'angle et nous arrivons sur la place du Palais Oumayade (regardez votre plan).

    Vous distinguez bien l'uniformité de la base de l'architecture; elle occupe toute cette immense étendue. On ne devait pas rire beaucoup sous ce régime, tout est rangé et divisé. L'entrée d'où nous venons est ) droite et la muraille Sud du Mont du Temple est derrière nous.
    Le paysage: entre les deux collines, il y en a une petite que l'on ne voit pas, c'est là que se trouvait la Cité du roi David avant qu'il n'achète le Mont qui deviendra le Temple construit par son fils Salomon.
    Regardez bien la muraille à gauche. Le sommet est comme toute la muraille de Soliman le Magnifique (qu'il soit béni), cet empereur ottoman du 16-17 siècle qui l'a bâtie suite à un rêve où il voyait des lions dévorer une ville. Et il reçut aussi l'interprétation; le Ciel lui dit: "ainsi, tu laisses Ma ville ne pas être protégée" et il construisit toute cette muraille et sur l'une des portes il y a ces fameux lions sculptés. Quels peuples feraient cela aujourd'hui pour écouter la paraole de D.ieu sur Jérusalem. N'oublions pas non plus que c'est le persan Darius qui permit de reconstruire le 1e Temple.
    Donc, cette muraille de gauche a une base large sur la photo. Nous verrons qu'elle est de l'époque de Salomon (-900 ou 800) puis des 'Hasmonéens de 'Hanouca (jusque l'an -150 environ).

    Depuis cette zone, retrournons-nous vers le quartier juif qui surplombe le Kotel

    Nous voyons la rampe par laquelle nous sommes entrés, la zone du palais Ouméyade où nous sommes,
    avec le pavement initial encore visible et recouvert pour le protéger. A droite, le long de la muraille,
    une rue hérodienne non encore déblayée et séparée de la zone centrale par un muret que voici:


    Nous voyons ici combien les types de constructions ont été différents suivant les époques.
    Nous devinons, par la découpe des pierres sur la muraille (à partir de la touffe d'herge à droite)
    une ligne verticale et non alternée qui montre qu'il y avait aussi une porte d'entrée au Temple par
    cet endroit, la porte unique.
    Nous voyons aussi des traces de pierre sortant de la muraille. En fait c'était une partie proéminente
    que l'on laissait sur la pierre pour y accrocher les cordages afin de les porter par les grues et,
    une fois sur place, on supprimait ces proéminences. Quelques une ont été oubliées.
    Ne pas les confondre avec des sortes de colonnes qui sortent près des créneaux et auxquelles
    on accrochait les bouclier des guerriers honorés comme cela est décrit dans le Cantique des Cantiques.
    On en verra sur la face Est.
    Voici, plus nettement, la Porte unique.


    Depuis l'allée, nous voyons sur la gauche le long de la muraille cette immense bâtisse construite par les Croisés vers 1050. Sur la base d'une citadelle de Salomon, le Ofel.

    Nous franchissons cette muraille par une porte creusée depuis peu au milieu, au bout de l'allée.


    Et nous débouchons sur une zone capitale, celle de la population qui se presse vers le Temple depuis 3000 ans.
    Voici comment on la découvre depuis la puraille près de la citadelle des Croisés.
    En bas, près de la route, c'est une zone d'habitation de l'époque des Hasmonéens (jusque -150)
    et nous verrons qu'il y avait une porte allant vers la Cité de David qui est en bas sur la droite.



    Continuons de déplacer le regard vers la gauche, au loin c'est la zone des habitations bizantines
    (entre 400-638) avant l'Islam avec des auberges, monastères, pressoirs à vin.
    Le village de Silouane et à gauche le cimetière du Mont des Oliviers, Har hazéitim.


    Continuons encore vers la gauche:

    Nous arrivons à la partie la plus méraguéchéte, émouvante. L'approche du Temple par les escaliers.
    Tout en bas de l'escalier que vous apercevez, il y a batiment carré, c'est l'endroit du Beit Dine, le Palais de Justice rabbinique qui se trouvait près des portes des villes, où les gens venaient régler leurs problèmes auprès des Sages.
    La justice près du peuple, et la remise en ordre avant de s'aépprocher du Créateur.
    Vous devinez aussi des colonnes. Au loin, toute l'étendu du cimetière séculaire des Sages
    et, à gauche, la muraille dont nous allons découvrir tout-de-suite l'importance sur la page suivante.